Archives de catégorie : Publications

Solange Corbin et les débuts de la musicologie médiévale

1425291305Christelle Cazaux-Kowalski, Isabelle His et Jean Gribenski (dir.)

Solange Corbin et les débuts de la musicologie médiévale

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015

ISBN : 978-2-7535-3630-2

19,00 €

En replaçant le chant, et plus largement la musique, dans le contexte liturgique et culturel de la civilisation tardo-antique et médiévale, Solange Corbin a ouvert la voie à une approche de la musique médiévale différente de celle qui était pratiquée dans les institutions religieuses dépositaires du patrimoine liturgique latin.

Le présent ouvrage rassemble la plupart des conférences prononcées lors d’un colloque international qui s’est tenu à l’université de Poitiers, en novembre 2011. À l’occasion du cinquantième anniversaire de la
création du Département de musicologie de cette université (1961), les organisateurs avaient souhaité rendre hommage à celle qui était à l’origine de cette fondation et en était devenue tout naturellement la première responsable.
La partie centrale de ce livre s’efforce de cerner l’apport de Solange Corbin (1903-1973) à la musicologie médiévale. Spécialiste des répertoires de chant de la Chrétienté latine, son approche historique et musicologique doublée d’une réflexion anthropologique en fait une figure pionnière de la musicologie médiévale française d’après guerre. En replaçant le chant, et plus largement la musique, dans le contexte liturgique et culturel de la civilisation tardo-antique et médiévale, Solange Corbin a ouvert la voie à une approche de la musique médiévale différente de celle qui était pratiquée dans les institutions religieuses
dépositaires du patrimoine liturgique latin.
Une partie introductive est consacrée à sa carrière et une section finale présente des réflexions sur des domaines de recherche que Solange Corbin n’a pas elle-même explorés, mais qu’elle a soutenus et encouragés.
En annexe figurent la liste des thèses soutenues sous sa direction, puis celle de ses propres écrits, enfin un certain nombre de documents illustrant la vie du Département, de 1961 à 1973.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Télécharger la table des matières

La géographie religieuse des villes médiévales : aljama et ghetto

brepols boissellierJohn Tolan, Stéphane Boissellier (eds.)

Religious cohabitation in European towns (10th-15th centuries)
La cohabitation religieuse dans les villes Européennes, Xe-XVe siècles

Turnhout : Brepols, winter 2014-2015

(Religion in Law in Medieval Christian and Museum Societies, 3)

ISBN: 978-2-503-55252-1

EUR 75,00 excl. tax

Medieval towns, from Portugal to Hungary to Egypt, were places of contact between members of different religious communities, Muslim, Christian and Jewish, who rubbed shoulders in the ports and on the streets, who haggled in the markets, signed contracts, and shared wells, courtyards, dining tables, bath houses, and sometimes beds.  These interactions caused legal problems from the point of view of the Jewish, Christian and Muslim judicial scholars of the middle ages, not to mention for the rulers of these towns.  These legal attempts to define and solve the problems posed by interreligious relations are the subject of this volume, which brings together the work of seventeen scholars from nine countries (France, Italy, Spain, Hungary, Portugal, Lebanon, Israel, Tunisia, USA),  specialists in history, law, archeology and religion.

John Tolan is professor of Medieval History at the University of Nantes and author of numerous articles and books in medieval history and cultural studies. He currently is director of a major project funded by the European Research Council, “RELMIN: The legal status of religious minorities in the Euro-Mediterranean world (5th-15th centuries)”

Stéphane Boissellier is full professor of medieval history at the University of Poitiers (France) ; author of books and articles about medieval social and economic history. He leads a scientific program (« Espagne-Méditerranée : Normativité et territorialité des faits sociaux ») within the Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (U. Poitiers-CNRS)

Table of Contents

Stéphane Boissellier, Introduction

Le cadre légal des minorités religieuses dans les villes médiévales—fondations textuelles / The Legal Context of Religious Minorities in Medieval Towns—Textual Foundations

Alejandro García Sanjuán, Limitaciones en las relaciones entre musulmanes y ḏimmíes en la tradición legal malikí: las normas sobre el saludo – Diego Quaglioni, Entre Italie et Allemagne. Les relations judéo-chrétiennes à la fin du Moyen Age: l’affaire de Trento (1475-1478) – Tahar Mansouri, Les dhimmis dans les documents de chancellerie de l’époque mamelouke Farid Bouchiba, Cohabitation religieuse et pratiques alimentaires à Cordoue au XI-XIIe siècles d’après le grand Qādī Ibn Rušd al-ğadd (m. 520/1126)

La géographie religieuse des villes médiévales : aljama et ghetto / Religious Geography in Medieval Towns : Aljama and Ghetto
Aleida Paudice, Religious Identity and Space in Venetian Candia Dominique Valerian, La présence des musulmans étrangers dans les ports chrétiens – Pierre Moukarzel, La législation des autorités religieuses et politiques sur les marchands européens dans le sultanat mamelouk (1250-1517) – Brian Catlos, Is It « Country Air » that Makes Infidels Free? Religious Diversity in the Non-Urban Environment of the Medieval Crown of Aragon and Beyond

La promiscuité urbaine et ses implications pour le droit religieux / Urban Promiscuity and its Implications for Religious Law

Elisheva Baumgarten, « These are Their Holy Days »: Jewish Conceptions of the Christian Ritual Cycle in Medieval Germany and Northern France Olivia Constable, Cleanliness, Godliness, and Urban Bathhouses in Medieval Spain – Filomena Barros, Les musulmans portugais: la justice entre la normativité chrétienne et la normativité islamique

Justice et régulation de conflits dans les villes médiévales / Justice and Conflict Resolution in Medieval Towns

Ahmed Oulddali, L’accusation d’outrage envers les musulmans à travers une fatwa rendue à Tlemcen en l’an 849/1445 – Katalin Szende, Laws, Loans, Literates: Jewish-Christian Contacts in the Towns of Medieval Hungary from the Mid-Thirteenth to the Mid-Fifteenth Century Youna Masset, Les relations interconfessionnelles à Tortose, entre norme et pratique (2ème moitié du XIIIe siècle-premier quart du XIVe siècle) Rena Lauer, Jewish Women in Venetian Candia: Negotiating Intercommunal Contact in a Premodern Colonial City, 1300-1500

John Tolan, Conclusion

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers

BaptistèreB. Boissavit-Camus

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers : De l’édifice à l’histoire urbaine

Turnhout : Brepols, 2014, 520 p.

(Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, 26)

ISBN: 978-2-503-54831-9

Préface de Charles Bonnet, contributions de Brigitte Boissavit-Camus, Jean-François Reynaud, Stéphane Buttnër, Anne Flammin, Serge Dalle, Laurent Prysmicki, Annie Blanc, Nadine Rouquet et de Michel Rérolle. Collaboration de Marie-Thérèse Camus et de Jean-François Amelot.

En 1995, une équipe pluridisciplinaire a entrepris de revoir, grâce à un examen minutieux des maçonneries et des vestiges archéologiques, l’architecture, le décor et la chronologie du baptistère de Poitiers. L’ouvrage rend compte à travers diverses contributions des résultats de ce programme. Ces derniers modifiant les interprétations admises à la suite des fouilles du père de La Croix (1903) puis de François Eygun (1964), leur diffusion nécessite d’évoquer l’histoire des recherches sur l’édifice et sur la place qui fut la sienne dans l’histoire de l’art chrétien du haut Moyen Age occidental, et de les confronter, in fine, à l’état actuel de la recherche sur les baptistères. Les conditions topographiques et urbaines de l’implantation et de l’évolution de l’édifice au sein du groupe épiscopal sont aussi abordées, en particulier grâce à la découverte, dans les années 1980, de vestiges appartenant à l’ecclesia et à la domus ecclesiae.

Le baptistère conservé a été construit au Ve s., à l’emplacement d’une salle baptismale aménagée dans une domus située à l’est de la cathédrale primitive. Au VIe s., son plan est progressivement modifié, individualisant mieux les différents espaces intérieurs. Au VIIe s., une campagne d’embellissement architectural transforme son aspect, avec, entre autre, la pose des parements en petit appareil allongé et la mise en scène du décor sculpté. Les travaux de la période carolingienne semblent liés à l’adaptation de l’édifice aux évolutions liturgiques et ecclésiales. La reconstruction du XIe s. fixe sa physionomie définitive avec la reconstruction de la salle occidentale et la pose de peintures de qualité. Ces travaux, alors que le sacrement du baptême était transféré aux paroisses urbaines et que l’édifice était désormais éloigné de la cathédrale, montrent la volonté de l’Église de Poitiers de maintenir le souvenir de sa fonction initiale, exprimé symboliquement jusqu’au XVIIe s, et de garder un lien fort avec le dernier édifice en élévation du vieil episcopium. Après la Révolution, l’édifice fut sauvé de la destruction grâce à l’action des érudits locaux, de la Société des Antiquaires de l’Ouest et de personnalités parisiennes comme Lenoir ou Mérimée. Racheté par l’État, il devient alors un objet scientifique, un bien patrimonial et une structure muséale ; une histoire récente dont témoignent restaurations et fouilles.

Brigitte Boissavit-Camus a fait ses études à Poitiers. Elle est titulaire d’une thèse soutenue en 2001 à l’Université de Tours, sur la formation et les transformations du quartier épiscopal de Poitiers entre le IVe et le XIIe s. De 1985 à 2002, c’est une archéologue du ministère de la Culture, comme ingénieure au Service régional de l’archéologie de Poitiers, puis comme directrice du Centre national d’archéologie urbaine de Tours. Depuis 2002, elle enseigne à l’Université de Paris-Ouest, Nanterre la Défense, comme maitre de conférences, et a obtenu son habilitation à diriger les recherches en 2012. Elle est membre de l’UMR 7041, Archéologie des Sciences de l’Antiquité, équipe THEMAM (Nanterre).

Demeurer, défendre et paraître.

 

Bourgeois-rémyLuc BOURGEOIS et Christian RÉMY (dir.)

Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées.

 Actes du colloque du 14 au 16 juin 2012,

Éd. Association des Publications Chauvinoises, 2014, 704 p. (APC Mémoire, LXVII).

 

ISBN : 979-10-90534-20-9

Entre Loire et Pyrénées, les recherches consacrées aux fortifications et aux résidences élitaires du Moyen Âge se sont largement enrichies au cours de la dernière décennie. Fouilles sédimentaires, archéologie du bâti et étude des ensembles mobiliers, lecture des textes ou des formes, études monographiques et enquêtes régionales se combinent désormais pour apporter des éclairages inédits et poser de nouvelles questions. Il semblait donc opportun de dresser un nouvel état des lieux dix ans après le colloque tenu à Pau en 2002 et de réfléchir collectivement aux articulations des champs de recherche dans le domaine castral.

Au-delà de l’image classique du château médiéval, ce colloque a abordé toute la gamme des sites fortifiés et résidentiels, des implantations encore mal connues du haut Moyen Âge aux lendemains de la guerre de Cent Ans, des grandes enceintes de cités aux modestes habitats des élites rurales.

Après un bilan collectif de l’activité et de la bibliographie des années 2002-2012, les interventions s’articulent autour de trois thèmes : les origines de la résidence élitaire (VIe-XIe siècle) ; quelques constantes et particularités de l’habitat castral du Grand Sud-Ouest à partir du XIe siècle et, enfin, la dimension emblématique de l’architecture du pouvoir laïc (Xe-XVe siècle). En outre, les textes issus de deux tables rondes permettent d’aborder des questions encore mal élucidées : comment les sources écrites médiévales parlent-elles du “château” et quelles sont les nuances régionales et chronologiques des mots qui en désignent les composantes ? Dans quelle mesure la culture matérielle des sites élitaires se distingue-t-elle de celle des autres habitats ?

Bon de commande à télécharger ici
21 x 29,7 cm – 704 p. couleur relié
Éd. APC Mémoire LXVII – 2014
ISBN 979-10-90534-20-9
60,00 € + 9,00 € de port/exemplaire

Voir le sommaire ici