Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Une américaine à Poitiers : interview

Sarah-Grace Heller, associate professeur de lettres françaises et d’études médiévales à l’université Ohio State à Columbus (Ohio), est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2013-2014.

Nous lui avons posé quelques questions.

Sarah-Grace, vous êtes enseignante-chercheuse à Colombus, quelles sont vos activités scientifiques parallèles ?

A l’Université Ohio State, je donne des cours d’ancien français et d’occitan, ainsi que des cours de littérature française médiévale et moderne dans le département de français et d’italien.

SGHJ’ai été directrice associée au CMRS (Center for Medieval and Renaissance Studies), et pour le centre je donne des cours interdisciplinaires en anglais tel « Gothic Paris » qui proposent une initiation aux études médiévales à travers l’optique de la ville universitaire aux XIIe-XIIIe siècles.

Je m’intéresse aux études occitanes, et suis actuellement Présidente de la Société Guilhem IX qui publie la revue Tenso.

J’ai publié des articles sur les lois somptuaires, la littérature des croisades, et le Roman de la Rose, parmi d’autres sujets.

Parlez-nous de vos projets de recherches :

Mon but est de mener à terme deux projets sur l’histoire de la mode et la consommation au Moyen Age. Dans ma monographie An Illustrated History of Medieval Fashion 500-1350, pour Boydell & Brewer, je tente de faire une synthèse des évidences littéraires, documentaires, visuelles, et archéologiques de la présence (ou absence) de la mode en tant que système culturel de la production et consommation des nouveautés.

Partant de mon premier livre, Fashion in Medieval France1, où j’ai examiné diverses théories de la mode venant des domaines de la sociologie, l’économie, la psychologie, l’histoire du costume, et le journalisme de la mode, je cherche à analyser la question de l »existence’ de la mode pour les époques antérieures au Moyen Age tardif. Quelles conditions permettaient la possibilité de choix de consommation personnels ? Avec quelle régularité changeait-t-on de styles, soit vestimentaires, soit d’autres formes de manifestations du goût personnel ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Je travaille cette année également comme éditrice de A Cultural History of Fashion, vol. 2: The Medieval Age (800–1450), publié par Berg Publishers, dont les contributeurs sont Gale Owen-Crocker et Elisabeth Coatsworth pour les textiles, Eva Andersson Strand pour le côté production, Guillemette Bolens pour les notions du corps, Andrea Denny-Brown pour les croyances, E. Jane Burns sur les questions de sexualité, Laurel Ann Wilson sur l’hiérarchie sociale, Michèle Hayeur Smith à propos de l’ethnicité, Desirée Koslin pour les représentations visuelles, et Monica Wright pour les représentations littéraires.

D’où vous vient cet engouement pour la mode ?

Avant d’entreprendre des études supérieures, j’ai fait plusieurs années d’apprentissage comme costumière à l’Opéra du Minnesota (d’où je suis originaire), puis j’ai travaillé dans plusieurs compagnies théâtrales régionales. Ma façon de lire les œuvres littéraires a été donc marquée par le souci de réaliser les thèmes à travers les créations visuelles, et elle amène une certaine expérience textile aux textes.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Cette année, j’espère pouvoir parcourir les publications historiques et archéologiques, difficiles à obtenir dans les bibliothèques d’Amérique du Nord, trouver des illustrations pour ces deux livres, et profiter des conversations avec les collègues européens.

Lien vers le CV et la bibliographie : Sarah-Grace HELLER

 

  1. Fashion in Medieval France, Boydell & Brewer, 2007 (Gallica, 3), 216 pp. []