Archives de catégorie : Soutenances/Habilitations

Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

Concours de thèse d’histoire du CTHS 2015

Les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques lancent, à partir du 15 janvier 2015, la septième édition du concours de thèses ouvert aux jeunes docteurs en histoire.

 

CTHS

 Qui peut participer ?
Pour être candidat, il faut avoir soutenu une thèse d’histoire (y compris histoire des sciences et des techniques) entre le 31 octobre 2013 et le 31 décembre 2014.

Vous trouverez le règlement complet et la fiche d’inscription au concours :

http://cths.fr/_files/ac/concoursthese_cths_2015_web.pdf

Pourquoi ?
À l’issue du concours, les lauréats verront leurs thèses publiées dans la collection CTHS-Histoire. Le CTHS offre pour cela un accompagnement assez rare : un historien ainsi qu’un éditeur de l’équipe apportent les conseils nécessaires afin de faciliter le passage de la thèse au livre.

Quel calendrier ?
Les inscriptions seront ouvertes du 15 janvier au 2 mars 2015.

Une présélection des candidatures aura lieu en mars 2015.
La délibération finale sera rendue en juillet 2015.

Contact concours : Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13 | clemence.nogarede@recherche.gouv.fr
Contact presse : Stéphanie Henry | 01 55 95 89 62 | stephanie.henry@cths.fr
Adresse postale : CTHS, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris cedex 07

 

 

Soutenance de thèse de Gaël Chenard, École des Chartes (10 décembre 2014)

Le 10 décembre dernier, dans la grande salle de l’École nationale des Chartes, Gaël Chenard a soutenu sa thèse de doctorat, consacrée à L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271), devant un jury présidé par Élisabeth Lalou (Université de Rouen – Haute Normandie) et composé de Martin Aurell (Université de Poitiers, codirecteur), Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes, codirecteur), Olivier Mattéoni (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) et Nicholas Vincent (University of East Anglia).Alphonse

L’historiographie récente a relégué à l’arrière-plan Alphonse, comte de Poitiers, frère de Louis IX, figure secondaire de la légende du saint roi, et objet, jadis, d’un livre important d’Edgard Boutaric (1870). Gaël Chenard nous invite à renverser la perspective. Son travail interdira de se contenter de tenir Alphonse de Poitiers pour un serviteur un peu anonyme du grand dessein capétien (notamment par la préparation du rattachement du Midi à la Couronne). Le prince, en effet, n’est pas « l’ombre du roi ». L’héritage de son beau-père Raymond VII de Toulouse fait de lui, lorsque Louis IX revient d’Orient, en 1254, le premier vassal du royaume. Alphonse mène sa propre politique et défend ses intérêts, en opposition, parfois, aux entreprises de son frère, mais suivant une même conception de l’exercice du gouvernement et de la souveraineté royale.

C’est à cette construction originale que s’attache Gaël Chenard, qui reconstitue les logiques pratiques de l’administration princière, et montre en quoi le Poitou et la Saintonge ont représenté un espace d’expérimentation politique. La richesse de la documentation permet de donner chair à cette administration et à son personnel. L’attention portée aux mécanismes de la production et de la circulation documentaires écarte le risque du fonctionnalisme, et met en évidence les modes de gestion et les équilibres entre l’administration comtale et les intérêts locaux.

Pour le prince et ses conseillers, qui séjournent habituellement dans le Bassin parisien, ces terres, éloignées, ne peuvent faire l’objet d’une gestion identique à celle du domaine royal, où le contrôle exercé sur les officiers locaux est plus immédiat. Le dispositif administratif relève de la « centralisation princière ». L’information remonte au comte et aux institutions centrales (qui monopolisent les compétences techniques), auxquels appartient le pouvoir de décision. Ce dispositif repose d’autre part sur l’intéressement de relais locaux : les contrats de fermage doivent être compris comme un moyen de gouverner à bon compte. Toutefois, l’évolution conduit à une forme de « centralisation administrative », où l’existence d’agents et d’institutions permanents dispense de la présence du prince.

La comptabilité occupe une place de choix dans le travail de Gaël Chenard ; deux volumes de la thèse sont consacrés à l’édition des comptes. Cette importance s’explique à nouveau par le caractère exceptionnel de la documentation conservée (si l’on compare, notamment, avec ce dont on dispose pour l’administration royale). Mais elle se trouve d’abord justifiée par le fait que la comptabilité est « l’outil du contrôle par excellence ». Les documents comptables, produits par l’administration centrale, témoignent ici d’une approche plus juridique qu’économique, et d’un système où la pression exercée sur les officiers locaux est considérable : les sénéchaux, en particulier, sont appelés à compenser les impayés, et certains d’entre eux sont de ce fait lourdement endettés à leur sortie de charge.

C’est à une brillante réflexion sur le gouvernement des hommes au Moyen Âge que convie la thèse, comme en témoignent les perspectives de recherche qui ressortent, au fil de la soutenance, de la discussion avec le jury : autant de pistes ouvertes autour de l’organisation judiciaire, de l’héritage plantagenêt, de l’administration des possessions méridionales d’Alphonse de Poitiers, ou encore de la comparaison avec les outils comptables des siècles postérieurs. Au terme d’une brève délibération, le jury accorde au travail de Gaël Chenard la mention Très honorable, assortie de ses félicitations unanimes : on espère pouvoir bientôt lire le livre dont la publication, désormais, s’impose.

Soutenance de thèse de Maria Paola Corti, CESCM (15 décembre 2014)

 

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, CESCM, Salle Crozet, lundi 15 décembre 2014, 14 heures.

Soutenance de la thèse « Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre », par Maria Paola CORTI, en vue de l’obtention du diplôme de Doctorat Sciences du temps et de l’espace, sous la direction conjointe des Professeurs Martin Aurell et Anne-Marie Legaré.

Membres du jury : Françoise AUTRAND (Présidente du jury), Martin AURELL, Anne-Marie LEGARÉ, Josefina PLANAS et Wim BLOCKMANS.

 Heures_Catherine_Cleves

Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre, est le point de départ d’une réflexion interdisciplinaire menée par Maria Paola Corti, à la croisée de l’histoire et de l’histoire de l’art. L’observation d’une similitude entre deux représentations du Christ voilé, présentes à la fois dans le livre d’heures de Catherine de Clèves et dans celui de son grand-père Jean Ier de Bourgogne, attisa sa curiosité et initia son questionnement. A partir d’un corpus élargi à une trentaine de manuscrits, produits par la parenté bourguignonne de Catherine de Clèves, l’image est conçue comme un instrument de proclamation de l’identité personnelle et familiale, selon une démarche à la fois identitaire et mémorielle. A la recherche des liens de parenté dans l’iconographie des livres d’heures, Maria Paola Corti examine méticuleusement les emblèmes, les couleurs et les diverses symboles représentant les ancêtres, placés au cœur de figurations pieuses. Elle introduit le concept novateur de « groupe-mémoire », forme de culture communautaire du lignage. Le livre d’heure est considéré comme un lieu vivant de mémoire personnelle, un locus memoriӕ. Ainsi, Maria Paola Corti constate la prédominance de références aux armes paternelles dans les livres d’heures féminins, privilégiées par rapport à celles de l’époux. La dévotion est cependant une activité de couple, unissant spirituellement les conjoints. Le livre d’heure est un objet de dévotion intime, sans ostentation, un objet qui agit sur l’individu au moment de la prière. La « performativité » de la prière est aperçue dans la gestuelle précisée par les rubriques des ouvrages. L’analyse de la possession et la circulation du livre révèle son usage en tant que lien de sociabilité.

Plusieurs points et interrogations soulevés par cette thèse ouvrent de nouvelles pistes d’approfondissement, telles la notion d’ « image-portrait », l’archéologie du livre, ou encore la transmission des livres par héritage. Maria Paola Corti réussit un véritable « tour de force » géographique et linguistique, en rédigeant sa thèse depuis le Chili où elle enseigne à l’université. Elle écrit dans une langue, le français, qui n’est pas sa langue maternelle et utilise également l’anglais, l’allemand, le flamand et le latin. Pour reprendre la teneur de la synthèse finale proposée par Françoise Autrand, l’apport théorique de la thèse de Maria Paola Corti est la superposition de trois niveaux d’analyse, partant de l’identité de l’individu au sein du groupe-mémoire afin d’appréhender la culture commune au groupe-mémoire et dessiner les contours d’une communauté dévotionnelle transcendante. La rigueur de son raisonnement et sa solide érudition ont ainsi permis à Maria Paola Corti d’obtenir la mention très honorable, avec les félicitations du jury.

De pourpre et d’or : Habilitation à diriger des recherches de Cécile Voyer, CESCM (28 novembre 2014)

Vendredi 28 novembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Cécile Voyer, maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches [HDR] le plus haut diplôme universitaire de France, qui permet ensuite de postuler à un poste de professeur des universités et de diriger des thèses.

Composition du jury : Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux-Montaigne), Lawrence Nees (Université de Delaware), Daniel Russo (président de jury, Université de Bourgogne).DSC_0039

Les premières minutes donnent le ton : émotion, force et humilité. Après l’énumération des diverses filiations intellectuelles ou matrices inspiratrices, allant de René Crozet (tout particulièrement dans la salle qui porte son nom) à Éric Palazzo, Jérôme Baschet, Daniel Russo, Anita Guerreau, Vincent Debiais, Isabelle Marchesin, Herbert Kessler, sans oublier le public venu nombreux, Cécile Voyer situe cette HDR comme « un rite de passage qui assure la continuité entre les générations ».

Cohérence du parcours, comme le souligne Daniel Russo, et réelle pratique de l’interdisciplinarité. Docteur en 2003, Cécile reçoit le prix régional de thèse en 2004 et devient maître de conférences à l’Université de Bordeaux-Montaigne l’année suivante, mais n’en n’oublie pas ses premières expériences d’enseignement en lycée-pilote. Cette « pédagogie active » exercée dans le secondaire, elle essaie toujours de la pratiquer avec ses étudiants en histoire de l’art, tout en leur transmettant sa « fascination pour le génie médiéval ». Geneviève Bührer-Thierry insiste d’ailleurs sur son important investissement auprès des étudiants. Le petit volume d’égo-histoire intitulé D’une image à l’autre et retraçant ce cheminement personnel et scientifique (car l’HDR est aussi l’occasion d’un travail de retour sur soi) est un bel exemple pour les (futurs) historiens, qui, selon Isabelle Cartron, mériterait d’être publié à l’instar de Patrick Boucheron[1].

Ce parcours est aussi visible dans la sélection des dix-sept articles (sur une trentaine) formant le recueil Inventer les images médiévales, au sens médiéval de ce verbe, ou encore « imaginer » les images médiévales, comme le propose Daniel Russo. Au fil des textes, Cécile V. mêle habilement approche théorique et concrète des œuvres d’art, qui sont pour elle des « agents qui ont un effet sur le monde ». Un goût pour la matière, dans sa tension avec l’image, se révèle à travers la variété des matériaux et matérialité traités, de la peinture murale au manuscrit en passant par la sculpture.

Le titre même du mémoire de recherche inédit le montre : De pourpre et d’or, Un livre d’Évangiles du XIe siècle à la semblance d’un manuscrit carolingien (Paris, Arsenal, ms. 592). Pourquoi ce choix ? Il y a des objets d’étude qui nous choisissent, explique Cécile, par la puissance esthétique qu’ils exercent. Le manuscrit 592 de la bibliothèque de l’Arsenal est un livre d’Évangiles d’apparat créé pour un grand et qui véhicule, à travers un savant remodelage/ actualisation, le passé lié à la royauté remis en avant au XIe siècle. DSC_0005

 Ce livre-signe de présence matérialise et enracine le pouvoir dans un lieu de la même manière que les ornements royaux ou comtaux. L’auteur ? Un moine franco-saxon anonyme, certainement un peintre-scribe qui a beaucoup voyagé et qui s’est forgé un vaste répertoire visuel, d’après Lawrence Nees, non présent dans la salle, mais dont la communication fut lue (avec accent et humour) par Éric Palazzo.

Pour éclairer l’étude iconographique de ce manuscrit, recours est fait à des concepts venant d’autres disciplines, notamment celui de translatio, rare sous la plume des historiens de l’art. Petit à petit l’objet, qui était le point de départ, permet d’aborder de nombreuses problématiques : le thème de la présence/absence, de l’incarnation et sa concrétisation dans l’objet et la mise en scène liturgique, de la visibilité et de l’invisibilité, de la création ainsi que nombre d’autres questions théologiques, notamment grâce aux initiales ornées, car le livre d’Évangiles est la fois le Verbe et le reliquaire du Verbe. Un tel travail renouvelle l’approche des livres d’Évangile illustrés du haut Moyen Âge, conclut Éric Palazzo.

« Le plaisir doit guider la recherche » écrivait Jacques Le Goff – phrase de conclusion de Cécile Voyer. Ce sont bien quatre heures d’échange, de partage et de plaisir scientifique que Cécile a offert au jury et public ce vendredi 28 novembre, à l’issue desquelles elle est déclarée habilitée.


[1] Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.