[Exposition] Patrimoine vivant

Exposition Patrimoine vivant, jusqu’au 15 juin 2017 au Pôle documentaire du CESCM.

Issues du fonds ancien et historique de la photothèque du CESCM, une sélection de cartes postales de la fin du XIXe et du début du XXe siècle présente la vie quotidienne auprès de monuments historiques, médiévaux ou non. Écoliers, marchands, villageois et bourgeois, amateurs de vieilles pierres s’y cotoient et sont les témoins d’un temps passé. Les cartes postales, au charme suranné, offrent également un regard sur les bâtiments ayant depuis souffert de l’action de l’homme ou de l’histoire, et souvent restaurés.

Le fonds ancien de la Photothèque est constitué de clichés noir et blanc, de grand et de moyen format, de milliers de cartes postales et de plus de 3000 plaques photographiques sur verre. Ce fonds précieux est complété par les clichés argentiques, près de 30.000 diapositives, des plans d’architecture ainsi que des prises de vue numériques pour un total d’environs 200.000 documents iconographiques consultables au Pôle documentaire du CESCM et dont les nombreuses notices indexées dans la base Romane rendent progressivement compte.

[13 avril] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Journée jeunes chercheurs Janua : La corporalité antique et médiévale

Date : 13 avril 2017 – 9h / 18h

Lieu :  Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Journée d’études jeunes chercheurs organisée par l’association Janua.
Ouvert à tous les étudiants

Présentation

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 13 avril 2017 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans). Le thème retenu cette année est celui de la corporalité, entendue au sens large : qu’elle soit personnelle ou collective, matérielle, spirituelle, liée à la nomenclature des gestes, à la question des comportements, à l’idée de norme, etc.

La corporalité antique et médiévale

La corporalité, concept central de nos sociétés, facteur clé pour la compréhension de l’homme et de ce qui l’entoure, se situe au carrefour de nombreuses disciplines : psychologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, philosophie, littérature, sociologie, anthropologie, etc., pour ne parler que des sciences sociales. De par son rapport étroit à la spiritualité, au concept d’âme, le corps se trouve au cœur du discours médical, littéraire, philosophique et théologique médiéval. L’Antiquité a elle aussi longtemps disserté sur cette notion ; pensons simplement au corps homérique, à ce qu’en dirent Hippocrate, Platon et Aristote, ou Ovide.

La recherche s’est depuis longtemps intéressée à cette thématique foisonnante, qu’il s’agisse de la question de l’expérience corporelle, de la connaissance du corps et de ses pratiques, du rapport à son corps et à celui des autres, du corps comme support d’identité individuelle et collective. Qu’il soit corps biologique, corps spirituel, corps social, corps en puissance, corps en représentation, ces différents aspects de la corporalité antique et médiévale ont fait l’objet d’études ponctuelles et d’approches plus larges. De nombreux travaux ont déjà permis de faire avancer la recherche : Une histoire du corps au Moyen Âge, de Jacques Le Goff et Nicolas Truong en 2003 ; Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, publié en 2006 sous la direction de Francis Prost et Jérôme Wilgaux aux Presses Universitaires de Rennes ; ou tout récemment l’ouvrage de Jérome Baschet sur la relation entretenue entre le corps et l’âme au Moyen Âge.

L’objectif de cette rencontre est donc de faire le point sur les différentes dimensions de la corporalité antique et médiévale, de jeter des ponts entre les deux périodes. Loin du discours classique opposant le corps spirituel, philosophique, entendu comme « corporalité », et le corps matériel, plus concret, incarné, il conviendra de se situer dans l’interstice de ces deux notions afin d’envisager le corps comme un tout, sous toutes ces facettes. Les axes de recherche de cette journée d’étude peuvent être multiples et impliquer plusieurs disciplines ; nous nous contenterons d’évoquer ici quelques-unes d’entre elles : le corps « archéologique », envisagé sous l’angle funéraire, anthropologique, mais aussi rituel ; le corps comme objet de connaissances, notamment au prisme de la littérature savante ; le corps « social », comme expérience de soi et dans son rapport aux autres comme fondement de la société ; le corps spirituel, plus particulièrement dans son rapport avec l’âme, où se pose également la question du corps mystique, eucharistique ; enfin le corps comme représentation littéraire ou artistique.  Perméables entre eux, tous ces aspects invitent à une approche interdisciplinaire.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.


Programme

• 9h – Accueil des participants
• 9h15 – Introduction de la journée par les représentants des laboratoires CESCM et HeRMA

Séance I – Le corps spirituel : au carrefour du discours philosophique et religieux

Modératrice : Pauline Maouchi (Université de Poitiers)

• 9h30 – Maël Goarzin (Université de Lausanne)
Le corps du philosophe dans les biographies néoplatoniciennes : représentations du corps et exercices spirituels

• 10h15 – François Wallerich (Université Paris Ouest-Nanterre)
Penser la présence de Dieu dans les corps. L’eucharistie et ses analogies dans un fragment pastoral inédit du XIIIe siècle

• 11h – Pause

• 11h15 – Joanna Augustyn (Université de Varsovie)
Condamnées à être un corps ? Les saintes travesties dans l’hagiographie française médiévale

• 12h – Fatma Touj (Université de Tunis)
L’inhumation en décubitus latéral, survivance et identité ethnique : étude comparative entre les trois nécropoles puniques, Cap Zbib (Bizerte), El Mansoura (Cap Bon) et El Hkayma (Sahel)

• 12h45 – Pause déjeuner

Séance II – Corps politique, corps social : approches croisées

Modératrice : Sarah Skaghammar (Université de Poitiers)

• 14h15 – Caroline Husquin (Université Bretagne-Sud)
Les deux corps du prince : corporalités impériales et traitement littéraire à travers l’exemple d’Hadrien

• 15h – Charlotte Pichot (Université de Poitiers)
Le corps (féminin) est-il un miroir de l’honneur ? Quelques pistes de réflexion autour des sources judiciaires du bas Moyen Âge

• 15h45 – Pause

• 16h – Thierry Gregor (CESCM et Établissement Régional d’Enseignement Adapté Théodore Monod de Saintes)
La posture du corps dans le chantier médiéval

• 16h45 – Sophie Hulot (Université Bordeaux Montaigne)
Ne nudarent corpora : le corps du soldat romain exposé à la violence de guerre (de la deuxième guerre punique aux Flaviens)

• 17h30 – Conclusions de la journée et présentation des Annales de Janua

Comité scientifique

Martin Aurell, Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM

Lydie Bodiou, Maître de conférences en Histoire grecque

Nadine Dieudonné-Glad, Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA

Estelle Ingrand-Varenne, Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale

Pierre-Marie Joris, Maître de conférences en Littérature médiévale d’oc et d’oïl

Éric Palazzo, Professeur d’Histoire de l’art du Moyen Âge

Ghislaine Stouder, Maître de conférences en Histoire romaine

Alexandre Vincent, Maître de conférences en Histoire romaine


Bureau de l’association

Présidente : Caroline Lambert (Doctorante en Lettres médiévales)

Secrétaire : Nicolas Michel (Deuxième année de Master CHPS, Histoire médiévale)

Secrétaire-adjoint  : Cheyenne Noël (Deuxième année de Master CHPS, Histoire de l’art médiéval)

Trésorière : Alessia Chapel (Doctorante en Lettres médiévales)


Contact

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance

         Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance : Médiations, auto-traductions et traductions secondes

Turnhout : Brepols, 2017

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 4) 268 p.

ISBN : 978-2-503-56971-0

Les différentes contributions du présent volume révèlent toutes un rapport problématique à la fidélité des traducteurs et aux traductions préexistantes.
 

Après deux premiers volumes consacrés à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne et aux questions concernant la traduction empêchée et la traduction manipulée, ce troisième volume entend sillonner deux domaines mal connus de la traduction au Moyen Âge et à la Renaissance, domaines que seules les apparences distinguent : la réception des traductions médiévales au XVIe siècle et la pratique de l’auto-traduction.

La Journée d’étude dont ce livre recueille les contributions a permis de dénouer les nombreux liens qui lient ces deux thématiques autour des notions centrales de rupture et de continuité, de fidélité idéalisée et d’infidélité impossible. D’un côté, on voit que le traducteur de la Renaissance qui a accès aux traductions médiévales est poussé à en prendre le contre-pied pour marquer une nouvelle subalternité alors que, en même temps, il peut en subir profondément l’influence. De l’autre côté, l’auto-traducteur est pensé comme incapable de se trahir lui-même La relation au texte initial et, en conséquence, la contrainte de fidélité ne sont-elles pas différentes selon que le traducteur translate sa propre création ou qu’il auto-traduit une œuvre originale ? Les quatre théorèmes exposés ici dans l’article d’ouverture de la section consacrée à l’auto-traduction au Moyen Âge et à la Renaissance montrent comment les caractères spécifiques de l’écriture médiévale et l’usage social et culturel des langues ont façonné la pratique de l’auto-traduction.

Les liens sont serrés entre les deux thèmes de cette Journée : dans les deux cas, le traducteur est confronté à la question de la médiation de ce qui existe déjà, médiation qui ne peut se comprendre qu’au regard des aires culturelles privilégiées dans lesquelles elle s’effectue. Les deux volets de ce troisième volume jettent une lumière originale sur une des raisons internes de la traduction : elle ne peut vivre que dans un perpétuel renouvellement.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011). Il a codirigé avec Jean-Jacques Vincensini les volumes sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction (Brepols 2015 et 2016).

Jean-Jacques Vincensini est professeur émérite de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart. Il a codirigé avec Claudio Galderisi le volume sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction.


Table of Contents

Fortune et infortune des traductions médiévales à la Renaissance
– Claudio Galderisi, L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
– Frédéric Duval, D’une renaissance à l’autre : les traductions françaises du Corpus juris civilis
Silvère Menegaldo, La longue vie de la traduction française de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375). À propos des éditions imprimées d’Abbeville (1486-1487) et de Paris (1531)
– Pierre Nobel, L’editio princeps de la Bible historiée par Antoine Vérard
– Cinzia Pignatelli, Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
– Vladimir Agrigoroaei, Les traductions en vers du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
– Viola Mariotti, Les traductions françaises d’Albertano de Brescia entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la RenaissanceL’auto-traduction : typologies et pratiques
– Jean-Jacques Vincensini, Des conditions de possibilité des auto-traductions au Moyen Âge flamboyant
– Anna Maria Babbi, L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
– Marie-Luce Demonet, Étienne Dolet, auto-traducteur bifrons
Marie-Christine Gomez-Géraud, La Bible et la Theologia deutsch : Sébastien Castellion et ses doublets de traduction

[6 avril 2017] Architectes, artistes et ingénieurs 1350-1500

Architectes, artistes et ingénieurs 1350-1500

PROGRAMME FESMAR – UNIVERSITÉ DE POITIERS, CESCM (UMR/CNRS 7302) – UNIVERSITÉ FRANÇOIS RABELAIS DE TOURS, CESR (UMR/CNRS, 7323)


Date : le 6 avril 2017

Lieu : Université François-Rabelais de Tours, 3, rue des Tanneurs, 37041, Tours Cedex
TA EXT Amphi 2 « Claude Doubinsky »

Programme

9h45 – accueil

10h-13h00

* Nicolas Prouteau (Maître de conférences, Université de Poitiers, CESCM) : En guise d’introduction, le maître-maçon au XIIIe siècle

* Frédérique Costantini (Maître de conférences, Université de Bordeaux-Montaigne) : Les architectes de la Chaise-Dieu

Philippe Bernardi (Directeur de recherche CNRS, Université de Paris I, Lamop) : Les architectes d’Avignon

Yves Gallet (Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne) : La question du style personnel de l’architecte au XIVe siècle. L’exemple de Matthieu d’Arras

14h30-17h30

Alain Salamagne (Professeur Université François-Rabelais de Tours, CESR) : En guise d’introduction, l’itinérance de l’architecte vers 1400

Philippe Goldman (Attaché de conservation du patrimoine honoraire) : Les architectes de Bourges

Thomas Rapin (Chercheur associé CESR) : Les architectes du duc de Berry

Flaminia Bardati (Sapienza Università di Roma) : Dominique de Cortone et le statut d’architecte au début du XVIe siècle


Contact : Marie-Laure Masquilier
Télécharger le programme
              

[5 avril] Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Le CESCM a le plaisir de recevoir, les 4 et 5 avril 2017, Emilia Jamroziak, Directrice de l’Institut of Medieval Studies de la prestigieuse université de Leeds, avec laquelle le CESCM collabore pour la BCM.


Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Mercredi 5 avril de 14h à 16h

Salle Gaston Berger (CESCM, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Spécialiste d’histoire monastique, Emilia Jamroziak, professeur d’histoire médiévale et directrice de l’Institute for Medieval Studies à l’Université de Leeds, étudie les interactions entre les institutions religieuses, et plus particulièrement les monastères cisterciens dans leurs relations avec les laïcs, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en Europe centrale ou en Scandinavie.

Principaux ouvrages : Rievaulx Abbey and its Social context (2004)1, Survival and Success on Medieval Borders (2011)2 , The Cistercian Order in Medieval Europe 1090–1500 (2013) 3

Emilia Jamroziak dirige l’Institute for Medieval Studies de l’Université de Leeds, avec lequel le CESCM collabore étroitement dans le cadre de la Bibliographie de Civilisation Médiévale. Nos centres respectifs préparent une convention pour faciliter les échanges d’étudiants de Master, de doctorants, d’enseignants et de chercheurs. Le mardi 4 avril, Emilia Jamroziak participera à la journée organisée par la chaire régionale d’histoire monastique de Cécile Treffort.

  1. E. JAMROZIAK, Rievaulx Abbey and its Social Context, 1132-1300
    Memory, Locality, and Networks, Brepols, 2004, xii-252 p. []
  2. E. JAMROZIAK, Survival and Success on Medieval Borders
    Cistercian Houses in Medieval Scotland and Pomerania from the Twelfth to the Late Fourteenth Century, Brepols, 2011, xvi-215 p. []
  3. E. JAMROZIAK. The Cistercian Order in Medieval Europe, 1090–1500, Routledge, Abingdon & New York, 2013, vii-315 p. []