Archives de catégorie : Actualités / News

[Exposition] Détails – inattendus, curiosités et bizarreries. Les peintures de la nef de Saint-Savin


Exposition de photographies de détails des peintures de Saint-Savin, captés par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM

Dates : du 9 novembre 2018 au 19 décembre 2018
Apéritif inaugural : jeudi 8 novembre, à 11h30, pôle documentaire Berthelot

Lieux : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts
* Espace d’expositions de SHA et BU Michel Foucault – 8 rue René Descartes, bât. E18
* Hôtel Berthelot, pôle documentaire et salle Crozet – 24 rue de la chaîne, bât. E13

Exposition organisée par le CESCM, sous la coordination de Chrystel Lupant et Carolina Sarrade, avec le soutien de la commission Vie culturelle et associative de la faculté des Sciences humaines et arts, en partenariat avec l’EPCC de Saint-Savin-sur-Gartempe et Vallée des Fresques, et la BU Michel Foucault.

Entrée libre

 
Joseph main Pharaon 1200 (Cliché J-P Brouard / CESCM)

L’occasion de redécouvrir les peintures de Saint-Savin-sur-Gartempe, si souvent citées ou publiées, mais dont nous méconnaissons beaucoup de détails. Les photographies montrent ce que l’œil ne voit pas depuis le sol de la nef, les repentirs des peintres, les modifications, les curiosités et autres bizarreries.
L’exposition permet aussi de découvrir les strates de la peinture, grâce au travail d’archéographie réalisé par Carolina Sarrade et aux panneaux prêtés par l’EPCC de Saint-Savin. Une sélection de quelques ouvrages de la BU complète cette présentation.


Horaires d’ouverture :
– Espace d’expositions et BU Michel Foucault :
du lundi au vendredi : 8h30 / 18h30
le samedi : 9h / 17h (accès le samedi par le 23 bis rue des Carmélites)
– Hôtel Berthelot – Pôle documentaire :
du lundi au vendredi : 9h / 17h

L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.

[13 nov.] Conférence de Raluca Radulescu

Raluca Radulescu, professeur de philologie anglaise à l’université de Bangor – où elle dirige le Center for Arthurian Studies -, prononcera  la conférence :


“Narrer Arthur après Geoffroy de Monmouth : émotions, langages et pouvoir”

Date : Mardi 13 novembre, 16h-18h
 
Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13
 
Entrée libre – Ouvert à tous
 

Cette présentation a pour objet  le développement du thème  du pouvoir dans les chroniques écrites par les successeurs de Geoffroy de Monmouth – en particuliers les auteurs ‘anonymes’ du Brut en dialecte Anglo-Normand et en moyen anglais. Dans les  manuscrits encore disponibles à l’heure actuelle  (plus de 200)  des remaniements peuvent être identifiés, non seulement dans les chapitres traitant de l’histoire récente, à savoir le Haut  Moyen Âge (la période où les manuscrits les plus modifies ont été produits), mais aussi dans les chapitres traitant de la figure  légendaire du roi Arthur. Quelques exemples représentatifs seront examinés, ainsi que l’influence qu’ils  ont exercé sur l’évolution ultérieure de la littérature anglaise.


Raluca Radulescu est professeure de littérature médiévale à l’Université de Bangor, Pays de Galles, et directrice du Centre d’Études Arthuriennes. Elle a été  élue Fellow of the Learned Society of Wales (équivalente a la British Academy pour le Pays de Galles) en 2018. Elle a édité le Journal of the International Arthurian Society (revue scientifique de la Société Internationale Arthurienne) de 2011 à 2017 et co-directrice de l’Institut d’Etudes Médiévales et de la Renaissance (Institute for Medieval and Early Modern Studies) de 2013 à 2018. Ce centre multidisciplinaire réunit plus de 50 spécialistes  de cinq universités au Pays de Galles. Elle a publié deux monographies (The Gentry Context for Malory’s Morte Darthur, Cambridge, 2003; Romance and Its Contexts in Late Medieval England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013) et coordonné huit autres ouvrages, sur des thèmes allant de la politique à la généalogie, etc. (publiés par Oxford University Press, Brepols, Boydell & Brewer, etc.).

Voir sa pageacadémique ICI

[1-5 oct] Atelier interdisciplinaire du master « Mondes Médiévaux »

L’atelier interdisciplinaire, obligatoire en Master 2, est proposé aux étudiants de Master 1 comme initiation à la recherche. Il est ouvert aux étudiants extérieurs à l’université de Poitiers, aux étudiants de licence et aux auditeurs libres. Les journées sont organisées selon des thématiques qui traduisent ou enrichissent, grâce à des chercheurs invités, les axes scientifiques du laboratoire et leurs outils.

Coordination Pierre-Marie Joris :  pierre.marie.joris@univ-poitiers.fr

Les conférences et ateliers se déroulent en salle Crozet du CESCM, excepté la conférence du jeudi 4 qui a lieu à la Médiathèque François-Mitterrand.

 

Lundi 1er octobre

Atelier d’ouverture

14h-17h45 – Humanités numériques

  • Humanités numériques et nouvelles approches scientifiques du document, par Pierre GLAUDES (Prof. Sorbonne-Université/Resp. DIM : Science des textes et connaissances nouvelles
  • Éditer l’inédit à l’âge du numérique : le cas du légendier carolingien de Reims, BM 1395, par Clara RENEDO-MIRAMBELL (doctorante PSL/Paris 3-Énc)
  • La base de données Bibale et son contexte de développement, par Hanno Wijsman (IRHT-CNRS)

17h45 – Pot d’ouverture (JANUA/CESCM)

 

Mardi 2 octobre

  • 9h30-11h – Inventer l’image du “premier Moyen Âge”, par Cécile VOYER (CESCM)
  • 11h-12h – Photothèque du CESCM : L’image médiévale : source et ressource, par Chrystel LUPANT (CESCM) & Carolina SARRADE (CESCM-CNRS)
  • 14h30-16h30 – Épigraphie : signes, techniques et lieux, par Annick GAGNÉ (doctorante CESCM), Thierry GREGOR (enseignant EREA doctorant CESCM) & Estelle INGRAND-VARENNE (CESCM-CNRS)

 

Mercredi 3 octobre

  • 9h30-11h30 – Sources et méthodes de l’hagiographie, par Edina BOZOKY (Univ. Poitiers) & Charles GARCIA (Univ. Poitiers/Directeur adjoint du CESCM)
  • 14h30-16h30 – Conférence / La dimension philologique des transferts culturels, par Michel ESPAGNE (Dir. de recherche CNRS)

 

Jeudi 4 octobre

Transferts culturels

L’héritage de Transmédie

Traduction et traductologie : les ateliers de l’ARC LINGUAE

  • 9h30-10h – Présentation, par Claudio GALDERISI (CESCM)
  • 10h-10h45 – Le Dit des trois morts et des trois vifs entre texte et image. Un phénomène européen, par Caroline LAMBERT (doctorante CESCM)
  • 11h-12h15 – Memento mori : vers et revers de la version anglaise du dit des Trois morts et des trois vifs, par Corinne LAMOUR (doctorante CESCM) & Stephen MORRISON (CESCM)
  • La version latine du dit des Trois morts et des trois vifs, par Chiara CRACCO (Doctorante CESCM/Vérone)

12h15-14h – Buffet offert à tous les participants (sur inscription le lundi 1er)

  • 14h15-15h30 – Littérature et anthropologie / Penser la vie et la mort : la vocation anthropologique du récit médiéval, par Jean-Jacques VINCENSINI (Univ. Tours/CESR)
  • 15h45-17h – Boccace à la cour de René d’Anjou : les  premières traductions d’œuvres romanesques d’italien en français, par Gabriel BIANCIOTTO (ancien Recteur des Universités ; ancien Directeur du CESCM)
  •  
18h30 – Médiathèque François-Mitterrand (en partenariat avec l’UFR Lettres & Langues)
Conférence de la Maison du Moyen Âge
Conférence-Lecture chantée
La musique profane médiévale : la lyrique des troubadours et des trouvères
Par Gérard LE VOT  (Univ. Lyon)

Vendredi 5 octobre

Atelier de clôture

  • 10h-12h15 – Traditions, interprétations et inventions. Les troubadours, paroles et musique, par Christelle CHAILLOU-AMADIEU (CESCM-CNRS) / Gérard LE VOT (Univ. Lyon)

Poitiers : Le doyen Palazzo va passer une année à Princeton

Article paru dans La nouvelle République du Centre-Ouest le 2 septembre 2018, publié par Laurent  Favreuille et repris avec son aimable autorisation.

Voir l’article ICI


Doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à jeudi dernier, Éric Palazzo a quitté son bureau de l’Hôtel Fumé pour rejoindre le prestigieux Institute for Advanced Study de Princeton. Il y restera un an.

Photo NR

Doyen de l’UFR de sciences humaines et arts de l’université de Poitiers, Éric Palazzo s’est envolé jeudi pour l’Institut de Princeton, aux États-Unis.

C’est le genre d’opportunité qui ne se refuse pas dans une carrière de chercheur. Quand Éric Palazzo a su qu’il était choisi par l’Institute for Advanced Study de Princeton pour passer une année entière aux États-Unis, il en a aussitôt parlé au président de l’université de Poitiers qui l’a félicité et lui a simplement dit : « Tu dois y aller. »
L’amphithéâtre où enseignait Albert Einstein est resté en l’état. Il faut dire que, dans le monde de la recherche universitaire, l’institut de Princeton tient lieu de Graal. Fondé dans les années trente par de riches mécènes philanthropes, il a notamment accueilli Albert Einstein lorsque le physicien a choisi l’exil outre-Atlantique. « Einstein à Princeton, c’est un peu comme la Tour Eiffel à Paris : un monument ! sourit Éric Palazzo. Il y est resté vingt ans et l’amphi où il enseignait est demeuré en l’état : on n’a touché à rien. »
Tous les ans, les quatre écoles qui composent l’institut privé (études historiques, mathématiques, sciences naturelles, sciences sociales) sélectionnent chacune une trentaine de chercheurs parmi l’élite mondiale pour leur offrir les meilleures conditions possibles. « On y a une liberté absolue », poursuit celui qui était doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à fin août (David Clarys lui succède à ce poste). « J’ai pour objectif d’écrire un livre, cette année, mais on n’a aucune obligation et on n’est soumis à aucun contrôle. Il n’y a pas beaucoup d’endroits dans le monde où on permet ça. Et surtout pas en France, même s’il y a le CNRS J’y suis entré en 1992 et j’y ai bénéficié d’une certaine liberté, mais c’était dans le cadre d’un laboratoire, avec un programme bien précis. »
À Princeton, le chercheur poitevin n’aura donc pas d’obligations vis-à-vis de l’université voisine, puisque l’institut en est totalement indépendant. Mais des liens forts se sont néanmoins tissés entre ces deux structures. « J’ai déjà une quinzaine d’interventions prévues dans différentes universités américaines, détaille Éric Palazzo. Je vais donner des conférences à Columbia ou à Yale, par exemple, mais j’ai aussi été invité par un groupe d’étudiants de l’université de Washington. »
Et quand on lui demande s’il ne regrette pas de quitter son poste de doyen, deux ans à peine après sa prise de fonction, l’universitaire se montre philosophe : « Les projets que j’avais pour la faculté sont déjà en place, souligne le quinquagénaire. Cette deuxième année de mandat a été consacrée à l’élaboration de la nouvelle offre de formation et à la gestion des blocus étudiants Voir notre faculté abîmée, avec des tags et des portes cassées, ça a nuit d’une certaine manière à l’image de la ville. Mais j’ai aussi eu la satisfaction de voir se monter, au département d’histoire de l’art, une exposition au Musée Sainte-Croix dont les commissaires étaient les étudiants qui ont choisi des œuvres dans les collections du Frac (ndlr : le Fonds régional d’art contemporain). C’est une belle façon de relier une faculté à sa ville et aux institutions. »
Faire rayonner Poitiers L’ancien directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) est surtout heureux de pouvoir faire rayonner l’université et la ville de Poitiers à l’étranger, tout en ayant l’opportunité de replonger dans la recherche. « Pendant dix ans, j’ai travaillé sur les cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, explique le médiéviste. À Princeton, je vais travailler sur le thème de l’énergie et du mouvement dans la liturgie médiévale. Et je suis excité à l’idée de pouvoir discuter d’énergie et de mouvement avec les plus grands physiciens mondiaux. »

Bio express

 

4 mai 1963 : Naissance d’Éric Palazzo à Antony (Hauts-de-Seine).
16 février 1990 : Soutenance d’une thèse de doctorat, Histoire et archéologie des mondes médiévaux, à l’Université de Paris X-Nanterre.
1992-1999 : Chargé de recherches au CNRS, rattaché à la section « Liturgie » de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (Orléans).
Depuis 1999 : Professeur d’histoire de l’art du Moyen Age à l’université de Poitiers.
2000-2007 : Directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’université de Poitiers.
2011-2016 : Membre senior à l’Institut universitaire de France.
2014-2018 : Directeur du département d’histoire de l’art et d’archéologie, université de Poitiers.
2016-2018 : Doyen de l’UFR sciences humaines et arts de l’université de Poitiers.
2018-2019 : Chercheur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis).