Un collaborateur appréciable aux Archives de la Vienne

Nous avons le plaisir de retrouver Gaël Chenard, ancien étudiant du CESCM, pour de nouvelles prises de fonctions à Poitiers.

Il nous raconte son parcours, ses projets.

Cher Gaël, vous avez été étudiant au CESCM, rappelez-nous votre parcours :

J’ai suivi un double cursus à partir de mon Master II (2005) au CESCM et à l’École des Chartes. Je suis archiviste paléographe depuis ma sortie de l’École nationale des chartes en 2008. J’ai intégré en 2008 l’Institut National du Patrimoine et suis devenu  conservateur du patrimoine en 2009.

Dans le même temps, j’ai débuté ma thèse sur L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271). Par intérêt réel pour l’histoire médiévale, un ancrage était logique au  CESCM.

En juillet 2009, j’ai pris mes fonctions comme Directeur des archives de Hautes-Alpes, à Gap.

Tout en exerçant mes fonctions j’ai poursuivi cette thèse, que j’ai soutenue en décembre 2014 à l’École des Chartes et dont vous étiez le co-directeur avec Olivier Guyotjeanin, cher Martin1

Vous êtes désormais en poste à Poitiers, comment voyez-vous le futur :

J’ai été nommé directeur des Archives départementales de la Vienne, à Poitiers2 début 2017, et suis ravi de ce retour.

À titre personnel et ce après une période d’atterrissage, je souhaite poursuivre des recherches sur la comptabilité et les moyens de gouvernement au XIIIe siècle. Je travaille de plus au projet de publication de ma thèse.

Concernant mon activité professionnelle, les archives départementales ont un fonds considérable et notre rôle de service public premier, est de permettre un maximum d’accès aux 25km linéaires de documents que nous possédons. Car nos maîtres mots sont les 4C : «  Collecter, Classer, Conserver, Communiquer ».

IL est important de poursuivre de plus le travail de numérisation. Notons que depuis quelques années Pierre Carouge, directeur-adjoint des archives, mène un projet avec SIGILLA, qui consiste en une identification et description des sceaux de notre fonds, en vue d’une numérisation.

Cela permettrait donc des collaborations avec le CESCM ?

Notre fonds est effectivement peu voire pas exploité par les chercheurs et les étudiants, il n’y a pas de réel partenariat. C’est pourquoi je souhaite intervenir en amont dès les cours de licence, comme cela a été le cas le 7 avril dernier, afin de valoriser notre important fonds médiéval.

Notons aussi que lors des Semaines d’études médiévales 2017, aura lieu une présentation de Documents originaux des Archives départementales par Pierre Carouge et moi-même, le mardi 27 juin à 16h.

Il reste d’autres pistes à réfléchir, pourquoi pas un projet ANR de numérisation.

Merci cher Gaël, je ne doute pas que nous aurons bien des projets à mettre en place avec vous, d’autant que vous êtes désormais membre associé du CESCM, ce dont nous nous réjouissons.

  1. voir billet rédigé par Alain Provost : http://cescm.hypotheses.org/3279 []
  2. Archives départementales – 30 rue des Champs Balais, POITIERS, http://www.archives.departement86.fr/ []