Actus CESCM 2019/2

Actualités dans et hors les murs

 

Exclusivité : le programme des Semaines d’Études Médiévales 2019 est en ligne ICI  – N’hésitez pas à en faire une large diffusion.

***

La très belle interview de Sarah Arlaud, stagiaire de 3e que nous avons eu le plaisir de recevoir au CESCM et qui a souhaité faire une interview de M. Favreau : https://cescm.hypotheses.org/11075

***

Le 14 février à 17h30 à l’Espace Mendès France, venez soutenir Claire Boisseau et Charlotte Pichot, nos doctorantes du CESCM qui participent à Ma thèse en 180 secondes.
Inscription auprès de Vinciane Cote : vinciane.cote@univ-poitiers.fr

***

Rappel : il est encore temps, jusqu’au 16 mars, de s’inscrire au Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO = Douzièmes Rencontres du GRIM, Jeudi 23 mai 2019 – Paris, INHA. Appel à communications et à inscriptions ICI


Publication

 

Le nouveau Cahiers de civilisation médiévale est paru :

Cahiers de civilisation médiévale 61/4 (fascicule 244)

 


Colloques

 

Colloque international, Le rayonnement des arts au Moyen Âge, réflexions autour du ms. aquitain Paris, BnF, latin 1139, organisé par Christelle Chaillou et Anne-Zoé Rillon-Marne : Paris (divers endroits, voir programme), du 19 au 21 mars 2019.

 

Deux événements notoires au CESCM en avril …

[4-6 avril 2019] Dante et Shakespeare : cosmologie, politique, poétique

 

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford


Participation à colloques

 

  • Boston University Lecture Series in Literay Translation Seminar, le 22 février avec Pascale Drouet = From Bonnefoy to Kinnel: Translation and Transmission.

 

  • Les 4 et 5 mars, se tiendra le colloque Le Moyen Âge en émoi, auquel participent Sarah Gouin-Béduneau = L’émotion romane créatrice d’images : le développement des cycles de l’Enfance du Christ dans la sculpture monumentale en France aux XIe-XIIe siècles et Cécile Maruéjouls = Imaginer l’émotion : les enjeux de la componction du cœur à travers la vie de sainte Marie l’Égyptienne et ses images (XIIe – XVe siècle).

 

  • Le 8 mars Cécile Treffort sera à la journée d’étude de l’IRHT (Paris), Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : Méthodes et enjeux = Dans le dédale des notes de Dom Fonteneau († 1780) : l’historien face à la stratification documentaire.

 

  • Steve Morrison organise un colloque international, Vernacular Bible in the Late Middle Ages, le 14 mars à Oriel College en collaboration avec le Centre for the Study of the Bible in the Humanities, Oriel College, Oxford. Sa communication s’intitule = ‘A Huge Success‘: The use of the Wycliffite Bible among orthodox and Lollard preachers alike.’

 


La photothèque et ses actus !

 

Nous avons le plaisir d’accueillir Claire Boisseau sur le poste de la photothèque, comme ingénieure d’études en analyse des sources.

 

  • La base Romane est désormais accueillie au sein du TGIR Huma-NUM et est à nouveau accessible pour consultation.

Voici le lien : http://base-romane.fr/accueil2.aspx

 

Besoin de consulter l’Index of Medieval Art de Princeton ? Contactez-nous ! phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

 

 

 

[17-28 juin] : Semaines d’études médiévales 2019

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une cinquantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Date : 17 au 28 juin 2019

Lieu : CESCM – Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaine – Poitiers


Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2019

 

Les candidatures des stagiaires peuvent être renvoyées dès à présent* au moyen du Formulaire de candidature

Auditeurs libres : Bulletin d’inscription

Pour consulter les  Modalités pratiques

*Merci d’imprimer le document et de le remplir puis de nous le transmettre par courriel ou par voie postale.


Renseignement : sem.cescm@univ-poitiers.fr

Tél.  33(0)5 49 45 45 57

Cliché J.-P. Brouard/CESCM




Programme

Lundi 17 juin

9h30 – Accueil des stagiaires, présentation du déroulement de la session, du CESCM, des ressources documentaires. Visite des lieux.

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande

16h30 – Conférence inaugurale de Corrado Bologna (École normale supérieure de Pise), Dante : pouvoir de la langue et langue du pouvoir

18h30 : Cocktail de bienvenue

Mardi 18 juin

9h – Corinne Beck (Université de Valenciennes), Géohistoire des forêts : au croisement entre temporalités et territorialités

14h – Lola Badia (Université de Barcelone), La France dans le roman catalan du XVe siècle Curial e Güelfa

17h – Visite de Saint-Hilaire-le-Grand

Mercredi 19 juin

9h – Quitterie Cazes (Université de Toulouse Jean Jaurès), Art et politique à Toulouse autour de 1100

Après-midi : séance aux Archives départementales de la Vienne

14h – Joseph Morsel (Université Panthéon-Sorbonne), Pour quand écrire ? Temporalité médiévale, représentation spatio-temporelle et production de chartes (dans l’Empire, XIII-XVe siècles)

16h30 – Présentation d’archives par Gaël Chenard et Pierre Carouge

Jeudi 20 juin

9h – Isabelle Ragnard (Sorbonne Université – Faculté des lettres), L’invention de la musique médiévale dans la première moitié du XXe siècle par le prisme des enregistrements discographiques

14h – Table ronde association Janua

16h30 – Visite du baptistère Saint-Jean

Vendredi 21 juin

9h – Marco Mostert (Université d’Utrecht), Nouvelles démarques dans l’étude de la communication au Moyen Âge : l’oral, l’écrit et le non-verbal parmi les sans-nom 

14h – Howard Bloch (Université de Yale), Les pierres disputantes : Théophile, saint Étienne, et Abélard sur les portails nord et sud de Notre-Dame de Paris 

17h – Visite du Musée Sainte-Croix

Samedi 22 juin : journée libre
Dimanche 23 juin : excursion

Gencay, Saint-Maurice-la-Clouère, Civray, Charroux

Lundi 24 juin

10h30 – Présentation des ressources numériques par Anne-Sophie Traineau-Durozoy

14h – Alban Gautier (Université de Caen Normandie), Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux : bilan et perspectives 

16h30 – Visite du Palais des comtes

Mardi 25 juin

9h – Maria Colombo (Sorbonne Université – STIH), Du langaige rommaint antique au langage moderne françois : réécritures et sentiment de la langue entre le XIIe et le XVIe siècle

14h – Stéphane Boissellier (Université de Poitiers – CESCM), D’une culture (arabo-musulmane) à une autre (latino-chrétienne) dans le Gharb al-Andalus / sud du Portugal, XIIe-XVe siècle

16h30 – Présentation des manuscrits enluminés de la Médiathèque François-Mitterrand

Mercredi 26 juin

9h – Maria Filomena Coelho (Université de Brasilia), Entre Portugal et Bourgogne : allers retours d’une historiographie des institutions (XIIe siècle)

13h30/ 19h – Excursion à Parthenay

Jeudi 27 juin

9h – Robert A. Maxwell (Institute of Fine Arts – Université de New Yok), Discernement et crédulité dans l’art du XIIe siècle 

14h – Visite de Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers

À partir de 19h : Repas international (Association Janua – Société d’études médiévales)

Vendredi 28 juin

9h – Conférence de clôture : Roberto Delle Donne (Université de Naples Federico II), Fiscalité et culture politique dans le Royaume angevin de Sicile

11h30 – Conclusions par Martin Aurell, directeur du CESCM

 


 

                  

                   

 

Robert Favreau se raconte auprès d’une élève de 3e

Tout d’abord, je me présente. Je suis Sarah Arlaud, élève de troisième au collège Camille Claudel de Civray qui vient de réaliser son stage au CESCM, après de longs mois d’attente !

Ensuite, voici l’interview de M. Robert Favreau, un homme d’histoire, avec qui j’ai eu l’occasion de passer un peu de temps. J’ai pu découvrir une mine d’or humaine ! J’en profite pour remercier Mme. Vanessa Ernst-Maillet pour m’avoir proposé cette publication, et maintenant, place à l’action !

Avant de travailler dans l’épigraphie, vous m’avez dit avoir exercé un autre métier. Peut-être pourrions-nous commencer par en parler ?

Oui, j’ai commencé par être conservateur aux Archives Nationales, et à la direction des Archives de France, puis aux Archives Départementales du Maine-et-Loire. C’est un métier qui consiste à s’assurer de la bonne conservation de toutes les archives nationales, du patrimoine, de tout ce qui a été protégé depuis les origines, de les inventorier, et de les mettre à la disposition du public.

J’ai donc fait ce travail, aux Archives de France, à Paris, et ensuite en province, à Angers, où j’étais directeur des Archives pendant 15 ans. J’ai travaillé dans le cadre des Archives de France pendant 11 ans.

Aviez-vous déjà besoin de connaître le latin et les documents anciens ?

Le cursus de l’École des chartes nécessite de bien connaître le latin. De mon temps, pour le concours d’entrée à cette école, il fallait faire une version latine sans dictionnaire et un thème latin sans dictionnaire. La version latine, ça allait, mais le thème, c’était plus difficile !

C’est donc ensuite que vous a été proposé un poste d’épigraphiste ?

On m’a proposé en juillet 1968 un poste d’enseignant en histoire médiévale à l’Université de Poitiers, avec pour objectif de mettre en place un enseignement d’épigraphie médiévale. Donc j’avais toute une série de cours d’histoire, plus un cours sur l’épigraphie médiévale, chaque année.

Comment est-ce que le changement entre ces deux professions, qui sont quand même assez différentes, s’est-il effectué ?

Alors, ce n’est pas tout à fait simple, bien que ce soit toujours de l’histoire médiévale, pour ça ce n’était pas un problème, mais pour pouvoir faire carrière dans l’Éducation nationale à titre d’enseignant à l’université, j’ai dû faire une thèse de doctorat, c’est un travail considérable, et j’avais déjà à ce moment-là, quand je suis arrivé ici, 4 enfants, et quand j’ai terminé, j’en avais 6. Mais c’était difficile de tout mettre d’aplomb, dans l’ensemble.

Donc, j’ai soutenu ma thèse de doctorat en 1974, puis j’ai suivi le cursus normal : maître de conférence, et ensuite, professeur.

Avez-vous eu du mal, au début ?

Non, je n’ai pas eu du mal, mais il a fallu beaucoup travailler, tout le temps.

Est-ce que ça vous a fait peur, de changer comme ça, d’un coup ?

 

Non, je n’ai pas eu peur, ça m’allait bien, d’enseigner l’histoire du Moyen Âge. Il n’y a pas eu de problème de peur. Il faut bien préparer son travail, c’est tout, c’est toujours la même chose.

Pourquoi avez-vous accepté cette proposition ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans cette aventure ?

Ce sont parfois les hasards d’une carrière. Si je n’avais pas eu cette proposition, je serais resté aux Archives. Et en même temps, à la même date, on m’a proposé un poste de professeur à l’École des chartes. Ce qui n’était pas trop mal non plus !

Donc, j’avais déjà 4 enfants, et je n’avais pas envie de continuer ce que j’avais fait durant mon début carrière, c’est-à-dire de les promener sur les trottoirs de Paris. Je souhaitais que mes enfants aient une éducation tranquille, qu’ils puissent respirer le bon air. De plus, mes parents étaient en Poitou et mes beaux-parents étaient en Limousin, ce qui n’était pas trop loin non plus.

C’est pour cette raison là que j’ai changé. Ça a été pour moi un choix difficile. Pour tout vous dire, précisément, mon quatrième enfant, qui avait 5 mois, a eu une très grave maladie en novembre, et je devais donner une réponse positive à Poitiers pour commencer à y travailler en janvier 1969. Il a été en danger de mort. On l’a récupéré le 24 décembre 1968. Aujourd’hui, il va très bien ! Mais ça a été difficile à prendre comme décision.

C’était quelque chose d’assez inattendu. Peut-on dire que cela vous déclencha une nouvelle passion ?

Ce n’est pas comme ça que je répondrais. Cela m’a apporté beaucoup au niveau du travail d’un historien médiéviste. L’historien médiéviste étudie les sources, il met en place et il fait une synthèse. Mais pour l’épigraphie médiévale, on a un texte, il faut savoir exactement ce qu’il veut dire. C’est-à-dire que ça élargit considérablement la culture. Il faut vraiment se mettre à la place d’une personne du XIème-XIIème siècle, quelle était sa culture, quelles étaient ses connaissances, quelle était sa façon de prier, notamment la liturgie. Il y avait le calendrier des saints, il faut tenir compte de ça aussi. Il y avait la question de la théologie, ou le commentaire de l’écriture aussi ! On trouve une citation biblique et on réfléchit à ce qu’on voulait lui faire dire à l’époque. Il faut donc aller voir tous les auteurs qui en ont parlé. Ça m’a apporté beaucoup, ça je peux le dire, ça m’a apporté beaucoup de faire de l’épigraphie.

Quelles étaient les conditions dans lesquelles vous avez évolué ? Comment avez-vous consacré du temps à l’épigraphie, en parallèle de votre travail ?

C’est un travail supplémentaire, par rapport à l’enseignement. C’était presque un double travail, car la partie épigraphie médiévale m’obligeait à faire des recherches sur le terrain, même si ce n’était pas mon travail. Ni tout le reste : les publications et la circulation sur le terrain pour photographier et étudier les inscriptions. Tout ça, c’était de la charge en plus, et bénévole, bien sûr. Mais ce n’est pas grave. L’argent n’est pas tellement important, ce qui compte c’est ce qu’on aime faire.

Comment en avez-vous fait, finalement, un métier ? Car vous l’avez totalement intégré dans votre vie, et vous êtes donc devenu épigraphiste, en quelque sorte ?

Oui, je suis devenu épigraphiste. Et je suis resté historien. L’épigraphie fait partie de l’histoire. C’est une source de l’histoire. La seule chose, c’est qu’elle a été peu étudiée par les historiens médiévistes parce qu’il y a des tonnes et des tonnes de chartes, de registres et autres à étudier. On ne va pas forcément aller étudier les inscriptions à côté. Donc là, une bonne partie de tout ce que j’ai fait, ça a été pour mettre cette source à la disposition des historiens et pour montrer aux historiens, qu’ils doivent comprendre les sources épigraphiques dans les sources de l’histoire. Ça c’est vraiment important. Je dirais une chose, quand j’ai commencé à travailler et que j’utilisais la photothèque, on avait des photos qui étaient prises pour l’historien de l’art. Et quand il y avait une inscription tout à fait en bas d’un tableau, souvent elle ne figurait pas sur la photo, bien qu’elle fasse parti du travail de l’historien de l’art. Donc j’ai fait un travail un petit peu dans tous les domaines possibles, de manière que les historiens, les historiens de l’art, soient conscients qu’il faut qu’ils les étudient. J’ai fait plus de 80 articles sur l’épigraphie et les inscriptions françaises, mais aussi italiennes, espagnoles, allemandes, suisses, … Elles sont dans différentes revues de façon à ce que l’attention des gens soit attirée. Donc, le travail c’était d’enseigner l’épigraphie, de mettre les textes à disposition des historiens et de les amener à inclure les inscriptions médiévales dans les sources. Il y a les sources écrites, iconographiques et puis, il y a les sources épigraphiques. Il faut en tenir compte.

Donc vous-avez rendu l’épigraphie accessible, vous l’avez rendu importante ?

Plus accessible sûrement, c’était vraiment difficile de l’étudier. Il faut la comprendre parmi les sources donc il faut l’étudier avec les sources.

Travaillez-vous en équipe ?

Je crois que c’est important. Déjà, l’enseignement, ce n’est pas uniquement faire un cours général, c’est aussi être en contact avec des étudiants qui font des travaux, des mémoires, des thèses. Il faut les suivre, les aider, leur proposer des choses différentes. Donc dès le début, on travaillait en équipe. De toute façon, il y a tout un travail de mise en place des fichiers et autres que je ne pouvais pas faire. Il fallait aussi quelqu’un qui assure la mise au propre, la mise en page. J’ai contrôlé tout le travail, mais je ne pouvais pas faire tous ces travaux matériels. Cela n’aurait pas été possible. Du moins, du point de vue du temps. Et puis je pense que c’est toujours d’actualité. Il y a beaucoup de parties du travail où on échange ; l’un a une idée, l’autre à une autre idée. Le travail en équipe est important.

Tous ces ouvrages que vous avez écrits, vous l’avez fait avec l’un de vos collègues, c’est ça ?

Oui, j’y ai participé. J’ai signé ces volumes avec Jean Michaud, qui était là depuis le début. Et puis, avec une autre personne, qui était chargée de revoir toutes les publications, les revues, pour introduire dans les fichiers les nouvelles références qu’on pouvait trouver. Donc, nous avons signé à trois. C’est très bien, et je crois que c’est comme ça qu’il faut faire. Ça se fait, mais si vous regardez les inscriptions allemandes, espagnoles, suisses, c’est une seule personne qui a fait le travail. Je préfère comme nous avons fait.

Pour avoir plusieurs angles et points de vue ?

Oui, l’important, ce n’est pas d’avoir son nom, cité tout seul. L’important, c’est que le travail se fasse, et qu’il soit de bonne qualité. Et il est meilleur lorsqu’on travaille en équipe.

L’épigraphie médiévale » est l’un de vos ouvrages. Il regroupe toutes les bases de l’épigraphie. Pourquoi l’avoir publié ?

D’abord parce que l’on me l’a demandé, et ensuite parce que j’étais à la retraite, du moins j’y arrivais. J’avais quand même près de 30 ans de travail d’épigraphie médiévale et il n’y avait rien pour guider les nouveaux chercheurs, les étudiants. Donc, c’est toute mon expérience de 30 ans que j’ai mise à la disposition de la recherche en réalisant cet ouvrage. C’est difficile de faire un premier manuel car il n’y a pas de références. Mais, j’étais, comme je l’ai dit, à la retraite, et j’ai commencé ce travail le premier jour de ma retraite. J’ai alors commencé à ouvrir les fichiers, les archives, il m’a fallu trois ans pour le mener à bien.

Et finalement, quel regard portez-vous sur votre parcours ?

Ah ! Mon parcours à moi ! J’ai fait de mon mieux ce que j’avais à faire au moment où je travaillais. Et ça, c’est peut-être ma meilleure fierté. J’ai quand même 87 ans, et j’ai bien fait mon travail d’archiviste, puisque quand je suis parti on m’avait proposé d’être professeur d’archivistique à l’École des chartes. Ce qui veut dire que je n’avais pas mal travaillé quand même. On m’a appelé ici et on m’a chargé d’épigraphie médiévale. J’ai fait le travail, et je pense que ça a été plutôt positif ! J’ai fait de mon mieux à chaque fois que j’avais un travail qui m’était confié. Alors après, j’ai publié beaucoup ouvrages, mais bon, ça c’est une chose. Pour moi, en tant qu’homme, c’est d’avoir bien fait ce que j’avais à faire !

Quelles ont été, selon vous, les étapes les plus importantes de votre parcours ?

D’abord l’École des Chartes, là c’est plus personnel. J’ai été longtemps malade, donc quand j’ai recommencé à pouvoir travailler, je suis allé à Paris faire le concours d’entrée de cette école. Je l’ai préparé tout seul, et, au lieu de deux ans, en un seul, en travaillant quatorze – quinze heures par jour. Et ce, tous les jours. Ça a été une étape. Après, j’ai fait mon travail aux Archives Nationales et Départementales, et j’étais très bien dans ce métier, parce qu’on était tout le temps en contact avec le document. Et moi, c’est ça qui m’intéresse ; le document, l’étudier, voir tout ce qu’il apprend en le mettant à la disposition des historiens.  J’aurais pu continuer longtemps là-bas, ça ne m’aurait pas du tout gêné. Et puis, quand je suis venu ici, j’ai dû faire un changement radical ; changement de vie, parce qu’il fallait que j’enseigne quelque chose que je ne connaissais pas, et parce qu’il fallait être enseignant. A l’époque le CESCM était sous la tutelle d’une commission de spécialistes à Paris, et donc, quand le directeur est parti à la retraite en 1981 il n’y a pas eu d’élections, on m’a dit : « C’est vous, qui allez le remplacer ». J’ai accepté.

La vie vous mène comme ça. Il a fallu, pendant plus de trente ans, être à la fois professeur d’épigraphie, directeur du centre et parent, quand même.

Dernière question. Maintenant, quels sont vos projets ?

Quels sont mes projets ? Maintenant, je n’ai plus vraiment de projets. Il faut être raisonnable, et je n’ai plus l’âge de faire des projets à de longues distances, parce que, un jour ou l’autre on meurt, et à mon âge, c’est beaucoup plus près que pour vous ! Donc, pour le moment, ce qui m’intéresse, c’est d’aider l’épigraphie médiévale, qui n’a pas beaucoup de moyens. Simplement car il n’y a qu’un chercheur. Et donc, je fais du travail, tous les matins, pour l’épigraphie médiévale. Puis, Estelle Ingrand-Varenne (IR -CNRS en analyse de sources au CESCM) est partie pour 3 mois en mission, et elle m’a demandé un travail pour préparer le prochain volume du corpus. Et pour le reste, j’avais beaucoup de dossiers en attente que j’avais travaillés. J’ai réglé tous les problèmes et tous les dossiers. Maintenant je fais des recherches, publie des articles, fait des conférences quand on me le demande. Après, on verra.


Je remercie M. Favreau pour le temps qu’il m’a accordé, aussi bien pour ses explications sur l’épigraphie et les découvertes qu’il m’a fait faire, que pour cette interview. Ce fut une expérience très intéressante, riche et surtout, épanouissante. Et là, je parle de l’ensemble de ce stage. J’en reviens changée, et décidée à affronter l’avenir !

Merci à tout le CESCM !