[1er déc.] Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers et l’architecture romane au premier XIe siècle

Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers et l’architecture romane au premier XIe siècle

Atelier organisé dans le cadre du projet la culture visuelle des chanoines (Axe 3 du CESCM), sous la coordination de Cécile Voyer (CESCM) et Éric Sparhubert (Criham).

Lieu : Poitiers, hôtel Berthelot | 24 rue de la chaîne | bât. E 13 | salle Berger

Date : vendredi 1er décembre | 10h-17h

Renseignements : Cécile Voyer cecile.voyer@univ-poitiers.fr

Pour voir l’affiche et le programme

Ill. : Veüe de l’églisse de sainct Hilaire le grand à Poictiers, 1699. Bnf. © Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel / c. Rome, 2012 | conception graphique : Isabelle Fortuné / Université de Poitiers

Assurément moins médiatisée et moins célèbre que sa voisine Notre-Dame-la-Grande, et bien qu’amputée des étages de son clocher et d’une partie de sa nef, la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers est un édifice de première importance pour la période romane. Sa mise en œuvre au XIe siècle témoigne à la fois des ambitions d’une communauté de chanoines prestigieuse et puissante, dont l’abbé laïc était le comte de Poitiers, duc d’Aquitaine, mais aussi des nécessités d’adaptation à un site à l’histoire longue qui s’ancre sur le tombeau d’Hilaire, premier saint évêque de Poitiers.
En 1982, Marie-Thérèse Camus a consacré à cet édifice une importante étude qui en a précisé la chronologie. Restée unique, cette étude a été développée par des compléments sur la tour-porche, les chapiteaux, les peintures du rond-point du chevet à l’occasion de leur découverte.
Depuis 30 ans, les travaux des historiens sur le chapitre de chanoines, sur les ducs d’Aquitaine, ou encore le culte de saint Hilaire, mais aussi les recherches sur les peintures du chevet et les investigations des archéologues sur le quartier canonial ont renouvelé notre vision du site et de son histoire. En outre, les recherches sur l’architecture du XIe siècle ont profondément modifié notre connaissance du paysage artistique de cette période.

Une nouvelle étude de la collégiale Saint-Hilaire peut être aujourd’hui envisagée à nouveaux frais, profitant notamment des données nouvelles fournies par le recours aux nouvelles technologies mais aussi aux relevés du bâti.
Il ne s’agit pas de faire table rase des travaux antérieurs, bien au contraire, mais de proposer un aggionamento des connaissances sur cet édifice et de l’inscrire dans une approche pluridisciplinaire afin de préciser les enjeux de la construction et du décor, leur place dans l’art des XIe‑XIIe siècles ou encore d’inscrire l’édifice et ses annexes
dans l’histoire de la ville de Poitiers.
On se concentrera tout particulièrement sur la période IVe‑XIIe siècle qui, non seulement correspond à la construction du gros-œuvre, à l’apogée du chapitre, mais se révèle surtout d’une cohérence impressionnante.

Dans un premier temps, on s’intéressera en particulier à l’architecture. Outre l’affinement de la chronologie et des étapes de chantier, plusieurs questions sous-tendront l’étude architecturale : Quelle relation entretiennent l’édifice et le chantier roman avec le(s) édifice(s) antérieur(s) ? Quelle place pour le culte de saint Hilaire ? Comment interpréter la cérémonie de dédicace de 1049 par rapport
à la construction romane ?
La place de la tour-porche et celle du chevet à déambulatoire seront également précisées à la lumière des études récentes sur les édifices de la vallée de la Loire de la première moitié du XIe siècle ou plus méridionaux.
Il s’agira aussi d’interroger une chronologie relative et de préciser les rapprochements avec des monuments voisins datés de la même période tels que Notre-Dame-la-Grande, Sainte-Radegonde, Saint-Savin, Saint-Nicolas, Montierneuf.
On s’interrogera aussi sur la mise en œuvre des maçonneries comme du recours à la pierre de taille (évolution, usages différenciés perceptibles sur le bâtiment). Enfin la question de la réception de la tradition basilicale et son évolution, concomitante à l’introduction de la travée-cellule et du voûtement constituera un axe important de la réflexion.

En préambule à ce vaste chantier une première étape est proposée sous la forme d’un atelier. Largement basé sur l’échange et la discussion, celui-ci s’organise en trois temps.
Un premier est consacré à la présentation par les différents intervenants d’un certain nombre de dossiers qu’ils maîtrisent et/ou des travaux en cours constituant des études de cas afin de nourrir la réflexion sur Saint‑Hilaire.
Dans un deuxième temps, une visite sur le site de Saint-Hilaire permet d’apprécier au plus près l’édifice et les problématiques qui s’en dégagent.
Enfin, un troisième temps est dédié à une discussion générale.

 

Programme

10h/12h

Présentation du projet : La collégiale Saint-Hilaire et ses chanoines

  • Éric Sparhubert (Criham, Université de Limoges) et Cécile Voyer (CESCM, Université de Poitiers)

Avec la participation de Marie-Thérèse Camus (CESCM) et Quitterie Cazes (Framespa, Université de Toulouse–Jean Jaurès)

Études de cas, comparatismes, réflexions

  • Anastasiya Chevalier-Shmauhanets (ArScAn-THEMAM, Université Paris Nanterre), Les nefs des églises rurales paroissiales du diocèse de Rouen (XIe-XIIe siècle)

 

  • Thomas Pouyet (Université François-Rabelais, Tours), La tour-porche de l’abbaye saint-Paul de Cormery

 

  • Daniel Prigent (ArTeHis),  Techniques de construction et de mise en œuvre de la pierre à l’époque romane, études comparées entre Anjou et Poitou

 

14h/17h

Visite de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand

Table ronde


     

Échanges avec les médiévistes américains

Dans le cadre d’un financement obtenu via le Centre France-Stanford (Californie), trois enseignants-chercheurs du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) vont se rendre en avril prochain dans la prestigieuse Université de Stanford pour travailler, avec leurs collègues médiévistes américains, sur la thématique suivante : les échanges culturels entre l’Occident et l’Orient au XIIIe siècle. Entretien avec Martin Aurell, historien-médiéviste, directeur du CESCM, à l’initiative de ce projet.

Les trois participants du laboratoire CESCM au programme avec Stanford: de gauche à droite, E. Ingrand-Varenne, M. Aurell et N. Prouteau (© JP Brouard)

Qu’est-ce qui a motivé cet échange avec l’Université de Stanford ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à l’Université de Stanford pour présenter, lors d’un colloque international, mes travaux sur la féodalité dans le sud de La France. J’avais alors établi des liens avec certains de mes homologues américains. Lorsque j’ai eu connaissance d’un appel d’offres d’échange international lancé par le Centre France-Stanford, partenaire du Ministère français des Affaires étrangères dans cette prestigieuse université (elle est classée 3e meilleure université mondiale dans le classement de Shangaï et compte pas moins de 20 prix Nobel), j’ai réactivé mes relations, notamment avec Marisa Galvez, spécialiste de la littérature médiévale pour envisager un travail commun.
Ensemble nous avons monté un programme autour d’une thématique, qui nous anime tous les deux : les échanges durant les croisades au XIIIe siècle entre le sud de la France et l’Orient.

C’est un sujet peu exploré car on a longtemps considéré les guerres de religion comme une période de chaos qui n’avait rien apporté. C’est une idée qui est de plus en plus remise en cause car ceux qui les menaient, par exemple Richard Cœur-de-Lion et Saladin, se respectaient. Des échanges, autres que guerriers, ont donc eu lieu, de dimension culturelle ou de pratiques sociales, entre musulmans et chrétiens via les croisés et les pèlerins.
Ce qui fait écho avec l’actualité. C’est un point qui, je pense, nous a aidé à obtenir les financements.

Quelle forme va prendre cette collaboration ?

Elle va se traduire par l’organisation de deux colloques : l’un qui aura lieu à l’Université de Stanford en avril prochain et un second qui se déroulera à l’Université de Poitiers en 2019. Pour ce qui est du premier colloque, je serai du voyage ainsi que deux collègues du CESCM : Estelle Ingrand-Varenne du CNRS qui est épigraphiste médiévale (spécialiste des inscriptions) et Nicolas Prouteau, maître de conférences, archéologue, spécialiste des châteaux.
Ces colloques, qui réuniront aussi 10 experts et chercheurs américains, vont offrir l’opportunité de mieux comprendre les échanges mercantiles, artistiques et idéologiques durant cette période de croisade et évaluer leur influence sur la culture chrétienne et musulmane. Chaque intervenant, dans sa discipline, aura une demi-heure pour exposer ses travaux, temps qui sera suivi d’échanges. Les deux colloques déboucheront ensuite sur l’édition d’un ouvrage.

Qu’attendez-vous de ce déplacement aux États-Unis ?

Ce sera pour nous l’occasion de confronter nos idées. Il est important d’aller voir en dehors de l’Europe la façon d’appréhender la recherche sur le Moyen Âge. Les  États-Unis sont un véritable laboratoire d’idées, les chercheurs ont une approche imaginative qui nous manque un peu.
L’objectif est aussi de jeter les bases d’une collaboration future entre les médiévistes francophones et américains.

CESCM Actus 2017/7

Actualité

 

Dans la page actualités internationales du site de l’Université de Poitiers :

Échanges avec les médiévistes américains


Événements

 

 

  • Focus n° 3 : Le 5 décembre à 12h, la photothèque reçoit Frédéric Epaud pour nous permettre de découvrir la charpente de la cathédrale de Poitiers.


Parutions

 

Le dernier Cahiers de civilisation médiévale, 60/3 (239) est sorti :

Lucie Malbos vient de publier un ouvrage intitulé Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle)chez Brepols.


Participations à colloques, journées d’études …

 

Le 21 novembre Martin Aurell participe à un débat au 28e Festival international du Film d’histoire de Pessac = « De Guillaume le Conquérant à la Guerre de Cent Ans : naissance d’une nation ».

Vladimir Agrigoroaei sera au Colloque de Merléac Ut pictura genesis : le patrimoine numérisé de la Bible au Moyen Âge le 22 novembre à Paris (Henri IV) et le 23 novembre à Merléac (22) = « Les inscriptions de Merléac dans l’histoire des textes bibliques historiés« .

Participation de Marcello Angheben à la journée d’études Histoires chrétiennes en images : espace, temps et structure de la narration le 23 novembre à l’INHA = « Les stratégies de la narration dans le cycle vétérotestamentaire de Saint-Savin« .

Le 23 novembre Pamela Nourrigeon participe à l’International conference Second Fiddles in Medieval Ritual de Trondheim = « Role and Symbolism of the Secondary Ministers in the Illustrations of the Christian Mass« .

Blanca Angeles présente une communication le 23 novembre au colloque Pratiques des indulgences. Tradition, innovation, adaptation dans les sociétés européennes (du Moyen Âge à l’époque contemporaine) II, à l’Univ. Paris-Nanterre = « Une complexité arithmétique : le calendrier sur les indulgences conservé dans un sermon anglais du XVe siècle de l’Ordre des Brigittines« .

Participent au colloque international de Gérone, Cathedrals and mosques: Building Urban memories ans landscapes in Southern Europe (12th-14th centuries), Vincent Debiais (23 novembre) = « Las inscripciones del claustro de Roda de Isabena. Construcción del espacio y disposición de la memoria » et Marcello Angheben (24 novembre) = « Una escenografia de la luz para el santuario de la cathedral de Chartres: las vidriedras de las ventanas superiores y las funciones cultuales y eucarísticas del altar ».

Le 24 novembre Christelle Chaillou-Amadieu sera au colloque Courts and Troubadours Culture à Gérone = « Towards an Understanding of Troubadour Performance« .

Lucie Malbos à la journée d’études Les Vikings : une saga européenne, organisée par la revue L’Histoire le 2 décembre à Caen = « Drakkars, marteaux de Thor et pièces de monnaies : histoires d’objets vikings » (communication présentée avec Jens Moesgaard)


Soutenances de thèse

 

  • le 1er décembre à 14h au CESCM = Viola Mariotti « La première traduction française des traités moraux d’Albertano da Brescia : édition et étude critique du manuscrit fr. 1142 de la BnF », en codirection avec Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli.
  • Le 6 décembre 2017 à 14h au CESCM = Amélie Rigollet, certifiée d’histoire, « La famille de Briouze (XIe-XIIIe s.) », en codirection avec Martin Aurell et Daniel Power (Université de Swansea).
  • Le 9 décembre à 9h30 au CESCM = Sébastien Laurent, agrégé d’histoire, « Troubadours et société en Aquitaine au XIIe siècle (1071-1199) », en codirection avec Martin Aurell et Catalina Girbea (Université de Bucarest).
  • Le 9 décembre à 14h30 au CESCM = Véronique Soreau, « La médecine par les plantes et les étoiles au XVe-XVIe siècles », sous la direction de Stephen Morrison.

[Rappel] : Colloques, journées d’études …

 

Stéphane Boissellier et Nathalie Bouloux organisent deux demi journées d’études les 24 et 25 novembre au CESCM : Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels.

Ces journées s’inscrivent dans le cadre du projet de la Fédération des études supérieures du Moyen Âge et de la Renaissance, Fédération de recherche 3482-FESMAR (CNRS-Université François Rabelais de Tours – Université de Poitiers), dont vous pouvez consulter le carnet de présentation ICI.

  • Martin Aurell et Estelle Ingrand-Varenne organisent et participent au colloque international Mise(s) en œuvre(s) des Écritures 2, les 4 et 5 décembre à l’École des chartes, en collaboration avec plusieurs laboratoires : Christiane Veyrard-Cosme (Sorbonne nouvelle-Paris 3 / EA 173-CERAM) ; Jordi Pia (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / EA 173-CERAM) ; François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes / EA 3624-Centre Jean-Mabillon) ; Olivier-Thomas Venard (École biblique et archéologique française / Bible En Ses Traditions) ; Vincent Zarini (Paris-Sorbonne / IEA / LEM (UMR 8584)

Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle)

Lucie Malbos

Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle)

Turnhout : Brepols, 2017

Haut Moyen Âge (HAMA 27) – 453 p.

ISBN: 978-2-503-57580-3

 

Marchands, pirates et autres voyageurs n’ont pas attendu le VIIe siècle pour prendre la mer. Toutefois, alors que les échanges, tant commerciaux que culturels, se développent fortement et que la voile fait son apparition dans les mers nordiques, le contexte est propice à l’essor de grands ports marchands (emporia ou wics) sur leurs rives.

Les caractéristiques communes de ces établissements portuaires, lieux de rencontre et de brassage au centre des réseaux d’échanges, invitent à une approche comparative des espaces franc, anglo-saxon, scandinave et slave. Pour étudier les emporia à la lumière des recompositions politiques, économiques et sociales des VIIe-Xe siècles, un large éventail de sources, à la fois textuelles et archéologiques, est mobilisé, dans le cadre d’une approche interdisciplinaire, sollicitant également la géographie et l’anthropologie.

Ce livre cherche à comprendre les interactions entre ces ports et leurs arrière-pays et à mettre en lumière les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent, en prenant en compte les différents jeux d’échelle. Il s’agit de s’interroger sur les spécificités de ces communautés portuaires émergentes, tout en reconsidérant leur place dans les réseaux économiques du premier Moyen Âge à la lumière des récentes découvertes, qui bouleversent les approches traditionnelles, en Europe et même au-delà.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée et docteur en histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Lucie Malbos est maître de conférences à l’université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévales (Poitiers – CNRS, UMR 7302).