Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Juan, doctorant espagnol en visite au CESCM pour 3 mois

Juan A. Prieto Sayagués est à Poitiers depuis le 1er septembre pour 3 mois. Nous l’accueillons au CESCM

Ju

Bonjour Juan, vous êtes étudiant, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’ai obtenu ma licence en Histoire avec l’Université Nationale d’Education à Distance (UNED) (2008-2012). Par la suite, j’ai suivi un Master en « Histoire Médiévale de Castille-et-Léon » organisé par les universités de Burgos, León, Salamanque y Valladolid et le CSIC (2012-2013) qui m’a permis de connaître les principaux chercheurs spécialisés dans les différents aspects de l’histoire médiévale castillane. Mon mémoire de fin de master a pour titre Juan I de Castilla y la Iglesia: poder y reforma. Ce travail a été dirigé par le Dr. Carlos Reglero (Université de Valladolid) et co-dirigé par la Dr. Soledad Tena (Université de Salamanque).

En 2013, j’ai commencé mon doctorat à l’Instituto de Historia Simancas avec une thèse ayant pour titre El Clero regular castellano durante la baja Edad Media. Aspectos políticos y socioeconómicos de la reforma de los claustros sous la direction, à nouveau, du Dr. Carlos Reglero. En septembre 2014, j’ai bénéficié d’un contrat prédoctoral FPU financé par le MECD. J’ai été incorporé au Département d’Histoire Ancienne et Médiévale de l’Université de Valladolid où je poursuis aujourd’hui mon travail de recherche et, pour l’année prochaine, d’enseignant. Je fais actuellement partie de l’Équipe de Travail du Projet d’Inverstigation « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (ss. XI-XIV) », ref. HAR2013-42925-P.

Parlez-nous de votre sujet de thèse :

Mon axe de recherche principal est les liens maintenus entre les pouvoirs laïques (la monarchie et la noblesse principalement) et les monastères et couvents de la Couronne de Castille. Mon travail est recentré sur la zone nucléaire de cette dernière, la Cuenca del Duero.

Les études à propos du patronage monastique ne sont pas nouvelles. Cependant, en ce qui concerne l’époque que j’étudie, les études manquent et elles sont plus dispersées que pour d’autres périodes comme les siècles centraux du Moyen Âge. Nous disposons d’une vaste bibliographie, que ce soit au niveau des chroniques, des œuvres des siècles passés comme les recherches contemporaines qui commencent au XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui. Cependant, un des principaux problèmes est que ces œuvres ont mis l’accent en quelque monastère, région, famille nobiliaire ou rois et dynastie, mais pour le moment il manque une œuvre générale réunissant ces dernières.

Nous disposons aussi d’une vaste documentation – bien qu’irrégulière et inégale, qui dépend des monastères, des lignages et des époques – qui permettent de mener à bien cette recherche.

Je tente donc d’étudier le patronage à travers ses différentes manifestations, comme les fondations, les donations, les lieux de sépulture, les reformes, les professions ou le rôle que les monastères ont joué dans la vie sociopolitique castillane de ce moment-là. Quelques-uns des résultats obtenus jusqu’à présent ont été exposés lors de congrès nationaux et internationaux et lors de publications dans des livres et revues (vous pouvez en voir plus sur ma page personnelle Academia.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

En mai 2013, lors du Colloque International “Escritura y reescritura de una crónica monástica hispánica: la Primera Crónica Anónima de Sahagún” à Valladolid, colloque organisé par Charles García (CESCM-Université de Poitiers) et Carlos Reglero (UVa), j’ai eu l’opportunité de faire connaissance de Charles et de connaître le CESCM.

Tout cela, ajouté à la quantité et la qualité de la bibliographie disponible au CESCM et aussi dans les autres bibliothèques de l’Université de Poitiers, m’a donné envie de venir dans cette ville. La vaste bibliographie française – et d’autres régions d’Europe – me permet de connaître la réalité de mon sujet d’étude dans les différents pays européens, afin de pouvoir réaliser une comparaison avec le cas castillan et m’aider à mieux comprendre ce dernier.

Le dynamisme et le grand nombre d’activités (colloques, congrès, séminaires, etc.) organisés par le CESCM et par l’Université de Poitiers ont également été un attrait pour choisir cette destination où j’espère pouvoir assister au plus grand nombre d’évènements organisés pendant la durée de mon séjour.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Pendant mon séjour, j’espère pouvoir profiter au maximum du temps en lisant le plus grand nombre d’œuvres possibles, assister aux différents événements organisés. J’aimerais également connaître les différents travaux et méthodologies des chercheurs du CECSM qui m’apporteront sans doute de nouveaux objectifs, de nouvelles approches et des idées pour ma recherche.

Enfin, je voudrais remercier le CESCM et l’Université de Poitiers pour la qualité de son accueil, et plus particulièrement le Professeur Charles García qui a été (et qui continue de l’être) attentif pour que mon séjour soit le plus fructueux possible. En définitif, merci beaucoup pour l’accueil.

Welcome to Bonnie Effros !

Bonnie Effros, professeur d’histoire à l’Université de Floride, est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2015-2016.

Nous lui avons posé quelques questions.

10954-514

Bonnie, sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

À l’Université de Floride depuis 2009, je suis la première directrice du Centre des sciences humaines et je suis professeur d’histoire. Je donne des cours d’histoire et archéologie du haut Moyen Âge, d’histoire de médiévalisme, et d’histoire d’archéologie et muséologie en Europe moderne dans le département d’histoire.

Jusqu’en 2005, le sujet de mes recherches était surtout la mort à l’époque mérovingienne du point de vue de l’histoire et de l’archéologie. J’ai publié ces travaux dans plusieurs articles ainsi que deux ouvrages : Caring for Body and Soul: Burial and the Afterlife in the Merovingian World (Pennsylvania University Press, 2002)1 and Merovingian Mortuary Archaeology and the Making of the Early Middle Ages (University of California Press, 2003)2. En même temps, mon intérêt pour le sujet des différences sexuelles (en anglais, “gender studies”) me conduisait à une étude sur les rituels concernant la nourriture – manger et boire au haut Moyen Âge – que j’ai publié, comme Creating Community with Food and Drink in Merovingian Gaul (Palgrave Macmillan, 2002)3.

Après une expérience très impressionnante au département médiéval au Musée Metropolitan de New York en 2001-2002 (où, grâce à une bourse, j’ai travaillé avec la collection mérovingienne de J. Pierpoint Morgan), j’ai changé la direction de mes recherches et j’ai commencé une étude sur l’histoire de l’archéologie mérovingienne au XIXe siècle. Écrit sur la base des sources originales triées dans plusieurs musées et archives départementales en France et Allemagne, mon livre a été publié en 2012 : Uncovering the Germanic Past: Merovingian Archaeology in France, 1830-1914 (Oxford University Press, 2012)4. Ce projet m’a donné plusieurs occasions de venir à Poitiers dans les dernières années. Je m’occupais surtout du travail archéologique très important du Père Camille de la Croix à l’Hypogée des Dunes et au baptistère Saint-Jean à la fin de XIXe siècle et aussi avec les contributions novatrices de la Société des Antiquaires de l’Ouest.

Parlez-nous de vos plus récents projets de recherches :

Cette année, j’espère finir une monographie avec le titre Incidental Archaeologists: French Officers and the Rediscovery of Roman North Africa, 1830-1870 (Cornell University Press), car je fais des recherches depuis 2010 sur l’histoire d’archéologie coloniale en Algérie au XIXe siècle. Avec le soutien d’une bourse du National Endowment for the Humanities (2013) et un titre de membre à l’Institute for Advanced Study à Princeton (2013-2014), et maintenant une année sabbatique de l’Université de Floride, l’étude est surtout une exploration du rôle des officiers français dans la documentation, la conservation, et les fouilles archéologiques des sites romaines en Afrique du Nord. Néanmoins, comme mon dernier livre, il pose aussi des questions sur la professionnalisation archéologique et les contributions d’archéologie à l’identité française.

J’espère aussi, pendant que je suis à Poitiers, reprendre mes recherches sur le mediévalisme en France au XIXe siècle, et spécifiquement la participation du clergé dans l’étude archéologique de la chrétienté en Antiquité tardive. Dans ce but, j’ai l’intention de passer du temps aux archives riches du Père de la Croix pour mieux comprendre l’archéologie chrétienne à Poitiers (et en France) au milieu du XIXe siècle.

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Pendant mon séjour à Poitiers, j’ai un projet plutôt médiéval que moderne : j’ai l’honneur d’être co-éditeur avec Isabel Moreira (Université d’Utah) d’une collection importante qui s’appelle The Oxford Handbook of the Merovingian World. Avec 46 collaborateurs  – qui expertisent dans l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, et aussi l’anthropologie – venant de plus que dix pays sur trois continents, ce tome va prendre quelques années pour aboutir. Mon but cette année est de commencer à éditer (et parfois traduire) au moins une portion de contributions qui seront théoriquement prêtes en janvier 2016. J’ai aussi des responsabilités comme co-éditeur d’un tome comparatif et globale sur l’archéologie coloniale et impériale aux XIXe et XXe siècles, qui est maintenant sous considération de l’Institut archéologique Cotsen à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA).

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

A côté de ces projets, j’espère prendre contact et profiter de conversations et de communications de recherches avec des collègues au CESCM et à l’Université de Poitiers. Il est vraiment intéressant d’avoir l’occasion de voir les similarités et différences entre les systèmes académiques américains et français. Tant que je serai ici, j’espère aussi améliorer ma maîtrise orale et écrite de la langue française (et merci en avance pour votre patience) !

  1. EFFROS Bonnie, Caring for Body and Soul: Burial and the Afterlife in the Merovingian World, Pennsylvania University Press, 2002, 280 p. []
  2. EFFROS, Bonnie, Merovingian Mortuary Archaeology and the Making of the Early Middle Ages, University of California Press, 2003, 296 p. []
  3. EFFROS Bonnie, Creating Community with Food and Drink in Merovingian Gaul, Palgrave Macmillan, 2002, 174 p. []
  4. EFFROS Bonnie, Uncovering the Germanic Past: Merovingian Archaeology in France, 1830-1914, Oxford University Press, 2012, 464 p. []

A Perfect Opportunity for a Perfect End to a Year in Medieval Poitiers

As my days at the University of Poitiers drew to a close, I was determined to make the most of the last weeks of my Year Abroad in France. During my course, I was lucky enough to have translation classes with Stephen Morrison, a researcher specialising in the medieval period and director of the Centre for Medieval Studies in Poitiers (CESCM). I began speaking to him about my course at Birmingham and my interest in medieval art history and, then later, about possible work experience at the research centre. I am grateful for all his efforts, as in June I began work at the centre’s journal, the Cahiers de civilisation médiévale.

The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.
The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.

The journal began in 1958 and covers a variety of areas including philosophy, art history, literature, and musicology. It aims to bring together summaries of topics that deepen understanding in medieval civilisation and articles are submitted by researchers from all over the world. The articles include a short summary abstract in English, and literature reviews were also often published in both English and French. I was therefore given a range of pieces to translate, which was not only brilliant practice for my French but allowed me to learn about subjects I had never come across before such as the celtic ‘evil eye’ which cropped up while translating a review of a work by Jacqueline Borsje. Some of the texts tackled extremely specific areas of the early medieval period so there were sentences that I did not even understand in English! However, in the three weeks that I was there I did manage to translate substantial amounts of text. I was able to develop my translation skills immensely as I had to work around difficult sections to be able to communicate their broader sense.

It was very fortunate that the weeks I spent at the journal coincided with the annual conference held by the centre, the Semaines d’études médiévales in which students from many different countries flock to Poitiers to hear speakers present a variety of papers. I was very kindly invited by Blaise Royer and the team to attend the opening lecture by Piotr Skubiszewski from the University of Warsaw on a manuscript found in Poitiers and the tradition of author ‘portraits’. Back at the journal, the team took a lot of interest in my own studies, for example I was able to attend the lecture by Stephen Morrison the topic of which was relevant to my own dissertation project, an early fifteenth-century tomb in Canterbury Cathedral. I gained an insight into the Lollard movement whilst also practising my French! I could not have asked for more.

A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.
A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.

The three weeks spent at the journal were often overwhelming as the team were working on lots of  different projects . As well as translation, I gained experience in the digitisation of previous issues of the journal and the translation of searchable terms for the Brepols database of the International Medieval Bibliography which is primarily linked to the University of Leeds. I worked with Karine Corre who looks after the indexation of books for the development of the database. It is a mammoth task with hundreds of books being sent in. I often felt sorry for her as I entered the office in the morning to find her surrounded by piles of yet more new books! I was also given access to the database so I could use it for my own research. Karine Corre was extremely helpful and we found several very promising articles for my dissertation.

The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)
The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)

After finishing exams and feeling like my year abroad was fading away, work experience at the Cahiers was a brilliant insight into the world of medieval research and the demands of translation. The team were extremely welcoming and enabled my year abroad to be more than lessons at the University, but a full experience in the medieval world of the CESCM.

Une belle rencontre France-Brésil au CESCM

Marcella Lopes Guimarães est Professeure d’histoire du Moyen Âge au Brésil, elle est au CESCM pour 1 mois et nous parle de son séjour.

Bonjour Marcella, quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers :

Je suis arrivée en France le 25 mai et je repars au Brésil le 28 juin. Je suis à Poitiers dans le cadre du programme de recrutement d’enseignants invités au titre de l’année universitaire 2013-2014.

Mes tâches principales en France consistent à relancer avec vous, Professeur Stéphane Boissellier, le projet de traduction de la Chronique de D. Ferdinand, écrite par le chroniqueur portugais Fernão Lopes1, et présenter un atelier consacré aux sources littéraires du Portugal médiéval aux participants des Semaines d’Études Médiévales, le 18 juin. Pour la traduction, une réunion à Paris, le 3 juin, a permis de relancer le projet.

Je profite de mon séjour à Poitiers pour faire des recherches dans les bibliothèques de l’Université de Poitiers et participer aux conférences prévues lors les Semaines d’Études Médiévales du CESCM, du 16 au 27 juin. J’espère pouvoir établir des dialogues académiques fructueux avec les collègues et avec les étudiants participants au colloque.

Pourquoi avoir choisi Poitiers ?

Mon laboratoire le NEMED et le CESCM, ont organisé conjointement 2 colloques : en 2010 les brésiliens ont été invités à Poitiers et en 2011 un premier colloque a eu lieu à l’Université Fédérale du Paraná, avec des collègues français et nous avons collaboré autour du thème de l’histoire et de l’écriture du Moyen Âge. Je suis moi-même déjà venue à Poitiers cette même année pour présenter une communication et participer à des débats autour des résultats de la traduction et la Chronique de D. Ferdinand. Les textes présentés aux 2 colloques précédemment cités ont été publiés dans la revue du NEMED, Diálogios Mediterrânicos et dans la revue du Circulo de Estudos Bandeirantes.

Cette même année, j’ai entrepris un projet de recherche tout à fait intégré au but de cette initiative conjointe, dont l’objectif et mes contributions personnelles portent sur l’analyse des circonstances, des données, des formes et de la réception de nouvelles entre Portugal, Castille et France dans la chronique médiévale.

On voit là une réelle collaboration entre nos deux centres ?

Il suffit de relire votre chronique parue dans les Cahiers de Civilisation Médiévale2, qui parle du développement de la recherche et de l’enseignement en histoire médiévale au Brésil et du souhait de ce pays d’élargir le champ des disciplines au niveau des autres grandes nations culturelles.

Ma directrice de thèse, Fátima R. Fernandes, Professeure de Curitiba, a d’ailleurs été la première invitée brésilienne aux Semaines d’Études Médiévales en 2010, dans une communication intitulée « Les défis de l’historiographie médiévale brésilienne actuelle ».

De plus, je suis en train de mettre en place, avec vous cher Stéphane, une première expérience de co-tutelle (entre l’Université de Poitiers et l’UFPR et entre le CESCM et le NEMED) avec une étudiante brésilienne en doctorat de l’UFPR. Je suis sa directrice de thèse et suis enchantée par cette formidable l’opportunité.  

Parlez-nous de votre parcours universitaires :

J’ai commencé mes études dans le domaine des lettres (langue portugaise et littérature portugaise), puis je me suis orientée vers l’histoire médiévale au moment de mon doctorat. Aujourd’hui, je suis Professeure d’histoire du Moyen Âge au département d’histoire de l’Université Fédérale du Paraná et chercheuse du NEMED (Núcleo de Estudos Mediterrânicos, Centre d’Études Méditerranéennes). J’ai été vice-coordinatrice du cours d’histoire de l’Université Fédérale du Paraná.

Fernão Lopes (1385?-1460)
Fernão Lopes (1385?-1460)

De plus, et ce avant de commencer mon doctorat, j’ai enseigné la littérature portugaise à l’Université Catholique (PUCPR), et j’ai travaillé dans un journal dédié à la critique littéraire : Rascunho.

J’ai développé une thèse sur les chroniques du portugais Fernão Lopes. C’est en raison de mes recherches sur le chroniqueur depuis 1999 que je fais partie de l’équipe de traduction que vous dirigez.

Vous avez une activité littéraire parallèle des plus intéressantes :

L’année dernière, j’ai effectivement été invitée par la maison d’édition Positivo à écrire une collection d’oeuvres dédiés aux enfants (lecteurs de 6 à 10 ans). Le thème était « Identité, altérité et mémoire ». La collection est formée de 10 livres et ils ont été publiés cette année. Ils sont désormais le travail plus important de ma carrière jusqu’à ce moment !

 

Bibliographie

  • Ouvrages consacrés à l’histoire médiévale

GUIMARÃES Marcella Lopes, FRIGHETTO Renan, FERNANDES Fátima Regina, MACEDO José Rivair de, ORTA D. A. A. (eds), Por São Jorge! Por São Tiago! Batalhas e narrativas ibéricas medievais (Curitiba : Editora da UFPR, 2013) 198 p.

GUIMARÃES, Marcella Lopes, Capítulos de História: o trabalho com fontes (Curitiba : Editora Aymará, 2012)  175 p.

GUIMARÃES Marcella Lopes, FRIGHETTO Renan (eds.), Instituições, poderes e jurisdições : Seminário Argentina-Brasil-Chile de História Antiga e Medieval (Curitiba : Editora Juruá, 2007) 202 p.

  • Ouvrages consacrés aux études littéraires

GUIMARÃES Marcella Lopes (Org.), Literatura dos anos 90 : diversidades cultural e recepcional (Curitiba : Editora Juruá, 2003) 148 p.

GUIMARÃES Marcella Lopes, Visões da cidade: um passeio por RUA de Miguel Torga (Curitiba : Editora Juruá, 2001) 136 p.

 

Voir le CV de Marcella Lopes Guimarães.

  1. Je me dédie à l’oeuvre du chroniqueur portugais Fernão Lopes (1385-1460) depuis 1999 []
  2. Stéphane Boissellier, « Le Moyen Âge entre Europe et Amérique latine. Le dialogue avec une nouvelle historiographie médiévistique : autour d’un ouvrage et d’une table ronde récents », Cahiers de civilisation Médiévale, 24, 2011, p. 215-220 []

Esperanza, doctorante espagnole en histoire de l’art

Esperanza de los Reyes est étudiante espagnole en doctorat d’histoire de l’art, elle est au CESCM pour 2 mois.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Bonjour Esperanza, vous êtes étudiante, parlez-nous de votre sujet d’étude :

Je suis intéressée par l’art roman et travaille sur l’architecture religieuse médiévale, plus spécifiquement sur les cathédrales et le patronage épiscopal aux XIIème et XIIIème siècles dans les diocèses de Salamanque et Zamora (Espagne). Je travaille sur ces questions au sein du groupe de recherche HAR 2010-19480 “El patronazgo artístico regio en el territorio castellanoleonés. El papel del clero (1050-1200)” (“Le royal patronage de l’art en territoire castellanoleonés. Le rôle du clergé (1050-1200)”. Cette étude entend situer ces cathédrales dans leur contexte historique, artistique et religieux, et, surtout, permettre d’identifier le rôle spécifique des évêques dans la construction de ces édifices.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

Je bénéficie d’une bourse de recherche pour 4 ans, financée par le Ministère de l’Économie et la Concurrence du gouvernement espagnol, au Département d’Histoire de l’Art de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de León. Je suis aussi membre depuis 2012, de l’Instituto de Estudios Medievales appartenant à cette université. J’effectue mon séjour au sein du CESCM de Poitiers du 4 juin au 4 août 2014 sous l’encadrement de  Monsieur Éric Palazzo. Je vais travailler sur les interactions artistiques entre certaines régions de France et les cathédrales, qui sont l’objet de mon étude. J’essaierai également de retracer, si possible, la piste de certains évêques originaire de France et ayant exercé leur charge au sein du territoire que j’étudie.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Je pense que mon séjour au CESCM sera une étape essentielle dans mon plan de travail. Je suis en effet convaincue que les informations que je pourrai trouver dans votre centre de recherche, et plus particulièrement à la photothèque du Pôle documentaire et la formation dispensée par votre université seront des atouts majeurs pour ma thèse. J’espère avoir l’occasion de voyager dans différents départements français afin d’élargir mes connaissances de l’architecture et de l’art roman, et enrichir la partie comparative (des aspects constructifs, formels, et stylistiques, entre autres) de mes études. Finalement, je veux aussi pouvoir échanger mes idées avec les médiévistes du CESCM et améliorer ma pratique des langues étrangères : ma participation aux Semaines d’Études Médiévales sont une opportunité pour de telles rencontres.

 Avec l’aimable relecture de Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS)