Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []