CIFM : Epitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe- fin du Xe siècle)

 Cécile Treffort

Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe– fin du Xe siècle)

Paris : CNRS éditions, 2020

(Corpus des inscriptions de la France médiévale, HS) 183 p., ISBN : 978-2-271-07003-6

Ce volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale rassemble plus de 80 inscriptions funéraires d’époque carolingienne (milieu du VIIIe – fin du Xe siècle) provenant de l’ouest de la France actuelle (Anjou, Maine, Touraine, Poitou), région alors partagée entre Aquitaine et Neustrie. Il compte autant de véritables épitaphes (plates tombes ou stèles placées sur les sépultures) que de plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe. Éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées, ces inscriptions sont accompagnées de nombreux dessins et clichés photographiques, le tout précédé d’une importante introduction historique et méthodologique.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. De multiples observations matérielles et techniques viennent compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques. Le lecteur traversera dans ce volume des lieux essentiels pour l’histoire du regnum Francorum, qu’il s’agisse de centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, de lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou d’agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ebroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

Cécile Treffort, professeure des universités en histoire médiévale à Poitiers, ancienne directrice du CESCM, est spécialiste de l’histoire culturelle, religieuse et funéraire des VIIe-XIIe siècles, et plus particulièrement de l’époque carolingienne. Elle dirige le Corpus des inscriptions de la France médiévale depuis 2001.