Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Les “yeomen” vus par une doctorante

Louisa Foroughi, doctorante à l’université de Fordham, vient terminer sa thèse cette année comme chercheur invité à Poitiers. Nous l’avons rencontrée.

 

Quel est votre parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master d’études médiévales au Centre d’Études Médiévales à l’Université de Fordham, New York City, de 2012 à 2013. Pour mon mémoire, dirigé par Richard Gyug et J. Patrick Hornbeck, j’ai travaillé sur un commonplace book, un recueil de textes variés – des poèmes, des Écritures, des comptes domaniaux. Il provient d’une famille de paysans Anglais aisés, qui appartiennent à la catégorie sociale des yeomen. Je termine actuellement un doctorat en histoire médiévale qui porte sur cette catégorie sociale, celle des yeomen, et dans lequel j’étudie comment leur identité s’est développée au XVe siècle. Je réalise ce travail sous la direction de Maryanne Kowaleski à l’Université de Fordham.

Parlez-nous de ces yeomen ?

Le terme yeoman désignait un statut social intermédiaire dans l’échelle sociale de la société rurale anglaise au Moyen Âge. Les historiens ont longtemps débattu sur leur rôle dans la vie économique du pays : étaient-ils les premiers capitalistes ? La première classe moyenne ? J’ai choisi de me concentrer plutôt sur leur culture et leur identité. Il est rare de trouver des archives permettant d’appréhender la mentalité des paysans médiévaux, mais les yeomen offrent un exemple de  groupe de paysans qui se distinguaient des autres par leur culture matérielle, leur piété, et les offices et postes administratifs qu’ils occupaient souvent.

Je travaille à partir d’un corpus de documents juridiques, religieux, et administratifs qui me permettent de dégager les façons dont les yeomen ont cherché à se distinguer des autres paysans.

 Quelle est la raison de votre venue en France ?

J’ai rencontré Harmony Dewez il y a quelques années au Anglo-American Seminar on the Medieval Economy and Society, un groupe de recherche qui se réunit périodiquement. Nous travaillons sur des questions similaires, sur l’identité et l’administration en Angleterre au Moyen Âge, et nous voulions travailler ensemble sur nos manuscrits. Quand j’ai reçu une bourse de mon Université cette année pour finir ma thèse, j’ai demandé à rejoindre le CESCM pour rencontrer d’autres spécialistes et travailler avec Harmony. J’envisage aussi, après mon doctorat, d’explorer l’histoire comparée entre l’Angleterre, la France et les Flandres au Moyen Âge, et je commence dès maintenant à chercher de nouvelles pistes pour étudier les “yeomen” du royaume de France.

Je suis très reconnaissante au CESCM pour son accueil chaleureux !

 

 

Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

Massimiliano Traversino Di Cristo, Co-directeur du Centre de recherche en théologie politique (CRIPT) auprès de la School of Law du Birkbeck College de l’Université de Londres, est chercheur invité auprès du CESCM depuis janvier 2019, suite à l’invitation de Martin Aurell.

Cher Massimiliano, vous êtes un jeune chercheur italien, mais possédez une expérience de recherche dans plusieurs institutions européennes. Dites-nous quelque chose de plus sur vous.

Mes recherches portent sur l’histoire de la pensée entre le Moyen Âge central et tardif et le début de l’âge moderne. Je suis principalement historien du droit, mais avec une attention particulière pour la relation entre ce domaine et d’autres domaines du savoir, en particulier la théologie et la philosophie. Mes études universitaires et mes recherches et enseignements ultérieurs se sont concentrés sur les origines médiévales des questions du pouvoir et de la souveraineté. Mon approche est multidisciplinaire, grâce aussi aux maîtres et professeurs avec lesquels j’ai fait mes études, en obtenant un doctorat en droit à Londres, un autre en théologie à Genève et encore un en sciences humaines à Trente.


Parmi mes maîtres et professeurs, j’aimerais mentionner ici Diego Quaglioni, Anton Schütz (co-directeur avec moi du CRIPT), Ghislain Waterlot, Alberto Bondolfi et Jean-François Malherbe († déc. 2015). C’est d’eux que j’ai hérité, en grande partie, ma passion pour l’étude de sujets multidisciplinaires, en essayant de combiner l’attention portée à la recherche spécialisée avec le but de sa diffusion auprès d’un public que ne se limite pas aux seuls spécialistes.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de votre approche ?


Le premier exemple que je voudrais citer est une série d’activités dont, en tant que cofondateur et codirecteur du CRIPT, je suis responsable scientifique depuis 2011. Ces activités ont eu et ont encore pour objectif d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et le grand public, en donnant souvent vie à des manifestations culturelles et artistiques organisées avec la participation d’institutions publiques et privées locales. Le dernier de ces événements a eu lieu en 2018 entre Tours, Berlin et Wittenberg. Il s’agit de la troisième édition d’un événement dénommé « Festival Bruniano », dont le but général est d’analyser la contribution de l’un des plus grands philosophes du XVIe siècle, Giordano Bruno, à la naissance de l’âge moderne1.


Le deuxième exemple est également lié à Giordano Bruno, qui est en réalité l’un de mes principaux intérêts de recherche. Dans ce cas, il s’agit de l’une des publications qui me sont les plus chères, intitulée Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna (Droit et théologie à l’aube de l’âge moderne)2, qui traite de l’histoire du droit au début de la modernité et met l’accent sur le lien entre le droit et les autres sciences humaines avec une attention particulière au rôle de Bruno par rapport à ses contemporains et à la théologie médiévale. Cette publication, qui a été très bien accueillie par les spécialistes et présentée dans des revues scientifiques internationales importantes telles que Renaissance Quarterly Review (vol. 70, n° 1, 2017) et Journal of the History of Philosophy (vol. 55, n° 2, 2017), recueille, sous une forme révisée, les résultats de mes premières études à Trente, avec Diego Quaglioni, à la suite desquels, en novembre 2010, j’ai reçu le prix du meilleur étudiant de maîtrise de la Faculté de Droit.


Comment avez-vous rencontré Poitiers et comment est née l’idée d’une période de recherche ?


Je connais Poitiers et le CESCM depuis plusieurs années, mais je n’ai pu les visiter personnellement qu’à la fin de l’année 2017, pendant un séjour de recherche auprès du CESR de l’Université de Tours en tant que Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research Fellow. J’écrivis alors à Martin Aurell pour le rencontrer personnellement et consulter certains des volumes de la bibliothèque du CESCM, aujourd’hui hébergés à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault. Ce première rendez-vous a été suivie par d’autres, tous très stimulants en termes de perspectives de recherche future. En conclusion de ma période de recherche à Tours, j’ai donc décidé, sur invitation de Martin Aurell, de mener un nouveau séjour de recherche en France, cette fois à Poitiers, afin de traiter de sujets liés au droit français du Moyen Âge central et tardif, que j’avais pu traiter auparavant avec moins d’attention.


Quels sont vos prochains projets ?


L’année prochaine, je continuerai mes recherches en France et je suis actuellement en contact avec la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris XI pour des tâches d’enseignement. C’est aussi pour cette raison que je poursuivrai une partie de la recherche commencée ici au CESCM également l’année prochaine. Poitiers et le CESCM ont été, et sont toujours, pour moi une expérience très agréable !

  1. http://www.lestudium-ias.com/event/giordano-bruno-will-power-and-being-law-philosophy-and-theology-early-modern-era []
  2. TRAVERSINO M., Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna. Il problema della potentia Dei absoluta in Giordano Bruno, Naples : Editoriale Scientifica, 2015. XXVIII-188 p. (Collana della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università degli Studi di Trento, 5) ISBN : 978-88-6342-790-5 []

Johannes Junge Ruhland se raconte comme étudiant de Stanford

Interview de Johannes Junge Ruhland, doctorant à l’université de Stanford, et qui est venu présenter une communication ‘The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268)‘ au colloque Stanford (avril 2019).

Bonjour Johannes, peux-tu te présenter rapidement et nous dire quel est ton sujet de thèse ? Et qui est ton directeur ? Pourquoi l’avoir choisi spécifiquement comme directeur ?

Bonjour, je suis en première année dans le programme ‘graduate’ (i.e. post-bachelor) de Français à Stanford. Dans les institutions américaines, les étudiants prennent deux à trois années de cours avant de commencer leur recherche, et s’ils n’en ont pas, obtiennent un Master ce faisant ; en effet, le programme dure au moins cinq ans. Par conséquent, je n’ai pas encore déclaré de sujet de thèse, mais j’aimerais travailler à cheval sur l’ancien français et l’ancien occitan. Je m’intéresse aux manuscrits dans ces langues, produits en dehors du territoire que nous appelons « France ». C’est la raison pour laquelle j’ai voulu collaborer avec Marisa Galvez, parce qu’elle aussi travaille dans les deux traditions. Ce n’est pas souvent le cas ici.

Tu es doctorant à Stanford, mais peux-tu raconter ton parcours en quelques mots ?

J’ai obtenu un BA à l’Université de Genève en Français et Latin. Pendant ce temps, j’ai effectué une année d’échange à King’s College London. Ça m’a tellement plu que j’y suis retourné pour un MA. C’est d’ailleurs là que j’ai découvert la littérature médiévale. Avec Simon Gaunt et Charlie Samuelson, j’ai découvert des textes d’une subtilité et d’une sophistication redoutables, et j’ai développé une manière de les lire avec plaisir. Initialement, je pensais faire des études en deux branches qui s’enseignent dans le secondaire. J’ai cependant décidé de poursuivre des études doctorales. Mais il me fallait des subventions. À King’s, j’ai obtenu la bourse d’excellence Sévigné. À Stanford, comme dans la grande majorité des universités américaines, le doctorat est entièrement financé. Cela n’aurait pas été le cas en Europe, ou alors pas avec des sommes aussi généreuses.

As-tu dû passer le GRE (Graduate Record Examination) ? Et le TOEFL ? A quel point ces tests sont importants pour l’université ? Sont-ils décisifs pour pouvoir s’inscrire en thèse ?

Oui, les deux. Il faut garder en tête qu’on ne « s’inscrit » pas en thèse, on postule et le processus de sélection est extrêmement sélectif. Il faut donc exceller dans tout – lettre de motivation, travaux soumis, GRE, TOEFL, lettres de recommandation – mais il faut aussi se dire que chaque institution a sa propre manière de faire des choix.

Comment fonctionne l’accès aux bourses d’études ? Quels sont les critères pour en avoir une ? Un doctorat sans bourses à Stanford est-ce possible ?

Comme dit, une place d’études aux USA signifie une bourse. Cela couvre les frais de scolarité, l’assurance maladie, et les coûts de la vie. Sans bourse, il est très difficile de vivre, surtout à Stanford, parce que la vie, les assurances, les frais de scolarité, sont très chers. De même, il y a un mythe qu’il faut être riche ou alors s’endetter pour faire des études « undergraduate » (BA, BSc, etc.) dans les universités américaines. À Stanford, c’est faux, parce que l’université s’est fixé d’éradiquer l’endettement des étudiant-e-s, et subventionne tous ceux et toutes celles qui en ont besoin.

Est-il possible pour un doctorant de travailler sur le campus en même temps que sa thèse ? Et en dehors du campus ? Est-ce autorisé ?

Cela dépend du visa et du statut du ou de la doctorant-e. Mais comme dit, les études sont payées. Souvent, la bourse que nous recevons est constituée en partie d’un salaire d’assistant, de recherche ou d’enseignement. Dans mon cas, j’ai reçu une formation de pédagogie de langue secondaire et je vais commencer à enseigner le français cet automne.

Quels sont les avantages d’une thèse aux États-Unis concernant la période médiévale ?

Beaucoup d’Européens ont le préjugé maladif qu’on étudie mieux une langue, une littérature, ou un sujet sur place. Tant qu’il n’y a pas de fouilles ou de recherches d’archives à faire, cela est entièrement faux. Même, avec la distance, on prend du recul et on voit les choses autrement. Le genre de questions que je pose dans ma recherche ici ou au Royaume Uni n’ont rien à voir avec celles que je posais à Genève, et c’est tant mieux. Ensuite, il y a l’avantage financier. Les universités américaines sont très bien dotées et ont foi en leurs doctorants. Nous recevons donc beaucoup d’aides au voyage, à la recherche, à l’acquisition de documents, qui paradoxalement facilitent la recherche sur le Moyen Âge européen.

Pourquoi un médiéviste choisit-il de faire sa thèse en particulier à Stanford et pas dans une autre Université ?

Il faut garder en tête que dans le cadre du programme doctoral tel que je l’ai décrit, les cours donnés font partie intégrante de la formation. Ensuite, il faut tenir en compte un grand nombre de facteurs, tels que le directeur/la directrice de thèse, les ressources, la collection de la bibliothèque, la communauté de médiévistes, et plein de choses très importantes comme par exemple si l’on pense qu’on sera heureux dans tel ou tel endroit sur la planète. Un doctorat, c’est dur, et il faut penser à cela.

Selon toi faut-il des qualités particulières pour être doctorant aux USA ? Quels sont les changements majeurs que tu as constatés entre l’Europe et les États-Unis ?

Cela dépend beaucoup des programmes. Dans les différentes universités où j’ai été accepté, j’ai constaté que les étudiant.e.s avaient un profil assez homogène, dans le sens où le département fait un tri selon un type intellectuel qu’il veut intégrer en son sein. A Stanford, c’est souvent le contraire ; ils aiment les personnalités très fortes, les individus très proactifs et aventuriers… C’est la Silicon Valley après tout, et c’est une université connue pour former des entrepreneurs. Une des grandes différences – et je parle pour les Lettres, le reste je ne sais pas -, c’est qu’ici on peut faire des études sérieuses sans tomber dans le piège de la spécialisation excessive. Un terme qui revient, c’est « holistic ». Et je tiens à souligner que ce n’est pas un défaut, pour autant qu’on fasse son travail avec sérieux.

As-tu un bureau personnel ou partages- tu un espace avec d’autres doctorants où tu peux travailler (ou rester au calme) et où tu peux venir sans contraintes horaires ?

Les doctorant-e-s ont une salle commune qui leur est réservée et accessible toute l’année à n’importe quelle heure. En bibliothèque, nous pouvons obtenir des salles de lecture individuelles.

Quelle formation dois-tu suivre pendant ton doctorat ? Peux-tu ou dois-tu donner des cours ?

Voir plus haut : 135 crédits de cours (2-3 ans), cinq trimestres d’enseignement, divers examens de spécialisation. Mais cela peut varier selon le programme.

Peux-tu nous décrire une journée type s’il y en a une ?

Cela dépend beaucoup des personnes. En général, je travaille de 8h à 23h chaque jour de la semaine. Certains jours j’ai cours, d’autres jours non. J’essaie de préparer mes lectures obligatoires immédiatement ; comme ça, j’ai le reste de la semaine pour ma recherche. J’ai aussi des engagements administratifs : chaque semaine, nous invitons un.e médiéviste d’une institution américaine ou internationale, et je suis chargé de cela.

Comment consultes-tu les sources ? Quelles sources as-tu à disposition ?

La bibliothèque de Stanford est une des bibliothèques les mieux garnies des États-Unis, et nous avons des ressources financières infinies. Ainsi, nous avons une jolie collection de manuscrits et de cartes anciennes. Quand il me faut des documents que je n’ai pas, il y a un système de prêts inter- bibliothèques, ou alors notre bibliothécaire se charge de nous fournir des scans faits en Europe. Le lis les manuscrits en ligne, et quand ils ne sont pas numérisés, je demande une bourse de voyage pour aller les voir sur place. C’est assez facile à obtenir, mais il y a un prix corporel et écologique à payer pour tous ces déplacements.

Les américains ont souvent un fort sentiment d’appartenance à leur université. En échange ils citent souvent avant tout leur université. Est-ce le cas également pour les doctorants de Stanford ?

Si tu parles de citer dans les travaux académiques, c’est faux. Si tu parles de prendre son université comme référence, oui, peut-être, mais il faut se rappeler qu’il est très mal vu de rester dans la même institution pour toutes ses études (enkystement intellectuel), donc plus les gens sont avancés dans leurs études, plus ils ont vu d’institutions différentes.

As-tu suivi la tradition qui veut que les étudiants « tombent » dans la fontaine (the claw) de l’Université ? Si non est-ce juste un mythe véhiculé par les séries et les films selon toi ?

Aucune idée, jamais entendu parler de ça.

D’ailleurs y a-t-il des clichés sur les universités américaines que tu voudrais briser ?

J’aimerais souligner que nous ne faisons pas le même travail et qu’il est naïf de juger d’après ses propres critères. Cela dit, il y a un grand danger à ce que les chercheurs du monde anglophone (Royaume-Uni y compris) et du Vieux Continent (Royaume-Uni exclus) ne se parlent plus. C’est un gâchis.

En tant que doctorant je suppose que la bibliothèque est un lieu important, mais est-il possible de manger sur le campus ? D’aller en salle de sport ?

Oui, nous avons de nombreux restaurants, cafés, et cafétérias, et Palo Alto n’est pas loin. Nous avons deux centres sportifs gigantesques et gratuits ; natation, course, basket, volley, tennis, golf, équitation, il n’y a qu’à choisir.

Combien de temps dans les transports en commun ? Est-ce que c’est facile d’être étudiant à San Francisco ?

Stanford n’est pas à San Francisco. Les étudiants vivent en général sur le campus. Le trajet le plus long prend probablement vingt minutes à vélo, et il y a un système de bus gratuits sur le campus.

On entend souvent que c’est une ville très chère ? Est-ce qu’il est facile pour les doctorants de se loger ? Les doctorants peuvent-ils être en résidence étudiante sur le campus ?

Le logement subventionné est garanti la première année, et prioritaire les autres années (garanti pendant toutes leurs études aux étudiant.e.s de bachelor). Cela dit, certaines personnes choisissent de vivre à SF quand elles ont fini d’enseigner chaque jour ; San Francisco, c’est quand même plus amusant.

Y’a-t-il une association de doctorants à Stanford ? Si oui regroupe-t-elle tous les doctorants ou est-elle spécifique ?

Il y a un nombre gigantesque d’associations et un petit nombre de faîtières. C’est donc au cas par cas. Ce qui est bien, c’est que ces associations sont financées par Stanford ; nous pouvons donc faire des choses importantes grâce à cela.

Quelles sont les possibilités pour un doctorant américain de donner des conférences dans d’autres universités aux USA ? Est-ce courant ? Bien vu ? Valorisé ?

Il y a mille et une occasions, et, en tout cas à Stanford, beaucoup de sous pour y aller. En général, cela fait partie du processus de « professionnalisation », de même que les publications. Quelqu’un qui n’a pas donné de conférence et pas publié n’a aucune chance d’obtenir un poste académique, son CV passe à la poubelle directement.

Y’a-t-il des séminaires ou des semaines de colloques impliquant principalement les jeunes chercheurs qui se regroupent pour discuter de leurs recherches ?

Oui, mais là encore, c’est spécifique au programme et au domaine d’études. 

Est-ce facile pour un doctorant de voyager aux Mexique, au Brésil ou au Canada pour des conférences par exemple ?

Oui, si le visa le permet.

Est-il facile de venir en Europe pour consulter des ouvrages ? Et pour assister à des conférences comme celle sur les transferts culturels ?

Oui, tout à fait ; voir plus haut.

Un “ex-pirate” au CESCM, pour nous parler d’Ingeburge la Danoise.

Thomas Heebøll-Holm, professeur adjoint au Centre for Medieval Literature d’Odense (Danemark), est au CESCM pour un mois (jusqu’au 13 avril), nous lui avons posé quelques questions :

Cher Thomas, vous arrivez du Danemark, racontez-nous votre parcours :

J’ai travaillé sur la piraterie médiévale et ai obtenu ma thèse en 2011 à l’Université de Copenhague. Mon sujet portait sur le piratage anglo-français de c. 1280-c.1330 et a été publiée par Brill en 2013 sous le titre Ports, piraterie et guerre maritime : La piraterie Manche et Atlantique, c.1280- c. 13301.

Depuis, j’ai travaillé à un projet sur les relations Franco-Danoises au Moyen Âge central, notamment sur le saint Guillaume d’Aebelholt, qui était d’origine francaise. De son vivant il a aussi assisté au mariage de Philippe Auguste et de la princesse danoise Ingeburge. C’est donc de là que j’ai fait la connaissance la première fois de ce mariage, qui vite tourne en scandale car Philippe répudie la princesse très peu après le mariage, elle refuse et sera enfermée dans des châteaux en France les vingt années qui suivent. Bref, c’est une histoire passionnante, mais à l’époque j’avais peu de temps pour l’étudier en profondeur, puis sont venus d’autres projets.

Alors, je suis devenu professeur adjoint au Centre for Medieval Literature (CML) à l’Université du Danemark du Sud (SDU). Ce centre étudie la littérature médiévale à l’échelle européenne ainsi que la culture textuelle du Moyen Âge, c’est pourquoi on m’a conseillé de m’orienter vers ce domaine de recherche et comme je voulais me renouveler dans mes recherches j’ai accepté.

Je me suis donc penché sur le cas d’Ingeborg du Danemark, mariée à Philippe Auguste de France, ce qui m’a permis d’étudier les réseaux sociaux de l’époque entre le Danemark et la France. Le projet porte alors sur les liens entre Ingeburge et ceux qui se sont investis pour que sa disgrâce prenne fin et qu’elle reprenne officiellement son titre de reine de France en 1213. C’est donc une histoire qui traite de l’histoire sociale et politique mais aussi culturelle et du domaine des émotions. Ce genre d’études qui permet la combinaison de nombreuses approches historiques m’intéresse beaucoup.

C’est la première fois que vous venez à Poitiers, pourquoi ce choix du CESCM ?

D’abord c’est un peu le goût de l’aventure et le besoin de me changer les idées qui m’ont mené à ce choix, mais la première raison de ma venue est la très bonne réputation de votre centre. Le Danemark, à l’époque auquel je l’étudie est lié à des intérêts avec l’Angleterre et donc les Plantagenêts : les études menées par Martin Aurell dans le domaine des reines, de la culture de la cour royale et princière et notamment ses études sur Aliénor d’Aquitaine et les relations entre les Plantagenets et les Capétiens, m’ont amené à le contacter. Alors je suis venu ici dans l’espoir de pouvoir bien commencer mes études, de plus approfondir sur Ingeburge. La visite m’a alors servie de débouché sur cette étude qui finalement est assez complexe et exige des comparaisons avec d’autres reines et femmes nobles : c’est ici que se trouve l’expertise.

J’ai aussi voulu venir pour établir des contacts et trouver une inspiration sur la manière de gérer un centre, bien qu’on ne puisse faire l’équivalent au Danemark, mais c’est intéressant de voir les outils, les revues, et le fonctionnement général et je trouve que c’est bien organisé. À l’avenir on pourrait envisager des collaborations. L’existence du Centre for Medieval Literature est prévue jusqu’en 2022 et la suite dépend des financements, et nous n’avons pas de centre d’une telle dimension.

J’ai voulu trouver de plus de nouvelles pistes autour de l’étude des émotions : ça a été très intéressant pour moi de rencontrer Thomas Labbé (ARTeHIS/Université de Bourgogne) qui est venu au CESCM début avril, présenter son livre Les catastrophes naturelles au Moyen Âge2. Il parle des victimes et on voit souvent Ingeborg du Danemark  comme une victime : ça m’a permis de voir son histoire sous un nouvel angle. Et j’ai la chance aussi d’être là pendant un colloque, Dante et Shakespeare, qui parle aussi de ce sujet.

Je vais moi-même faire une conférence au CESCM, le mercredi 10 avril à 18h30, sur La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France, 1193-1213.

Quels sont vos projets ?

Je dois écrire deux ouvrages sur Ingeborg du Danemark : le premier sera pour une collection danoise un peu dans le style des « Que sais-je », qui est destiné au grand public, et un second toujours sur Ingeborg, en anglais et de niveau plus académique.

C’est pourquoi à Poitiers et au centre je peux trouver de l’inspiration, dans le calme et cette belle ville de Poitiers, et tous ces édifices aident. J’ai passé des bonnes semaines ici et j’ai fait beaucoup de progrès dans mes études – mission accomplie !


 

  1. Thomas Heebøll-Holm, Piracy in the English Channel and the Atlantic, c. 1280-c. 1330 Medieval Law and Its Practice, 15), Leyde, Brill, 2013 – ISBN : 978-90-04-24816-8 []
  2. Thomas Labbé, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS Edition, 2017 []

[6 déc.] Rencontre – Le portail de la cathédrale d’Oloron (XIe siècle) : archéologie, iconographie, épigraphie, et mise en scène liturgique

 

Intervention de Scott Brown, professeur d’Histoire de l’art, University of North Florida, organisée dans le cadre des Rencontres IMAGO (axe 3 du CESCM), sous la coordination de Cécile Voyer (CESCM / Université de Poitiers).

  • Date : 6 décembre 2018 – 9h30 / 11h
  • Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à tous les étudiants et personnels de l’Université de Poitiers

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier. Vous êtes donc cordialement inviter à présenter vos propres recherches et à échanger autour du thème de la rencontre ou de l’objet d’étude présenté.

Scott Brown, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’University of North Florida

Scott Brown est chercheur invité au CESCM du 4 novembre au 10 décembre 2018, dans le cadre du programme de Directeurs d’Études Associés de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.  Spécialiste en histoire de l’art roman, son projet de recherche actuel concerne la carrière d’Amat d’Oloron, évêque, archevêque, et légat du pape à la fin du XIe siècle, et les traces de son influence politique, économique, théologique, et liturgique sur la formation de l’art monumental roman en France et en Espagne.

À consulter : Interview de Scott Brown