Archives de catégorie : Publications

Les chapitres séculiers et leur culture

Vanessa240Sous la direction de Claude Andrault-Schmitt et Philippe Depreux

Les chapitre séculiers et leur culture : Vie canoniale, art et musique à Saint-Yrieix (VIe-XIIIe siècle)

Limoges : PULIM, octobre 2014, 580 p.

Cet ouvrage réunit les Actes d’un colloque qui s’est tenu du 18 au 20 juin 2009 en trois sites différents : Limoges, Saint-Yrieix-la-Perche et Poitiers. Comme pour la rencontre concernant l’abbaye Saint-Martial de Limoges (PULIM, 2006)1, les médiévistes réunis ont examiné les différentes facettes de l’établissement installé au coeur de la ville de Saint-Yrieix dans une perspective pluridisciplinaire : le contexte historique, l’hagiographie, les clercs et leurs réseaux, le potentiel archéologique, les vestiges monumentaux, les manuscrits, les enluminures, la musique …

Les textes conservés offrent des aperçus exceptionnels sur le haut Moyen Âge, à commencer par le célèbre testament du fondateur (ici édité et traduit). Mais le statut canonial rend la communauté relativement difficile à cerner, d’autant que les sources médiévales considèrent souvent de haut ces religieux du siècle ou « séculiers ». Cette question est aujourd’hui en cours de renouvellement ; aussi l’étude monographique est-elle précédée par des enquêtes concernant plusieurs régions de l’Occident médiéval, de la Flandre à l’Espagne en passant par la Normandie et l’Empire.

In situ, le caractère monumental de la collégiale et le renom de la Bible de  de Saint-Yrieix, riche de ses lettrines enluminées, ont suscité ou actualisé les questionnements des historiens de l’art. S’ajoute à ce kaléidoscope le manuscrit Latin 903 (BnF) ou Graduel de saint-Yrieix, bien connu des musicologues du monde entier, qui offre des compositions poétiques, liturgiques et musicales d’un grand intérêt pour la fin du XIe siècle.

SOMMAIRE

Avant-propos et remerciements

1 Le monde des chanoines

Brigitte MEIJINS (Katholieke Universiteit Leuven) – Les chanoines séculiers : histoire et fonctions dans la société (IXe-XIIe siècle)

Véronique GAZEAU (CRAHAM, Université de Caen) – En terre bénédictine, les établissements de chanoines de la Normandie médiévale : genèse et géographie des implantations, enjeux de pouvoir et lieux sacrés

Hubertus SEIBERT (Université de Munich) – Vivre en communauté ? Les chanoines dans l’Empire germanique (Xe-XIIe siècle)

Thierry PÉCOUT (CERCOR, Université de Saint-Étienne) – Les collégiales dans l’espace du diocèse. Provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles et Embrun (XIIe- XIVe siècle)

Catherine SAINT-MARTIN (Conseil Général de l’Ariège, Bibliothèque départementale) – Le chapitre de Saint-Sernin de Toulouse

Eduardo CARRERO SANTAMARIA (Universitat Autonoma de Barcelona) – Modification de l’architecture ou de sa fonction. Les bâtiments des chanoines réguliers dans les cathédrales espagnoles après leur sécularisation

2 -Le chapitre de Saint-Yrieix : de la fondation à la ville

Philippe DEPREUX (Université de Hambourg) – Le testament d’Aredius

Catherine FAURE (Université de Limoges) – Aredius (Yrieix) et ses amis. Réflexions sur les réseaux aristocratiques au VIe siècle

Edina BOZOKY (CESCM, Université de Poitiers) – Les miracles de saint Yrieix

Anne MASSONI (Université de Limoges) – Le chapitre de Saint-Yrieix : une dépendance martinienne en terre limousine

Jean-Pierre THUILLAT – À propos du séjour de Henri II en pleine reconstruction de la collégiale de Saint-Yrieix

Jean-Loup LEMAITRE (École Pratique des Hautes Études, Paris) – Le testament de Bertrand Autier, chantre de Saint-Yrieix, oncle de Bernard Gui (1292)

3- Entre histoire et archéologie

Christian REMY (CESCM, Université de Poitiers) – Des chanoines et des chevaliers : l’enclos castrai de Saint-Yrieix

Romain BOISSEAU (SRA-DRAC Limousin) – Aux origines de Saint-Yrieix-la-Perche. Une approche archéologique du site

Patrice CONTE (DRAC Limoges/CESCM, Université de Poitiers) avec la collaboration de Julien DENIS (Bureau d’études Hadès, Toulouse / Bureau d’études Evéha, Limoges), Bernard FARAGO-SZEKERÈS (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Christophe MANIQUET (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Henri MOLET (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Jacques ROGER (DRAC Limoges/ Artéhis, Université de Dijon) – La ville antique et médiévale de Saint-Yrieix : apports récents de l’archéologie et nouvelles pistes de recherches

Luc BOURGEOIS (CRAHM, Université de Caen) – Beate Aradie, virginis, ou les origines de La Mothe-Saint-Héray (Deux- Sèvres)

4 – La collégiale de Saint-Yrieix

Claude ANDRAULT-SCHMITT (CESCM, Université de Poitiers) – Les ‘belles formes et la hardiesse de la structure’ de la collégiale : questions d’archéologie monumentale

Xavier LHERMITE (Bureau d’études Eveha/CESCM, Université de Poitiers) – L’abside gothique de la collégiale de Saint-Yrieix

Vincent DEBIAIS (CNRS/CESCM, Université de Poitiers) – Savoir-faire technique et pratique de l’écrit : les signes lapidaires de Saint- Yrieix

Marcello ANGHEBEN (CESCM, Université de Poitiers), Vincent DEBIAIS (CNRS/CESCM, Université de Poitiers) – La Maiestas Domini de la façade méridionale

Jean-François BOYER (Université de Limoges) – Reliquaires et orfèvrerie au Moustier de Saint-Yrieix

5 – Les manuscrits : enluminure, musique et poésie

Marianne BESSEYRE (Conservateur, BMC Lyon/CIHAM, UMR 5648), Eric SPARHUBERT (CRIHAM, Univ. de Limoges, CESCM, Univ. de Poitiers) – La Bible de Saint-Yrieix et le Peintre du Sacramentaire de Saint-Étienne de Limoges

Evelyne PROUST (CESCM, Université de Poitiers) – La Bible de Saint-Yrieix et la sculpture romane en Limousin

Christelle CAZEAUX-KOWALSKI (CESCM, Université de Poitiers) – Le graduel de Saint-Yrieix (Bibliothèque nationale de France, ms. latin 903)

Marie-Noël COLETTE (École Pratique des Hautes Études, Paris) – Les prosules et les proses du graduel de Saint-Yrieix, XIe siècle (Paris, BnF, latin 903)

Gunilla IVERSEN (Université de Stockholm) – Le répertoire de tropes du graduel de Saint-Yrieix (XIe siècle)

Conclusions

Cécile TREFFORT (CESCM, Université de Poitiers) – D’Attanum à Satrlt-Yrieix: petite histoire d’une communauté religieuse (presque) ordinaire

  1. ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Saint-Martial de Limoges – Ambition politique et production culturelle (Xe – XIIIe siècles), Limoges, PULIM, 2006, 545 p. []

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge

Éditions du cerf (2014) 

Éric Palazzo

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge 

 Paris : Les éditions du CERF, octobre 2014, 512 p. 

 Ce livre, qui renouvelle l’approche de la liturgie et de l’art au Moyen Âge, offre une vaste réflexion sur la relation entre l’homme et l’univers, permet d’apprendre ou de réapprendre la sagesse de l’émerveillement, constitue un contribution  essentielle à l’anthropologie. 

 Une étude magistrale au carrefour de l’histoire de l’art, la liturgie et la théologie

 Sortie en librairie le 23 octobre 2014

Comment rendre visible l’invisible ? Quel rôle peuvent jouer les sens dans la découverte de l’indicible ? La mystique passerait-elle par le sensible ?

Telles sont les questions fondamentales que le Moyen Âge s’est posé avec une liberté et une audace insoupçonnées. S’appuyant sur la tradition biblique et la philosophie antique, en particulier Platon et Aristote, mais aussi la pensée des Pères, dont saint Augustin, l’homme médiéval a choisi d’entrer en dialogue avec Dieu à travers le corps.

La louange mobilise, anime et exalte les cinq sens. Le rite convoque la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat, le toucher afin de plonger dans l’invisible. Le rite, ses œuvres et ses objets, les fresques, enluminures ou sculptures qui le représentent, les vêtements, livres ou meubles qui l’ornent, est le lieu de cette élévation et contemplation.

En une étude magistrale qui explore et commente les grands témoignages de cet art chrétien dont nous avons aujourd’hui perdu la signification, Éric Palazzo dresse le récit passionnant d’une aventure majeure de l’esprit, telle qu’elle a été vécue sur plusieurs siècles en Europe.

Membre senior de l’Institut universitaire de France et du Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Éric Palazzo est professeur d’histoire de l’art au Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Liturgie et société au Moyen Âge (2000)1 et L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme (2008)2

Voir annonce sur le site des éditions du CERF

Écouter M. Palazzo dans les émissions de radio sur Fréquence protestante et RCF

  1. Éric PALAZZO, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris : Aubier, 2000, 276 p. []
  2. Éric PALAZZO, L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme : la liturgie de l’autel portatif dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2008, 205 p. (Culture et sociétés médiévale, 15) []

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (XIIe-XVe siècles)

dIS-9782503551364-1Catalina Girbea, Laurent Hablot, Raluca Radulescu

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : Actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011

Turnhout : Brepols, 2014 – 288 p. (Histoires de famille. La parenté au Moyen Age (HIFA 17)

ISBN : 978-2-503-55136-4

Les marqueurs d’identité tels que la littérature médiévale les laisse entrevoir permettent de mieux comprendre les rapports entre les individus et leurs groupes au cours du Moyen Age occidental.
Le XIIe siècle marque une fracture épistémologique dont les symptômes les plus visibles sont l’apparition des questionnements identitaires, qu’il s’agisse d’une meilleure définition de l’individu, des familles ou des groupes. Ils se laissent entrevoir avec une force sans précédent sur le fond d’une double mutation, sociale et culturelle. L’éclosion de la littérature vernaculaire, l’effondrement progressif durant tout le XIIe siècle de la suprématie du latin écrit, provoque un bouleversement épistémique. Les marqueurs de l’identité comme les signes héraldiques commencent à préocuper l’homme médiéval. Les contributions de ce volume se proposent de suivre le développement et la rationalisation de ces marqueurs qui définissent les rapports entre les individus et leurs groupes jusqu’à la fin du Moyen Âge. Cette enquête est menée à travers la fiction vernaculaire, le lieu par excellence où les problématiques identitaires trouvent une voie d’expression à la fois transparente et complexe.

Table of Contents

Catalina Girbea, Laurent Hablot, Raluca Radulescu, Rapport introductif : identité, héraldique et parenté

Michel Pastoureau, Les armoiries de Perceval

      Attributs de l’identité et signes du pouvoir :

Rebecca Dixon, Historical Costume and Contemporary Self-Fashioning in the Burgundian ‘Theatre State’: Dressing the Stage

Adriane Boussac, « Ses gans es mains cousuz a or » : Le gant,support de l’identité noble dans quelques textes des XIIe et XIIIe siècles

Karin Ueltschi, Des chaussures et des boiteux – Catherine Daniel, Edouard Ier et l’identité arthurienne

      Les armoiries imaginaires : marqueurs de l’individu, de la parentèle et des groups :

Christine Ferlampin-Acher, Le blason du petit Artus de Bretagne : héraldique et réception arthurienne à la fin du Moyen Âge

Peter Field, The Heraldry of the Historical Arthur in the Middle Ages – Nicolas Civel, Les Armoiries des Neuf Preuses

Laura Dumitrescu, Le rôle de l’homologie dans quelques armoiries littéraires – Alexandra Ilina, Analogie et homologie dans quelques armoiries

Christian de Merindol, À propos de l’exposition La legende du roi Arthur. Nouvelles lectures – Adrian Ailes, Heraldic Markers of Identity in Medieval Literature: Fact or Fiction?

     L’identité chevaleresque :

Ioan Panzaru, Lancelot et la gestion de l’identité

Alison Stones, Lancelot and Identity

Luiza Gentile, Le Chevalier errant de Thomas de Saluces

Mihaela Voicu, Du Chevalier Coloré au Noir de la Montagne. Couleur et/ou son absence dans la définition de l’identité

Ovidiu Cristea, Le Chevalier Vert : Histoire et Fiction dans la Chronique d’Ernoul et Bernard le Trésorier

Martin Aurell, Conclusions

——————————————————————-

Catalina Girbea est Maître de Conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Bucarest et auteur des livres La Couronne ou l’auréole, Turnhout 2007 et Communiquer pour convertir dans les romans du Graal, Paris, 2010.

Laurent Hablot est Maître de Conférences à l’Université de Poitiers et auteur du livre Jeanne d’Arc, sainte ou sorcière. Collection ‘Ils ont fait la France’, Paris, 2011.

Raluca Radulescu est Professeur associé à l’Université de Bangor et auteur des livres The Gentry Context for Malory « Morte d’Arthur », Cambridge, 2003 et Romance and Its Contexts in Fifteenth-century England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013.

25 volumes et déjà 40 ans : le Corpus des inscriptions de la France médiévale célèbre son anniversaire

En 1974 était publié le premier volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) consacré à la ville de Poitiers. Grâce à la constance et à l’énergie de Robert Favreau, de Jean Michaud, de Bernadette Mora puis de Cécile Treffort et de Vincent Debiais, l’entreprise perdure et se développe depuis cette date, et compte à ce jour 24 volumes. Malgré des périodes d’incertitude et de difficultés aujourd’hui heureusement révolues, l’équipe renouvelée du CIFM a le plaisir d’annoncer la parution du volume 25 au cours du mois de juin.

CIFM25Ce 25e tome du CIFM vient enrichir la série de trois départements de la Région Centre : l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Avec 162 inscriptions datées du VIIIe au XIIIe siècle, dont 81 pour le seul département de l’Indre-et-Loire à cause de la ville de Tours, cette région offre un patrimoine épigraphique particulièrement riche, abondant et varié. Les textes associés à des images sont ainsi très représentés dans ce volume et volent la vedette aux inscriptions funéraires.

Autre particularité de la documentation de la région Centre : la moitié des inscriptions sont datées des XIe et XIIe siècles. ce volume est aussi remarquable par les nombreuses compositions littéraires à caractère épigraphique, telles celles d’Alcuin pour l’époque carolingienne, ou encore celles de Baudri de Bourgueil à l’aube du XIIe siècle.


– 1974-2014 : 40 ans d’édition épigraphique à Poitiers et 25 volumes parus. L’occasion est trop belle pour ne pas réunir au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, quelques-uns des animateurs de l’édition de sources anciennes afin de marquer cette date symbolique d’une rencontre scientifique, entre bilans et perspectives.

Le 17 septembre 2014 aura donc lieu une journée d’étude consacrée à l’édition des textes épigraphiques, en présence des acteurs poitevins de l’édition des inscriptions et de chercheurs français et étrangers associés depuis plusieurs années ou pour l’occasion aux réflexions du CIFM :

9h30 – Accueil

Présidence de séance de la matinée : Cécile Treffort (Directrice du CESCM-Université de Poitiers)

10h – Robert Favreau (directeur honoraire du CESCM et fondateur du CIFM) : « Les débuts du CIFM »

11h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) : « Les perspectives du Corpus et les enjeux de l’édition électronique »

11h45 – Carlo Tedeschi (Université de Chieti) et Elisa Pallottini (post-doctorante, Université La Sapienza Rome) : « Le iscrizioni medievali d’Italia. Risultati, problemi, prospettive »

 

Présidence de séance de l’après-midi : Estelle Ingrand-Varenne

14h30 – Andreas Rhoby (Académie de Vienne) : « An envious gaze to the West. Byzantium’s contribution to medieval epigraphy »

15h30 – Kristin Tanton (post-doctorante, Université de californie Los Angeles) : « Corpus of Inscribed Capitals in Romanesque France (ca. 1080—1160). Digital Research Possibilities »

16h45 – Nicolas Tran (Université de Poitiers) : « L’épigraphie latine d’époque romaine : un état des lieux des données en ligne »

17h45 – Cécile Treffort : ConclusionsPROG_CESCMmai2014V2

L’ampleur internationale de cette journée permettra de partager des expériences différentes et d’identifier éventuellement une singularité française, avec l’objectif d’améliorer encore les techniques de publication au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale connaît de nouveaux défis éditoriaux (langues vernaculaires, inscriptions en minuscules, peinture sur chevalet ou tables…).