Archives de catégorie : Publications

D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français : 1100-1250

couv003
Brepols

 Marcello Angheben

 D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat

 Turnhout : Brepols, 2013. – 686 p. (Culture et société médiévales – CSM, 25)

 ISBN: 978-2-503-54764-0

 
 
Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.
[4e de couv.] Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique.

La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes.

Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

__________________________________________________

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Collection dirigée par Édina Bozoky.
Membres du comité de lecture : Claude Andrault-Schmitt, Anne-Marie Legaré, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jean-Jacques Vincensini

Collection publiée par les Éditions Brepols

Les Stratégies Matrimoniales (IXe-XIIIe siècle)

Stratégie
Brepols

 Edité par Martin Aurell 

 Les Stratégies Matrimoniales (IXe-XIIIe siècle)

 Turnhout : Brepols, 2013. – 363 p.

(Histoires de famille. La parenté au Moyen Age – HIFA, 14)

 ISBN: 978-2-503-54923-1

[4e de couv.] Depuis une soixantaine d’années, le structuralisme a mis l’alliance au coeur de l’étude de la parenté. S’inspirant de l’anthropologie, les historiens tentent ainsi de dégager les règles qui président à l’échange de femmes entre les familles médiévales.

Ils sont cependant conscients de la spécificité du Moyen Âge, où le mariage est fortement influencé par le christianisme, par le droit romain, et plus généralement par des normes écrites et abstraites dépassant le pragmatisme quotidien des chefs lignagers. Il est vrai qu’au sein de l’aristocratie, les pratiques matrimoniales ont longtemps obéi à des logiques patrimoniales. Le douaire, apporté par le mari, ou la dot, cédée par les parents de la mariée, « font » traditionnellement le mariage. Du reste, l’alliance est trop souvent conclue pour entériner une trêve entre deux troupes ennemies, pour faciliter l’ascension d’un guerrier fidèle que son seigneur récompense par la main de sa fille ou pour obtenir un parti prestigieux. Elle participe donc de l’effort d’une parentèle pour prendre et pour conserver le pouvoir. Elle réduit la future épouse, et peut-être aussi son jeune fiancé, au rôle de l’actrice passive des décisions prises par les aînés de la maison. Aussi solide et enraciné qu’il puisse paraître, ce modèle cède, du moins en partie, aux valeurs évangéliques véhiculées par le clergé savant : unicité, indissolubilité, consensualisme, exogamie extrême… Une telle acculturation (ou plutôt « inculturation », adaptation du christianisme à une société donnée) ne se fait pas sans heurts. Il en va de même avec le remplacement des coutumes germaniques par le droit romain renaissant, qui impose la dot au détriment du douaire. Ces mutations n’interviennent pas seulement dans les pratiques des nobles, mais aussi dans leur imaginaire et dans leurs mentalités. Elles sont particulièrement à l’oeuvre entre les IXe et XIIIe siècles où l’alliance prend à jamais un nouveau visage.

Professeur d’Histoire du Moyen Age à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302), Martin Aurell dirige la revue Cahiers de Civilisation Médiévale. Il a été membre de l’Institut Universitaire de France (IUF) (2002-2012) et de l’Institute for Advanced Studies (IAS) de Princeton (1999). Ses recherches portent sur la parenté, les relations entre la littérature de fiction et la société, la chevalerie et les structures du gouvernement au Moyen Age.

De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

SVMMA : Revista de Cultures Medievals

slider_4Publication du premier numéro de la revue en ligne SVMMA par l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM) de l’Université de Barcelone.

Il faut s’identifier pour pouvoir devenir lecteur ou auteur.

Cécile Treffort (CESCM) publie un article dans ce premier numéro : De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

Résumé : A l’époque carolingienne, les lettrés qui oeuvrent activement à la réforme religieuse et culturelle du regnum Francorum, portent une attention particulière à l’histoire de l’écriture et à l’invention de l’alphabet. Dans les chroniques et les traités de grammaire, plusieurs traditions s’articulent, puisant à des sources antérieures l’histoire de la translatio studii à travers le déluge ou celle de la chaîne historique des inventeurs, de l’écriture hébraïque puis grecque à l’alphabet latin. Certains textes, notamment un court traité attribué à Raban Maur, élargissent la perspective au-delà des frontières de la chrétienté. Tous témoignent d’une conscience vive du caractère conventionnel de l’écriture, de son rapport étroit avec la culture et la langue, et participe à une imprégnation quotidienne soutenant le vaste mouvement de la renovatio carolingienne.

Mots clés : écriture, regnum Francorum, translatio studii, réforme carolingienne

Abstract: In the Carolingian period, scholars who work actively in the religious and cultural reform of the regnum Francorum, pay attention to the history of writing and the invention of the alphabet. Chronicles and grammatical treatises use several previous traditions to draw the history of the translatio studii through the Flood or the historical chain of inventors for the hebrew, greek and latin alphabets. Some texts, including a short treatise attributed to Raban Maur, widen the perspective beyond the frontier of the Christendom. All show a lively consciousnesse of the conventional nature of the writing, its narrow relationship with the culture and the language, and by a daily impregnation, support the vast movement of the carolingian renovatio.

Key Words: writing, regnum Francorum, translatio studii, carolingian reform

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Brepols
Sources : Brepols

Edition critique par Vladimir Agrigoroaei (sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel).

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 20 C II) –

Turnhout : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie – BITAM, 1)

ISBN: 978-2-503-54878-4

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.

La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).