[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Les huitièmes Journées Jeunes Chercheurs organisées par l’association Janua ont réuni les 11 et 12 avril 2019 de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines avec l’objectif de présenter les raisons qui poussaient les femmes et les hommes à entreprendre un ou plusieurs voyages, de l’Antiquité à nos jours. Les contributions originales qui sont rassemblées dans ce huitième numéro des Annales de Janua mettent en exergue toute la richesse et la complexité de ce thème résolument pluridisciplinaire.

Ce numéro réalisé par Valentin Louineau (master 2 au Mondes Médiévaux en 2019-2020) et Cécile Maruéjouls (doctorante), est une réussite d’un point de vue méthodologique. De l’histoire à la littérature en passant par l’histoire de l’art, il ressort avec évidence de ces articles l’intérêt de croiser les sources – historiques, littéraires, épistolaires, iconographiques et cinématographiques – selon les périodes pour questionner un tel objet d’étude. Les autrices et l’auteur de ce numéro ont non seulement mis en évidence la diversité des raisons de prendre la route à travers les siècles et les différentes cultures étudiées, mais ils ont également permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les dimensions politiques, mémorielles, émotionnelles, spirituelles et esthétiques qui sous-tendent le voyage et ses représentations.

Dans son étude sur les pérégrinations du patriarche vétérotestamentaire Joseph, Catherine Negovanovic questionne les enjeux fraternels, politiques et spirituels du voyage du jeune hébreu. Sa lecture typologique du récit met en exergue le voyage intérieur de Joseph, dont l’âme fait le chemin jusqu’au Salut.

À travers les correspondances de Symmaque, Alexandra Pierré-Caps met en évidence la manière dont ce haut fonctionnaire de l’Empire romain conçoit sa mobilité professionnelle entre le nord et le sud de la péninsule italique au IVe siècle de notre ère. Des motifs de l’excursion à la lassitude de celui qui l’entreprend en passant par les modalités pratiques des déplacements officiels, l’autrice nous offre une analyse complète et poussée du voyage d’un aristocrate à la fin de l’Antiquité.

Notre chemin se poursuit avec l’itinérance des médecins à la période médiévale. Dans son article, Corinne Lamour met en avant la nécessaire mobilité géographique des praticiens. Apprentissage, collaboration, guerre, … nombreuses sont les occasions et obligations poussant les médecins médiévaux à prendre la route.

Sarah Gouin‑Béduneau a minutieusement étudié le portail de l’église de Bourg‑Argental qui représente une image singulière des Rois mages, fusionnant le voyage et son enjeu : l’Adoration. La mise en images de ce voyage fait intervenir des procédés narratifs révélant la dimension spirituelle du long et périlleux voyage qu’ils entreprennent à la force de leur foi pour reconnaître Dieu.

Dans un autre ordre d’idées, Lisa Dubost porte son attention sur la représentation du voyage dans un manuscrit de la Vita et miracula s. Amandi conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes sous la cote 502. En s’appuyant sur l’analyse iconographique du parcours visuel, l’autrice montre dans quelle mesure le voyage géographique rencontre le voyage spirituel de l’évangélisateur de la Flandre.

C’est également un voyage en deux dimensions que nous propose Priscilla Mourgues avec son article portant sur le pèlerinage de Riccold de Monte Croce en Terre sainte au XIIIe siècle. Entre itinéraire géographique et cheminement spirituel, les écrits de ce moine florentin sont riches d’enseignement. Lorsque son Liber de peregrinationis se place comme un guide des peuples, des régions et des religions qu’il a rencontrés au Proche-Orient, ses Epistolae témoignent de la manière dont ce voyage a mis à l’épreuve sa foi.

La période moderne s’ouvre avec l’article de Jean-Christophe Temdaoui, qui brosse le paysage de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, marqué aux XVIIe et XVIIIe siècles par une migration d’une partie de sa population vers les Amériques, et en particulier vers la Caraïbe. L’auteur présente et analyse de manière très fine les différentes raisons de l’attrait de ces personnes pour les opportunités ultra-marines et les modalités de leurs voyages.

À travers le prisme des romans, Marianne Albertan-Coppola s’intéresse à l’itinérance des pauvres dans la France du XVIIIe siècle. Qu’elle soit la cause du voyage, sa conséquence, ou que le trajet en soit empreint, la pauvreté des personnages issus de ces œuvres littéraires est révélatrice de tout un pan de l’histoire sociale moderne.

Eva Belgherbi s’intéresse aux voyages de trois artistes britanniques, Mary Pownall, Ottilie Maclaren et Kathleen Bruce, en direction de la capitale parisienne pour se former à la sculpture. C’est en analysant avec justesse leurs parcours respectifs, leurs rencontres artistiques, leurs choix de carrière à partir de leurs correspondances et leurs autobiographies, que l’autrice fait notamment la lumière sur les conditions d’accès à la formation des femmes artistes dans l’histoire de la sculpture au tournant du XIXe siècle.

Enfin, Brigitte Rigaux-Pirastru propose une étude sur les mouvements migratoires des allemands vivants en Europe de l’Est et du Sud-Est entre 1944 et 1950 sur la base de sources cinématographiques. Pour un sujet peu traité en langue française, la démarche est tout à fait pertinente car elle permet d’interroger cet exode forcé au regard de l’histoire des idées, l’histoire affective, mémorielle, voire politique.

Nous adressons nos remerciements les plus sincères aux autrices et à l’auteur de ces articles, ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité scientifique, des secrétaires de rédaction et à la secrétaire d’édition de ce huitième numéro des Annales de Janua.

Voir la revue ICI