Archives de catégorie : Plateau Documentaire

Arrêt sur images (1) : la Bourgogne sur la base de données Romane

Depuis sa mise en ligne en octobre 2012, la base de données Romane du CESCM a été profondément enrichie par de nouvelles notices consacrées à l’art roman. L’important projet de numérisation et d’indexation permet, progressivement, une meilleure visibilité du patrimoine médiéval à travers la richesse du fonds photographique de la Photothèque. Si les régions sont encore inégalement couvertes par l’indexation, le corpus d’œuvres et d’édifices de l’actuelle Bourgogne a récemment été amplifié par le traitement de plusieurs sites (Vézelay, Autun, Anzy-le-Duc, Montceaux-l’Étoile et Saint-Julien-de-Jonzy). Bien sûr, la simple lecture de ces noms de lieux rend visible au moins une lacune, celle de l’absence de Cluny dont les photographies sont, pour l’instant, uniquement accessibles à la Photothèque. Pour chaque édifice, la base de données met à disposition des utilisateurs les photographies anciennes conservées à la Photothèque, mais également les clichés numériques récemment acquis par le service. Notons que les sites présentant un décor sculpté conséquent sont accompagnés par des plans, insérés dans chaque notice, facilitant la localisation des œuvres et donc, les études sur la place de l’image au sein du décor et des potentiels réseaux iconographiques.

Vézelay, portail central, tympan, détail d'un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)
Vézelay, portail central, tympan, détail d’un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)

Parmi les grands noms de la sculpture romane bourguignonne, l’ancienne abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (Yonne) s’impose par l’envergure de son architecture et son ensemble exceptionnel d’œuvres sculptées. L’importance du site justifie le nombre de notices présentes sur Romane et l’abondance des photographies (283 notices, 1196 images). L’église actuelle remplace un premier édifice carolingien qui, vraisemblablement, ne suffisait plus à accueillir les pèlerins. La dédicace des parties orientales de la nouvelles église est réalisée en 1104 par l’abbé Artaud et l’incendie survenu en 1120 marque le début de la reconstruction de la nef puis de l’édification de l’avant-nef, vers 1140-1150. Si la richesse iconographique et stylistique du grand portail de la nef n’est plus à présenter, on remarquera que les nombreux détails photographiques du tympan et des caissons présents sur Romane exaltent la finesse et la diversité des drapés, le traitement des visages et le mouvement des personnages.

Parmi les chapiteaux de la nef et de l’avant-nef, certains se distinguent par la rareté de leur iconographie et plusieurs sujets sont figurés deux fois. Dans le foisonnement des scènes hagiographiques se trouvent, entre autres, le miracle de saint Martin faisant abattre le pin sacré des païens ou encore une scène bien davantage représentée qui est la conversion de saint Eustache (que l’on retrouve notamment à Autun). Le chapiteau du voyage de Tobie et de l’archange Raphaël suivi par Tobie rendant la vue à son père est un bel exemple de scène vétérotestamentaire très peu figurée.

Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l'avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)
Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l’avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)

La cathédrale Saint-Lazare d’Autun (Saône-et-Loire), autre grand nom de l’art roman bourguignon a été élevée entre 1120 et 1146 à l’initiative de l’évêque Étienne de Bâgé  et du duc Hugues II de Bourgogne. Ce n’est cependant qu’en 1195 que l’édifice fut élevé au rang de cathédrale, date marquant le partage des offices religieux avec la cathédrale Saint-Nazaire. Un ensemble de 701 photographies réparties dans 174 notices est présent sur Romane. Comme pour le portail de Vézelay, le tympan du Jugement dernier exécuté par Gislebertus présente une très bonne couverture photographique.

Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)
Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)

À la différence de Vézelay où les scènes vétérotestamentaires et hagiographiques étaient majoritaires, à Autun de nombreux chapiteaux sont figurés de scènes de la vie du Christ. Parmi les œuvres du chœur et du transept, plusieurs d’entre elles appartiennent au cycle de l’Enfance tel le chapiteau du songe des Mages.

Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)
Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)

L’ancienne église priorale d’Anzy-le-Duc (Saône-et-Loire), autrefois placée sous le vocable de la Trinité et actuellement dédiée à Notre-Dame-de-l’Assomption, semble avoir exercé une grande influence artistique dans le sud de la Bourgogne au début du XIIe siècle. De fondation carolingienne, l’édifice roman a été érigé entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle. La base Romane propose 149 clichés et 68 notices. La sculpture de la nef et des espaces liturgiques constitue la majeure partie du décor (trois ateliers distincts), mais on remarquera également la présence d’une Ascension du Christ peinte dans l’abside (fortement restaurée au XIXe siècle). Le portail situé au sud de l’enceinte de l’ancien prieuré présente un décor très riche mettant en scène deux épisodes du Péché Originel, l’Adoration des mages et la séparations des Élus et des Damnés. Les liens stylistiques et iconographiques avec le portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon sont ici, non négligeables (site indexé sur Romane).

Anzy-le-duc, portail de l'enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)
Anzy-le-duc, portail de l’enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)

L’église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Montceaux-l’Étoile (Saône-et-Loire), de taille très modeste, dépendait du prieuré d’Anzy-le-Duc. La base de données Romane propose 30 photographies intégrées dans 11 notices. Érigé durant la première moitié du XIIe siècle, l’édifice se distingue par la richesse de son portail. Le tympan et le linteau sont sculptés dans un seul bloc de pierre et représentent l’Ascension du Christ. Sur les chapiteaux et coussinets du portail se déploient des sujets souvent mis en relation avec les œuvres de Vézelay et d’Autun. Le faune brandissant une fronde rappelle celui d’Autun ou encore la faunesse de Vézelay.

Montceaux-l'-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)
Montceaux-l’-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)

Enfin, l’église Saint-Julien de Saint-Julien-de-Jonzy (Saône-et-Loire) fut construite entre le second et le troisième quart du XIIe siècle. La base Romane propose 29 clichés et 11 notices. Le portail, en avant-corps, est composé de pilastres cannelés et de colonnettes surmontées de chapiteaux. Sur le tympan et le linteau, sculpté dans un seul bloc, apparaît le Christ en gloire, la Cène et le Lavement des pieds. La sculpture du portail est à mettre en relation avec celle de l’église Saint-Fortuné de Charlieu.

Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)
Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)

La base de données Romane est en constante évolution afin de répondre aux besoins des utilisateurs. L’importance du fonds photographiques de la Photothèque implique une mission de grande ampleur, engagée depuis plusieurs années et portée sur la numérisation et l’indexation. La progression des campagnes d’indexation favorise les recherches précises grâce au thésaurus de Romane et permet la constitution de corpus en architecture ou en iconographie.


Lien vers Romane

Estelle, ingénieur en analyse de sources anciennes

Demeurant l’une des rares spécialistes de l’analyse épigraphique en France, Estelle Ingrand-Varenne est sollicitée par des chercheurs en histoire, archéologues et historiens de l’art de tout le pays pour étudier les inscriptions du Moyen Âge. Sa mission : révéler le sens de ces abréviations réalisées il y a des siècles sur un vitrail, une peinture murale, un monument funéraire… « Je me situe entre l’objet épigraphique et le chercheur. L’analyse de l’inscription consiste bien sûr à traduire le texte, souvent rédigé en latin, mais elle nécessite aussi de situer son contexte, décrire son état de conservation et mettre en évidence les caractéristiques de l’écriture qui permettront de dater l’inscription ».

Univ. de Poitiers
Univ. de Poitiers

Des milliers d’inscriptions recensées

Professeur de latin et grec en collège pendant 5 ans, Estelle entreprend une thèse de doctorat en épigraphie médiévale en 2007, dirigée par Cécile Treffort et Cinzia Pignatelli. Coup de chance, à l’issue de ce travail de recherche, le poste d’analyse de sources anciennes du Centre d’études supérieures
 de
 civilisation 
médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers-CNRS se libère. Estelle devient ingénieur d’études du CNRS. Son autre mission : poursuivre la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, un gigantesque inventaire initié par le CESCM à Poitiers il y a plus de 40 ans. « Nous avons déjà constitué plus de 25 000 fiches répertoriant les inscriptions. Les deux tiers de la France sont déjà édités et je m’apprête à publier le prochain volume consacré au département du Cher. En sortant un corpus tous les 2 ans, nous aurons terminé dans 20 ans », évalue-t-elle.

Des pistes de recherche à foison

Poursuivant cet extraordinaire recensement, l’ingénieur d’études investit quotidiennement les bibliothèques et entreprend ponctuellement de grandes campagnes de terrain. « Ce type de déplacements nécessite une énorme préparation, des études bibliographiques jusqu’aux contacts à nouer avec les chercheurs et les responsables culturels locaux pour identifier les inscriptions qui nous intéressent ». Sur place, chaque détail est relevé et photographié. « Le contact avec les sources m’inspire de nombreuses idées de recherches. J’espère en mener certaines personnellement en devenant chercheur à mon tour dans quelque temps. »

Estelle INGRAND-VARENNE
Ingénieur d’études CNRS
Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) ; UMR Université de Poitiers-CNRS

Merci à Samuel Pivette, webmaster éditorial de l’Université de Poitiers

[7 octobre 2015] Journée Ménestrel

Le 7 octobre prochain, le CESCM et le SCD de Poitiers organisent dans la salle Crozet du CESCM une journée Ménestrel (médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne). L’objectif de la journée est double : il s’agit de faire connaître les richesses de Ménestrel et d’inviter doctorants, enseignants et chercheurs à tenir une rubrique dans le répertoire.Ménestrel

Programme

10h15-10h30 : Introduction de la journée (Cécile Treffort, directrice du CESCM, et Myriam Marcil, directrice du Service commun de la documentation de l’Université de Poitiers)

10h30-11h30 : Présentation générale de Ménestrel (Christine Ducourtieux, LAMOP, Coordination du réseau ménestrel ; Rémy Cordonnier, Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer ; Anne-Sophie Traineau-Durozoy, SCD de l’Université de Poitiers)

11h30-12h : La rubrique Objets mobiliers (Rémy Cordonnier, Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer)

12h-12h30 : La rubrique Histoire de l’art (Cécile Voyer, CESCM)

14h30-15h : Le module Moyen Âge en bibliothèque (Anne-Sophie Traineau-Durozoy, SCD de l’Université de Poitiers)

15h-15h30 : La rubrique Héraldique (Laurent Hablot, CESCM)

15h30-16h : La rubrique Musique (Christelle Cazaux-Kowalski, CESCM)

16h-16h30 : Conclusion de la journée (Estelle Ingrand-Varenne, CESCM)

[13 octobre 2015] Atelier de formation aux ressources numériques / Thèses d’histoire médiévale : recherche et consultation

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : mardi 13 octobre 2015 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Thèses d’histoire médiévale : recherche et consultation
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Anne-Sophie Pascal (responsable cellule TIC du SCD de Poitiers)

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 …. petite pause café, suivie de …..

Autour de l’Information Scientifique et Technique, présentation des outils spécifiques au CESCM par Vanessa Ernst-Maillet, de 13h30 à 14h :

– Carnets du CESCM, Netvibes et Twitter

– Temps de discussion avec les chercheurs autour des réseaux sociaux et du passage à la version 3.0 de HAL-SHS


La seconde séance aura lieu le mercredi 18 novembre à 12h en présence de Martin Aurell (Professeur d’histoire au CESCM) pour une présentation de la Library of latin texts

La seconde séance aura lieu le mercredi 9 décembre à 12h en présence de Nicolas Prouteau (Maître de conférences au CESCM) pour une présentation d’archéologie médiévale

Les 4 séances suivantes restent à définir ……

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger et à compléter nos interrogations.

Les cartulaires : compte rendu de l’atelier du 16 avril 2015

Jeudi 16 avril s’est tenue la dernière session de l’atelier numérique pour cette année 2014/2015, consacrée aux cartulaires. Claire Lamy a d’abord présenté les caractéristiques de ces sources que sont les cartulaires, dont l’approche a été renouvelée depuis maintenant une trentaine d’années (le tournant est marqué par l’organisation du colloque sur les cartulaires à l’École des chartes, en 1991, publié en 1993 sous la direction d’O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse1. L’atelier a été l’occasion de présenter de nombreux outils numériques mis à disposition des chercheurs autour des cartulaires, notamment la base de données de l’IRHT, Cartul-R.

nesle

  • CARTUL-R : il s’agit de la base de données répertoriant les cartulaires français, fruit du travail accompli à l’IRHT au sein de la section de diplomatique. Elle actualise et complète la célèbre Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France d’Henri Stein2. La lecture attentive des pages de présentation de la base est indispensable pour en tirer plein profit.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (responsable du fonds ancien au SCD de Poitiers) a par ailleurs présenté les entreprises d’édition en ligne de cartulaires effectués au sein de l’École des Chartes que l’on trouve sur le portail ELEC du site de l’École des Chartes (et http://saint-denis.enc.sorbonne.fr/)

Un point a également été fait sur les éditions anciennes désormais disponibles en ligne, sur les sites de Gallica (dont la version actuelle sera ce printemps remplacée par une nouvelle, plus ergonomique, qui est actuellement en test), de Google books (qui donne accès à des documents numérisés dont la qualité est souvent peu satisfaisante) et d’Internet archive (archives et bibliothèque numériques à but non lucratif).

D’autres outils, utiles aux travaux sur les cartulaires, ont été signalés à l’occasion de cette séance :

Enfin, ce fut l’occasion de rappeler qu’une grande partie des articles de la revue de l’IRHT, Le Médiéviste et l’ordinateur, bien qu’ayant cessé de paraître depuis 2007, sont encore en ligne. Cette revue offre de nombreux articles présentant des outils ou bien des réflexions méthodologiques à propos des outils numériques élaborés dans le cadre des recherches en histoire médiévale. Ils gagnent à être consultés.

  1. sous la direction d’O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse : Les cartulaires, Paris, 1993 []
  2. Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France, Paris, 1907 []