Archives de catégorie : Colloques …

Clôture des Semaines d’études médiévales avec la conférence de Luc Bourgeois

Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM
Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM

Luc Bourgeois, maître de conférences en archéologie médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, aborde le sujet des objets caractéristiques du mode de vie des élites autour de la question « Des objets de distinction. Peut-on identifier les élites médiévales grâce au mobilier archéologique ? ».

Luc Bourgeois a choisi de centrer son analyse sur les habitats des élites fouillés dans le nord-ouest de l’Europe pour la période comprise entre le IXe et le XIIIe siècle. Il emploie le terme d’élite dans une acception assez large, moins réductrice que les concepts d’aristocratie ou de noblesse.

Luc Bourgeois relève que les recherches archéologiques récentes ont révélé la grande diversité et parfois la discrétion de l’habitat des élites. Il n’est plus possible désormais de réduire cette catégorie à des formes architecturales simples (la motte, la structure palatiale, la maison forte, etc.), ni de la déduire uniquement des sources écrites. Puisque les structures et les textes ne suffisent plus toujours à qualifier le niveau social des résidents et qu’une certaine diversité peut apparaître à l’intérieur de chaque site au cours de son histoire, il va s’agir désormais de s’appuyer plus couramment sur le mobilier pour tenter de qualifier le statut des habitats et l’évolution de celui-ci à travers le temps.

Les méthodes permettant cette approches demeurent en grande partie à construire. Si la multiplication des grands décapages au cours des dernières décennies a fortement renouvelé notre connaissance du plan des habitats médiévaux, cette approche extensive se fait au détriment de la collecte d’un mobilier représentatif. D’autre part, l’étude du matériel archéologique privilégie surtout la céramique, les monnaies et les études paléoenvironnementales, au détriment d’autres catégories de témoins qui constituent parfois de meilleurs marqueurs chronologiques et sociaux (les accessoires de vêtement, par exemple). Fournir des catalogues exhaustifs de mobilier lui parait constituer le préalable indispensable à toute analyse socio-économique qui ne soit pas bâtie sur des a priori.

Il plaide pour l’établissement de typologies élargies au-delà des vestiges archéologiques et qui intègreraient également les objets attestés à travers l’iconographie et les textes. Luc Bourgeois explique ensuite en quoi une telle approche permettrait de mieux évaluer la nature des collections étudiées et les biais taphonomiques qu’elles présentent. Elle inviterait aussi à mieux utiliser les notions de rareté et de luxe et à tenter d’approcher la hiérarchie des objets telle qu’elle était appréhendée au Moyen Âge. Enfin, elle amènerait à raisonner sur des systèmes techniques et non sur des fragments archéologiques, en d’autres termes sur le fonctionnement du harnais plutôt que sur la typologie des fragments de mors.

Après le traitement des données, qui pourrait donc être largement amélioré, vient l’étape de tous les dangers, celle de l’interprétation sociale du mobilier. La littérature archéologique entretient souvent l’idée que tel objet constitue un marqueur élitaire parce qu’il est unique ou rare dans la collection étudiée, ce qui ne prouve pas qu’il était précieux ou particulièrement symbolique pour ses propriétaires médiévaux. Un autre travers courant consiste à instituer une hiérarchie sociale sur la base d’une lecture fonctionnelle très conventionnelle du mobilier archéologique. En effet, les conceptions de la société médiévale plaquées sur les vestiges demeurent souvent grossières, utilisant souvent la théorie trifonctionelle, représentation de la société qui stérilise toute analyse. Et Luc Bourgeois va même plus loin : en utilisant ce cadre, l’archéologue s’interdit dès l’abord d’apporter des données originales – celles que fournissent ses sources – aux débats collectifs sur la stratification sociale, ou plutôt sur ce que nous pouvons en percevoir à travers la culture matérielle, c’est-à-dire la manière dont cette stratification est transcrite dans les apparences et les comportements mais aussi dans les niveaux de richesse. Certains concepts sociologiques, comme les Stände de Max Weber ou la distinction de Pierre Bourdieu, paraissent plus opératoires.

Luc Bourgeois esquisse ensuite un inventaire des différentes formes de distinction que peut illustrer le mobilier archéologique médiéval : différences qualitatives ou quantitatives, lois somptuaires et contrôle de l’innovation et de la production des objets de luxe, distinction par amélioration du commun, formes originales d’usage des objets dans l’espace, distinction privée opposée à la discrétion publique des « prétendants », etc. Il montre comment la hiérarchie des matériaux et des techniques connait des fluctuations importantes au fil des siècles, obligeant les élites à renouveler constamment les objets de distinction qui se sont vulgarisés.

Après ces quelques pistes permettant de lire des différences, il pose une dernière question : quels sont les acteurs que documentent les assemblages de mobilier archéologique que nous qualifions d’élitaires ? Luc Bourgeois tente de synthétiser les limites d’une l’approche purement archéologique par cette définition : « Chaque ensemble de mobilier ne révèle qu’une fraction de la culture matérielle d’un groupe d’habitants souvent hétérogène, perçue globalement sur plusieurs générations et illustrant presque exclusivement les activités masculines. »

À condition de disposer d’informations systématiques, l’apport de l’archéologie se limite donc à élaborer des grilles de lecture de la culture matérielle permettant de caractériser globalement des niveaux de richesse et de distinction, de mesurer l’évolution interne de chaque site ou de comparer différents habitats. À défaut de pouvoir écrire la biographie d’individus médiévaux, l’archéologue peut donc restituer la trajectoire sociale d’habitats et d’objets.

 Une belle leçon de méthode de Luc Bourgeois avant son départ pour l’Université de Caen à la rentrée prochaine

 

[8-13 juillet 2013] Journées romanes, Saint-Michel de Cuxa

Association Culturelle de Cuxa
Association Culturelle de Cuxa

XLVes Journées romanes (8 au 13 juillet 2013).
Abbaye Saint-Michel de Cuxa (Sant Miquel de Cuixà).

 

 

 

Le portail roman – XIe-XIIe siècles. Nouvelles approches, nouvelles perspectives.

Programme

Cette année, 2 conférenciers du CESCM seront présents  aux Journées romanes de Saint-Michel de Cuxa :

Cécile Treffort (CESCM) – Le portail de l’église comme porte du Ciel : autour de quelques tympans inscrits d’époque romane (mardi 9 juillet à 9h)

Marcello Angheben (CESCM) – Visions actuelles et eschatologiques : les théophanies des portails romans (mardi 9 juillet à 15h30)
Suivi d’une conférence d’étudiants à 17h, Le portail occidental de la cathédrale de Pampelune : de l’anonymat au mythe Esteban. Histoire d’une attribution controversée et L’architecture de Sainte-Foy de Conques : éléments de réflexions à 17h30

[1-4 July 2013] International medieval Congress of Leeds

Brotherton Collection MS1_26vL’International Medieval Congress 2013 se tiendra du 1er au 4 juillet, à Leeds.
 
 Le CESCM y sera bien représenté avec pas moins de 6 intervenants :

Delphine BOYER-GARDNER : “Oral, Written, and Material Memory: Some Aspects of the Commemoration of Bishops in Aquitaine, 11th-13th Century”

Session 725Remembering the Bishop: Commemorative Strategies, I (Tuesday 2 July 2013 : 14.15-15.45)
————–
Vincent DEBIAIS : “Carolingian Versed Inscriptions and Images: From Aesthetics to Efficiency”
Session 508, Byzantium in Context, I: The Meaning of (Verse) Inscriptions for Byzantine Greek and Medieval Latin Culture – Similarities and Differences (Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30)
————–
Laurent HABLOT : “Two New Brothers ‘de Bourbon’: Why Did the Duke of Bourbon in 1334 Grant Two Unknown Brothers Nobility, His Arms, and His Name?”
Session 107, Medieval Heraldry Revisited, I: Creating Ties of Visuality – Heraldry and the Display of Social Relationships (Monday 1 July 2013: 11.15-12.45)
————-
Estelle INGRAND-VARENNE : “Verses in Latin Inscriptions: From Rhythm and Rimes to Aesthetics”
Session 508Byzantium in Context, I: The Meaning of (Verse) Inscriptions for Byzantine Greek and Medieval Latin Culture – Similarities and Differences (Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30)
————-
Claire LAMY : “To Deal with the Margins: The Monks of Marmoutier and the Classification of Their Possessions, 11th Century”
Session 1207, Peripheral Territories in Early Medieval Europe, 9th-11th Centuries (Wednesday 3 July 2013: 14.15-15.45)
————-
Hélène SIRANTOINE : “What Kinds of Documents Were Useful in a Northern Spanish Episcopal Library at the Beginning of the 12th Century?: The Example of Oviedo”
Session 1125, Shaping Episcopal Ideology: Relics, Images, and Books (Wednesday 3 July 2013: 11.15-12.45)

Après-midi histoire de l’art aux Semaines d’études médiévales

Deux approches, deux objets, deux styles très différents que ceux de Michele Bacci et d’Éric Palazzo. Les deux conférences prononcées en ce lundi après-midi, dans le cadre des Semaines d’études médiévales, ont pourtant suscité un même intérêt parmi les stagiaires et les auditeurs.

Nativity_Grotto_Star

 Michele Bacci, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Fribourg, a proposé une conférence consacrée à l’évocation des lieux saints de Jérusalem en dehors de Palestine. En explorant un vaste territoire, de l’Éthiopie à l’Inde, de la Géorgie à la Péninsule Ibérique, Michele Bacci a montré comment l’art médiéval a su créer des « lieux alternatifs » dans lesquels pouvaient s’exercer les pratiques dévotionnelles des fidèles, par rivalité, promotion, analogie, mimétisme ou synecdoque. S’intéressant aussi bien aux formes architecturales qu’aux décors de ces édifices, nouveaux saints sépulcres d’Occident, Michele Bacci a attiré l’attention sur la complexité de ces phénomènes de reprise qui ne furent pas toujours synonymes de translation en dehors de Palestine de la sacralité des traces néotestamentaires.

Sacr_Gellone_1v

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers (CESCM) et membre sénior de l’IUF, a quant à lui entraîné les stagiaires, en seconde partie d’après-midi, dans une exploration des cinq sens dans l’art médiéval. Si ce thème très large est au cœur de ses recherches actuelles et le sujet d’un livre à paraître prochainement, l’auteur a choisi de se concentrer, pour cette Session d’été, aux images du sacramentaire gélasien, en particulier les lettres ornées du rituel baptismal dans le sacramentaire de Gellone. Après une introduction très riche sur la question des sens au Moyen Âge et sur le contexte liturgique de production et d’utilisation du sacramentaire, Éric Palazzo a invité le public à regarder ces images dans la perspective d’une activation par les sens du contenu de la représentation et du texte placé en regard. Fondée sur la théologie de l’Incarnation et l’exégèse du rituel d’une part, et sur une lecture fine de l’élaboration savante de la figure des évangélistes d’autre part, la conférence d’Éric Palazzo soulève de nouvelles questions très prometteuses.

Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives

Hablot(2013-06-20)Les 11 et 12 juin dernier se sont tenues à Poitiers les 3e journées d’études héraldiques consacrées cette année au thème des partages héraldiques. Une quinzaine de chercheurs européens, comptant parmi les meilleurs spécialistes actuels, se sont retrouvés pour confronter leurs analyses des diverses situations qui conduisent un même individu à porter dans ses armoiries celles conjointes de sa famille et d’un tiers : armes d’alliance matrimoniale, de fonction religieuse ou civile, d’affiliation politique ou communale, de prétention, mémoire d’une affinité vassalique, militaire, d’un lignage de la parentèle, distinction honorable, etc.La richesse des communications et des échanges a permis de souligner un certain nombre de points essentiels à la compréhension de ce phénomène qui concerne près de 10% des armoiries des XIVe et XVe siècle.

Cette rencontre a notamment confirmé l’étendue du sujet, la diffusion de la pratique et sa relative cohérence chronologique. Ces partages sont le reflet d’un système sémiologique parvenu à maturité, de sa volonté et de sa capacité de répondre aux besoins des hommes de ce temps en matière de représentation sociale et politique. Cette richesse et cette diversité imposent toutefois l’élaboration de définitions claires des situations de partages qui manquent encore à la science héraldique

Ces cas de partages révèlent également l’incroyable souplesse du système du blason qui joue littéralement avec les infinies possibilités d’un type de signes pourtant extrêmement codifié et encadré par des règles. Loin de traduire la sclérose de l’héraldique couramment dénoncée, ces partages en révèlent l’incroyable créativité. Cette inventivité impose toutefois à ses interprètes modernes de posséder un « œil » particulièrement exercé qui leur permettra d’identifier et de traduire les multiples combinaisons. Ces partages, parfois si subtils, confirment qu’il existe bien une véritable culture héraldique, un langage dont les contemporains ont dû plus ou moins maîtriser les clefs dans la mesure où ils étaient alors en totale immersion dans ce monde héraldique que nous nous efforçons de percevoir aujourd’hui.

Toutefois la variété des cas de figures présentés n’interdit pas de souligner un certain nombre de constantes. Ces partages ont à l’évidence comme fonction d’augmenter le caractère honorable des armoiries portées. Ils exposent publiquement un pouvoir, des droits – réellement exercé ou seulement revendiqués – une fonction honorable, un événement glorieux, une ascendance illustre, une affinité prestigieuse. C’est un outil de valorisation avant tout, une surenchère de l’honneur déjà contenu dans les armoiries. De ce fait ces combinaisons sont étroitement liées à la mémoire et contribuent à renouveler ou à susciter une lecture symbolique de ce signe emblématique. On ne doit donc pas s’étonner des nombreuses légendes familiales venues se greffer à l’époque moderne sur ces armoiries partagées.

Ces partages sont là pour nous questionner sur leurs raisons d’être et nous avons tenté, durant ces deux jours, de répondre de notre mieux à ce séduisant appel. Nous espérons vivement qu’une prochaine publication permettra au plus grand nombre de partager ces réflexions héraldiques !