Poitiers : Le doyen Palazzo va passer une année à Princeton

Article paru dans La nouvelle République du Centre-Ouest le 2 septembre 2018, publié par Laurent  Favreuille et repris avec son aimable autorisation.

Voir l’article ICI


Doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à jeudi dernier, Éric Palazzo a quitté son bureau de l’Hôtel Fumé pour rejoindre le prestigieux Institute for Advanced Study de Princeton. Il y restera un an.

Photo NR

Doyen de l’UFR de sciences humaines et arts de l’université de Poitiers, Éric Palazzo s’est envolé jeudi pour l’Institut de Princeton, aux États-Unis.

C’est le genre d’opportunité qui ne se refuse pas dans une carrière de chercheur. Quand Éric Palazzo a su qu’il était choisi par l’Institute for Advanced Study de Princeton pour passer une année entière aux États-Unis, il en a aussitôt parlé au président de l’université de Poitiers qui l’a félicité et lui a simplement dit : « Tu dois y aller. »
L’amphithéâtre où enseignait Albert Einstein est resté en l’état. Il faut dire que, dans le monde de la recherche universitaire, l’institut de Princeton tient lieu de Graal. Fondé dans les années trente par de riches mécènes philanthropes, il a notamment accueilli Albert Einstein lorsque le physicien a choisi l’exil outre-Atlantique. « Einstein à Princeton, c’est un peu comme la Tour Eiffel à Paris : un monument ! sourit Éric Palazzo. Il y est resté vingt ans et l’amphi où il enseignait est demeuré en l’état : on n’a touché à rien. »
Tous les ans, les quatre écoles qui composent l’institut privé (études historiques, mathématiques, sciences naturelles, sciences sociales) sélectionnent chacune une trentaine de chercheurs parmi l’élite mondiale pour leur offrir les meilleures conditions possibles. « On y a une liberté absolue », poursuit celui qui était doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à fin août (David Clarys lui succède à ce poste). « J’ai pour objectif d’écrire un livre, cette année, mais on n’a aucune obligation et on n’est soumis à aucun contrôle. Il n’y a pas beaucoup d’endroits dans le monde où on permet ça. Et surtout pas en France, même s’il y a le CNRS J’y suis entré en 1992 et j’y ai bénéficié d’une certaine liberté, mais c’était dans le cadre d’un laboratoire, avec un programme bien précis. »
À Princeton, le chercheur poitevin n’aura donc pas d’obligations vis-à-vis de l’université voisine, puisque l’institut en est totalement indépendant. Mais des liens forts se sont néanmoins tissés entre ces deux structures. « J’ai déjà une quinzaine d’interventions prévues dans différentes universités américaines, détaille Éric Palazzo. Je vais donner des conférences à Columbia ou à Yale, par exemple, mais j’ai aussi été invité par un groupe d’étudiants de l’université de Washington. »
Et quand on lui demande s’il ne regrette pas de quitter son poste de doyen, deux ans à peine après sa prise de fonction, l’universitaire se montre philosophe : « Les projets que j’avais pour la faculté sont déjà en place, souligne le quinquagénaire. Cette deuxième année de mandat a été consacrée à l’élaboration de la nouvelle offre de formation et à la gestion des blocus étudiants Voir notre faculté abîmée, avec des tags et des portes cassées, ça a nuit d’une certaine manière à l’image de la ville. Mais j’ai aussi eu la satisfaction de voir se monter, au département d’histoire de l’art, une exposition au Musée Sainte-Croix dont les commissaires étaient les étudiants qui ont choisi des œuvres dans les collections du Frac (ndlr : le Fonds régional d’art contemporain). C’est une belle façon de relier une faculté à sa ville et aux institutions. »
Faire rayonner Poitiers L’ancien directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) est surtout heureux de pouvoir faire rayonner l’université et la ville de Poitiers à l’étranger, tout en ayant l’opportunité de replonger dans la recherche. « Pendant dix ans, j’ai travaillé sur les cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, explique le médiéviste. À Princeton, je vais travailler sur le thème de l’énergie et du mouvement dans la liturgie médiévale. Et je suis excité à l’idée de pouvoir discuter d’énergie et de mouvement avec les plus grands physiciens mondiaux. »

Bio express

 

4 mai 1963 : Naissance d’Éric Palazzo à Antony (Hauts-de-Seine).
16 février 1990 : Soutenance d’une thèse de doctorat, Histoire et archéologie des mondes médiévaux, à l’Université de Paris X-Nanterre.
1992-1999 : Chargé de recherches au CNRS, rattaché à la section « Liturgie » de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (Orléans).
Depuis 1999 : Professeur d’histoire de l’art du Moyen Age à l’université de Poitiers.
2000-2007 : Directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’université de Poitiers.
2011-2016 : Membre senior à l’Institut universitaire de France.
2014-2018 : Directeur du département d’histoire de l’art et d’archéologie, université de Poitiers.
2016-2018 : Doyen de l’UFR sciences humaines et arts de l’université de Poitiers.
2018-2019 : Chercheur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis).