Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Esperanza, doctorante espagnole en histoire de l’art

Esperanza de los Reyes est étudiante espagnole en doctorat d’histoire de l’art, elle est au CESCM pour 2 mois.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Bonjour Esperanza, vous êtes étudiante, parlez-nous de votre sujet d’étude :

Je suis intéressée par l’art roman et travaille sur l’architecture religieuse médiévale, plus spécifiquement sur les cathédrales et le patronage épiscopal aux XIIème et XIIIème siècles dans les diocèses de Salamanque et Zamora (Espagne). Je travaille sur ces questions au sein du groupe de recherche HAR 2010-19480 “El patronazgo artístico regio en el territorio castellanoleonés. El papel del clero (1050-1200)” (“Le royal patronage de l’art en territoire castellanoleonés. Le rôle du clergé (1050-1200)”. Cette étude entend situer ces cathédrales dans leur contexte historique, artistique et religieux, et, surtout, permettre d’identifier le rôle spécifique des évêques dans la construction de ces édifices.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

Je bénéficie d’une bourse de recherche pour 4 ans, financée par le Ministère de l’Économie et la Concurrence du gouvernement espagnol, au Département d’Histoire de l’Art de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de León. Je suis aussi membre depuis 2012, de l’Instituto de Estudios Medievales appartenant à cette université. J’effectue mon séjour au sein du CESCM de Poitiers du 4 juin au 4 août 2014 sous l’encadrement de  Monsieur Éric Palazzo. Je vais travailler sur les interactions artistiques entre certaines régions de France et les cathédrales, qui sont l’objet de mon étude. J’essaierai également de retracer, si possible, la piste de certains évêques originaire de France et ayant exercé leur charge au sein du territoire que j’étudie.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Je pense que mon séjour au CESCM sera une étape essentielle dans mon plan de travail. Je suis en effet convaincue que les informations que je pourrai trouver dans votre centre de recherche, et plus particulièrement à la photothèque du Pôle documentaire et la formation dispensée par votre université seront des atouts majeurs pour ma thèse. J’espère avoir l’occasion de voyager dans différents départements français afin d’élargir mes connaissances de l’architecture et de l’art roman, et enrichir la partie comparative (des aspects constructifs, formels, et stylistiques, entre autres) de mes études. Finalement, je veux aussi pouvoir échanger mes idées avec les médiévistes du CESCM et améliorer ma pratique des langues étrangères : ma participation aux Semaines d’Études Médiévales sont une opportunité pour de telles rencontres.

 Avec l’aimable relecture de Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS)

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale de Université de Heidelberg, de passage au CESCM (mars 2014)

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Heidelberg, profite de la pause des cours en Allemagne, entre le premier et le second semestre 2014, pour mener des recherches au CESCM.

Pourquoi avoir choisi Poitiers pour passer ce mois de mars ?

Le CESCM occupe une place importante dans ma vie académique. En 1996-1997, j’ai quitté l’Université de Bamberg où j’étudiais l’histoire, pour une année Erasmus à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers. J’ai alors rencontré à Poitiers, Monsieur Robert Favreau (Professeur honoraire du CESCM/Université de Poitiers), qui m’a suggéré d’envisager de choisir les évêques sous le roi Jean sans Terre comme éventuel sujet de maîtrise. Cet avis n’est pas resté sans conséquences substantielles. Dans le cadre d’un Master of Philosophy en 1997-1998 à l’Université de Birmingham (Royaume Uni), j’ai commencé à travailler sur les relations d’Henri II et les évêques de ses principautés continentales. J’ai repris ce sujet pour mon doctorat en histoire médiévale à l’Université d’Oxford, que j’ai réalisé à Christ Church College entre 1999 et 2003. Cette thèse a été publiée sous le titre Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 114012301. Au cours de mes recherches, j’ai de nouveau profité du CESCM et notamment de vos travaux et conseils, Martin Aurell (CESCM/Université de Poitiers) et vos études et colloques ont énormément contribué à faire progresser la connaissance de la maison d’Anjou et de ses domaines.

peltzer_joerg_160x200Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Oxford ?

Après des séjours, brefs mais enrichissants, en tant que boursier aux Instituts Historiques Allemands de Londres et de Paris en 2003, j’ai été élu research fellow à Peterhouse, Cambridge. Je suis retourné en Allemagne en 2004 où j’ai obtenu un poste à peu près comparable à celui d’un maître de conférences à l’Université de Heidelberg : j’y suis devenu professeur en 2012.

Votre installation à Heidelberg a-t-elle marquée une inflexion dans vos sujets de recherche ?

Mes recherches ont alors pris une nouvelle voie. J’ai travaillé sur les comtes palatins du Rhin, des personnages très importants de l’Empire romain germanique à la fin du Moyen Âge, qui m’ont fait réfléchir sur la configuration et la dynamique des ordres politiques et sociaux en Europe à l’aube de la modernité. Grâce au Emmy Noether-programme de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) (« Fondation allemande de recherche », l’équivalent allemand de l’ANR en France) et à un Starting Grant de l’European Research Council (2008–2014)2, j’ai eu la possibilité de fonder l’équipe de recherche Rang und Ordnung/RANK dont le but est de traiter de la formation des élites princières du Bas Moyen Âge, surtout dans l’Empire, l’Angleterre et la France. La méthode est comparative et interdisciplinaire3. Elle se penche en particulier sur les manifestations ostentatoires de sa domination depuis le vêtement jusqu’à l’architecture.

L’équipe de recherches RANK définit le « rang » comme l’identité sociale d’un individu dans une société hiérarchique et donc comme une catégorie centrale pour analyser le comportement et les stratégies des acteurs et, par conséquent, sur l’ensemble de l’ordre social4. L’équipe (deux historiens et deux historiens de l’art) s’est centrée sur une analyse du rang dans les armories (Thorsten Huthwelker, désormais au Generallandesarchiv Karlsruhe), sur l’architecture princière anglaise – et, dans un cadre plus limité, allemande –  (Maximilian Wemhöner, Université de Heidelberg) et sur l’architecture princière française (Géraldine Victoire, maître de conférences à l’Université de Montpellier). J’ai moi-même abordé, dans une perspective comparatiste, le rang princier en Angleterre (earls, marquis, ducs) et dans l’Empire (princes impériaux, électeurs) aux XIIIe et XIVe siècles.5

Quelle méthode utilisez-vous pour étudier le « rang princier » ?

Je m’intéresse, entre autres, aux actes de promotion au rang princier (les chartes nous font comprendre les justifications officielles, les facteurs du rang princier et les actes d’investiture nous en apprennent par conséquent beaucoup sur la relation entre le roi et le prince), la position des princes aux tribunaux (ce qui nous apporte de nouveaux éléments sur la relation roi-prince, mais aussi sur la perception des princes comme un groupe à part), leurs stratégies matrimoniales (reflet du degré des différences sociales entre les nobles), les assemblées (car c’est surtout à ces occasions que l’ordre du rang est établi) et évidemment les signes du rang (les sceaux, les titres, les vêtements, leurs usages, leurs développements, etc.). En ce qui concerne le rang princier dans l’Empire les résultats de ces recherches viennent d’être publiés dans mon livre Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Entwicklung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert6.

En cela, vous rejoignez à nouveau les centres d’intérêt des médiévistes de Poitiers…

Après les Plantagenêts, le CESCM croise encore de façon significative le chemin de mes recherches. Vos travaux, Monsieur Aurell, sur la noblesse et la famille médiévale sont bien connus. Vous avez été dès le début un partenaire de l’équipe RANK. Les recherches de Laurent Hablot (CESCM/Université de Poitiers) sur les devises, les sceaux et les blasons sont elles aussi capitales sur ce sujet, et vous avez d’ailleurs tous deux participé dans le passé, aux colloques de l’équipe RANK à Heidelberg. Les sceaux en eux-mêmes, mais aussi comme porteurs d’armoiries, sont des marqueurs importants du rang ou des aspirations au rang. Ma communication du jeudi 20 mars 2014 à Poitiers, sur le sceaux en Angleterre et dans l’Empire, a cherché le comparatisme. Pendant mon séjour à Poitiers, le but est de poursuivre ces échanges fructueux, de profiter de l’expertise des uns et des autres sur la noblesse médiévale et ses signes, et surtout de mieux comprendre le développement français, de tester et de discuter les résultats de recherches de l’équipe RANK et trouver de nouvelles collaborations pour l’avenir.

Pour information, Jörg Peltzer interviendra le jeudi 26 juin dans le cadre des Semaines d’Études médiévales 2014 du CESCM pour une allocution intitulée Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age.

Consulter son CV et sa bibliographie


 

  1. J. PELTZER, Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 11401230, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2008, 329 p., and paperback 2012 []
  2. DFG : ‘Rang und Ordnung’: PE 1515/2-1; ERC : sous le VIIème programme-cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne (FP7/2007-2013) /ERC Grant agreement n° 204905 (RANK). []
  3. Pour des informations plus détaillées sur l’équipe voir : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/index.html []
  4. Pour la définition du rang voir J. PELTZER, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert (RANK. Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa 2) Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, pp. 22–31 []
  5. Dans la collection RANK, publiée chez Jan Thorbecke Verlag, sont déjà parus : T. HUTHWELKER, J. PELTZER, M. WEMHÖNER (eds.), Princely Rank in late Medieval Europe. Trodden Paths and Promising Avenues, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2011 (RANK.  Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa ; 1), 360 p. / J. PELTZER, Der Rang … (voir note 2) / Thorsten HUTHWELKER, Die Darstellung des Rangs in Wappen und Wappenrollen des späten Mittelalters, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013 (RANK. Politisch-soziale  Ordnungen im mittelalterlichen Europa 3), 224 p. Pour les publications de l’équipe voir les volumes de la collection RANK, publiés chez Jan Thorbecke Verlag : http://www.thorbecke.de/rank-c-310_138_413.html ; et les listes de publications des (anciens) membres de l’équipe : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/team.html []
  6. Voir le compte-rendu d’Annika PRÖBE, Review of Peltzer, Jörg, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein: Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert. H-Soz-u-Kult, H-Net Reviews. March, 2014. URL : http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=41330 []

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.

 

Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers

Depuis le début de janvier 2014, le CESCM de Poitiers accueille Matteo Ferrari, docteur en histoire de l’art médiéval et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise (Scuola Normale Superiore), qui bénéficie d’une bourse postdoctorale de six mois financée par l’Université de Poitiers dans le cadre des Actions Incitatives à la Recherche 2013. Sous la direction de Laurent Hablot, dans la période de son séjour, il participera au programme CESCM-DRAC, Décors héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes, consacré au recensement et à l’étude des attestations héraldiques monumentales médiévales dans la région.

Cliché É. Mineo
Cliché É. Mineo

Spécialiste d’art médiéval lombard et travaillant spécifiquement sur la communication par l’image des communes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles, Matteo Ferrari a soutenu son doctorat à l’École Normale de Pise en mai 2011 (sous la direction de Maria Monica Donato). Sa recherche portait sur les décors peints dans les hôtels de ville de Lombardie (notamment de Brescia, Côme, Crémone, Mantoue et Milan), conservés ou documentées par des sources indirectes. Il s’agit d’un corpus vaste et hétérogène d’images, pour la plupart réalisées entre le milieu du XIIIème et le début du XIVème siècle, qui auparavant n’avait jamais été l’objet d’une étude systématique. On y trouve des représentations à sujet “historique”, des figurations infamantes ou sacrées, des éléments décoratifs, des armoiries ou des enseignes d’offices, des inscriptions, dont Matteo Ferrari a fourni une nouvelle interprétation tout en mettant en exergue le rapport entre l’image, son public et l’utilisation fonctionnelle des espaces.

A l’issue de sa thèse, Matteo Ferrari a été successivement chargé de recherches à l’École Normale de Pise et à l’Université de La Sapienza de Rome autour de programmes consacrés à la communication par l’image dans les Communes, dans l’objectif de parvenir à un recensement exhaustif des images peintes et sculptés, conservés et perdues, dans les palais communaux italiens (ce programme, actuellement en cours, est conduit sous la direction de Giuliano Milani, professeur à La Sapienza de Rome). Plus récemment Matteo F. a participé à l’organisation scientifique de l’exposition Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento (Florence, Galleria dell’Accademia, 14 mai-8 décembre 2013), consacrée à l’art civique florentin entre le XIIIème et le début du XVème siècle, la première initiative de ce genre jamais organisée en Italie1.

Dans le cadre de ces recherches Matteo a développé un intérêt spécifique vers l’héraldique qui, au bas Moyen Age était incontestablement un instrument essentiel de la présentation et de la représentation des individus aussi bien que des institutions civiles. Auteur de plusieurs travaux consacrés à cette thématique – avec Marco Foppoli, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini2 – et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique depuis 2013, il participe depuis quatre ans aux journées héraldiques organisées à Poitiers par Laurent Hablot et aux activités de son groupe de travail « héraldique et emblématique », dans le cadre de l’axe de recherche du CESCM, Signes, formes et représentation.

Le programme Décor héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes trouve son origine, d’un coté, dans la richesse du patrimoine régional en matière de figurations héraldiques et de l’autre, dans l’exigence de plus en plus manifeste de pouvoir encadrer scientifiquement leur analyse. Cette nécessité est d’ailleurs partagée par les institutions locales de conservation et de sauvegarde, notamment par la DRAC du Poitou-Charentes qui a accordé un soutien financier pour mener à terme l’initiative.

Le programme a été initié en 2013 par une enquête sur les témoignages héraldiques encore visibles dans la ville de Poitiers. Grâce au soutien scientifique et technique de Matteo Ferrari, ces premiers résultats seront bientôt étendus à l’échelle départementale puis régionale. L’objectif du programme est d’inventorier les décors héraldiques figurés (peintures et sculptures) conservés dans les édifices monumentaux civils et religieux de notre territoire, tout en complétant ces informations à partir des sources relatives aux décors disparus. L’enquête sera accompagnée par des missions de terrain qui nous permettront de vérifier la présence, l’emplacement et l’état de conservation des témoignages héraldiques, associée à une campagne de couverture photographique documentant un patrimoine jusqu’à présent très peu connu et rarement étudié. Cette matière fournira une base de travail pour une étude dépassant la seule identification des armoiries – qui reste essentielle pour la connaissance de l’histoire du monument – pour proposer des interprétations de mise en signe de l’espace, soulignant l’importance de ces compositions en terme de représentation sociale, politique, symbolique et religieuse. Cette enquête permettra d’élaborer un armorial monumental du Poitou médiéval, précieux outil de connaissance et d’analyse des pratiques héraldiques locales.

L’objectif final de cette enquête sera de contribuer à la compréhension, à la conservation et à la valorisation d’une production figurative qui enrichit le patrimoine artistique de la région, mais dont l’importance est encore trop souvent négligée et méconnue.

Liste des publications : https://scuola.academia.edu/MatteoFerrari

  1. http://www.uffizi.firenze.it/en/mostre/mostra.php?t=518b6364f1c3bc9013000053 []
  2. M. FERRARI i M. FOPPOLI, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini, Ghedi, Citta di Ghedi, 2009, 115 p. []

Une musicologue américaine à Poitiers

Barbara Haggh-Huglo, professeur de musicologie à l’université de Maryland, College Park, est très heureuse de pouvoir passer un semestre à Poitiers, comme chercheur invitée de la Région Poitou-Charentes au CESCM.

cliché V. Ernst-Maillet
cliché V. Ernst-Maillet

Barbara, sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

A l’Université de Maryland, College Park, j’enseigne l’histoire de la musique, l’histoire de la notation musicale jusqu’à 1600 et la méthodologie de la recherche en musicologie. J’anime également des séminaires sur la musique médiévale de la péninsule ibérique, sur le chant médiéval (en particulier l’Alléluia), sur la musique dans les villes à l’époque du Moyen Âge et de la Renaissance, sur la musique à la cour des ducs de Bourgogne et des empereurs Habsbourg.

De 2006 à 2010, j’ai dirigé, au sein de la Société internationale de musicologie, le groupe de recherche Cantus planus, qui rassemble les spécialistes du chant liturgique travaillant sur les répertoires de la Chrétienté latine et orientale, voire d’autres confessions, du Moyen Âge à nos jours. Je fais partie de plusieurs comités éditoriaux et directions de projets scientifiques. J’ai présidé le comité de la Société américaine de musicologie qui est chargé du RISM (Répertoire international des sources musicales), en lien avec le bureau international du RISM.

Quels sont vos projets de recherche à Poitiers ?

Je vais travailler sur les textes et les chants liturgiques composés pour les saints Hilaire et Radegonde en vue de les éditer dans la série Historiae publiée par l’Institute of Mediaeval Music à Lions Bay (Canada) et d’en faire également une édition en France. Dans un second temps, je commencerai à écrire un livre sur l’architecture et la musique, avec un volet concernant la chapelle de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, un autre sur la question de la musique et de l’architecture gothique, enfin une topographie des fondations musicales dans les églises de Gand au XVe siècle.

Au cours de mon séjour à Poitiers j’espère avoir l’opportunité d’échanger des idées avec les médiévistes locaux et renouveler ma pratique des langues étrangères, qui a souffert des années où j’ai été occupée par des responsabilités administratives.

Parlez-nous de vos publications en cours …

Actuellement, je termine un livre sur un sujet qui m’a occupée pendant près de trente ans : il s’agit de l’office de la Vierge introduit en 1457 à la cathédrale de Cambrai. Les textes de cet office sont dus au théologien Gilles Carlier et les chants au grand compositeur de la fin du Moyen Âge,  Guillaume Dufay (v. 1400-1474). Cet office était en usage dans une vingtaine d’églises et monastères des anciens Pays-Bas et du Nord de la France. Réformé à la suite du concile de Trente, il a continué à être célébré jusqu’au concile de Vatican II. J’ai réalisé une édition critique, une analyse et une étude historique des deux versions de cet office.

Pour en savoir plus sur Barbara Haggh-Huglo et consulter la liste complète de ses publications, cliquez ici.