Archives de catégorie : Colloques …

Évêques, clercs et religieux à l’époque romane. 24e colloque d’Art roman d’Issoire

Du 19 au 21 octobre 2013 s’est tenu à Issoire (Puy-de-Dôme) le 24e colloque international d’Art roman, organisé par l’association Terres romanes d’Auvergne et la ville d’Issoire sous le patronage de la Société Française d’Archéologie et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand et avec le concours de l’association Archiclassique. Le thème de cette année : évêques, clercs et religieux à l’époque romane (textes, monuments, images et objets).

Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay
Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay

Ce sujet très vaste a permis de réfléchir à l’implication des grands ecclésiastiques dans les ensembles monumentaux comme donateurs, consécrateurs, réformateurs, inspirateurs…

L’Université de Poitiers a été représentée par Annick Gagné, doctorante en histoire au CESCM, qui a dressé un portrait de l’évêque dans les inscriptions liées à la construction liturgique et matérielle de l’église entre le Xe et le XIIIe siècle.

L’excursion fut fort conviviale, faisant découvrir ou redécouvrir aux participants du colloque des sites de la Haute-Loire : l’église de Saint-Paulien avec son imposant chevet à chapelles rayonnantes, l’église Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille et la cathédrale du Puy-en-Velay, dont subsiste une partie des bâtiments canoniaux et épiscopaux.

À l’occasion du colloque a été présenté le volume recueillant les actes des deux éditions antérieures (Fêtes et célébrations à l’époque romane et Le temps à l’époque romane), réunis par les soins de David Morel épaulé par les nouveaux membres du comité scientifique, marquant l’entrée du colloque dans une ère revitalisante et prometteuse.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Annick Gagné.

Retour d’Oslo

Fin septembre 2013, Vincent Debiais, chargé de recherche au CESCM, s’est rendu à l’Université d’Oslo pour le colloque Between Image and Text: The Early Medieval ‘Iconology’ of Graphic Representational Signs.

Organisée par Ildar Garipzanov, professeur à l’Université d’Oslo, et pensée comme un séminaire ouvert, cette rencontre scientifique avait pour objectif l’exploration des formes limite de la scripturalité médiévale : emploi des lettres comme motifs ornementaux, compositions alphabétiques sans possibilité de lecture, mélanges des écritures/mélanges des langues… Autant de sujets qui intéressent depuis toujours les paléographes et les épigraphistes, mais aussi les historiens de l’art et des pratiques dévotionnelles ou les spécialistes de la magie.

Epitaphe de Bernard au Musée des Augustins de Toulouse. Cliché Eva Caramello

L’épigraphie était (pour une fois !) aux premières loges et les inscriptions analysées au cours des quatre sessions de communications ont montré combien les médiévaux ont su inventer des formes et des pratiques graphiques mettant en avant les qualités esthétiques ou symboliques des matériaux : pierre, bois, métal, os…

Ildar Garipzanov avait invité les participants à réfléchir sur la notion de graphicacy, point de rencontre de la visualité et de la scripturalité, et sur ses implications cognitives.

Les communications, suivies de très longs temps de discussion, ont montré combien il est difficile de repérer, dans les sources graphiques médiévales, les traces éventuelles de ces usages « interstitiels » de l’écriture, et ont donc invité les organisateurs à prolonger la recherche dans le cadre d’autres rencontres en 2014 et 2015.

[4 et 5 octobre 2013] A toutes heures !

Journée d’études et conférence publiques : “A toutes heures ! La collection numérisée des livres d’heures de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers”

Heures à l’usage de Poitiers, fin XVe siècle, Ms 1097 / BM Poitiers
Heures à l’usage de Poitiers, fin XVe siècle, Ms 1097 / BM Poitiers

A l’occasion de l’ouverture d’un site dédié aux livres d’heures numérisés de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et en marge de l’exposition Les livres d’heures en lumière (3 septembre-2 novembre), le CESCM et ses partenaires organisent une rencontre entre les spécialistes du sujet et le public, les 4 et 5 octobre prochain.

Le vendredi 4 octobre, une journée d’études internationale ouverte au public reviendra sur les apports récents de la recherche concernant plusieurs manuscrits de cette collection. Le samedi 5 octobre, une série de conférences publiques, introduite par une intervention de Michel Pastoureau sur la symbolique médiévale du livre, soulignera les liens entre Poitiers et les manuscrits enluminés.

Détails du programme

Organisé par Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers)

[18 août-1er septembre] ESSEP 2013

La session d’ESSEP 2013 a lieu du 18 août au 1er septembre.

82_00017533European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) est un programme intensif Erasmus qui a pour objectif de former des étudiants à l’épigraphie antique et médiévale, dans une perspective diachronique et transculturelle. Cette discipline, qui étudie les inscriptions ou textes exposés à la vue de tous sur les supports les plus divers, monuments ou objets mobiliers, n’est en général jamais enseignée de manière croisée par les spécialistes de différentes époques et aires culturelles.

Ce programme, coordonné par l’université de Poitiers et regroupant des étudiants et enseignants issus de dix autres universités européennes, cherche à briser cet isolement disciplinaire.

Il s’adresse aux étudiants européens de master ou de doctorat en histoire, archéologie, histoire de l’art, lettres, ou sciences humaines en général, afin de leur permettre à la fois de maîtriser les techniques propres à l’épigraphie et de comprendre les enjeux historiques, artistiques, culturels et patrimoniaux que recouvrent les inscriptions dans les différentes sociétés.Base_votive_victoire_aux_Panathenees_IVe_s-_a-C-_Athenes_Musee_archeol-_cat-_242_

Reconnue par toutes les universités partenaires, cette formation met l’accent sur l’enrichissement mutuel des étudiants issus de huit pays européens, qui sont appelés à travailler en équipe.

Rome-pantheon-zoom

Poitiers au coeur de la civilisation médiévale

Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Jean-Pierre Brouard/CESCM
Jean-Pierre Brouard/CESCM

Qu’est-ce qui a pu réunir à Poitiers, pendant deux semaines, cinquante étudiants français et internationaux de 18 nationalités et des professeurs venus également de nombreux pays (Japon, Liban, USA…) ? La civilisation médiévale.

En effet, le CESCM organisait du 17 au 28 juin dernier, comme chaque année depuis 1954, les Semaines d’études médiévales, un cycle de formations comprenant des conférences, des excursions et visités commentées proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Parmi eux, deux professeurs, Lévon NordiGuian (Liban) et, Taiichiro Sugizaki ainsi qu’un stagiaire, Fernando Velazquez (Mexique), nous parlent de leurs semaines médiévales…

Lévon Nordiguian

levon-nordiguian2_1372926095005Lévon Nordiguian est actuellement directeur du musée de préhistoire de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, où il a enseigné pendant 23 ans. Il a axé son domaine de recherche sur les chapelles médiévales du Liban et plus particulièrement sur l’architecture des chapelles rurales du comté de Tripoli.

Qu’est-ce qui vous poussé à vous intéresser aux chapelles  de Tripoli ?
A vrai dire, ce n’était ni mon orientation ni ma spécialité. Il se trouve qu’une étudiante de Poitiers est venue me voir, il y a une dizaine d’années, parce qu’elle souhaitait faire un mémoire sur les fresques médiévales. Je lui ai servi de guide car voyageant beaucoup, je connaissais des chapelles rurales ornées de fresques. Mais je me suis rendu compte qu’on ignorait presque tout de ces chapelles.
J’ai donc écrit un ouvrage de vulgarisation qui a fait connaître ces chapelles rurales au grand public. Depuis, beaucoup d’études et de thèses ont été réalisées sur le sujet. Finalement, il y a un lien avec Poitiers grâce à cette étudiante rencontrée il y a 10 ans !

Quel est le sujet de votre conférence pendant ces Semaines d’études médiévales ?
Au Liban, il y a une tradition d’église, de grande architecture orientale comme les églises de croisés. Parallèlement à cela, il y a aussi une tradition locale,  de petites chapelles rurales, souvent situées dans des coins reculés. Je souhaite faire connaitre l’architecture de ces chapelles aux étudiants réunis à Poitiers.

Pourquoi, avez -vous souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
Premièrement, parce que le CESCM est un centre prestigieux. Ensuite, il y a encore assez peu de personnes qui s’intéressent à ces chapelles, à travers leur architecture (contrairement aux fresques qu’elles comportent). Nous avons peu de références, les comparaisons sont difficiles à effectuer donc, le regard des autres et les échanges avec des collègues sont très importants pour moi.

Taiichiro Sugizaki

taiichiro-sugizaki2_1372926284016Taiichiro Sugizaki enseigne l’histoire médiévale occidentale à l’Université Chuo (Tokyo). Son intervention dans le cadre des Semaines d’études médiévales a porté sur le culte des saints et la collection des reliques à travers des sources de l’abbaye de Moissac.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à l’abbaye de Moissac ?
Le Japon a un autre moyen Âge. Il y a beaucoup de similitudes mais aussi de différences entre cette même époque dans deux pays différents. Je travaille sur la comparaison entre les deux cultures. Par ailleurs, j’ai vécu à Toulouse pendant un an, période pendant laquelle, j’ai pu fréquenter l’abbaye de Moissac et les archives départementales. Depuis je développe mes recherches sur cette abbaye.

L’époque médiévale française doit être un sujet d’étude « original » au Japon ?
L’intérêt pour l’histoire française notamment religieuse augmente au Japon. Beaucoup d’étudiants font leur mémoire sur l’histoire médiévale notamment sur le sujet religieux.

Pourquoi, vous avez souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
C’est ma 3e visite de Poitiers et la 2e au CESCM. J’avais déjà visité les monuments historiques de la ville et j’ai toujours aimé profiter de l’atmosphère médiévale de Poitiers. Les Semaines d’études médiévales sont particulièrement intéressantes, pour le contact avec les étudiants et les collègues. Je suis très satisfait des échanges que nous avons pu avoir et des questions qui m’ont été posées.

Fernando Velazquez

Fernando Velazquez est étudiant à l’Université nationale autonome du Mexique où il vient de finir sa licence d’histoire.

Comment avez-vous connu les Semaines d’études médiévales ?
C’est mon directeur de recherche, qui était déjà venu à Poitiers, qui m’a conseillé de venir participer à cet évènement.

Comment avez-vous vécu ces deux semaines ?
C’était pour moi, une opportunité de mieux connaître l’histoire médiévale directement sur place, en Europe et de partager autour de ce sujet. Au Mexique, il n’y pas d’institut dédié aux études médiévales.  Ce type de semaines de conférences est donc très intéressant. Cela m’a permis d’apprendre beaucoup sur cette époque et d’améliorer mon français.

Publié par Samuel Pivette sur le site de l’Université de Poitiers, le 5 juillet 2013.