Actus CESCM 2020/9

Actualité

Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

***

Le séminaire d’épigraphie SEMPER aura lieu le jeudi 26 novembre, de 14h à 16h, sous forme de webinaire via Zoom, et sera consacré aux graffitis médiévaux, avec une approche technique :
 

Publications

 

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu  et Federico Saviotti (Université de Pavie), avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet pour la mise en ligne vient  de paraître.

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

***

A la mémoire de Karine Guibert :

Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

***

Un article de Clément Dussart, Les grafitti occidentaux de Bethléem, dans le dernier Microscoop en page 5 ICI


Appels à contribution/communication

 

Un appel à contribution pour les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) par Vincent Debiais, est lancé. Il s’adresse aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. https://epimed.hypotheses.org/2301 
 

***

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

***

[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (8-9 avril 2021)

Soutenances

 

  • Le vendredi 20 novembre à 14h (salle Crozet, CESCM) : Amicie Pélissié du Rausas, Rituels et conflits. Les relations franco-anglaises sous Louis IX et Henri III, du traité de Lambeth (1217) aux années 1270.

 

  • Le vendredi 27 novembre à 14h (salle Crozet, CESCM) : Charlotte Pichot, Le corps et l’honneur féminin à travers la criminalité du bas du Moyen Âge.

 

  • Le vendredi 11 décembre à 14h (salle Guillemet, SHA) : Elise Vernerey, Voir consiste à ne pas voir. La sculpture du portail et la théologie apophatique du XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay)

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr.

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

 


Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

Pore Caitif. A Middle English Manual of Religion and Devotion

K. Moreau-Guibert Ɨ

Turnhout: Brepols, 2019

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA 24)

ISBN: 978-2-503-58293-1. – 296 p.

 
 
Voir le site de l’éditeur ICI
 
The first critical edition of a well-known text of considerable importance, eagerly awaited.
 
Karine Moreau-Guibert was senior lecturer in English, University of Poitiers and CESCM (Poitiers)

 

Table of Contents

Abbreviations and symbols
Abbreviations and short titles
Symbols

Preface

General introduction
Manuscripts
Identification of the Pore Caitif
The various forms of the text

The transmission of the text
Which edition? The adopted method
Textual collation and selection
Selected manuscripts and base text

Critical Edition
Editorial procedures and conventions
Description of the manuscripts
Text

Glossary
Keys

Appendices
Explanatory notes on text and emendations
Index Nominum
Reference composite text

Bibliography
Primary sources
Secondary Sources
Electronic resources

Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.

Actus CESCM 2020/8

Actualité

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

Publications

Cahiers de civilisation médiévale 63 (250-251)

***

[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Appels à communication

 

[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (8-9 avril 2021)

[rappel]

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Pôle documentaire

 

Les actualités de la photothèque c’est ICI

TITULUS se renouvelle

***

[22 oct. 2020] : Atelier de formation aux ressources numériques : L’étude des blocs de pierre en général et des blocs inscrits en particulier