Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

Massimiliano Traversino Di Cristo, Co-directeur du Centre de recherche en théologie politique (CRIPT) auprès de la School of Law du Birkbeck College de l’Université de Londres, est chercheur invité auprès du CESCM depuis janvier 2019, suite à l’invitation de Martin Aurell.

Cher Massimiliano, vous êtes un jeune chercheur italien, mais possédez une expérience de recherche dans plusieurs institutions européennes. Dites-nous quelque chose de plus sur vous.

Mes recherches portent sur l’histoire de la pensée entre le Moyen Âge central et tardif et le début de l’âge moderne. Je suis principalement historien du droit, mais avec une attention particulière pour la relation entre ce domaine et d’autres domaines du savoir, en particulier la théologie et la philosophie. Mes études universitaires et mes recherches et enseignements ultérieurs se sont concentrés sur les origines médiévales des questions du pouvoir et de la souveraineté. Mon approche est multidisciplinaire, grâce aussi aux maîtres et professeurs avec lesquels j’ai fait mes études, en obtenant un doctorat en droit à Londres, un autre en théologie à Genève et encore un en sciences humaines à Trente.


Parmi mes maîtres et professeurs, j’aimerais mentionner ici Diego Quaglioni, Anton Schütz (co-directeur avec moi du CRIPT), Ghislain Waterlot, Alberto Bondolfi et Jean-François Malherbe († déc. 2015). C’est d’eux que j’ai hérité, en grande partie, ma passion pour l’étude de sujets multidisciplinaires, en essayant de combiner l’attention portée à la recherche spécialisée avec le but de sa diffusion auprès d’un public que ne se limite pas aux seuls spécialistes.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de votre approche ?


Le premier exemple que je voudrais citer est une série d’activités dont, en tant que cofondateur et codirecteur du CRIPT, je suis responsable scientifique depuis 2011. Ces activités ont eu et ont encore pour objectif d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et le grand public, en donnant souvent vie à des manifestations culturelles et artistiques organisées avec la participation d’institutions publiques et privées locales. Le dernier de ces événements a eu lieu en 2018 entre Tours, Berlin et Wittenberg. Il s’agit de la troisième édition d’un événement dénommé « Festival Bruniano », dont le but général est d’analyser la contribution de l’un des plus grands philosophes du XVIe siècle, Giordano Bruno, à la naissance de l’âge moderne1.


Le deuxième exemple est également lié à Giordano Bruno, qui est en réalité l’un de mes principaux intérêts de recherche. Dans ce cas, il s’agit de l’une des publications qui me sont les plus chères, intitulée Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna (Droit et théologie à l’aube de l’âge moderne)2, qui traite de l’histoire du droit au début de la modernité et met l’accent sur le lien entre le droit et les autres sciences humaines avec une attention particulière au rôle de Bruno par rapport à ses contemporains et à la théologie médiévale. Cette publication, qui a été très bien accueillie par les spécialistes et présentée dans des revues scientifiques internationales importantes telles que Renaissance Quarterly Review (vol. 70, n° 1, 2017) et Journal of the History of Philosophy (vol. 55, n° 2, 2017), recueille, sous une forme révisée, les résultats de mes premières études à Trente, avec Diego Quaglioni, à la suite desquels, en novembre 2010, j’ai reçu le prix du meilleur étudiant de maîtrise de la Faculté de Droit.


Comment avez-vous rencontré Poitiers et comment est née l’idée d’une période de recherche ?


Je connais Poitiers et le CESCM depuis plusieurs années, mais je n’ai pu les visiter personnellement qu’à la fin de l’année 2017, pendant un séjour de recherche auprès du CESR de l’Université de Tours en tant que Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research Fellow. J’écrivis alors à Martin Aurell pour le rencontrer personnellement et consulter certains des volumes de la bibliothèque du CESCM, aujourd’hui hébergés à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault. Ce première rendez-vous a été suivie par d’autres, tous très stimulants en termes de perspectives de recherche future. En conclusion de ma période de recherche à Tours, j’ai donc décidé, sur invitation de Martin Aurell, de mener un nouveau séjour de recherche en France, cette fois à Poitiers, afin de traiter de sujets liés au droit français du Moyen Âge central et tardif, que j’avais pu traiter auparavant avec moins d’attention.


Quels sont vos prochains projets ?


L’année prochaine, je continuerai mes recherches en France et je suis actuellement en contact avec la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris XI pour des tâches d’enseignement. C’est aussi pour cette raison que je poursuivrai une partie de la recherche commencée ici au CESCM également l’année prochaine. Poitiers et le CESCM ont été, et sont toujours, pour moi une expérience très agréable !

  1. http://www.lestudium-ias.com/event/giordano-bruno-will-power-and-being-law-philosophy-and-theology-early-modern-era []
  2. TRAVERSINO M., Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna. Il problema della potentia Dei absoluta in Giordano Bruno, Naples : Editoriale Scientifica, 2015. XXVIII-188 p. (Collana della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università degli Studi di Trento, 5) ISBN : 978-88-6342-790-5 []