Archives de catégorie : Soutenances/Habilitations

Formes et fonctions de l’emblématique européenne (XIIe-XVIe siècle) : HDR de Laurent Hablot (5 décembre 2015)

Samedi 5 décembre 2015, 14h, dans les locaux de l’EPHE en Sorbonne, Laurent Hablot (Maître de conférences au CESCM) présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury : Martin Aurell (président de jury, Université de Poitiers), Michel Pastoureau (garant, EPHE), Andrea Zajic (Université de Vienne, Autriche), Jean-Marie Moeglin (Université Sorbonne Paris IV), Michel Nassiet (Université d’Angers) et Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Fred III et Giovanni bianchini détail
Fred III et Giovanni bianchini détail

Le jury a déclaré Laurent Hablot habilité à diriger des recherches, en ajoutant leurs félicitations officieuses et unanimes, à l’issue d’une soutenance aux discussions nourries, suivie par une assistance nombreuse.

Après avoir présenté de façon précise son parcours (la rencontre avec le système héraldique, son accueil au sein du CESCM, le choix de son sujet sur le partage héraldique et les pistes futures de recherche) et rendu un hommage appuyé à sa famille et à sa « parenté choisie », celle des héraldistes et des médiévistes, la soutenance a commencé, vivement orchestrée par Martin Aurell. Les qualificatifs élogieux sur le travail de Laurent Hablot ont plu durant l’après-midi : « impressionnant », « neuf », « opus magnum en quantité autant qu’en qualité », « ampleur des problématiques », « renouvellement de la recherche » ; le dossier était composé d’un mémoire de synthèse (le mémoire d’egohistoire) dont chacun a souligné la qualité du style et du contenu, empreint de sincérité et qui permet de très bien retracer la vocation-passion de Laurent Hablot pour le système de signes et de couleurs de l’héraldique médiévale dont il continue d’admirer la complexité et la souplesse d’adaptation. Un deuxième volume rassemblait une sélection de « seulement » 16 articles sur un total de plus de 70. Enfin, le mémoire inédit de plus de 800 pages portait sur la pratique du partage héraldique sous le titre des « Affinités héraldiques, concessions, augmentations et partages d’armoiries en Europe, XIIe-XVIe siècle ».

Chaque membre du jury a appelé de ses vœux la publication des recherches, sous la forme de livres qui développeraient le traité d’héraldique déjà publié par Michel Pastoureau. La démarche de L.H. qui fait de l’héraldique un facteur essentiel de la compréhension de la société médiévale a été unanimement saluée. Il a contribué, de manière décisive, à faire sortir l’héraldique d’une position encore trop marginale au sein des études historiques. Les projets nombreux qu’il pilote (Sigilla, ARMMA, Devise), les rendez-vous réguliers que sont devenues les « journées héraldiques » du CESCM, l’animation de la recherche et notamment la direction de 30 masters à Poitiers y ont fortement contribué, et ce n’est qu’un aperçu de l’infatigable activité de L.H.

La lecture du mémoire inédit, stimulante pour les membres du jury, a encore amené à proposer d’autres pistes de recherche que celles ouvertes par L.H. : quel a pu être l’apport de la littérature médiévale au développement de l’héraldique, les liens entre héraldique et diplomatique à propos de chartes de concession d’armes, devant notamment permettre de mieux appréhender les origines mal connues du système héraldique, mais aussi approfondir la question de la culture héraldique médiévale (qui, en effet, compose les signes ; qui est en mesure de les comprendre au Moyen Âge ?).

La soutenance a montré combien féconde est la recherche de L.H. et déjà plusieurs sujets de thèses attendent désormais leur chercheur. D’autant que de nombreuses pistes de recherche ont été soulevées, en plus de celles, déjà abondantes, que L.H. a l’idée de proposer à de futurs doctorants. L’habilitation à la direction des recherches vient ainsi logiquement donner le développement et l’ouverture mérités aux travaux entrepris par Laurent Hablot.

La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).

 

Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

Concours de thèse d’histoire du CTHS 2015

Les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques lancent, à partir du 15 janvier 2015, la septième édition du concours de thèses ouvert aux jeunes docteurs en histoire.

 

CTHS

 Qui peut participer ?
Pour être candidat, il faut avoir soutenu une thèse d’histoire (y compris histoire des sciences et des techniques) entre le 31 octobre 2013 et le 31 décembre 2014.

Vous trouverez le règlement complet et la fiche d’inscription au concours :

http://cths.fr/_files/ac/concoursthese_cths_2015_web.pdf

Pourquoi ?
À l’issue du concours, les lauréats verront leurs thèses publiées dans la collection CTHS-Histoire. Le CTHS offre pour cela un accompagnement assez rare : un historien ainsi qu’un éditeur de l’équipe apportent les conseils nécessaires afin de faciliter le passage de la thèse au livre.

Quel calendrier ?
Les inscriptions seront ouvertes du 15 janvier au 2 mars 2015.

Une présélection des candidatures aura lieu en mars 2015.
La délibération finale sera rendue en juillet 2015.

Contact concours : Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13 | clemence.nogarede@recherche.gouv.fr
Contact presse : Stéphanie Henry | 01 55 95 89 62 | stephanie.henry@cths.fr
Adresse postale : CTHS, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris cedex 07

 

 

Soutenance de thèse de Gaël Chenard, École des Chartes (10 décembre 2014)

Le 10 décembre dernier, dans la grande salle de l’École nationale des Chartes, Gaël Chenard a soutenu sa thèse de doctorat, consacrée à L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271), devant un jury présidé par Élisabeth Lalou (Université de Rouen – Haute Normandie) et composé de Martin Aurell (Université de Poitiers, codirecteur), Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes, codirecteur), Olivier Mattéoni (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) et Nicholas Vincent (University of East Anglia).Alphonse

L’historiographie récente a relégué à l’arrière-plan Alphonse, comte de Poitiers, frère de Louis IX, figure secondaire de la légende du saint roi, et objet, jadis, d’un livre important d’Edgard Boutaric (1870). Gaël Chenard nous invite à renverser la perspective. Son travail interdira de se contenter de tenir Alphonse de Poitiers pour un serviteur un peu anonyme du grand dessein capétien (notamment par la préparation du rattachement du Midi à la Couronne). Le prince, en effet, n’est pas « l’ombre du roi ». L’héritage de son beau-père Raymond VII de Toulouse fait de lui, lorsque Louis IX revient d’Orient, en 1254, le premier vassal du royaume. Alphonse mène sa propre politique et défend ses intérêts, en opposition, parfois, aux entreprises de son frère, mais suivant une même conception de l’exercice du gouvernement et de la souveraineté royale.

C’est à cette construction originale que s’attache Gaël Chenard, qui reconstitue les logiques pratiques de l’administration princière, et montre en quoi le Poitou et la Saintonge ont représenté un espace d’expérimentation politique. La richesse de la documentation permet de donner chair à cette administration et à son personnel. L’attention portée aux mécanismes de la production et de la circulation documentaires écarte le risque du fonctionnalisme, et met en évidence les modes de gestion et les équilibres entre l’administration comtale et les intérêts locaux.

Pour le prince et ses conseillers, qui séjournent habituellement dans le Bassin parisien, ces terres, éloignées, ne peuvent faire l’objet d’une gestion identique à celle du domaine royal, où le contrôle exercé sur les officiers locaux est plus immédiat. Le dispositif administratif relève de la « centralisation princière ». L’information remonte au comte et aux institutions centrales (qui monopolisent les compétences techniques), auxquels appartient le pouvoir de décision. Ce dispositif repose d’autre part sur l’intéressement de relais locaux : les contrats de fermage doivent être compris comme un moyen de gouverner à bon compte. Toutefois, l’évolution conduit à une forme de « centralisation administrative », où l’existence d’agents et d’institutions permanents dispense de la présence du prince.

La comptabilité occupe une place de choix dans le travail de Gaël Chenard ; deux volumes de la thèse sont consacrés à l’édition des comptes. Cette importance s’explique à nouveau par le caractère exceptionnel de la documentation conservée (si l’on compare, notamment, avec ce dont on dispose pour l’administration royale). Mais elle se trouve d’abord justifiée par le fait que la comptabilité est « l’outil du contrôle par excellence ». Les documents comptables, produits par l’administration centrale, témoignent ici d’une approche plus juridique qu’économique, et d’un système où la pression exercée sur les officiers locaux est considérable : les sénéchaux, en particulier, sont appelés à compenser les impayés, et certains d’entre eux sont de ce fait lourdement endettés à leur sortie de charge.

C’est à une brillante réflexion sur le gouvernement des hommes au Moyen Âge que convie la thèse, comme en témoignent les perspectives de recherche qui ressortent, au fil de la soutenance, de la discussion avec le jury : autant de pistes ouvertes autour de l’organisation judiciaire, de l’héritage plantagenêt, de l’administration des possessions méridionales d’Alphonse de Poitiers, ou encore de la comparaison avec les outils comptables des siècles postérieurs. Au terme d’une brève délibération, le jury accorde au travail de Gaël Chenard la mention Très honorable, assortie de ses félicitations unanimes : on espère pouvoir bientôt lire le livre dont la publication, désormais, s’impose.