Archives de catégorie : Publications

25 volumes et déjà 40 ans : le Corpus des inscriptions de la France médiévale célèbre son anniversaire

En 1974 était publié le premier volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) consacré à la ville de Poitiers. Grâce à la constance et à l’énergie de Robert Favreau, de Jean Michaud, de Bernadette Mora puis de Cécile Treffort et de Vincent Debiais, l’entreprise perdure et se développe depuis cette date, et compte à ce jour 24 volumes. Malgré des périodes d’incertitude et de difficultés aujourd’hui heureusement révolues, l’équipe renouvelée du CIFM a le plaisir d’annoncer la parution du volume 25 au cours du mois de juin.

CIFM25Ce 25e tome du CIFM vient enrichir la série de trois départements de la Région Centre : l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Avec 162 inscriptions datées du VIIIe au XIIIe siècle, dont 81 pour le seul département de l’Indre-et-Loire à cause de la ville de Tours, cette région offre un patrimoine épigraphique particulièrement riche, abondant et varié. Les textes associés à des images sont ainsi très représentés dans ce volume et volent la vedette aux inscriptions funéraires.

Autre particularité de la documentation de la région Centre : la moitié des inscriptions sont datées des XIe et XIIe siècles. ce volume est aussi remarquable par les nombreuses compositions littéraires à caractère épigraphique, telles celles d’Alcuin pour l’époque carolingienne, ou encore celles de Baudri de Bourgueil à l’aube du XIIe siècle.


– 1974-2014 : 40 ans d’édition épigraphique à Poitiers et 25 volumes parus. L’occasion est trop belle pour ne pas réunir au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, quelques-uns des animateurs de l’édition de sources anciennes afin de marquer cette date symbolique d’une rencontre scientifique, entre bilans et perspectives.

Le 17 septembre 2014 aura donc lieu une journée d’étude consacrée à l’édition des textes épigraphiques, en présence des acteurs poitevins de l’édition des inscriptions et de chercheurs français et étrangers associés depuis plusieurs années ou pour l’occasion aux réflexions du CIFM :

9h30 – Accueil

Présidence de séance de la matinée : Cécile Treffort (Directrice du CESCM-Université de Poitiers)

10h – Robert Favreau (directeur honoraire du CESCM et fondateur du CIFM) : « Les débuts du CIFM »

11h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) : « Les perspectives du Corpus et les enjeux de l’édition électronique »

11h45 – Carlo Tedeschi (Université de Chieti) et Elisa Pallottini (post-doctorante, Université La Sapienza Rome) : « Le iscrizioni medievali d’Italia. Risultati, problemi, prospettive »

 

Présidence de séance de l’après-midi : Estelle Ingrand-Varenne

14h30 – Andreas Rhoby (Académie de Vienne) : « An envious gaze to the West. Byzantium’s contribution to medieval epigraphy »

15h30 – Kristin Tanton (post-doctorante, Université de californie Los Angeles) : « Corpus of Inscribed Capitals in Romanesque France (ca. 1080—1160). Digital Research Possibilities »

16h45 – Nicolas Tran (Université de Poitiers) : « L’épigraphie latine d’époque romaine : un état des lieux des données en ligne »

17h45 – Cécile Treffort : ConclusionsPROG_CESCMmai2014V2

L’ampleur internationale de cette journée permettra de partager des expériences différentes et d’identifier éventuellement une singularité française, avec l’objectif d’améliorer encore les techniques de publication au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale connaît de nouveaux défis éditoriaux (langues vernaculaires, inscriptions en minuscules, peinture sur chevalet ou tables…).

Maugis d’Aigremont, chanson de geste : suivie de La Mort de Maugis

DEVARDPrésentation et traduction de Rémi Fournier-Lanzoni et Jérôme Devard

 Maugis d’Aigremont, chanson de geste suivie de La Mort de Maugis

 Paris : L’Harmattan, 2014. – 284 pages (Littérature Classique. Textes et Commentaires)

 ISBN : 978-2-343-02918-4

Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis sont des chansons de geste du XIIIe siècle. Ces épopées hors du commun appartiennent à la Geste de Mayence et retracent la destinée de Maugis, chevalier, larron, enchanteur et devin, qui non seulement combat les Sarrasins devant Tolède, Milan ou Palerme, mais aussi mène des batailles sans merci contre l’empereur Charlemagne grâce à l’aide de ses dons de magicien, de son cheval-fée Bayard et de sa fameuse épée Froberge. Force est de constater qu’avec le personnage de Maugis, on assiste à une ouverture de l’épopée vers d’autres genres littéraires qui traduit en partie l’influence étrangère sur le domaine national. Si certains de ses traits moraux, comme la passion amoureuse, l’appel de la quête ou le don de la prophétie sont inspirés du roman, son essence profonde, la sincérité de son personnage vis à vis de la tradition épique, ainsi que de sa destiné légendaire aux côtés de son cousin Renaut de Montauban, l’apparentent cependant au monde des conquérants de nos épopées nationales. Désormais les chansons de geste ne se limiteront moins à des récits de combats chevaleresques où la monotonie des exploits ne se voit guère compensée par la variété des personnages. Avec Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis, le lecteur sentira peu à peu l’influence des légendes celtiques, la Matière de Bretagne, l’imaginaire païen, bref le merveilleux.

Rémi Fournier-Lanzoni enseigne actuellement l’italien à Wake Forest University en Caroline du Nord, États-Unis. Il a obtenu un doctorat en lettres à la Florida State University avec une thèse sur la chanson de geste Maugis d’Aigremont en 1995. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages sur l’histoire du cinéma français et la comédie italienne.

Jérôme Devard est actuellement Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Orléans. Par ailleurs, il prépare une thèse intitulée « Parenté et Pouvoir(s) dans la Matière de France et le Roman de Renart. Approche socio-juridique de la représentation familiale aux XIIe-XIIIe siècles », sous la codirection des professeurs Stéphane Boissellier et Claudio Galderisi. Il est l’auteur d’un premier essai publié aux éditions L’Harmattan sous le titre : « Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale »1. En outre, il a rédigé plusieurs articles s’intéressant à la conception et la représentation des notions de droit et de norme dans la littérature médiévale.

  1. Jérome DEVARD, Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale, Paris, L’Harmattan, 2010, 219 p. []

Attila e gli unni : verità e leggende

Bozoky (Attila italien)

 Edina Bozoky

 Attila e gli unni : verità e leggende

 Bologna : Il Mulino, 2014. – 232 p. (Collana « Le vie della civiltà »)

 ISBN : 978-88-15-24806-0

 

A partire dalle campagne di guerra che ebbero luogo nel 451 in Gallia e nel 452 in Italia, la fama di Attila come «flagello di Dio» attraverso i secoli si è fatta icona proverbiale. Ma chi era Attila e chi erano gli unni a cui si associa una così pertinace fama di devastazione e crudeltà? Questo libro racconta con esemplare chiarezza che cosa se ne sa in concreto, come si è formata ed evoluta nel tempo la loro leggenda, sorta quasi subito nell’agiografia cristiana, e come si è differenziata nelle diverse aree europee. Attila il terribile è infatti quello di area italiana, nei paesi germanici figura come re benevolo e generoso, e in Ungheria è addirittura un eroe nazionale. *

Edina Bozoky è maître de conférences di Storia medievale all’Università di Poitiers (CESCM). Tra i suoi libri: «La politique des reliques de Constantin à Saint Louis» (2007)1 e «Le Moyen Âge miraculeux» (2010)2

Traduction par Adelina Talamonti de l’ouvrage « Attila et les Huns : vérités et légendes » (2012)3

* A partir des campagnes militaires qui se déroulèrent en 451 en Gaule et en 452 en Italie, la renommée d’Attila comme « fléau de Dieu » est devenue, au fil des siècles, une icône proverbiale. Mais qui était Attila ? Et qui étaient les Huns auxquels on associe une réputation si tenace de dévastation et de cruauté ?  Ce livre raconte, avec une clarté exemplaire, ce qu’il en fut concrètement, comment s’est formée et a évoluée leur légende, apparue très rapidement dans l’hagiographie chrétienne et comment elle s’est différenciée dans les diverses zones de l’Europe. Attila Le Terrible est en effet celui de l’aire culturelle italienne, tandis que dans les Pays germaniques il apparaît comme bienveillant et généreux et en Hongrie il devient même un héros national. (trad. E. Mineo, doctorante CESCM)

  1. La politique des reliques de Constantin à Saint Louis, Paris, Beauchesne, 2007 (Bibliothèque historique et littéraire), 315 p. []
  2. Le Moyen Âge miraculeux, Paris, Riveneuve, 2010, 370 p,. []
  3. Attila et les Huns : vérités et légendes, Paris, Perrin, 2012, 312 p. []

Serrures médiévales, VIIIe-XIIIe siècle

1392644491
Presses Universitaires de Rennes

 Mathieu Linlaud

 Serrures médiévales : VIIIe-XIIIe siècles

 Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 344 p. (Archéologie & Culture)

 ISBN : 978-2-7535-2903-8

À partir de sources archéologiques et iconographiques, cet ouvrage retrace l’évolution technique des serrures au Moyen Âge. Il présente des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et un nouveau classement typologique basé sur ces aspects techniques. Ces objets sont aussi un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés.

[4e de couv.] La société médiévale a usé de divers systèmes d’ouverture et de fermeture dans son ameublement et son architecture : serrures, charnières, cadenas, pentures. L’historiographie nous montre un sujet longtemps délaissé aux collectionneurs et amateurs de serrurerie et ferronnerie. Cette étude s’est employée à définir de nouveaux outils de recherche, entre autres avec la rédaction d’un glossaire faisant le point sur un vocabulaire d’une richesse sous-estimée. Le développement relativement récent de l’archéologie préventive a permis d’exhumer une quantité importante de données inédites. Ces nouvelles sources archéologiques – mais également iconographiques – ont été privilégiées afin d’essayer de retracer l’évolution technique de ces objets. Cette réappropriation du sujet passe, notamment, par des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et par un nouveau classement typologique qui délaisse l’histoire des formes pour se focaliser sur les aspects techniques. Ces objets ne sont qu’un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés. Il est également apparu que certains de ces objets – comme la clé – ont eu un rôle symbolique particulièrement fort.

Various opening and closing systems existed in medieval architecture and furniture: locks, hinges, padlocks, strap hinges. Historiography has neglected this subject for a long time, leaving it to metalwork collectors and locksmithing enthusiasts. This study has defined some new research tools, including the writing of a glossary revealing a French vocabulary of under-estimated richness. The relatively recent development of “preventive” archaeological operations has allow to study a large amount of unpublished data. In order to trace the technical development of these objects, emphasis was placed on archaeological and iconographic sources. This redefining of the subject is done with the aid of graphic reconstruction showing how these mechanisms worked, as well a new typological classification which puts the history of forms aside in order to focus on the technical aspects. These objects are a pretext to the understanding and examination of the medieval society that designed, manufactured, used, improved, replaced, discarded and depicted them. It also appears that some of these utilitarian objects had a strong symbolic function.

Avec une préface de Luc Bourgeois.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM UMR 7302).

Mathieu Linlaud est docteur en archéologie médiévale et chercheur associé du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Poitiers). Archéologue spécialiste du mobilier métallique médiéval, il étudie des objets issus de fouilles pour diverses structures.