Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Maria, doctorante à l’internationale

Maria Aimé Villano est née et a grandi en Argentine. Mais c’est à Florence puis à Venise que cette charmante doctorante a fait et poursuit ses études. Elle est à Poitiers jusqu’à fin novembre.

Maria, quel est ton parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master 1 et 2 en histoire de l’art à Florence, mon directeur de mémoire était le Professeur Guido Tigler et il a suscité chez moi un engouement pour l’histoire de l’art et Venise, grâce à ses cours en sculpture vénitienne ; c’est ainsi que j’ai découvert les colonnes de ciborium de san Marco. Je suis actuellement en 3ème année de doctorat.

Parle-nous de ton sujet de thèse …

J’ai obtenu une place de doctorat à l’université Cà Foscari de Venise et j’ai poursuivi sur ce sujet « Les colonnes du ciborium de la basilique de Saint Marc à Venise », surtout du point de vue de l’iconographie et des inscriptions qui les accompagnent, avec Stefano Riccioni (université de Venise) et Fabio Coden (université de Vérone).

Pourquoi ce choix de Poitiers ?

Avec Stefano Riccioni on a décidé d’approfondir mes recherches liées aux inscriptions et leur rapport aux images, d’où la co-tutelle avec l’université de Poitiers sous la direction de Vincent Debiais, chargé de recherche CNRS à l’EHESS. Tout le monde sait que Poitiers et le CESCM sont l’endroit idéal pour étudier les inscriptions. Il était très important que je puisse consulter l’inscripthèque et la photothèque du CESCM : je crois être parvenue à « exploiter » toutes les personnes susceptibles d’apporter des réponses à mes questions. Le programme et les journées Epimed m’ont beaucoup apporté aussi, une occasion de croiser des professionnels ; c’est une sorte de full immersion pour moi d’être à Poitiers car je ne connaissais pas grand-chose au sujet : j’ai de plus la chance de croiser chaque jour Monsieur Robert Favreau, quel privilège !

Tu es arrivée depuis quelques mois, qu’est-ce que tu ressors de ton séjour ?

C’est la dimension internationale qui est riche ici et la façon de travailler en groupe, de partager pour faire ressortir au mieux ce qu’il y a chez chacun : ce côté collaboratif. Pour une doctorante, ça permet vraiment de gagner en confiance. Poitiers est une ville merveilleuse, il y a une vraie dimension humaine de par sa taille et beaucoup d’activités culturelles, pour une médiéviste c’est le paradis !

 

Inscriptions médiévales et humanités numériques : le stage était presque parfait

Alexandre Gaudin est venu faire son stage de fin d’études au CESCM. Toujours à l’écoute et d’une efficacité redoutable, sa venue de trois mois et demi au sein du laboratoire a été très appréciée. La soutenance prochaine de son mémoire est l’occasion de faire connaître son travail.

Portrait sur la fouille du château de Scorbé-Clairvaux (Cl. : M. Durier)

Tu as intégré l’École des chartes au sein d’un master professionnel. De quoi s’agit-il ?

L’École des chartes est connue pour sa formation d’archiviste-paléographe avec un parcours en 4 ans finalisé par une thèse. Mais l’École propose par ailleurs 4 masters ; le mien s’appelle « Technologies numériques appliquées à l’histoire ». Les cours sont communs avec les archivistes-paléographes en première année, tandis que la formation au numérique est concentrée sur la deuxième. On apprend des langages de programmation, des langages à balises… C’est à la fois général et très appliqué grâce à des projets réalisés par groupe de 4 ou 5 personnes. Le mien devait créer un flux d’information : une sorte de Twitter qui récupère des flux RSS et où l’utilisateur peut poster des informations sur le monde des archives et des bibliothèques.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour ton stage de fin d’études ?

J’aime bien tout ce qui concerne le Moyen Âge : sa part d’inconnu m’a donné envie de le découvrir. C’est déjà pour ça que j’avais choisi le parcours « archives médiévales » en entrant à l’École des chartes.

Tu as rejoint plus spécifiquement le projet Titulus, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). Quelles étaient tes missions ?

Le projet Titulus vise à rendre plus accessible le CIFM, et plus largement l’épigraphie médiévale. On trouve sur son site les anciens volumes publiés entre 1974 et 2010, mais aussi des notices inédites et enrichies de nouvelles formes d’analyses. Ces nouvelles notices sont encodées dans un langage adapté : l’XML-TEI. Il s’agit d’un système de description d’un document au moyen de balises, qui permet d’une part d’en faire une analyse textuelle et d’autre part de préparer l’automatisation de sa mise en page. Cet encodage a été mis en place pour Titulus par Clara Renedo Mirambell lors d’un précédent stage puis d’un contrat comme ingénieure d’études.

L’un des objectifs de mon stage était d’enrichir le site de Titulus par une carte interactive répertoriant l’ensemble des inscriptions présentes dans les 26 volumes parus du CIFM. Cependant, Clara ayant déjà mis en place l’édition numérique, ma principale mission était de développer un complément pour l’édition papier. Il s’agissait de pouvoir créer (presque) automatiquement un document PDF à envoyer à l’imprimeur. Je devais donc générer ce fichier à partir des notices encodées en XML-TEI, mais aussi composer le restant du volume : une carte, des index… J’ai travaillé, pour mettre en place les outils nécessaires, sur le volume hors-série de Cécile Treffort à paraître prochainement sur les inscriptions carolingiennes.

Tu avais seulement 3 mois et demi pour réaliser ce programme ambitieux : y es-tu parvenu ?

Oui ! La quasi-totalité du travail de mise en page des volumes publiés par le CIFM est maintenant automatisé. J’ai écrit pour cela plusieurs feuilles de style qui traitent les notices et génèrent les index. J’ai aussi créé des fonds de carte réutilisables ainsi qu’une méthodologie pour faciliter la cartographie des prochaines publications.

Carte de localisation des inscriptions carolingiennes réalisée par Alexandre Gaudin.

La carte interactive est également en ligne, avec tous les volumes distingués par des couleurs différentes. Quand on clique sur le signet, une fenêtre pop-up indique le nom de la ville, la référence bibliographique de l’inscription dans le CIFM et le lien vers la notice numérique lorsqu’elle existe.

Visualisation de la cartographie interactive réalisée par Alexandre Gaudin.

Bravo ! Il faut ajouter que tu n’as pas seulement suivi des instructions : tu as aussi su choisir la marche à suivre… Quitte à mettre en œuvre un langage de programmation (LateX) et des logiciels de cartographie (QGis, U-Map) que tu n’avais jusqu’alors jamais utilisés…

Ce stage t’a-t-il plu ?

Oui, d’autant que le projet Titulus permet de voir rapidement l’avancement de son travail ! Par ailleurs, l’avantage de ce stage est aussi d’assister à des conférences sur le Moyen Âge, notamment lors des Semaines d’études médiévales.

Je voudrais remercier tout le monde : les collègues et le cadre de travail sont très sympathiques. C’est vraiment génial.

Merci, nous sommes ravis de t’accueillir ! Ta formation se termine : quels sont tes nouveaux projets ?

Je commence dès cet automne un contrat de 3 mois aux Archives nationales ! Parallèlement, je vais passer les concours de conservateur dès 2019.

Bonne continuation et merci encore pour ton travail !

Leonor Zozaya-Montes, séjour enseignant ERASMUS

Le CESCM accueille du 3 au 8 avril prochain une collègue espagnole dans le cadre d’un séjour enseignant ERASMUS. Leonor Zozaya-Montes (Madrid, 1975) est maître de conférences au Département des Sciences historiques de l’Université de Las Palmas de Gran Canarias (ULPGC, Espagne). Elle a enseigné à l’Université Complutense de Madrid, a bénéficié de bourses de recherche prestigieuses au CSIC et a fait des séjours académiques à l’Université de Cambridge (Angleterre), à ​​l’EHESS (Paris) et au CHSC de l’Université de Coimbra (Portugal).

Leonor Zozaya a principalement étudié la genèse, l’utilisation et la conservation de la documentation écrite à Madrid au xvie siècle. Son livre sur les notaires de la municipalité madrilène paru en 2011 est le fruit d’une partie de ces recherches. Un autre travail sur les archives de l’histoire de l’hôtel de ville de Madrid est actuellement sous presse.

Elle a travaillé sur d’autres sujets dont la paléographie et les liens de cette discipline avec les Humanités numériques, et le jeu comme stratégie d’apprentissage en paléographie et en épigraphie. C’est dans ce contexte que s’inscrit son travail en épigraphie expliquant son séjour au CESCM. Elle propose notamment de relire avec une nouvelle interprétation certaines graphies de l’écriture exposée initialement considérées comme des « fautes ». Leonor Zozaya proposera de partager ces travaux lors d’un séminaire informel au CESCM intitulée « Promenades avec l’écriture » le mercredi 4 avril à 11h15.

 

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour votre visite, Leonor ?

Je voulais avoir une expérience directe du travail au sein d’une institution aussi prestigieuse pour qui s’intéresse à l’épigraphie médiévale. Les activités de cette équipe, depuis le temps du professeur Favreau, ont toujours été innovantes et originales. De grands spécialistes ont permis une approche différente des inscriptions. Les activités scientifiques de Vincent Debiais que je connais et que je suis m’ont conduit à découvrir les recherches des autres membres de ce groupe, dont les travaux très intéressants d’Estelle Ingrand-Varenne. En suivant ce fil d’Ariane, j’ai pris conscience de tout l’intérêt que présente un séjour au CESCM. Les activités nombreuses et suggestives qui s’y déroulent sont exemplaires et le fréquenter est enrichissant à tout point de vue.

L’épigraphie ne constitue qu’une partie de mes recherches et le CESCM n’est pas seulement un centre d’épigraphie. Je l’envisage pour ma part comme un laboratoire de paléographie et d’histoire de l’écriture dans ses grandes lignes, marquée par l’activité originale de ses chercheurs, découvrant de nouvelles voies scientifiques – qui incluent aussi de le numérique –, aidant à générer de nouvelles idées autour du merveilleux monde de l’écriture dans le passé.

 

 

La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.

 

La littérature française, des États-Unis vers le CESCM

Nous avons reçu pendant un mois, Anne-Hélène Miller, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, invitée par Martin Aurell. Elle nous parle de son séjour.

Chère Anne-Hélène, quel est votre ressenti après un mois passé au CESCM ?

Excellent.  Tout d’abord, ce cadre est vraiment exceptionnel. Pour une médiéviste travaillant comme moi sur la fin du Moyen Âge, être dans un hôtel de sa période de recherche, c’est merveilleux !

J’ai reçu un accueil très sympathique. Dès mon arrivée, on m’a permis d’être tout de suite à l’aise et immédiatement je me suis sentie comme étant du centre. Tout était bien organisé et les gens très professionnels et disponibles, même en cette période d’effervescence pour la préparation des Semaines d’études médiévales 2017.

D’où vous est venue cette idée de séjourner dans notre centre ?

Je connaissais le CESCM de par sa réputation internationale et aussi parce qu’il est unique en France, mais je n’y étais jamais venue. J’avais rencontré Martin Aurell lors alors que j’étais étudiante à l’université de Washington où il avait été invité par mon directeur de thèse. On a repris contact récemment et on s’est rendu compte qu’on pouvait avoir des projets communs de coopération.  À l’université du Tennessee nous avons un centre d’étude et de recherches sur le Moyen Âge et la Renaissance, The Marco Institute  et nous avons beaucoup de points communs avec le CESCM. Nous sommes dans l’université et les professeurs sont rattachés à des départements selon leur disciplines respectives, mais tout en participant à un cursus interdisciplinaire au sein de l’institut.  Aussi, notre institut organise ses propres activités et événements scientifiques. Nous avons reçu le Professeur Martin Aurell en tant que Lindsay Young Distinguished Visiting Senior Scholar in Medieval Studies au mois de mars et je suis maintenant professeur chercheur invité au Centre.

Dans quel domaine travaillez-vous pour avoir eu cette envie de venir à Poitiers ?

J’étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge selon une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Mes recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Je suis actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et je fais partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du Modern Language Association of America. Je suis donc la spécialiste de littérature française médiévale dans mon département et à mon Institut dans le Tennessee. Il est essentiel pour moi de tisser des liens avec des chercheurs en France et de me tenir au courant du statut de la recherche.

De plus, actuellement, je finis un ouvrage qui revisite l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française et les approches en France et dans les pays anglo-saxons parfois divergent. Je m’attache donc à les explorer en créant des liens entre une variété de textes et d’auteurs connus et moins connus. Dans le cadre de l’écriture de mon ouvrage, qui porte donc essentiellement sur le statut littéraire de la langue française au tournant du XIVe siècle en France, j’ai eu l’opportunité de présenter ce projet le 31 mai pour une conférence informelle.  À cette occasion, j’ai parlé en particulier de Jean Froissart et Philippe de Mézières.

Quel est l’aboutissement de ce séjour ?

Pendant mon séjour, j’ai eu la chance de participer à la journée sur le projet de traductions multilingues à partir d’un texte « Le dit des trois morts et des trois vifs », organisé par les professeurs en littérature du centre, ce qui m’a permis de me familiariser avec leurs réflexions : j’ai apprécié ce travail collaboratif entre professeurs et étudiants avancés.  De belles expériences, qui m’ont inspirées pour l’avenir.  Parallèlement j’ai eu la chance de participer à la journée doctorale le 17 mai. J’ai été impressionné par la large palette et la qualité des sujets de recherche des étudiants du centre.

J’ai rencontré  M. Jean-Marie Pincemin, le responsable des programmes de recherches internationales à l’université de Poitiers  pour parler  d’un projet éventuel d’échange et partenariat entre nos universités pour les étudiants doctorants et professeurs, dans une optique de travail de recherche, avec les avantages de parfaire leurs connaissances linguistiques et culturelles. Le directeur du Marco Institute Professeur Jay Rubenstein est venu depuis Paris spécialement à Poitiers pour rencontrer le professeur Aurell et le professeur Palazzo – Doyen de la faculté des Sciences humaines et arts -, pour évoquer ce projet.

Globalement, ce séjour a été très fructueux et j’ai fait de très belles rencontres.

 

Voir la bibliographie d’Anne-Hélène Miller