[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (8-9 avril 2021)

Appel à communications
L’absence au Moyen Âge 8 et 9 Avril 2021

 

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 8 et 9 avril 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

JEAN PUCELLE, La mise au tombeau, Les Heures de Jeanne d’Évreux, reine de France, v. 1324–1328, Folio 82 v. Metropolitan Museum of Art, New York.
Feuillet de papyrus, paraissant contenir des rescrits impériaux, Latin 12475, 5e feuillet, 401-600, Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits, Paris.
FRA ANGELICO, La découverte du tombeau vide, (1437-1446), musée national San Marco, Florence.
Procès de Robert d’Artois à Amiens, le 9 juin 1329, en présence du roi de France Philippe VI de Valois, Recueil de Gaignières, folio 32v, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, fonds Gaignières 255, RES OA-11-FOL.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 8 et 9 Avril 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.


 Call for papers

Absence in the Middle Ages –  8 – 9 April 2021

International Postgraduate Symposium – CESCM (Université of Poitiers, France)

The CESCM (centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) in collaboration with the Research Unit transitions (research department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liege) and the Centre for Medieval Literature of the Universities of York and Southern Denmark (Odense) is pleased to open the call for the second session of the postgraduate symposium.

The first session was held in Liège, Belgium, in February 2020 and was dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries). The second session will be held in Poitiers, on April 8th-9th 2021 and will be dedicated to the notion of absence in the Middle Ages. The third part will take place in York.

Themes

« For everything in this world is withering away; everything is subject to failure and death. Thus they are just born and they already tend to grow to a more perfect being, and the more hastily they hasten to be the most perfect things that they know how to be, the more hastily they hasten to be no more”. Saint Augustine, mourning the death of his friend, becomes aware of the ephemeral nature of the earthly world: everything is heading towards its own demise. His suffering in the face of the absence of his loved one is proportional to his desire to keep him at his side.

Absence is, in fact, only perceptible to the individual who is aware of the deficiency it induces. In this, it is different from nothingness. By taking the form of a deficiency, absence necessarily implies the concept of temporality. To feel absence is to maintain a memory, as much as a desire. Absence appeals to memory and affect, to nostalgia. In return, the awareness of a presence is revealed by the possibility of absence.

The theme of absence will be at the heart of this symposium. The notion of absence is at the foundation of all historical science; the principle of history is to bring to light the presence behind the lack. Absence can first of all be considered as the absence that the medievalist confronts. If the sources are the basis of his reasoning, the consideration of their absence is the safeguard of his work. More than the sources themselves, which may have undergone modifications, deletions or simply been lost over time, their defect may prove to be revealing for the researcher.

Beyond the method, the medievalist’s object of study gives pride of place to the notion of absence. The latter is the driving force of medieval society. From the Latin abstentia to its appearance in the French vocabulary at the beginning of the 13th century, the term « absence » is defined by contrast: it literally means « non-presence »[1]. It is applied to a person’s physical absence, but can also embody a more abstract lack[2]. To question the notion of absence is to question Man – his being, his desires, his memory, his reactions to grief, to separation and the questions that arise from it. At the level of society as a whole, it is also a question of asking how institutions frame and meet the needs that result from absence. Consideration of the concept of absence in fact involves putting medieval structures in order: the feeling of injustice, for example, motivates the establishment of legal institutions, the failure of the body leads to recourse to medicine, the absence of the incarnate presence of the divine makes the mediation of the members of one’s church indispensable.

In a second way, absence can be thought of at the individual level. Very often painful when it concerns friends, family or the loved one, absence can be fruitful. It proves to be a subject of great richness in art. To express absence is also to exalt, by contrast, an ideal. Moreover, fictional formating has the power to make the absent present in the mind. In absentia, the plastic or literary figure becomes the allegorical substitute for the object.

However, absence cannot only be seen as the negative counterpoint to presence. Spiritual practice bears witness to this. In the eremitical or anachoretic way of life, in particular, the will to « die to the world » of the great loners, implemented by an intensive practice of asceticism, enables them to acquire the impassibility conducive to spiritual elevation. Finally, it will be a question of reflecting on the way in which medieval people sought to compensate or exacerbate absence through various modes of thought and representation. How, for example, to say and represent the divine principle? Faced with the acknowledgement of the absence of its knowledge, advocated in particular by apophatic theology, the establishment of relic worship and the representation of signum (alphabetical and iconic) of the divine presence are all means implemented in response to the human feeling of absence.

In summary, we hope that the theme of absence will allow us to take a fresh look at fields as diverse as they are essential to medieval society: theology and philosophy, but also artistic, political, judicial or family practice. For the concept of absence embraces all spheres of human life, there is no research work specifically dedicated to this object of study. It has, however, been approached as a filigree by many medievalists. Among these can be cited Claude Gauvard, in the judicial field, Martin Aurell and Barbara Hanawalt, on kinship, André Vauchez and Peter Brown, on holiness, Michel Zink and Herbert Kessler, on medieval creation, or Alain de Libera and Olivier Boulnois, on the theological implications of the notion. During these days, the papers will seek to explore the notion of absence in the Middle Ages. This multidisciplinary symposium will be an opportunity to explore and discuss central influence on medieval culture. It is widely open to researchers in history, history of texts and literature, philology, history of art and images, philosophy, anthropology, archaeology, sociology, etc.

 

Proposals must fall under one of the following headings:

  1. The medievalist faced with the absence
  • The trace: missing words or objects, lost sources, perishable objects, the fragment, etc.
  • The expression of absence: the ellipse, the shortcut, the synthesis, the faulty lexicon, the void, the dark or the white, the unsaid
  • Voluntary absence: the use of forgeries, erasure, deliberate destruction, iconoclasm
  • Enquiry, quest,  the unreachable, the  implicit

2. Absence in the judicial and political field

  • legislation and absent ones
  • Judgment in absentia
  • Exile and banishment in imposed absence
  • Reactions to the absence of political power
  • The shortcomings of society : famines, popular uprisings

 3. The experience of separation

 Failing family ties: abandonment, infanticide, divorce, separation

  • The defect or departure of the loved one
  • The death of a loved one and their grief
  • waiting, flight, experience of emptiness,  mystery of love
  1. Lack of faith
  • Atheism and heresy.
  • Disloyalty, infidelity and felony in feudal relations
  1. The desired absence
  • Perfection (the absence of errors)
  • Asceticism (monasticism, the eremetical life and anchoriteism, voluntary poverty, renunciation, loneliness)
  • Practicing absence: silence, fasting, deprivatin, mustism.
  1. To tell and overcome absence
  • The materialisation and circumvention of absence in the process of literary and plastic creation (cultural transfers, translatio, figuration of otherness) as well as theatre (playful absence, simulacrum).
  • The articulation between fiction and reality (quarrel between universals, debates on Eucharistic realism, rhetoric of absence)
  • Thinking about the concept of absence: apophatic theology, evil versus absence of good, the stakes of mystery in theology and liturgical practice, the description of « Ineffable ».
  • Substitution: the worship of relics, signs of the divine presence, miracles

 

Presentations (c. 20 min.) can be given in either French or English.

Practical Informations

Proposal must be submitted by December 15th 2020 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to colloque-absence@protonmail.com. The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a short abstract (no longer than a page)  followed by a short bibliography.

Applicants will be contacted by January 15th 2021, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

CESCM will offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accommodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

 

Organising committee : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

 

[1] Trésor de la Langue Française Informatisé, ATILF – CNRS , Université de Lorraine, dernière consultation 22/05/2020 http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=3359067315;r=1;nat=;sol=1;.

[2] Ex : En 1307 : « non présence en justice », terme cité par Armand Auguste D’HERBOMEZ , L’Histoire des Châtelains de Tournai, vol. 2, H. & L. CASTERMAN, Tournai, 1895, p. 266 ; Dans les registres de Charles le Bel de 1322 « il n’a pas de tristesse de l’absence des choses délectables », (A.N. JJ 61, fo18 vo). Portail Lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, CNRS, dernière consultation, 19/05/2020, https://www.cnrtl.fr/etymologie/absence.

Cahiers de civilisation médiévale 63 (fascicules 250-251)

Parution du dernier numéro des Cahiers de civilisation médiévale, 63e année, numéros 250-251, avril-juin et juillet-septembre 2020.

 

SOMMAIRE

 

Luca CRISMA, Ubi nulla fit iniustitia : le royaume de Brahmanes dans le Policraticus de Jean de Salisbury.


Florian GALLON, Muzlemita, mozlemes, muzlemìa : usages et désuétude de quelques arabismes dans la chrétienté ibérique au Moyen Âge.

Cécile VOYER, La parole d’autorité et sa sacralisation par l’écrit : les représentations d’assemblées dans les quelques images du haut Moyen Âge.

Comptes rendus

Notes brèves



Voir le lien pour s’abonner aux Cahiers

[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Les huitièmes Journées Jeunes Chercheurs organisées par l’association Janua ont réuni les 11 et 12 avril 2019 de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines avec l’objectif de présenter les raisons qui poussaient les femmes et les hommes à entreprendre un ou plusieurs voyages, de l’Antiquité à nos jours. Les contributions originales qui sont rassemblées dans ce huitième numéro des Annales de Janua mettent en exergue toute la richesse et la complexité de ce thème résolument pluridisciplinaire.

Ce numéro réalisé par Valentin Louineau (master 2 au Mondes Médiévaux en 2019-2020) et Cécile Maruéjouls (doctorante), est une réussite d’un point de vue méthodologique. De l’histoire à la littérature en passant par l’histoire de l’art, il ressort avec évidence de ces articles l’intérêt de croiser les sources – historiques, littéraires, épistolaires, iconographiques et cinématographiques – selon les périodes pour questionner un tel objet d’étude. Les autrices et l’auteur de ce numéro ont non seulement mis en évidence la diversité des raisons de prendre la route à travers les siècles et les différentes cultures étudiées, mais ils ont également permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les dimensions politiques, mémorielles, émotionnelles, spirituelles et esthétiques qui sous-tendent le voyage et ses représentations.

Dans son étude sur les pérégrinations du patriarche vétérotestamentaire Joseph, Catherine Negovanovic questionne les enjeux fraternels, politiques et spirituels du voyage du jeune hébreu. Sa lecture typologique du récit met en exergue le voyage intérieur de Joseph, dont l’âme fait le chemin jusqu’au Salut.

À travers les correspondances de Symmaque, Alexandra Pierré-Caps met en évidence la manière dont ce haut fonctionnaire de l’Empire romain conçoit sa mobilité professionnelle entre le nord et le sud de la péninsule italique au IVe siècle de notre ère. Des motifs de l’excursion à la lassitude de celui qui l’entreprend en passant par les modalités pratiques des déplacements officiels, l’autrice nous offre une analyse complète et poussée du voyage d’un aristocrate à la fin de l’Antiquité.

Notre chemin se poursuit avec l’itinérance des médecins à la période médiévale. Dans son article, Corinne Lamour met en avant la nécessaire mobilité géographique des praticiens. Apprentissage, collaboration, guerre, … nombreuses sont les occasions et obligations poussant les médecins médiévaux à prendre la route.

Sarah Gouin‑Béduneau a minutieusement étudié le portail de l’église de Bourg‑Argental qui représente une image singulière des Rois mages, fusionnant le voyage et son enjeu : l’Adoration. La mise en images de ce voyage fait intervenir des procédés narratifs révélant la dimension spirituelle du long et périlleux voyage qu’ils entreprennent à la force de leur foi pour reconnaître Dieu.

Dans un autre ordre d’idées, Lisa Dubost porte son attention sur la représentation du voyage dans un manuscrit de la Vita et miracula s. Amandi conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes sous la cote 502. En s’appuyant sur l’analyse iconographique du parcours visuel, l’autrice montre dans quelle mesure le voyage géographique rencontre le voyage spirituel de l’évangélisateur de la Flandre.

C’est également un voyage en deux dimensions que nous propose Priscilla Mourgues avec son article portant sur le pèlerinage de Riccold de Monte Croce en Terre sainte au XIIIe siècle. Entre itinéraire géographique et cheminement spirituel, les écrits de ce moine florentin sont riches d’enseignement. Lorsque son Liber de peregrinationis se place comme un guide des peuples, des régions et des religions qu’il a rencontrés au Proche-Orient, ses Epistolae témoignent de la manière dont ce voyage a mis à l’épreuve sa foi.

La période moderne s’ouvre avec l’article de Jean-Christophe Temdaoui, qui brosse le paysage de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, marqué aux XVIIe et XVIIIe siècles par une migration d’une partie de sa population vers les Amériques, et en particulier vers la Caraïbe. L’auteur présente et analyse de manière très fine les différentes raisons de l’attrait de ces personnes pour les opportunités ultra-marines et les modalités de leurs voyages.

À travers le prisme des romans, Marianne Albertan-Coppola s’intéresse à l’itinérance des pauvres dans la France du XVIIIe siècle. Qu’elle soit la cause du voyage, sa conséquence, ou que le trajet en soit empreint, la pauvreté des personnages issus de ces œuvres littéraires est révélatrice de tout un pan de l’histoire sociale moderne.

Eva Belgherbi s’intéresse aux voyages de trois artistes britanniques, Mary Pownall, Ottilie Maclaren et Kathleen Bruce, en direction de la capitale parisienne pour se former à la sculpture. C’est en analysant avec justesse leurs parcours respectifs, leurs rencontres artistiques, leurs choix de carrière à partir de leurs correspondances et leurs autobiographies, que l’autrice fait notamment la lumière sur les conditions d’accès à la formation des femmes artistes dans l’histoire de la sculpture au tournant du XIXe siècle.

Enfin, Brigitte Rigaux-Pirastru propose une étude sur les mouvements migratoires des allemands vivants en Europe de l’Est et du Sud-Est entre 1944 et 1950 sur la base de sources cinématographiques. Pour un sujet peu traité en langue française, la démarche est tout à fait pertinente car elle permet d’interroger cet exode forcé au regard de l’histoire des idées, l’histoire affective, mémorielle, voire politique.

Nous adressons nos remerciements les plus sincères aux autrices et à l’auteur de ces articles, ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité scientifique, des secrétaires de rédaction et à la secrétaire d’édition de ce huitième numéro des Annales de Janua.

Voir la revue ICI

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Actualités CESCM 2020/7

Publications

 

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

***

Parution de Philastre, ou l’amour ensanglanté – Philaster, or, Love Lies a-Bleeding (1610) de Francis Beaumont & John Fletcher, Introduction, traduction et notes de Pascale Drouet.

***

Cahiers de civilisation médiévale 63 (249/1)


Divers

 

(Ré)écouter Martin Aurell dans l’émission de Xavier Mauduit sur France culture : Il était une fois les chevaleresses

***

Le site du master mondes médiévaux est actualisé, retrouvez tout le détail de la formation en ligne : ICI

***

Des fouilles archéologiques ont débuté au palais des comtes du Poitou et ducs d’Aquitaine. Les spécialistes ont identifié une tour carrée monumentale antérieure à la tour Maubergeon. A lire ICI