Archives de catégorie : Colloques …

Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg

[17 au 28 juin] Semaines d’études médiévales 2013 – CESCM

Manifestation internationale interdisciplinaire organisée par le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers.

E. NAU / CESCM

Les Semaines d’études médiévales se tiendront du 17 au 28 juin 2013 à Poitiers. 

La conférence d’ouverture sera assurée par Piotr SKUBISZEWSKI.

 

 

 

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale de formation qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers.

Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier. Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une cinquantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 2

Le printemps et ses nombreuses manifestations scientifiques !

E. NAU/CESCM
E. Nau / CESCM

Du 29 au 31 mai 2013 s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale le deuxième volet des rencontres sur les cinq sens au Moyen Âge organisées par Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France.Comme l’an passé, les conférences proposées par les intervenants venus de France, d’Europe et des États-Unis ont été passionnantes, abordant des aspects très différents de la perception sensorielle, de la conception des sens et de leurs implications sur la production des oeuvres d’art médiévales. Éric Palazzo a choisi, pour la seconde année consécutive, d’accorder à ses invités un temps de parole important (près d’une heure). Résultat : des présentations riches, argumentées, structurées ; des échanges nourris et des débats animés.

Par-delà l’excellence générale des conférences qui ont abordé les sens à travers les récits de pèlerinages (Jean-Marie Fritz), les textes politiques carolingiens (Geneviève Bürher-Thierry), les constructions architecturales de Saint-Bénigne de Dijon et de la cathédrale de Wells (Carolyn Malone), le texte et la musique des séquences (Christelle Cazaux), le son des cloches (Elisabetta Neri), etc., les trois temps forts de la manifestation resteront :

– la conférence inaugurale de Lynley Herbert, prononcée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, à propos des Évangiles de Sainte-Croix, manuscrit enluminé carolingien conservé à Poitiers ;
– la présentation des liens entre l’encens et les oeuvres d’art du haut Moyen Âge par Lawrence Ness (avec une démonstration très sensorielle !) ;
– l’étude des manuscrits enluminés présentant le rituel juif du Seder par Adam Cohen.

abbaye_sainte_croix

Certaines de ces présentations donneront lieu, comme l’an passé, à la publication d’un numéro spécial des Cahiers de civilisation médiévale.

[5-8 juin 2013] Écriture et genre épistolaires, IVe-XIe s.

 Colloque international organisé par le CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Casa de Velázquez, Université d’ErlangenThomas DESWARTE (Université d’Angers) – Klaus HERBERS (Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) dans le cadre de l’ANR-DFG EPISTOLA

Programme ANR-DFG EPISTOLA : « La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (IVe-XIe siècles) »

Comité d’organisation : Bruno Dumézil, Jacques Elfassi, Nathanaël Nimmegeers, Cornelia Scherer, Hélène Sirantoine

E.NAU / CESCM
E.NAU / CESCM 

« Quelle douleur ! Les chrétiens ont oublié jusqu’à leur langue, et sur mille d’entre nous, vous trouverez à peine un seul qui sache écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s’il s’agit d’écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s’expriment dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu’elles composent des poèmes préférables, sous le point de vue de l’art, à ceux des Arabes eux-mêmes ». Ainsi s’exprime vers 840 Alvare de Cordoue, confronté à l’acculturation de ses corréligionnaires en al-Andalus. Selon lui, l’abandon du latin au profit de l’arabe s’accompagne de la pratique de la poésie, tandis que l’impossibilité d’écrire des lettres équivaut à l’oubli du latin ; bref, sous sa plume, le genre épistolaire est considéré comme caractéristique de la culture latine, comme la poésie l’est de la culture arabe…

Institutions partenaires : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Friedrich-Alexander Universität Erlangen-Nürnberg