Archives de catégorie : Vie des programmes

Dixième congrès annuel de l’IMS sur la couleur – Paris, 27-29 juin 2013

IMS-Poster2013

Pour la dixième année, l’International Medieval Society organise à Paris son congrès annuel, consacré cette année à la thématique de la couleur au Moyen Âge. La conférence inaugurale sera assurée par Michel Pastoureau.

L’International Medieval Society est une association à but non lucratif visant à favoriser les échanges et l’accueil des chercheurs médiévistes en France. Fondée en 2003, l’association est désormais associée au LAMOP.

Programme

[Mai 2013] La nef de la chapelle de Plaincourault : relevé archéographique des blasons

Cliché Eva AVRIL / CESCM

En 2006, l’ensemble des peintures et les autels de l’abside de la chapelle de Plaincourault (Indre) ont fait l’objet d’une étude iconographique, stylistique et archéologique. Quatre panneaux peints représentant la Flagellation, la Crucifixion, la Vierge à l’Enfant et le Péché Originel, correspondant à l’époque romane ornent les pans de murs entre les baies.

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En mai 2013, une nouvelle mission sur le terrain a été effectuée : les trois étapes chronologiques des peintures de la nef seront étudiées et mises en relation avec l’histoire de l‘édifice. Le but de cette intervention est de faciliter l’analyse chronologique d’une série de 6 armoiries peintes sur la travée droite du chœur : leur chronologie relative, leur identification et la proposition d’un résumé graphique permettront de retrouver leur état d’origine. Identifier chaque blason est essentiel dans l’étude de cette construction hospitalière et cette réflexion se fera grâce à la collaboration de Laurent Hablot (CESCM) responsable du Programme « Culture écrite, culture visuelle ».

Cette étude du décor sera complétée par d’autres sources d’informations autorisant la compréhension des différentes couches picturales : les dossiers de restauration, les rapports des prélèvements ainsi que l’examen direct des murs par une étude archéologique minutieuse effectuée à travers la réalisation des relevés.

Dans un premier temps, les peintures ont été observées à l’aide de loupes et d’un éclairage froid afin d’éviter toute altération des pigments. Ensuite, les traces de peinture parfois imperceptibles à l’œil nu, ont été reproduites fidèlement sur un film plastique fixé dans les enduits de consolidation modernes. Les calques seront numérisés et rassemblés sur ordinateur pour une reprise postérieure grâce à un logiciel de dessin vectoriel. Ce programme permet de travailler dans la gamme des couleurs identifiées sur place, grâce à un code de nuancier et reproduites sur un tirage papier. Ce traitement facilite l’analyse archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures et la possibilité de reproduire ces documents, ce qui rend leur consul­tation plus aisée.

La technique du relevé stratigraphique, met aujourd’hui à la disposition du chercheur une nouvelle méthode d’analyse. Elle implique d’une part une observation minutieuse des peintures sous un éclairage adapté visant à déterminer les étapes d’élaboration, la technique utilisée, et d’autre part, la reproduction entière ou partielle de l’œuvre à taille réelle sur un document dans lequel sont indiquées la stratigraphie initiale de la mise en œuvre et les interventions postérieures.

Pour les peintures en plus mauvais état, nous proposerons une restitution de leur état originel et le comblement de certaines lacunes iconographiques sans intervenir directement sur le mur. À l’échelle de l’édifice, cette démarche permettra de préciser la réalité humaine du chantier : la rigueur du travail, le nombre d’artistes, l’organisation et le déroulement des différentes campagnes. Enfin, les données concernant l’ensemble d’un cycle peint et son évolution sont susceptibles de fournir de précieuses indications sur la fonction du bâtiment et son évolution.

Le résultat de cette méthode présente l’avantage considérable de pouvoir décomposer le relevé en autant de calques qu’il y a d’étapes de mise en couleur, et de séparer les différents types de données. On pourra facilement ne visualiser que les blasons dans leur état initial, sans les interventions postérieures qui perturbent la lecture. Le relevé rendra visible ce que l’usure et la distance des parois ne permettent plus de voir. Il facilitera la lecture archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures en donnant la possibilité de les reproduire à taille réelle.

La réalisation des relevés n’est pas systématique, le choix de scènes se fait dans le but d’une meilleure compréhension iconographique ou d’une meilleure lecture des scènes très effacées par le temps, c’est pourquoi nous avons également relevé une Vierge à l’Enfant XVème siècle presque disparue. Néanmoins, pour les scènes n’ayant pas été relevées, une fiche analytique a été élaborée afin de constituer une grille d’observations permettant de compléter l’étude dans son ensemble et de mieux comprendre les changements relatifs aux décors picturaux.

Une campagne de photos a également été réalisée par Eva Avril , celle-ci viendra s’ajouter aux clichés pris en 1998 (avant restauration), compléter la collection de la photothèque du CESCM et enrichir la Base Romane.


 

Réunion plénière du projet ANR ORIFLAMMS

Vendredi 21 juin, à l’IAngers Ato MRHT, a eu lieu la première réunion plénière du programme ORIFLAMMS (ANR Corpus et outils de la recherche en sciences humaines) dans lequel est engagé le CESCM. Elle a réuni l’ensemble des partenaires travaillant depuis février 2013 sur le traitement informatique des écritures médiévales sous la direction de Dominique Stutzmann, chargé de recherche au CNRS.

ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) analyse l’évolution des systèmes et formes graphiques des écritures d’un temps long (le Moyen Âge) selon leur contexte de production (écritures usuelles, diplomatiques ou livresques) et leur langue (latin ou vernaculaire). Il établit une ontologie des formes et une analyse des structures graphiques des écritures pour passer d’une approche linéaire (textuelle) à une approche visuelle (bi- et tridimensionnelle) pour répondre aux interrogations des linguistes, historiens des écritures (paléographes, diplomatistes et épigraphistes) et chercheurs industriels en reconnaissance des formes. [extrait du dossier ANR]

Cette réunion a porté sur plusieurs points : 1) la gestion et le déroulement administratif du projet ; 2) la constitution des différents corpus sur lesquels seront menées les opérations d’alignement et de traitement automatisé de la transcription ; 3) le bilan des premières semaines de travail sur les manuscrits de la Queste del saint Graal (à partir de l’édition faite à l’ENS de Lyon) ; 4) les développements à créer dans les prochaines semaines.

Les inscriptions médiévales – qui constituent la part la plus importante du travail fourni par le CESCM au sein d’ORIFLAMMS – représentent un vrai challenge technologique pour la détection automatique des lignes et un enjeu pour la TEI (rupture des lignes, enchâssement des textes, etc.). Ces analyses seront principalement menées sur les inscriptions médiévales de l’Ouest de la France.

Prochaine étape pour le CESCM : fournir le pannel de 400 images épigraphiques avant la fin de l’année. Au travail !

Programme EPISTOLA

Le programme EPISTOLA, financé par l’ANR et la Deutsche Forschungsgemeinschaft, est un projet international associant le CESCM (CNRS, Université de Poitiers), la Friedrich-Alexander Universitat d’Erlangen-Nurnberg et la Casa de Velázquez de Madrid.

Photo_Epistola-2
Son propos est d’étudier les usages et le succès du genre épistolaire dans la péninsule Ibérique et dans l’Occident latin durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen-Âge.

Les trente chercheurs de ce programme organisent leurs activités autour de 4 pôles :

– l’édition de lettres
– styles épistolaires et procédés rhétoriques
– transmission et tradition
– pratiques épistolaires

Direction du programme : Thomas DESWARTEKlaus HERBERS

Contact : Hélène SIRANTOINE