[13 déc.] : Actualités de la recherche en archéologie castrale

Date : 13 décembre 2018 – 9h30 / 17h30

Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Séminaire de master 2 Archéologie III, coordonné par Nicolas Prouteau (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du master Mondes médiévaux.
Ouvert à tous les étudiants.


La Rochelle, Fouilles archéologiques de la tour Saint-Nicolas (Inrap). Cl. L’œil du Drone, 2017

Programme

• 9h30 – Introduction

• 9h40 – Emmanuel Barbier et Jean-Paul Nibodeau (Inrap Poitiers)  L’évolution des fortifications médiévales de La Rochelle (XIIe-XVe s.) d’après les découvertes récentes

• 10h40 – Pause

• 11h – Camille Marguerite (Hadès)
Barbezieux Saint-Hilaire (16) : résultats des fouilles (2009-2018) autour du château

• 11h40 – Emmanuel Corfmat, (archéologue contractuel)
Les premiers apports de l’archéologie à l’étude de la Tour de Gannes et de la ville neuve de Saint-Rémy-sur-Creuse (86)

• 14h – Teddy Bethus (Conseil départemental de la Vendée) et Charles Viaut (doctorant, CESCM / Université de Poitiers)
Des vicomtes de Thouars aux vidames de Chartres : une étude historique et archéologique renouvelée du donjon de Pouzauges (XIe-XVe s.)

• 15h – Clément de Vasselot (doctorant, Université de Nantes)
Baliser et construire l’espace. Les forteresses des Lusignan

• 15h45 – Pause

Session M2 et doctorant.es : La culture matérielle en contexte élitaire

16h / 17h15

Emma Dubroca (doctorante, CESCM / Université de Poitiers)
Les anneaux et les bagues du XIVe au XVIIe siècle. De la production à l’étude archéologique

Mathilde Buisson (master 2, CESCM / Université de Poitiers)
Le verre des périodes médiévale et moderne : l’exemple des fouilles du prieuré de Lavinadière en Corrèze

Henrique Sarmento Pedro (master 2, CESCM / Université de Poitiers)
L’artisanat des matières dures d’origine animale en contexte aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (XIIe-XVe siècles)

Valentin Louineau (master 2, CESCM / Université de Poitiers)
Les épées médiévales découvertes et conservées dans le Grand Ouest de la France (XIe-XVe siècles)

Voir le programme et l’affiche en ligne ICI

Contact : nicolas.prouteau@univ-poitiers.fr

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.


Programme

 

Mercredi 24 avril

 

9h30 – Accueil et introduction

10h – Conférence inaugurale : Jaroslav FOLDA, Crusader Gothic:  Artistic Imitation, Interactions, and Transfers.

1ère sessionChrétienté  et  Islam :  regards  croisés  (présidée par  Radouane Attiya)

11h – Adrian BOAS, The Acclimatisation of the Frankish Population to Life in the Latin East: Some Examples from Daily Life.

11h45 – Olivier HANNE, Adélard de Bath et les traductions de l’arabe à Antioche au XIIe siècle.

Buffet au CESCM

 

2e session – Échanges culturels en Méditerranée (présidée par Frédéric Bauden)

14h – Abbès ZOUACHE, Le Le Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn sur les croisades d’al –arīrī (m. ap. 1520), œuvre mémorielle ?

14h45 – Stéphane BOISSELLIER, Projet pour une étude comparée des dynamiques sociales en Occident latin et dans le monde arabo-musulman au Moyen Âge.

15h30 – Pause

16h – Robert KOOL, Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem: The Archaeological and Cultural Perspective.

16h45 – Sébastien GASC, Monnaies et circulation monétaire en Méditerranée aux XIIe-XIIIe siècles.

Inauguration de l’exposition de clichés photographiques sur les transferts Poitou-Orient latin : la commanderie de Cressac

18h30 – Réception à la Mairie de Poitiers

 

Jeudi 25 avril

 

3e session – Transferts linguistiques (présidée par Claudio Galderisi)

9h – Laura MINERVINI, Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan.

9h45 – Cyril ASLANOV, L’ancien français et l’arménien en contact en Cilicie : un épisode éphémère ?

10h30 – Pause

11h – Cinzia PIGNATELLI, Deux guides de Terre Sainte et leur traduction par Jean d’Antioche.

11h45 – Abderrazak HALLOUMI, Le Livre de l‘Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Buffet au CESCM

 

4e session – Tradition  manuscrite  et  culture  littéraire (présidée par  Martin Aurell)

14h – Bill BURGWINKLE, The Prodigal Text Returns: Cultural Transmission in the 13th Century.

14h45 – Catalina GIRBEA, Les transferts entre la France et la Terre Sainte dans le cycle épique de la croisade.

15h30 – Pause

16h – Marisa GALVEZ, Sounds of Crusade Departure and Cultural Transfer: The Disme de Penitanche by Jehan de Journi and “A la Fontana” by Marcabru.

16h45 – Johannes JUNGE RUHLAND, The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268).

17h30 – Mae LYONS-PENNER, Schooling Saladin: Objects of Communication in the Ordene de chevalerie.

Vendredi 26 avril

 

5e session – De la croisade à l’implantation (présidée par Nicolas Prouteau)

9h – Florian BESSON, “Que nul étranger n’entre dans le royaume de Jérusalem” : une réflexion sur les dynamiques d’éloignement culturel.

9h45 – Camille ROUXPETEL, Guillaume de Tyr, un Latin du Proche Orient.

10h30 – Pause

11h – Estelle INGRAND-VARENNE, Transferts épigraphiques : les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem.

11h45 – Clément  DE  VASSELOT, Guy de Lusignan : pouvoir et récits du règne  entre Occident, Orient latin et Chypre.

Buffet au CESCM

 

6e session – Altérité et acculturation (présidée par Marisa Galvez)

14h30 – Steven ISAAC, There and Back again : Women and Holy War.

15h15 – Martin AURELL, De l’acculturation à l’ethnotype, l’altérité du Poulain.

16h – Pause

16h30 – Conclusions générales par Claudio Galderisi


Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

ACTUS CESCM 2018/13

Les actus au CESCM

 

Nous avons le plaisir d’accueillir Pierre Levron, chargé de recherche CNRS, à compter du 1er novembre.  Il a soutenu une thèse sur la naissance de la mélancolie dans la littérature des XIIe et XIIIe siècles devant l’université de Paris-Sorbonne (Paris-IV). Ses recherches concernent la relation entre les discours relatifs aux savoirs et les discours littéraires, avec un objet d’interrogation central : la médecine. Il prépare actuellement un livre consacré à cette question.

Ileana Sasu a reçu un prix international de pédagogie dans la recherche, dans le cadre du projet international de transcription/philologie EMPOP – Early Modern Poetry Online Project.

Scott Brown, professeur en histoire de l’art médiéval à l’University of North Florida, est chercheur invité au CESCM du 4 novembre au 10 décembre 2018, dans le cadre du programme de Directeurs d’Études Associés de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.  Il était précédemment chercheur invité au CESCM en mai 2017. Spécialiste en histoire de l’art roman, son projet de recherche actuel concerne la carrière d’Amat d’Oloron, évêque, archevêque, et légat du pape à la fin du XIe siècle, et les traces de son influence politique, économique, théologique, et liturgique sur la formation de l’art monumental roman en France et en Espagne.

Lire le billet qui lui a été consacré en 2017 ICI.


Événements

 

Nous avons le plaisir d’accueillir le 13 novembre à 16h, en salle Crozet, Raluca Radulescu, professeure de philologie anglaise à l’université de Bangor – où elle dirige le Center for Arthurian Studies -, pour la conférence : Narrer Arthur après Geoffroy de Monmouth : émotions, langages et pouvoir. Détails ICI.

 

***

Dans le cadre du CPER NUMERIC et de l’exposition Jeux de lumières

Le 13 novembre à 20h30, à l’Espace Mendès France, Table ronde avec Cécile Voyer et Noël Richard (XLIM-SIC, CNRS) : Dans le secret des couleurs et des pigments, lorsque l’Histoire raconte les dernières innovations.

 

***

Le 14 novembre à 17h30 à la médiathèque François-Mitterrand, lors d’une rencontre organisée par la Société des antiquaires de l’Ouest, conférence de Sébastien Laurent : Un tour d’Aquitaine royal. Les voyages de Louis VII à Limoges, Bordeaux, Poitiers et Bourges en 1137.

***

Le 20 novembre à 12h se tiendra le premier atelier numérique de la saison : nous accueillons Harmony Dewez qui nous expliquera comment Organiser et rédiger son travail en histoire : présentation de logiciels utiles (Scrivener, Bépo, Asana, etc) 

***

Conférence par Fuensanta Murcia Nicolás, organisée dans le cadre du séminaire de master 2 dirigé par Marcello Angheben, le 21 novembre à 14h en salle Crozet : Du Trône de la Sagesse à l’Image Vivante. Les images miraculeuses de la Vierge à travers la culture visuelle du Moyen Âge 

***

Le séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit (SEMPER) lance en 2018-2019 sa 3e saison avec pour thématique « l’épigraphie en mouvement ». Première séance le 22 novembre.

***

Le colloque Saint-Martial de Limoges. Millénaire de l’abbatiale romane, 1018-2018 se tiendra à Limoges les 28 et 29 novembre prochain. Organisé en partenariat avec l’université de Poitiers et le programme Aquitania Monastica, il donnera la parole à plusieurs membres du CESCM. En prélude à cet événement, Claude Andrault-Schmitt publie de le compte rendu d’une journée d’études organisée par Cécile Treffort sur les recherches archéologiques récentes menées dans l’abbaye. Cette rencontre portait sur les états antérieurs à l’an Mil, tandis que le colloque sera centré sur la première moitié du XIe siècle.

Voir le billet ICI.


Participation à colloque

 

Le 15 novembre, Cécile Treffort sera aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon dans le cadre du colloque international Un monastère lyonnais et ses territoires : Saint-Martin de Savigny : Les épitaphes abbatiales de Savigny.

Charles Garcia participera au colloque Preuve/épreuve : la démonstration de la vérité en Péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle) le 22 novembre à Pessac : Les manifestation sahaguninas de la preuve au Moyen Âge (Léon-Castille, XIe-XIIIe siècle).


La photothèque et ses actus !

  • 6 novembre-19 décembre : exposition de photos “Détails-inattendus, curiosités et bizarreries. Les peintures de la nef de Saint-Savin” (Clichés J.-P. Brouard) à l’espace exposition SHA et au CESCM (salle Crozet et Pôle doc)

 

  • La base Romane est actuellement en maintenance. L’équipe est mobilisée pour rétablir l’accès au plus vite. Nous restons disponibles pour toute demande d’information ou de cliché spécifique. Merci de votre compréhension.
Besoin de consulter l’Index of Medieval Art de Princeton ? Contactez-nous ! phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

… Suivez les tweets de la Photothèque sur @polephototheque

Saint-Martial de Limoges avant l’an mil

Compte rendu de la table ronde du mercredi 25 avril 2018, CESCM

Au Moyen Âge, l’abbaye Saint-Martial de Limoges comptait parmi les plus importantes de l’Aquitaine du Nord. Un beau colloque lui avait été consacré en 20051. Une table ronde organisée par Cécile Treffort le 25 avril 2018 au CESCM, dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, a permis à une quinzaine de chercheurs de discuter des récentes découvertes archéologiques antérieures à l’an mil faites sur ce site archéologique, qui se trouve au plein cœur de la ville de Limoges. Nous vous livrons ici les principaux apports de la journée d’étude d’avril, en préalable au colloque organisé par la Société française d’archéologie les 29-30 novembre prochain à Limoges autour du « millénaire de l’abbatiale romane (1018-2018) », en collaboration avec le CESCM.

Introduction de la journée par Christian Sapin, membre du conseil scientifique accompagnant l’opération

Les problématiques monumentales et historiques ont beaucoup évolué depuis le colloque du CESCM publié en 2005, en raison de l’ouverture un an plus tard d’un imposant chantier de fouilles programmées confié à une équipe d’Éveha, sous la direction de Julien Denis, puis à partir de 2010 de celle de Xavier Lhermite (également membre du CESCM), assisté d’Angélique Marty. En novembre 2018, se tiendra à Limoges un nouveau colloque concernant le site, mais la chronologie explorée sera limitée à la première moitié du XIe s., date de la conception du chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes dont certaines des puissantes fondations sont mises au jour. Or une relecture des petits sanctuaires latéraux d’une part, la découverte sous l’abbatiale romane de structures antérieures à 832 ou proches de cette date donnée par les sources de l’autre, ont modifié et même bouleversé nos connaissances. Il est nécessaire de faire le point, même si l’aire d’extension des fouilles exclut une vision d’ensemble : la moitié sud du chevet, le bras sud, la moitié ouest de la nef demeurent sous la rue, tandis qu’au nord les massives fondations d’un théâtre et d’autres contraintes urbaines ne permettent ni d’éclairer les zones de contact entre édifices ni de phaser avec certitude les vestiges. Ajoutons des inquiétudes au sujet du devenir des vestiges.

Présentation des étapes antérieures à l’époque carolingienne, par Xavier Lhermite

Il ne fait aucun doute que le site correspond à un quartier de la ville antique. Mais le castrum de l’Antiquité tardive est inconnu et l’historicité du saint lui-même ne peut être fixée précisément. Vers 500 l’évêque Rurice Ier aurait fait construire une basilica connue de Grégoire de Tours, mais où les sarcophages avaient déjà été déplacés. Les “clercs” de Saint-Martial sont connus du testament d’Yrieix (572).

Archéologiquement, un grand fossé s’inscrit dans la trame antique. Puis s’est développée une très grande nécropole, ponctuée de mausolées et petits édifices : 

– le mausolée dit “de la Courtine”, situé au sud de l’abbatiale romane et découvert fortuitement, possède un plan en partie centré entouré de caniveaux (v. 250-350 pour les sépultures ?). Il a été transformé en église v. 600 ;

– le mausolée pour le sarcophage de saint Martial (à l’ouest de Saint-Pierre mais au-delà d’un hiatus) n’a pas bénéficié d’études suffisantes ; il n’est daté que par le personnage et ses accès sont énigmatiques. Il a constamment été réaménagé jusqu’au XVIIIe s. et sa position par rapport à la basilica reste singulière ;

– l’église Saint-Pierre du Sépulcre, qui correspond à la basilica vue par Grégoire de Tours, est installée sur un quadrillage plus ancien, donnant notamment les fondations d’un premier chevet, quadrangulaire. Dans un état 2, une abside est encagée dans ce chevet, avec une échancrure  permettant de mettre en valeur une sépulture. Dans un état 3, l’abside est arasée au nord et reconstruite, tandis qu’au sud on la refonde. Un sarcophage formé de blocs de calcaire agrafées (encore visible au XVIIe s.) est superposé à la sépulture axiale : on a trouvé à l’intérieur à la fois un sarcophage-reliquaire vide et un ensemble de plaques de plomb qui constituaient vraisemblablement un seul cercueil. Parmi les sépultures disposées en biais mais régulièrement de part et d’autre de cet axe, celle située au sud et postérieure à la mise en place du sarcophage d’axe a pu être datée entre 602 et 674.

La nef a connu également deux états, et on mesure bien à quel point son gouttereau sud a déterminé l’extrémité biaise du futur transept roman.

– les structures sous-jacentes à l’abbatiale romane, bouleversées par les fondations du théâtre, sont d’interprétation difficile. Mais il est sûr qu’on devrait s’interroger sur la volonté visible de préserver certains espaces au cours des chantiers successifs (par exemple la chapelle de l’Ange a connu des états bien antérieurs au XIIIe s. ; et la rupture qu’on lit dans le plan du gouttereau de la nef romane est peut-être due à la prégnance d’un bâtiment). Un puits, antérieur aux sépultures, était encore en eau dans les années 1960. Mais aucun niveau de sol associé n’a pu être déterminé.

Présentation des structures de l’époque carolingienne par Angélique Marty

Cette deuxième partie de la journée a imposé également, pour plus de clarté, de réduire le nombre des remaniements décelés. Des plans ont soutenu l’interprétation sans pour autant la figer (une gageure !). Notons préalablement un arrêt complet des sépultures dans le secteur à partir du VIIIe s. Cet arrêt semble contemporain de la décision d’édifier une construction ambitieuse, située sous l’abbatiale romane mais alignée avec les axes de son déambulatoire. Trois grandes phases ont pu être mises en évidence, qui ne reflètent sans doute qu’une partie des multiples modifications du bâtiment entre la fin du VIIIe s. et le début du XIe :

1- un bâtiment allongé de 3 travées de 6 m de long chacune, installé sur le substrat débarrassé et aplani et prolongé à l’est par une travée carrée plus large et semi-enterré (fin VIII– déb. IXe s. ?) ;

2- cet édifice est entièrement repris et agrandi, avec un nouveau chevet, dans le cours du IXe s. Il est alors pourvu, à l’emplacement de la future croisée du transept romane (dont la singulière ampleur est ainsi expliquée), d’une salle semi enterrée de plan polygonal dont seule la partie occidentale est définie par de solides structures murales, notamment des niches cruciformes inscrites dans les deux pans obliques ;

La salle polygonale semi enterrée sous la croisée de l’abbatiale romane ; au premier plan une des deux niches intra muros cruciformes (cliché : Éveha)

3- Dès le courant du IXe s., une importante réorganisation du bâtiment s’accompagne d’une reprise des fondations pour les renforcer. Alors est implantée une zone de travail (chaux, verre ?) au sein même des parties orientales de la crypte peut-être réduite pour l’occasion. Dans le même temps, la salle polygonale est pourvue d’un nouvel accès, au sud. Des modifications du chevet et la construction d’un vaste transept ont été rattachées à cette phase, même si ces travaux pourraient résulter de campagnes d’embellissements différenciées au cours des IXe-Xe s.

Questions et réflexions

Pour démontrer le caractère ouvert du dossier, voici quelques-unes des réactions des auditeurs, qui ont été impressionnés par les avancées du travail d’interprétation :

– comment comprendre les grands murs alignés sur arches qui matérialisent les niveaux des terrasses à l’est de l’abbatiale romane et qui sont connus par des dessins dans un article de Raymond Couraud ? Ils ont visiblement recoupé des structures antiques et ont été à leur tour recoupés par une chapelle votive du XIIe s. – constatations qui proviennent d’un nouveau phasage établi par Aurélien Sartou (Éveha) à partir de la documentation ancienne (un article est en préparation sur cette question). Il faut envisager un projet architectural ambitieux du haut Moyen Âge. Un espace public (v. 700 ?) peut-il être mis en parallèle avec des indices donnés par les sources hagiographiques ?

– le sarcophage situé au sud du sarcophage d’axe de Saint-Pierre et établi après la réfection du chevet ne pourrait-il être celui de saint Loup († 634) ?

– le bâtiment allongé de 3 travées, d’époque carolingienne, était-il déjà une église ? Pouvait-il supporter un étage ?

– comment l’extraordinaire salle polygonale, qui prouve incontestablement un usage cultuel, sans doute associé à une dévotion la croix et donc au vocable du Sauveur, pouvait-elle être ouverte vers le chevet ? Y a-t-il coïncidence avec les événements importants transmis par les textes à l’époque de Louis le Pieux ou de Charles le Chauve ?

 

  1. Saint-Martial de Limoges. Ambition politique et production culturelle (Xe-XIIe s.), publié sous la direction de Claude Andrault-Schmitt []

[Exposition] Détails – inattendus, curiosités et bizarreries. Les peintures de la nef de Saint-Savin


Exposition de photographies de détails des peintures de Saint-Savin, captés par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM

Dates : du 9 novembre 2018 au 19 décembre 2018
Apéritif inaugural : jeudi 8 novembre, à 11h30, pôle documentaire Berthelot

Lieux : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts
* Espace d’expositions de SHA et BU Michel Foucault – 8 rue René Descartes, bât. E18
* Hôtel Berthelot, pôle documentaire et salle Crozet – 24 rue de la chaîne, bât. E13

Exposition organisée par le CESCM, sous la coordination de Chrystel Lupant et Carolina Sarrade, avec le soutien de la commission Vie culturelle et associative de la faculté des Sciences humaines et arts, en partenariat avec l’EPCC de Saint-Savin-sur-Gartempe et Vallée des Fresques, et la BU Michel Foucault.

Entrée libre

 
Joseph main Pharaon 1200 (Cliché J-P Brouard / CESCM)

L’occasion de redécouvrir les peintures de Saint-Savin-sur-Gartempe, si souvent citées ou publiées, mais dont nous méconnaissons beaucoup de détails. Les photographies montrent ce que l’œil ne voit pas depuis le sol de la nef, les repentirs des peintres, les modifications, les curiosités et autres bizarreries.
L’exposition permet aussi de découvrir les strates de la peinture, grâce au travail d’archéographie réalisé par Carolina Sarrade et aux panneaux prêtés par l’EPCC de Saint-Savin. Une sélection de quelques ouvrages de la BU complète cette présentation.


Horaires d’ouverture :
– Espace d’expositions et BU Michel Foucault :
du lundi au vendredi : 8h30 / 18h30
le samedi : 9h / 17h (accès le samedi par le 23 bis rue des Carmélites)
– Hôtel Berthelot – Pôle documentaire :
du lundi au vendredi : 9h / 17h