Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Découverte du monde de la recherche par une stagiaire de 3ème, au CESCM

Mon stage de Troisième au Centre d’Études Supérieurs de Civilisation Médiévale (CESCM) du 25 au 29 novembre 2019.

Le CESCM c’est quoi ? Si je devais définir le CESCM je dirais des passionnés ouverts et agréables. Ouverts et agréables pourquoi ? Tout simplement pour l’ambiance et le simple fait qu’ils m’aient accueillie et aient accepté de répondre à mes questions, même si quelques fois elles étaient répétitives. La première fois que je suis venue, ce qui m’a frappé, c’est le cadre de travail qui, je trouve, est très agréable visuellement.

Durant mon stage j’ai pu, grâce à Carolina Sarrade (archéographe CNRS) mon maître de stage, rencontrer énormément de professionnels et aussi deux doctorants qui m’ont expliqué l’objectif et ce que l’on fait durant une thèse : j’espère Madame Boisseau et Monsieur Grégor que vous réussirez ! J’ai pu découvrir des métiers que je ne connaissais pas forcément comme l’archéographie ou l’hagiographie. Tous les professionnels m’ont à chaque fois parlé avec des exemples pour les appuyer donc j’ai vraiment bien pu visualiser leur profession.

J’ai aussi eu l’occasion de visiter l’église de Saint-Hilaire avec l’histoire de l’église au Moyen Âge racontée par Monsieur Robert Favreau (professeur émérite en épigraphie médiévale) qui s’exprimait d’une manière qui vous donne envie de vous intéresser à l’histoire de cette église. Suite à cela, c’est Cécile Voyer (professeur en histoire de l’art médiévale) qui nous a expliqué les différentes peintures murales de l’église et j’ai donc pu en apprendre plus sur les personnages de l’époque. 

Pendant ce stage j’ai aussi eu la chance de pouvoir aller visiter le fonds ancien de la bibliothèque universitaire avec Anne-Sophie Traineau-Durozoy, responsable du fonds ancien,  et feuilleter l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ainsi qu’un livre du XVIème siècle, un livre colorié à la main et voir la 2ème édition de la campagne d’Égypte par Napoléon Bonaparte.

Parmi ces professionnels il y a eu aussi deux archéologues : Nicolas Prouteau (maître de conférences en archéologie médiévale) qui est spécialisé dans l’archéologie du bâti du Moyen Âge et Mathilde Carrive (Maître de conférence en Histoire de l’art et Archéologie antiques au laboratoire Herma) qui est spécialisée dans le décor et l’architecture du monde romain et spécifiquement la peinture murale. Tous les deux m’ont montré le laboratoire d’archéologie et bien expliqué leur métier et la différence entre les archéologues. Parmi tous ces chercheurs il y a aussi ceux qui font communiquer toutes ces recherches, c’est le personnel administratif, comme par exemple Vanessa Ernst-Maillet (chargée de l’édition scientifique et la communication), par le biais des réseaux sociaux ou sur des sites. Il y a aussi la revue des Cahiers de Civilisation médiévale dirigée par Flavie Grout (éditrice) accompagnée d’Isabelle Santoire au service de la bibliographie (BCM et IBM). Pour finir j’ai rencontré la photographe du CESCM, Lisa-Oriane Crosland avec qui j’ai pu voir le besoin de précision pour faire une photo ! Pour moi on vient, on prend une photo et c’est bon on change d’œuvre … mais non ! 

Dans ce stage j’ai découvert de nouveaux métiers, des professionnels passionnés et une bonne ambiance. Alors merci au CESCM de m’avoir accueillie et de m’avoir communiqué votre passion.

Un doctorant Entre Poitiers et Jérusalem

Bonjour Clément, vous commencez un doctorat entre Poitiers et Jérusalem : pouvez-vous nous expliquer quel est votre sujet de thèse et en quoi consiste le contrat doctoral CNRS que vous avez obtenu ?

Il s’agit d’étudier les graffitis en caractères latins et autres marques laissées par les pèlerins dans les lieux saints en Palestine entre le XIe et le XVIe siècles. Ces vestiges n’ayant suscité qu’un intérêt limité, il est nécessaire de prospecter pour pouvoir ensuite les inventorier, en faire un relevé, les déchiffrer et les expliquer, c’est ce en quoi consiste la partie dite « de terrain ». Afin de mieux comprendre ces traces, il est également nécessaire de pouvoir les situer dans le contexte plus vaste des pèlerinages en Orient et des marques de dévotion. Il serait souhaitable de pouvoir, à terme, mieux appréhender la diversité des pratiques rassemblées par commodité sous l’étiquette « graffitis », d’une extraordinaire diversité graphique (arabe, arménien, latin, géorgien, guèze, etc.) dans les lieux saints mais également attestés dans d’autres contextes très différents (domestiques, carcéraux, etc.) de l’Occident latin.

Pour ce faire, le contrat doctoral CNRS est idéal puisqu’il implique une mobilité internationale qui me permettra de travailler à temps égal en France au CESCM dont les ressources en histoire médiévales sont incontournables et au centre de recherche français de Jérusalem, actuellement dirigé par Vincent Lemire (CRFJ) pour toute la partie dite de terrain.

Qu’est-ce qui vous a amené à l’étude des graffitis ? avez-vous suivi une formation particulière ?

J’étais déjà sensible à la question de l’écriture avant d’entrer à l’École nationale des chartes. C’est grâce à l’initiative de M. Marc Smith, professeur de paléographie que j’ai découvert l’univers des graffitis médiévaux. Le sujet était de taille, quasi vierge, et il connaissait un site d’exception : le château de Selles à Cambrai. M. Nicolas Melard, archéologue et conservateur du patrimoine au C2RMF avait lancé des campagnes d’étude de grande ampleur sur les graffitis de ce monument, en utilisant notamment des techniques de relevé par scan 3D. C’est ainsi que j’ai commencé, sous leur direction, mon mémoire de master (à l’EPHE) puis ma thèse de l’École des chartes.

Ces travaux m’ont permis de prendre goût à l’étude de ce matériau historique original, mais aussi de réaliser leur fragilité et les a priori négatifs qui pèsent encore sur eux. Travailler sur les graffitis de Terre Sainte me semble être la suite bienvenue et logique à ces premières découvertes.

La formation d’archiviste paléographe et la participation à plusieurs campagnes archéologiques ont continué d’alimenter mon intérêt tout en me permettant d’acquérir les compétences requises pour ce genre d’étude.

Je crois que vous revenez d’une mission à Jérusalem, pouvez-vous nous en dire deux mots ?

J’ai effectivement passé une semaine à Jérusalem avec mes 2 directrices de thèse Cécile Treffort, professeur d’histoire médiévale au CESCM et Estelle Ingrand-Varenne, chercheuse au CNRS et détachée désormais au CRFJ à Jérusalem. Il s’agissait tout d’abord de se rendre compte de l’ampleur du travail à accomplir. Beaucoup de données manquaient : la localisation des graffitis, leur concentration, leur intérêt, pour permettre de définir sur quels monuments se focaliserait cette étude. Par la même occasion j’ai pu rencontrer les principaux acteurs de ce champ d’études complexe, en raison de la conjoncture actuelle, réaliser mes futures conditions de travail (des lieux densément fréquentés, partagés entre différentes communautés) et organiser les futures missions puisque je repars en janvier 2020 pour 2 mois.

Est-ce facile d’étudier les graffitis du Moyen Âge ? Y a-t-il une méthodologie particulière ?

Les graffitis médiévaux ont jusqu’ici été très peu étudiés en raison de leur fréquente assimilation à du vandalisme, mais aussi de la difficulté à les lire et à les appréhender de manière plus générale. Souvent mal conservés, leur contenu ne correspond à aucun formulaire prédéfini, ce qui rend les restitutions quasi impossibles ; en outre, la forme des lettres varie selon le support tandis que la graphie est parfois surprenante. 

C’est en étudiant ces graffitis que l’on met au point une méthodologie : la collaboration avec Nicolas Melard a été particulièrement décisive sur ce point puisque sa formation d’archéologue préhistorien nous a permis une approche très originale du sujet. Au fil des missions et des cas rencontrés s’élabore une méthode de prospection, relevé, signalisation, description et d’édition de ces graffitis.

Quel est le but final de votre thèse ?

Cette étude devrait permettre de documenter un type de pratique très peu attesté dans les sources écrites et de s’interroger de manière plus générale sur l’écriture personnelle, en particulier dans ce contexte de pérégrinations. Qui étaient ces pèlerins, pourquoi ont-ils choisi de laisser leur marque, leur nom, à ces endroits précis, quid des illettrés ? Est-il possible de les identifier grâce à l’étude d’autres sources ? S’agit-il d’une pratique vraiment personnelle ou faut-il l’associer en faire un phénomène de groupe ? Les pèlerins de toutes nations sont-ils également représentés ? Faut-il y voir le signe matériel d’une concurrence dans la prise de possession spirituelle des lieux saints ou au contraire d’une cohabitation harmonieuse des différentes communautés ?

Enfin, il semble nécessaire de signaler et prouver l’intérêt historique réel d’une source encore trop peu considérée dont la disparition est si menaçante.

 

 

 

 

 

 

Fuensanta, un miracle pour le CESCM ?

Cliché V. Ernst-Maillet

Fuensanta Murcia-Nicolas est post doctorante à l’Université de Murcia et est au CESCM depuis avril 2018, nous avons le plaisir de la croiser quotidiennement durant 2 ans ; elle a obtenu une bourse de deux ans de la Fundación Séneca – Agencia de Ciencia y Tecnología de la Región de Murcia. C’est Marcello Angheben qui est tuteur dans le cadre de son séjour.

Parlez-nous de votre parcours ?

J’ai écrit ma thèse sur les images miraculeuses de la vierge dans les manuscrits des Miracles de Nostre-Dame de Gautier de Coinci sous la direction d’Alejandro García Avilés. Pendant cette thèse j’ai fait en 2014 un séjour à Paris dans le groupe Gahom (Groupe d’anthropologie Historique de l’Occident Médiéval) où j’avais Jean-Claude Schmitt comme tuteur.

Par la suite j’ai donc voulu développer un projet de recherche sur les images miraculeuses de la vierge à travers la culture visuelle dans les manuscrits Le Miroir historial, qui est une traduction en français de Speculum historiale. La culture visuelle, ou Visual studies, est un champ de recherche récent, qui s’intéresse à toutes les images : BD, publicités, photographies, films. Elle influence les historiens dans leur analyse et leur compréhension des images chrétiennes et de leur valeur socio-culturelle  pour les hommes et les femmes du Moyen Âge. J’ai écrit un article dans Microscoop, le journal régional du CNRS en février 2019 : Les images miraculeuses de la Vierge à travers la culture visuelle du Moyen Âge1.

Pourquoi ce choix de Poitiers ?

Le CESCM est un centre de référence pour les médiévistes : pour moi, il est intéressant à double titre car il y a un axe de recherche sur les images médiévales et peu de centres ont cette spécialité. J’ai suivi la trajectoire de plusieurs professeurs comme Marcello Angheben et Eric Palazzo, dont les travaux étaient des références et c’est important de pouvoir échanger avec eux. De plus le centre a beaucoup de ressources magnifiques pour la recherche et c’est un privilège pour moi de travailler ici pendant 2 ans.

Qu’en est-il de vos travaux ?

J’ai participé à plusieurs colloques (Saint-Michel de Cuxa, Madrid) et être au CESCM m’a permis de faire une conférence en novembre 2018 dans le cadre du séminaire de master 2 : Du Trône de la Sagesse à l’Image Vivante. Les images miraculeuses de la Vierge à travers la culture visuelle du Moyen Âge

En 2016 j’ai publié un ouvrage tiré de ma thèse, Imágenes milagrosas y cultura visual en el siglo XIII : les miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci2.

Je vais publier 2 articles, et j’ai un chapitre de livre en préparation. Pour finir, je dirai que cette expérience à Poitiers est un atout pour retourner dans le milieu universitaire espagnol. Ca restera une expérience très riche.

  1. Les images miraculeuses de la Vierge à travers la culture visuelle du Moyen Âge, Microscoop, février 2019, n° 79, pp. 8-9 []
  2. Fuensanta Murcia Nicolás, Imágenes milagrosas y cultura visual en el siglo XIII : les miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci, Aguilar de Campoo : Fundación Santa María la Real Patrimonio Histórico , DL 2016 []

Les « yeomen » vus par une doctorante

Louisa Foroughi, doctorante à l’université de Fordham, vient terminer sa thèse cette année comme chercheur invité à Poitiers. Nous l’avons rencontrée.

 

Quel est votre parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master d’études médiévales au Centre d’Études Médiévales à l’Université de Fordham, New York City, de 2012 à 2013. Pour mon mémoire, dirigé par Richard Gyug et J. Patrick Hornbeck, j’ai travaillé sur un commonplace book, un recueil de textes variés – des poèmes, des Écritures, des comptes domaniaux. Il provient d’une famille de paysans Anglais aisés, qui appartiennent à la catégorie sociale des yeomen. Je termine actuellement un doctorat en histoire médiévale qui porte sur cette catégorie sociale, celle des yeomen, et dans lequel j’étudie comment leur identité s’est développée au XVe siècle. Je réalise ce travail sous la direction de Maryanne Kowaleski à l’Université de Fordham.

Parlez-nous de ces yeomen ?

Le terme yeoman désignait un statut social intermédiaire dans l’échelle sociale de la société rurale anglaise au Moyen Âge. Les historiens ont longtemps débattu sur leur rôle dans la vie économique du pays : étaient-ils les premiers capitalistes ? La première classe moyenne ? J’ai choisi de me concentrer plutôt sur leur culture et leur identité. Il est rare de trouver des archives permettant d’appréhender la mentalité des paysans médiévaux, mais les yeomen offrent un exemple de  groupe de paysans qui se distinguaient des autres par leur culture matérielle, leur piété, et les offices et postes administratifs qu’ils occupaient souvent.

Je travaille à partir d’un corpus de documents juridiques, religieux, et administratifs qui me permettent de dégager les façons dont les yeomen ont cherché à se distinguer des autres paysans.

 Quelle est la raison de votre venue en France ?

J’ai rencontré Harmony Dewez il y a quelques années au Anglo-American Seminar on the Medieval Economy and Society, un groupe de recherche qui se réunit périodiquement. Nous travaillons sur des questions similaires, sur l’identité et l’administration en Angleterre au Moyen Âge, et nous voulions travailler ensemble sur nos manuscrits. Quand j’ai reçu une bourse de mon Université cette année pour finir ma thèse, j’ai demandé à rejoindre le CESCM pour rencontrer d’autres spécialistes et travailler avec Harmony. J’envisage aussi, après mon doctorat, d’explorer l’histoire comparée entre l’Angleterre, la France et les Flandres au Moyen Âge, et je commence dès maintenant à chercher de nouvelles pistes pour étudier les “yeomen” du royaume de France.

Je suis très reconnaissante au CESCM pour son accueil chaleureux !

 

 

Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

Massimiliano Traversino Di Cristo, Co-directeur du Centre de recherche en théologie politique (CRIPT) auprès de la School of Law du Birkbeck College de l’Université de Londres, est chercheur invité auprès du CESCM depuis janvier 2019, suite à l’invitation de Martin Aurell.

Cher Massimiliano, vous êtes un jeune chercheur italien, mais possédez une expérience de recherche dans plusieurs institutions européennes. Dites-nous quelque chose de plus sur vous.

Mes recherches portent sur l’histoire de la pensée entre le Moyen Âge central et tardif et le début de l’âge moderne. Je suis principalement historien du droit, mais avec une attention particulière pour la relation entre ce domaine et d’autres domaines du savoir, en particulier la théologie et la philosophie. Mes études universitaires et mes recherches et enseignements ultérieurs se sont concentrés sur les origines médiévales des questions du pouvoir et de la souveraineté. Mon approche est multidisciplinaire, grâce aussi aux maîtres et professeurs avec lesquels j’ai fait mes études, en obtenant un doctorat en droit à Londres, un autre en théologie à Genève et encore un en sciences humaines à Trente.


Parmi mes maîtres et professeurs, j’aimerais mentionner ici Diego Quaglioni, Anton Schütz (co-directeur avec moi du CRIPT), Ghislain Waterlot, Alberto Bondolfi et Jean-François Malherbe († déc. 2015). C’est d’eux que j’ai hérité, en grande partie, ma passion pour l’étude de sujets multidisciplinaires, en essayant de combiner l’attention portée à la recherche spécialisée avec le but de sa diffusion auprès d’un public que ne se limite pas aux seuls spécialistes.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de votre approche ?


Le premier exemple que je voudrais citer est une série d’activités dont, en tant que cofondateur et codirecteur du CRIPT, je suis responsable scientifique depuis 2011. Ces activités ont eu et ont encore pour objectif d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et le grand public, en donnant souvent vie à des manifestations culturelles et artistiques organisées avec la participation d’institutions publiques et privées locales. Le dernier de ces événements a eu lieu en 2018 entre Tours, Berlin et Wittenberg. Il s’agit de la troisième édition d’un événement dénommé « Festival Bruniano », dont le but général est d’analyser la contribution de l’un des plus grands philosophes du XVIe siècle, Giordano Bruno, à la naissance de l’âge moderne1.


Le deuxième exemple est également lié à Giordano Bruno, qui est en réalité l’un de mes principaux intérêts de recherche. Dans ce cas, il s’agit de l’une des publications qui me sont les plus chères, intitulée Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna (Droit et théologie à l’aube de l’âge moderne)2, qui traite de l’histoire du droit au début de la modernité et met l’accent sur le lien entre le droit et les autres sciences humaines avec une attention particulière au rôle de Bruno par rapport à ses contemporains et à la théologie médiévale. Cette publication, qui a été très bien accueillie par les spécialistes et présentée dans des revues scientifiques internationales importantes telles que Renaissance Quarterly Review (vol. 70, n° 1, 2017) et Journal of the History of Philosophy (vol. 55, n° 2, 2017), recueille, sous une forme révisée, les résultats de mes premières études à Trente, avec Diego Quaglioni, à la suite desquels, en novembre 2010, j’ai reçu le prix du meilleur étudiant de maîtrise de la Faculté de Droit.


Comment avez-vous rencontré Poitiers et comment est née l’idée d’une période de recherche ?


Je connais Poitiers et le CESCM depuis plusieurs années, mais je n’ai pu les visiter personnellement qu’à la fin de l’année 2017, pendant un séjour de recherche auprès du CESR de l’Université de Tours en tant que Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research Fellow. J’écrivis alors à Martin Aurell pour le rencontrer personnellement et consulter certains des volumes de la bibliothèque du CESCM, aujourd’hui hébergés à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault. Ce première rendez-vous a été suivie par d’autres, tous très stimulants en termes de perspectives de recherche future. En conclusion de ma période de recherche à Tours, j’ai donc décidé, sur invitation de Martin Aurell, de mener un nouveau séjour de recherche en France, cette fois à Poitiers, afin de traiter de sujets liés au droit français du Moyen Âge central et tardif, que j’avais pu traiter auparavant avec moins d’attention.


Quels sont vos prochains projets ?


L’année prochaine, je continuerai mes recherches en France et je suis actuellement en contact avec la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris XI pour des tâches d’enseignement. C’est aussi pour cette raison que je poursuivrai une partie de la recherche commencée ici au CESCM également l’année prochaine. Poitiers et le CESCM ont été, et sont toujours, pour moi une expérience très agréable !

  1. http://www.lestudium-ias.com/event/giordano-bruno-will-power-and-being-law-philosophy-and-theology-early-modern-era []
  2. TRAVERSINO M., Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna. Il problema della potentia Dei absoluta in Giordano Bruno, Naples : Editoriale Scientifica, 2015. XXVIII-188 p. (Collana della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università degli Studi di Trento, 5) ISBN : 978-88-6342-790-5 []