[12 juin] Conférence de Mary Franklin-Brown

Sur invitation de Vincent Debiais, Mary Franklin-Brown présente une conférence intitulée : Bertran de Born et saint Léonard, ou le trobar libérateur.

 

Date : Mardi 12 juin, 16h-18h.

Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13

Entrée libre – Ouvert à tous

Mary Franklin-Brown est maître de conférences au Département de français et d’italien de l’Université du Minnesota, où elle étudie la littérature et l’histoire intellectuelle de la France pré-moderne. Elle propose des enseignements de littérature et langues médiévales (ancien français, ancien occitan et latin médiéval). Elle est membre du Centre d’études médiévales de son université où elle dirige les études de master et de doctorat.

Voir sa page académique ICI


Nous prenons comme point de départ une strophe du grand troubadour de Hautefort :
Chaque jour je ressemelle et retaille les barons,
je les refonds et je les trempe,
moi qui me proposais de les défricher.
Et je suis bien fou de m’en préoccuper,
car ils sont de plus mauvaise qualité 
que ne l’est le fer pour saint Léonard,
aussi faut-il être fou pour se donner de la peine pour eux.
(PC 80,44, strophe V, traduction de Gérard Gouiran)
À la différence de son confrère Arnaut Daniel, qui compare l’art de composition, le trobar, à une fabrication artisanale réussite, Bertran de Born se représente en artisan frustré par un matériau médiocre. Or cette analogie se transforme en miracle à la fin de la strophe : le fer que l’on brise, ce sont les chaînes des prisonniers libérés par saint Léonard.
La conférence proposée tentera une nouvelle explication de l’art des troubadours – et surtout du sirventes, genre dévoué aux commentaires sur les personnages et les habitudes du moment – en tant que libération. Le trobar, ce n’est pas la fabrication d’objets d’art poétiques. C’est plutôt la création, à partir d’un matériau de faits divers troublants, d’un jeu qui soulage et réjouit les cœurs.