Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

Le 27 novembre 2020 dans la salle des Actes de l’université de Poitiers, Charlotte Pichot a soutenu sa thèse, intitulée « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles), en présence du jury composé de M. Martin Aurell (Professeur Université de Poitiers, directeur de recherche), M. Louis de Carbonnières (Professeur, Université de Lille, rapporteur), Mme Claude Gauvard (Professeure émérite, Université Panthéon-Sorbonne), M. Didier Lett (Professeur, Université Paris-Diderot, rapporteur et président du jury), Mme Sara McDougall (maîtresse de conférences, John Jay College of Criminal Justice, New York) et Mme Isabelle Mathieu (maîtresse de conférences, Université d’Angers, directrice de recherche).

Extrait de la lettre de rémission octroyée à Laurence Poitevin. AN JJ 160, 112, fol. 83v, novembre 1405, bailliage de Chartres.

Charlotte nous propose ici une belle étude, à la croisée des travaux sur le corps et sur le genre, encore à ses débuts pour le Moyen Âge. À ce carrefour historiographique, une question domine : quelle est la place du corps en tant qu’objet, mobile ou instrument du crime ?

Pour aborder cette question, elle s’est penchée sur un corpus conséquent, composé de documents normatifs (coutumes, droit civil et droit canon), les textes littéraires (écrits didactiques, ou encore fictionnels comme les Évangiles des quenouilles) et surtout de sources judiciaires. En dépouillant ses dernières, elle a consacré son étude à 1058 lettres de rémission, toutes relatives au crime touchant les femmes.

De cette recherche, les membres du jury ont souligné la qualité et l’originalité de son travail sur le concept de corps féminin, élément central pour caractériser les crimes relatifs aux femmes. La rédaction des lettres de rémission étant affaire d’hommes, Charlotte a interrogé leurs représentations. Tout d’abord, la réputation des femmes dépendait souvent de la gestion, bonne ou mauvaise, de leur corps. Ce dernier, bien plus que sujet de violences, peut être un objet de stratégies de défense, d’échanges ou encore de convoitises pour les hommes. Ces définitions s’accompagnent d’une analyse, tant quantitative que qualitative, des crimes relatifs au corps féminin. Elle souligne par cette étude l’existence de méfaits particulièrement genrés, notamment l’adultère et le viol.

Afin d’apporter une dimension diachronique, elle compare deux temps de la production judiciaire. Charlotte propose alors quelques pistes en confrontant les règnes de Charles VI et de Louis XI (augmentation des meurtres sur les épouses et légère diminution des grâces pour viol sous Louis XI, critiques grandissantes à l’encontre de la prostitution).

Les membres du jury ont félicité Charlotte pour ce travail, soulignant son approche particulièrement novatrice de l’étude du corps, et non l’image classique de la femme criminelle ou victime. Ils ont également remarqué l’attention portée aux émotions, Charlotte ouvrant une porte sur l’intime, ce qui est un grand apport de la thèse. Si certains membres du jury ont émis quelques réserves sur le plan, ils ont reconnu qu’il était difficile d’en proposer un autre.

Entourée, tant en présentiel comme qu’en distanciel, Charlotte est devenue à l’issue de cette journée docteure en histoire médiévale. Il ne semble en rien que ce soit une fin, car cette recherche n’en est qu’à ses débuts.

Nous te souhaitons de rester encore longtemps dans la « marmite des lettres de rémission ».