Archives de catégorie : Colloques …

[18-20 sept. 2014] EMPRESAS – DEVISES – BADGES

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

   La devise, code emblématique original apparu dans le courant du XIVe siècle, connaît actuellement un renouvellement scientifique particulièrement dynamique à travers toute l’Europe et même au-delà. Les nombreuses et récentes publications internationales (ouvrages, articles, sites internet) ont attiré l’attention sur ces emblèmes omniprésents dans le vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Age et des temps modernes. Ce sujet d’étude, véritable reflet de la culture et des mentalités de cette période, n’a pourtant jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique permettant aux chercheurs de confronter leurs savoirs et de partager leurs questions.
Porté par deux chercheurs reconnus dans ce domaine, Laurent Hablot (CESCM – Université de Poitiers) et Miguel Metelo de Seixas (IEM/CHAM – Université Nova de Lisbonne), ce projet ambitionne de rassembler, en juin 2014 durant trois jours, l’ensemble des spécialistes de l’emblématique de la fin du Moyen Age. Le site retenu, l’abbaye de Batalha, nécropole de la dynastie d’Avis, en plus d’attirer l’attention de la communauté scientifique sur les richesses trop souvent négligées du Portugal médiéval et le dynamisme de la recherche dans ce pays, constitue par son décor un véritable musée de la devise, cadre idéal d’une rencontre sur ce thème. Ce code emblématique connaît en effet chez les Avis des développements particulièrement brillants, sans cesse renouvelés par l’influence des royaumes européens dont le Portugal constitue en quelque sorte un véritable carrefour.

Voir le site de présentation du colloque

Renseignements utiles :

CEPAE                                 cepae@sapo.pt                           (+351) 244 766 199

Mosteiro da Batalha      geral@mbatalha.dgpc.pt      (+351) 244 765 497

Prix de l’inscription : 30€

Contact :

E-mail: contacto@empresasdevisesbadges.com

CESCM (Université de Poitiers)

IEM (FCSH/UNL)CHAM (FCSH/UNL)

Mosteiro da Batalha

Centro de Estudos de Património da Estremadura

Programme :

JEUDI 18 SEPTEMBRE
9h-9h30 Accueil des participants
Allocution de bienvenue Joaquim Ruivo / Miguel Metelo de Seixas
9h30-10h00 Laurent Hablot, Introduction
10h00-10h30 Michel Pastoureau, «La devise avant la devise : emblèmes para-héraldiques des XIIe et XIIIe siècles»
 
Session 1 : Formation et diffusion des devises
11h-11h20 Alessandro Savorelli, «L’anneau manquant. Les devises des Medici et des Rucellai (Florence, XVe siècle)»
11h20-11h40 Luisa Gentile, «Divixie et imprese: les emblèmes dans l’Italie du Nord (XIVe-XVIe siècle)»
11h40-12h00 Christian de Mérindol, «Une rare devise méconnue du roi Charles VII»
12h00-12h30 discussions
 
Session 2 : Devise et espace sacré
14h-14h20 João António Portugal, «Empresas e heráldica – conjunção e disjunção emblemática na fixação da memória: o caso do Mosteiro de Santa Maria da Vitória»
14h20-14h40 Catarina Fernandes Barreira, «De D. Duarte a D. Manuel: as gárgulas das Capelas Imperfeitas»
14h40-15h00 Laurent Vissière, «Les Saintes-Chapelles des Bourbons (1315-1540) et leurs devises. Exaltation et sanctification d’une lignée»
15h00-15h30 discussions
 
Session 3 : La devise au service du prince
16h00-16h20 Joan Domenge Mesquida, «La devise de la ‘corona doble’ des rois d’Aragon»
16h20-16h40 Thibaud Fourier et François Parot, «La devise du roi François 1»
16h40-17h10 João Pedro Monteiro, «A Empresa de D. Manuel I em azulejos: a esfera armilar no contexto das representações de poder em cerâmica no Portugal quinhentista»
17h10-17h40 discussions
17h45-18h45 Saul António Gomes et Pedro Redol, «Empresas, símbolos e significados no Mosteiro da Batalha», suivie de visite à l’abbaye royale de Batalha
 
VENDREDI 19 SEPTEMBRE
Session 4 : La devise au service du prince
9h00-9h20 Lea Debernardi, «L’aubépine de Valeran de Saluces: une devise entre mythologie dynastique, dévotion et art courtois»
9h20-9h40 Mégumi Tanabe, «L’Hermine – une devise éloquente dans les Heures de Marguerite d’Orléans»
9h40-10h00 Laure Fagnart et Pierre-Gilles Girault, «L’emblématique de Louise de Savoie»
10h00-10h30 discussions
 
Session 5 : Devises de la maison royale de Portugal
11h-11h20 Miguel Metelo de Seixas, «As empresas da dinastia de Avis: coerências de um programa estético e doutrinário»
11h20-11h40 Humberto Nuno de Oliveira, «Revisitando a empresa do ‘Africano’»
11h40-12h00 Leonor Calvão Borges, «O papel das empresas heráldicas filipinas como estratégia de consolidação de poder»
12h00-12h30 discussions
 
Session 6 : La devise familiale
14h-14h20 Stéphane Rolet, «Passer de la devise à l’emblème littéraire : l’utilisation d’une devise de Ludovico Sforza dans l’emblème d’Alciat Virtuti fortuna comes»
14h20-14h40 Maria Alice Pereira dos Santos, «A empresa de Gil do Sem e de João do Sem»
14h40-15h00 Filipa Gomes do Avellar, «Algumas empresas portuguesas do século XV: contextualização e interpretação»
15h00-15h30 discussions
 
16h- (excursion et dîner à définir)
SAMEDI 20 SEPTEMBRE
Session 7 : Autres usages de la devise
9h00-9h20 Fulvio Cervini, «L’armure qui parle. Des rapports entre les mots et les armes entre Moyen Age et Renaissance»
9h20-9h40 Maria Narbona Carceles, «Les devises et la foi : l’interprétation des devises princières selon une lecture spirituelle, à partir de quelques cas de rois ibériques des XIVe et XVe siècles»
9h40-10h00 Tiago Viúla de Faria, «The badge of Duke Pedro of Coimbra and his diplomatic representation»
10h00-10h30 discussions
 
Session 8 : Survivances de la devise
11h-11h20 Yvan Loskoutoff, «La devise médiévale vue par les théoriciens du genre à l’époque moderne»
11h20-11h40 Johnatan Saso, «Rien ne m’est plus, plus ne m’est rien: la valeur dynastique de la devise de la chantepleure entre Valentine Visconti et Marie de Clèves, duchesses d’Orléans»
11h40-12h00 Marta Gomes dos Santos, «Empresas régias na heráldica municipal»
12h00-12h30 discussions
12h30-13h00 Werner Paravicini, conclusions
 

IMC, Leeds, 7-10 juillet 2014 : Réflexions sur la notion d’Empire.

 

Au cours de quatre journées, entre le 7 et le 10 juillet 2014, 2060 chercheurs, de 50 pays différents – un record ! – furent réunis lors de l’International Medieval Congress de Leeds afin de célébrer l’histoire médiévale. Décor et salles de conférence soignés, personnel disponible, ce cadre propice à la réflexion offrit une image irréprochable de l’IMC de Leeds. Un unique dilemme fut laissé aux nouveaux arrivants : que choisir parmi les 545 sessions et tables rondes ? Chaque session comprenait environ trois communications. Regrettant le don d’ubiquité, les congressistes établirent leur propre sélection à partir du guide remis par l’IMC.

Cliché A. Rigollet (CESCM)
Cliché A. Rigollet (CESCM)

A cette occasion, le CESCM fut représenté lors de deux sessions organisées par Vincent Debiais (avec l’IRHT, Cap Digital et APICES) sur le thème de l’empire des lettres. Quatre communications furent également proposées par des membres du CESCM : Cécile Treffort analysa la silencieuse rébellion des scribes carolingiens, Estelle Ingrand-Varenne présenta l’empire des capitales dans les inscriptions du VIIIe au XVe siècle, tandis que Vincent Debiais étudia les inscriptions sur métal, et Amélie Rigollet commenta les relations entre la famille de Briouze et le roi Jean. Nos collègues Poitevins eurent le plaisir de croiser Hélène Sirantoine, chercheuse en histoire médiévale Ibérique, en contrat CNRS pour le projet ANR Épistola, en 2012-2013 au CESCM et désormais Lecturer à Sydney.

La thématique de « l’empire » proposée à la réflexion des chercheurs stimula les échanges lors de 204 sessions, notamment après la communication volontairement polémique de Stephen Church intitulée « What is an Empire ? », dont la suite conclusive est vivement attendue pour l’année prochaine. Car tout l’intérêt de l’IMC de Leeds réside dans ces débats et échanges. Les communications, porteuses des réflexions produites par le chercheur au cours de l’année précédente, résultent d’un travail solitaire. Mais en confrontant ses réflexions aux questions et remarques de ses pairs, et en les complétant par l’écoute de communications diverses, le chercheur collecte méticuleusement de nouvelles pistes de réflexion, étoffant ainsi ses pensées à venir. Une telle émulation est d’autant plus nécessaire que le retour à Poitiers mi-juillet apporte la tentation de l’été et du repos… Quoi de mieux qu’un séjour à l’IMC de Leeds pour repartir glorieusement affronter la page blanche ?

[17 sept. 2014] Corpus des inscriptions de la France médiévale (1974-2014) : 40 ans d’épigraphie médiévale à Poitiers

Mercredi 17 septembre 2014 : Journée d’étude consacrée à l’édition des textes épigraphiques, à l’occasion de la publication du 25e volume du CIFM

En présence des acteurs poitevins de l’édition des inscriptions et de chercheurs français et étrangers associés depuis plusieurs années ou pour l’occasion aux réflexions du Corpus des inscriptions de la France médiévale, cet anniversaire sera l’occasion d’un bilan de 40 ans de recherche en épigraphie du Moyen Âge, et de la publication de 25 volumes. Les communications proposeront à la fois un retour sur les évolutions qui ont animé la publication des textes épigraphiques du Moyen Âge (en lien avec l’évolution générale de la discipline d’un côté, de l’ecdotique de l’autre), et une ouverture vers de nouveaux horizons, technologiques (avec l’édition électronique des textes et la reconnaissance des caractères incisés), culturelles (épigraphie antique ou byzantine) ou encore professionnels (édition scientifique, muséographie). L’ampleur internationale de cette journée permettra de partager des expériences différentes et d’identifier éventuellement une singularité française, avec l’objectif d’améliorer encore les techniques de publication au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale connaît de nouveaux défis éditoriaux (langues vernaculaires, inscriptions en minuscules, peinture sur chevalet ou tables…).

PROG_CESCMmai2014V3-1light

PROGRAMME :

9h30 – Accueil

Présidence de séance de la matinée : Cécile Treffort (Directrice du CESCM-Université de Poitiers)

10h – Robert Favreau (directeur honoraire du CESCM et fondateur du CIFM) : “Les débuts du CIFM”

11h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) : “Les perspectives du Corpus et les enjeux de l’édition électronique”

11h45 – Carlo Tedeschi (Université de Chieti) et Elisa Pallottini (post-doctorante, Université La Sapienza Rome) : “Le iscrizioni medievali d’Italia. Risultati, problemi, prospettive”

 

Présidence de séance de l’après-midi : Estelle Ingrand-Varenne

14h30 – Andreas Rhoby (Académie de Vienne) : “An envious gaze to the West. Byzantium’s contribution to medieval epigraphy”

15h30 – Kristin Tanton (post-doctorante, Université de Californie Los Angeles) : “Corpus of Inscribed Capitals in Romanesque France (ca. 1080—1160). Digital Research Possibilities”

16h45 – Nicolas Tran (Université de Poitiers) : “L’épigraphie latine d’époque romaine : un état des lieux des données en ligne”

17h45 – Cécile Treffort : Conclusions

 

Lieu : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – Salle Crozet
Hôtel Berthelot
24 rue de la Chaîne
POITIERS

Contacts :
Estelle.ingrand.varenne@univ‐poitiers.fr
Vincent.debiais@univ‐poitiers.fr
Cecile.treffort@univ‐poitiers.fr

[4-5 sept. 2014] De la traduction médiévale à la seconde main moderne. Théories, pratiques et impasses de la translatio contemporaine

Journées d’étude (CESCM-CESR) Poitiers, 4 et 5 septembre 2014.

Organisée par Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini.

La question de la traduction et de la seconde main a été au cœur d’une réflexion que les clercs médiévaux n’ont cessé de renouveler. La traductologie médiévale en témoigne.

Les traducteurs du Moyen Âge se sont souciés de la nature et de la qualité de leur traduction : respect du mot à mot, choix délibéré d’une nette distance avec la langue et le rythme de la syntaxe de l’œuvre-source.

Confrontés à ceux qui posaient comme des nains et qui regardaient de haut les géants sur lesquels ils prétendaient s’être juchés, les clercs modernes, les philologues ont choisi une autre posture : la neutralité scientifique, le refus de la confrontation linguistique et épistémologique avec le texte à translater. Si, dans les dernières décennies, l’immense majorité des éditions-traductions de textes médiévaux présentent, longuement, leurs principes d’édition, très peu s’efforcent de justifier les choix qui ont fondé leur traduction, au-delà de quelques stéréotypes d’usage. La traduction d’œuvres médiévales, si peu problématisée, n’utilise-t-elle pas une langue artificielle, visant un destinataire non identifié ? Cette traduction peut-elle aller de soi, comme une évidence, car relevant toujours, plus ou moins, du « même au même », du moins en français, comme un domaine réservé aux spécialistes de la langue médiévale que des décennies d’avancées dans le champ de la « traductologie » ne concerneraient pas ?

 tapisserie

Programme :

Jeudi 4 septembre

Table 1 : « Traduire est éditer. Pourquoi (résistances et absences), pour qui, comment ? »

14h30 : Claudio Galderisi (Professeur, Univ. Poitiers-CESCM) : « Un truchement me faut quérir… » Peut-on traduire pour qui ne connaît pas le français médiéval ?

14h50 : Jean-Jacques Vincensini (Professeur, Univ. de Tours-CESR) : « Dix années de traduction : état des lieux »

15h10 :  Discussion

Table 2 : « Un fort français ? Du même au même »

16h : Nathalie Bragantini (ATER, Docteur, Univ. de Créteil) : « Transposition du même au même, ou accès à une altérité préservée ? Traduire l’Espinette amoureuse de Jean Froissart »

16h20 : Jean-Marie Fritz (Professeur, Univ. de Bourgogne) : « Traduire les fatrasies : surréalisme et philologie »

16h40 : Discussion

Table 3 : « D’autres faces du même »

17h30 : Valérie Fasseur (Maître de conférences, Univ. de Pau) : « De l’ancienne langue d’oc au français moderne : l’exemple de Flamenca » 

17h50 : Anna Maria Babbi (Professeur, Univ. de Vérone) : « Les traductions des textes en ancien français en Italie »

18h10 : Discussion

 

Vendredi 5 septembre

Table 4 : « Une lettre immuable ? La théologie et la science »

9h30 : Vladimir Agrigoroaei (Post-doc, Univ. de Vérone-CESCM) : «  Quelques réflexions au sujet des traductions de la Bible en français. Un problème de méthodologie ». »

9h50 : Joëlle Ducos (Professeur, Univ. Paris-Sorbonne) : « La science médiévale ou l’étrange familiarité »

10h10 : Discussion

Table 5 : « Deux seuils de la traduisibilité : le roman et la poésie »

11h : Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Professeur, Univ. Paris-Sorbonne) : « De soi à soi. Traduire en français la poésie française médiévale : la vibration sonore du même »

11h20 : Discussion

11h45 : Michel Zink (Professeur au Collège de France ; secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) : « Conclusions »

 

Participeront à la discussion des différentes tables rondes :

Pierre-Marie Joris (Maître de conférences, Univ. Poitiers-CESCM)

Cinzia Pignatelli (Maître de conférences, Univ. de Poitiers-CESCM)

 

Pour voir le programme et le dépliant

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 3

Pour la troisième et dernière année consécutive, la table ronde des 22 et 23 mai 2014 organisée par Éric Palazzo, Professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France, a réunit au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévales de Poitiers, les spécialistes de la culture chrétienne, autour de la recherche scientifique consacrée aux cinq sens et leur place dans la société du Moyen Âge. Comme les années passées, l’interdisciplinarité et la compréhension des principes de la perception du sensible par les médiévaux étaient les objectifs, pleinement réalisés par des interventions proposées par des communicants venus de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, des États-Unis et de France.

Cliché C. Lupant/CESCM
Cliché C. Lupant/CESCM

Les journées des tables rondes de 2012 et de 2013 avaient permis de souligner l’intérêt de ce sujet d’étude et de partager des recherches en cours, en insistant sur l’état de la question mais aussi en ouvrant de fructueuses réflexions autour de la construction de l’action synesthésique, de la mémoire et des modalités des sens, de leur perception et de leur subversion. L’évènement de cette année a vu la continuité de ces discussions autour des enjeux sensoriels des images ou des textes. Inauguré le 22 mai par la conférence de Xavier Barral I Altet (Université de Rennes II et Université de Venise), l’émulation intellectuelle et scientifique s’est prolongée tout au long de la journée du lendemain. Par delà les interventions de nombreuses disciplines, les temps forts de la manifestation resteront la présentation d’Hiltrud Westermann-Angerhausen (Université de Düsseldorf), communication consacrée aux encensoirs dans le traité du moine Théophile, et celle de John Arnold (Université de Londres) ouvrant le champ d’étude au monde médiéval laïque.

Le troisième acte des tables rondes achevé, ce n’est pourtant pas un « rideau final ». A la suite des deux fascicules des Cahiers de Civilisation médiévale[1], un volume d’actes sera publié en 2015 prolongeant ces journées marquées par une atmosphère de travail à la fois scientifique et bienveillante, mettant le partage intellectuel et la rencontre amicale au cœur des échanges.


[1] Les cinq sens au Moyen Age, Cahiers de civilisation médiévale (Xe-XIIe siècles), Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 2012, vol. 55e année, octobre-décembre et supplément annuel.