Archives de catégorie : Vie des programmes

ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.

La Base DEVISE : le résultat de plus de dix ans de recherches

Le résultat de  plus de dix ans de recherches

Devise2-300x63

La base DEVISE est issue des recherches de thèse de Doctorat de Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Age, soutenue en 2001 à l’Université de Poitiers sous la direction des professeurs Michel Pastoureau et Martin Aurell.

Elle recense l’ensemble des devises répertoriées et étudiées à l’occasion de ce travail de recherche ainsi que les nombreuses informations ajoutées depuis plus de dix ans a ce corpus initial grâce à de nouvelles recherches et a de nombreuses et très fructueuses collaborations.

Les annexes d’une publication

La matière fournie par le corpus initial et les recherches de thèse ont donné lieu à une publication (en cours) aux éditions Brepols dans la collection Culture et société médiévale

La structure

La base DEVISE est organisée autour de notices dédiées à un emblème donné : devise, mot, couleur ou lettres. Elle est interrogeable par …

  • Personnage
  • Famille
  • Aire géographique
  • Période
  • Devise
  • Mot emblématique
  • Couleurs emblématiques
  • Lettres emblématiques

Contenu 

Actuellement la base compte à peu près 300 devises et 200 personnages, à terme elle doit compter plus de 2000 emblèmes (devises, mots, couleurs de livrée, chiffres et monogrammes) et présenter environ 1000 à 1500 personnages.

Un projet collaboratif

Cette base à pour ambition de rassembler l’ensemble des données relatives aux devises européennes de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance (1350-1550).

Elle permet aux chercheurs qui le souhaitent de s’associer en qualité de contributeurs à cette initiative en signalant les nouvelles occurrences répertoriées, en complétant ou en corrigeant les notices en ligne (webmaster : laurent.hablot@univ-poitiers.fr)

Accès à la base Devise

Remerciements :

Cette recherche a bénéficié du soutien et des découvertes de nombreux chercheurs. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

Parmi eux il convient de citer notamment :  Álvaro Fernández de Córdova Miralles, Bertrand Schnerb, Christian de Merindol, Colette Beaune, François Avril, Hanno Wijsman, Inès Villela-Petit, Jean-Bernard de Vaivre, Laurent Vissière, Luisa Gentile, Marc-Edouard Gautier, Maria Narbona Carceres, Michaël Jones, Michael Siddons, Michel Pastoureau, Miguel Metelo de Seixas, Philippe Contamine, Werner Paravicini

[15-17 oct. 2015] Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

Cartas y conflictos en Occidente tardoantiguo y medieval

Letters and conflict in late Antiquity and medieval times in the West

csm_Baudouin_Ier_et_un_messager__bataille_de_Nahr_al-Kalb__1100__898f0e7bd1
Baudouin Ier et un messager bataille de Nahr al-Kalb 1100

La lettre peut-elle être une arme de guerre ? Depuis plusieurs années, différents programmes européens explorent les ressources de l’art épistolaire, qui sert tout autant à maintenir le lien entre des amis éloignés, que la haine ou la controverse entre des protagonistes qui ne peuvent, ou ne veulent, se rencontrer.


 

Programme

Jeudi 15 octobre
Session 1 : Antiquité tardive et haut Moyen Âge
  • 10h : Lionel Mary (Université Paris-Ouest) : « Lettres de guerre : la correspondance de Constance II et Shahpur II en 357-358 chez Ammien Marcellin »
  • 10h 30 : Franz Dolveck (École Française de Rome) : « L’interprétation des dernières lettres entre Ausone et Paulin de Nole, ou comment un conflit peut en cacher un autre »

11h : Discussion

11h15 : Pause

  • 11h30 : Maxime Emion (Université de Rouen), « Les lettres dans la Guerre des Goths de Procope : motif littéraire et réalités militaires »
  • 12h : Nicolas Drocourt (Université de Nantes), « Une correspondance officielle pour faire la guerre ? De la lettre polémique à la lettre manipulée entre l’Occident latin et Byzance (VIIIe-XIe s.) »
  • 12h30 : Giulia Cò (Università di Trento), « Lettres pendant le schisme de Photius : Anastase le Bibliothécaire et les byzantins falsificateurs »
  • 13h : Nathanael Nimmegeers (CIHAM-UMR 5648), « La géographie ecclésiastique, une source de conflits épistolaires au haut Moyen Âge »

13h30 : Discussion

14H00 : Repas

  • 15h30 : Florence Close (Université de Liège) et Christiane Veyrard-Cosme (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), « Blesser par mots au nom du Verbe dans la controverse adoptianiste : étude historique et littéraire des échanges épistolaires entre Alcuin, Félix et Elipand »
  • 16h : Michael I. Allen (University of Chicago), « Combats fonciers et conflits juridiques chez Loup de Ferrières »
  • 16h30 : Klaus Herbers (Friedrich Alexander Universität, Erlangen-Nürnberg), « A propos d’un conflit religieux : la lettre d’Euloge de Cordoue à Wilisind de Pampelune »

17h : Discussion.

17h30 : Pause

Session 2 : Le Moyen Age central
  • 18h : Martin Aurell (Université de Poitiers), « La correspondance de guerre de Brian Fitz comte (c. 1090-c. 1149) »
  • 18h30 : Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Les lettres papales et les conflits électoraux dans l’Église au cours de la seconde moitié du XIIe siècle »

19h : Discussion

Vendredi 16 octobre
  • 9h30 : Amélie Rigollet (Université de Poitiers),  « Conciliation épistolaire suite à la pendaison de Guillaume de Briouze en 1230 »
  • 10h : Roland Zingg  (Universität Zürich),  « Ein Kampf um die Deutungshoheit: Briefe alsWaffenim Becket-Streit »

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

Session 3 : Conflits et défis du Moyen Âge tardif
  • 11h : Néstor Vigil Montes (Universidade de Évora),  « Correspondencia para la negociación de la paz luso-castellana tras la batalla de Aljubarrota (1385-1415) »
  • 11h 30 : Lydwine Scordia (Université de Rouen), « ‘Je veulx savoir incontinent que c’est’. L’information des conflits dans les lettres de Louis XI  »
  • 12h : Sebastian Kubon (Universität Hamburg), « Die Korrespondenz des Deutschordenslandes Preußen in den außenpolitischen Konfliktenum 1400 : ‚Schwert‘ oder ‚Schild‘? Briefe als Instrumente zur Eskalation, Abwehr oder Beilegung von Konflikten »

12h30 : Discussion.

13h : Repas.

Samedi 17 octobre
  • 9h30 : Rafael Peinado et Juan Manuel Martín García (Universidad de Granada), « El conde de Tendilla, primer alcaide de la Alhambra, en la correspondencia de su protegido Pedro Mártir de Anglería »
  • 10 h : Luciano Piffanelli (Università La Sapienza, Roma), « ‘Chonsiderati ‘e tempi in che ci truoviamo…’ La correspondance politique des commissaires florentins au XVe siècle entre gestion des conflits et enjeux diplomatiques »

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

  • 11h : Valérie Toureille (Université de Cergy-Pontoise), « Légitimité de la guerre et usage des lettres de défi en Lorraine au XVe siècle »
  • 11h 30 : Laurent Vissière  (Université Paris IV, IUF),  « Dialogue épistolaire, défi, insultes. Les lettres ouvertes du  duc d’Orléans et d’Henri IV d’Angleterre
  • 12h : Sára Vybíralová (EHESS), « Le rôle du motif de la trahison dans les lettres de défi en Bohême du XVe siècle »

12h30 : Discussion

Coord. : Thomas DESWARTE (Université d’Angers), Bruno DUMÉZIL (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Institut universitaire de France, Klaus HERBERS (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürenberg), Laurent VISSIÈRE (Université Paris 4 Sorbonne / Institut universitaire de France)

Org. : ANR-DFG EPISTOLA, Cycle Épistolaire politique, Universidad de Granada

Coll. : UMR 7302 (CESCM, Poitiers), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Agence nationale de la recherche, Deutsche Forschungsgemeinschaft, Institut universitaire de France, Centro de Estudios Históricos de Granada

Lieu de célébration :

CASAS DE LA MIMBRE
Sala de Conferencias
Paseo del Generalife
Granada

PALACIO DE CARLOS V
Salón de Actos
C/ Real de la Alhambra, s/n
Granada

Pour voir l’annonce sur le site de la Casa

ANR  dfg logo CESCM FAU casa de V. univ. Grenada IUF

Exposition : Les armoiries racontent… Dans les fragments héraldiques de l’Hôtel Fumé les vestiges d’un Poitiers oublié

Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé.
Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé. Photographie : I. Fortuné

• du 19 septembre au 23 octobre 2015
Ouverture exceptionnelle lors des Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre.

• Poitiers, cour de l’hôtel Fumé
Faculté des Sciences humaines et arts – 8 rue René Descartes

• Exposition réalisée par Matteo Ferrari et Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du programme de recherche ARMMA (ARmorial Monumental du Moyen Age).

• Entrée libre.
Horaires d’ouverture : de 9h à 18h

Présentation

Apparues au milieu du XIIe siècle et, ensuite, rapidement répandues dans toute l’Europe, les armoiries désignaient une personne ou un groupe de personnes par le biais d’un signe figuré, le plus souvent reproduit à l’intérieur d’un écu. Adoptés par toutes les classes sociales et les institutions, ces signes d’identité parsemaient les espaces publics et privés, répondant à des fonctions variées. Pourtant, à cause de nombreuses idées reçues, les décors héraldiques demeurent largement méconnus et exposés aux périls de l’abandon.

Dans le but de contribuer à la connaissance et à la valorisation de ce type d’images, dès l’automne 2013, Laurent Hablot et Matteo Ferrari (CESCM) conduisent le programme de recherche ARMMA (Armorial Monumental du Moyen Age) visant à recenser et analyser les décors héraldiques « monumentaux » produits dans la France médiévale. Un premier volet de cette étude a été consacré au patrimoine héraldique du Poitou-Charentes. Au cours de cette recherche, la ville de Poitiers a révélé une richesse surprenante de témoignages héraldiques, datés pour la plupart entre XVe et XVIe siècles. À celles encore visibles sur ses monuments les plus représentatifs (cathédrale Saint-Pierre, église Notre-Dame-la-Grande, Palais des Comtes, remparts…), s’ajoutent de nombreuses pièces armoriées déposées dans les collections municipales, provenant d’édifices détruits au cours du XIXe et XXe siècles.

C’est le cas des pierres conservées dans la cour de l’Hôtel Fumé, seuls témoins de trois églises disparues ou fortement mutilées du centre ville.
Longtemps oubliés, ces fragments dialoguent avec d’autres présences héraldiques, celles mises en place par les différents propriétaires d’un des plus beaux et singuliers hôtels particuliers de notre ville.

Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné
Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné

Le nouveau carnet de recherche EPIMED

Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance du second carnet de recherche du CESCM sur Hypotheses.org : EPIMED

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017.

Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.