Tous les articles par Chrystel Lupant

L’œil et le clic – I

C’est un nouveau rendez-vous au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. La photothèque et l’inscriptèque du CESCM inaugurent un projet d’exposition temporaire intitulé « L’œil et le clic » afin de partager, régulièrement et tout au long de l’année universitaire, les richesses de leurs fonds documentaires tout autant que les compétences des spécialistes de la prise d’images, rattachés au laboratoire.

Première entrevue avec un cliché de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique et les qualités esthétiques de son œil professionnel.

Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

Perfectionniste, exigeant et attentif aux détails, Jean-Pierre Brouard porte attention aux ensembles architecturaux, sculptés et peints. Les campagnes photographiques réalisées sur le terrain, à l’aide d’échafaudages ou de nacelles, font ensuite l’objet d’une sélection et de reprise par ordinateur, révélant à la fois les données scientifiques utiles au chercheur, constituant un état de l’œuvre en devenant un outil historio-photographique, et traduisant aussi la sensibilité du photographe.

La première photographie exposée est un chapiteau du clocheton nord de la façade occidentale de Notre-Dame-la-Grande. Sur la corbeille, de larges palmettes incisées et des volutes côtoient les palmettes et les feuilles alternées sous une rangée de denticules du tailloir. Comme un jeu, le photographe a saisi la perspective avec l’autre chapiteau.

Un fonds photographique révélé

L’aventure de “L’oeil et le clic” se fonde sur les clichés du fonds patrimonial du CESCM, constitué dès les origines du Centre d’études en 1955. Depuis, près de 200 000 clichés l’ont rejoint par l’acquisition, les dons et par les campagnes réalisées par le Centre avec la collaboration de ses photographes. L’accès aux archives physiques du fonds, consultable au Pôle documentaire du CESCM, est progressivement optimisé par l’indexation sur la base de données Romane.

Pourquoi l’oeil et le clic ?

Ce nouveau rendez-vous souhaite mettre en lumière les travaux photographiques des membres du CESCM, clichés qui sont partie intégrante du patrimoine du laboratoire. “L’oeil et le clic” les isole dans l’entrée de l’Hôtel Berthelot, dans une pièce qui n’était pas faite pour l’événement, mais le devient. Sur son présentoir et accompagné d’une courte notice, le cliché est mis à portée de tous. Rien ne manque : un fauteuil confortable est prévu pour prolonger le tête à tête avec la photographie. Le regard du photographe se perçoit, l’action manuelle sur le bouton de prise de vue s’exprime, c’est un rendez-vous en soi.

 

Actualités de la photothèque : numérisation à la MSHS de Poitiers

Dans le cadre de la valorisation du fonds de la photothèque du CESCM, l’équipe a débuté en novembre/décembre 2015 une campagne de numérisation à grande échelle, avec l’appui logistique de la MSHS-Poitiers*. Les objectifs sont doubles : la conservation et la diffusion de documents-sources.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Cette mission porte sur l’ensemble des plans d’architecture, soit environs 300 documents relatifs aux monuments français d’époque médiévale. Relevés d’archéologie du bâti, plans de grand format, coupes et axonométries architecturales sont un fonds scientifique précieux qui, jusqu’à présent, n’était consultable qu’au Pôle documentaire. Avec l’accueil bienveillant de la MSHS-Poitiers et l’appui technique de David Chesnet, il est à présent possible de conserver numériquement et de diffuser ces documents auprès de la communauté scientifique.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS
© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Parallèlement à cette mission de numérisation des plans, l’équipe a engagé un travail de transfert de diapositives de Notre-Dame-la-Grande et de Moissac, prioritairement traitées. Des plaques de verre sont également mises au format numérique. Une attention toute particulière est réservée à ces dernières, le support étant délicat et la valeur scientifique inestimable. Elles sont un outil pour la connaissance du passé historique des monuments et des œuvres, avec bien souvent des photographies prises avant restauration.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Les perspectives liées à cette mission sont multiples. D’une part, l’ensemble des documents traités durant la mission 2015 seront prochainement indexés sur la Base ROMANE du CESCM. D’autre part, une seconde mission sera mise en place en 2016 afin d’achever le travail engagé. La campagne sera axée sur l’achèvement de la numérisation des plaques de verre de monuments français et des plans d’architecture de monuments étrangers (Espagne, Suisse, Allemagne, etc.), en contribuant à la valorisation numérique du fonds de la photothèque du CESCM, riche de plus de 200 000 clichés consultables au Pôle documentaire du CESCM.

Écrit avec l’aimable collaboration de Carolina Sarrade, archéographe de la photothèque

*L’équipe de la photothèque souhaite remercier chaleureusement François Debien, David Chesnet et Yves Almécija pour leur accueil et les photographies prises lors de la campagne novembre 2015.

 

Arrêt sur images (2) : les Pyrénées-Orientales sur la base de données Romane

La richesse du fonds photographique de la Photothèque du CESCM et l’aimable collaboration du Ministère de la culture et de la communication – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine – ont récemment permis d’amplifier les notices de plusieurs sites déjà indexés dans la base Romane, par le traitement de nouveaux documents et l’ajout progressif de références bibliographiques.

Un certain nombre de sites des Pyrénées orientales ont ainsi été augmentés par l’adjonction de contenu. La base de données met photographies anciennes, cartes postales, diapositives, clichés récents, relevés d’archéologie du bâti, plans et élévations à disposition des utilisateurs, le tout complété d’une bibliographie succincte et, autant que possible, issue des dernières recherches[1]. Celles-ci motivent en partie ce billet, dans le contexte de la récente parution du dernier volume des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa sur les cloîtres romans (disponible à l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine, BU Michel Foucault de Poitiers).

Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)
Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)

L’illustre abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps focalisé tout l’intérêt des chercheurs ; il est vrai que l’importance du site est indéniable et la richesse du fonds photographique du CESCM en témoigne (214 fiches et 279 photographies et documents). Au-delà des questions d’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art, l’histoire du lieu nous ramène également à l’histoire des Monuments historiques. L’ « affaire » de l’acquisition des chapiteaux du cloître par le sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard en 1907 et 1913 a joué un rôle dans l’élaboration de la loi française adoptée en 1913, justement, et au regain d’intérêt pour l’art roman, avec la reconstruction du cloître in situ dans les années 1950.Par conséquent, toute recherche sur Saint-Michel-de-Cuxa et sur les chapiteaux du cloître en particulier nécessite beaucoup de prudence et une profonde critique d’authenticité face à des reprises ou des copies contemporaines.

bis00007699c
Saint-Michel-de-Cuxa, cloître (crédit photo CESCM-Durand)

L’intérêt focalisé sur Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps éclipsé d’autres sites tout aussi fascinants. Il en est ainsi pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, laquelle compte parmi les ensembles monastiques majeurs de la Catalogne médiévale. Les documents d’archives attestent de la puissance et du rayonnement de la première fondation bénédictine de la région (vers 780), témoignage de l’architecture et de l’art claustral des XIe-XIVe siècles. L’église se démarque dans le paysage monumental par sa polarité occidentale, dont l’aménagement ne résulte d’aucune nécessité topographique mais peut-être d’une construction antérieure datant du IXe siècle et d’exigences liturgiques propres au culte des reliques des saints Abdon et Sennen.

bis00016690
Arles-sur-Tech, plan (crédit photo Ministère de la Culture et de la Communication, STAP 66- Raphaël Mallol

Si les premiers travaux historiques et archéologiques datent des années 1954 et 1955 avec le Congrès archéologique de France tenu en Roussillon, puis avec les études menées par Marcel Durliat sur le monument et son décor sculpté (Roussillon roman, Zodiaque, 1958, rééditions jusqu’en 1986) et celles d’Yvette Carbonell-Lamothe et d’Henri Loreto (Le paysage monumental autour de l’an mil, Picard, 1987), il faut attendre les nouveaux résultats issus des découvertes réalisées dans le cadre du projet collectif dirigé par Géraldine Mallet avec l’appui du laboratoire de Lattes (UMR 154, CNRS-UPV-MCC). Quatre campagnes de fouilles et d’études du bâti, réalisées de 2001 à 2004, un colloque tenu en 2013 à Arles-sur-Tech ainsi que des publications universitaires ont approfondi les connaissances sur l’ancien monastère. Actuellement, la base Romane offre 79 fiches référentes à autant d’images relatives à l’architecture et au décor monumental de l’église roussillonnaise.

Trois sites majeures pour la peinture monumentale ont également bénéficié d’une valorisation dans Romane. Il s’agit des églises de Saint-Julien d’Estavar (91 fiches, 91 images), de la chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar (97 fiches, 191 images) et de Saint-Nazaire-de-l’Écluse-Haute dans la commune des Cluses (59 fiches, 97 images). Comme pour tout site indexé, chaque image est décrite par une série de mots-clefs, permettant de repérer les occurrences d’un sujet, d’un thème ou d’un motif parmi des milliers d’images. Au-delà de l’aspect pratique de la constitution de séries thématiques autorisées par la rigueur de l’indexation à partir du TIMEL, celle-ci permet une analyse détaillée de chaque image et de l’espace dans lequel elle s’insère.

Estavar, abside (crédit phoho CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Estavar, abside (crédit photo CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)

Enfin, parmi les sites majeurs de la région, on ne peut omettre Le Boulou (18 fiches, 18 images) dont il ne subsiste aujourd’hui que l’ensemble du portail attribué au Maître de Cabestany plaqué sur la façade occidentale d’une église postérieure, Saint-Génis-des-Fontaines avec la Chapelle de Cabanes (2 fiches, 2 images) et le monastère Saint-Michel (43 fiches, 59 images), célèbre pour le linteau de la porte d’entrée daté de 1020.

Les perspectives à moyen terme concernent la mise en œuvre de la visite virtuelle de l’ensemble de ces sites, ainsi que l’indexation d’Elne et du cloître de Serrabone (commune de Boule-d’Amont), deux bijoux de l’art monumental roman dont le fonds iconographique, consultable à la photothèque, est riche pour le premier de 141 clichés noir/ blanc et de 109 clichés numériques issus de la collection Leonet-Bastien et pour le second, de 92 clichés noir/ blanc, de 67 diapositives et de 102 clichés numériques issus de la même collection.

[1] Mission en cours de réalisation pour l’ensemble des sites indexés jusqu’à présent.

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 3

Pour la troisième et dernière année consécutive, la table ronde des 22 et 23 mai 2014 organisée par Éric Palazzo, Professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France, a réunit au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévales de Poitiers, les spécialistes de la culture chrétienne, autour de la recherche scientifique consacrée aux cinq sens et leur place dans la société du Moyen Âge. Comme les années passées, l’interdisciplinarité et la compréhension des principes de la perception du sensible par les médiévaux étaient les objectifs, pleinement réalisés par des interventions proposées par des communicants venus de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, des États-Unis et de France.

Cliché C. Lupant/CESCM
Cliché C. Lupant/CESCM

Les journées des tables rondes de 2012 et de 2013 avaient permis de souligner l’intérêt de ce sujet d’étude et de partager des recherches en cours, en insistant sur l’état de la question mais aussi en ouvrant de fructueuses réflexions autour de la construction de l’action synesthésique, de la mémoire et des modalités des sens, de leur perception et de leur subversion. L’évènement de cette année a vu la continuité de ces discussions autour des enjeux sensoriels des images ou des textes. Inauguré le 22 mai par la conférence de Xavier Barral I Altet (Université de Rennes II et Université de Venise), l’émulation intellectuelle et scientifique s’est prolongée tout au long de la journée du lendemain. Par delà les interventions de nombreuses disciplines, les temps forts de la manifestation resteront la présentation d’Hiltrud Westermann-Angerhausen (Université de Düsseldorf), communication consacrée aux encensoirs dans le traité du moine Théophile, et celle de John Arnold (Université de Londres) ouvrant le champ d’étude au monde médiéval laïque.

Le troisième acte des tables rondes achevé, ce n’est pourtant pas un « rideau final ». A la suite des deux fascicules des Cahiers de Civilisation médiévale[1], un volume d’actes sera publié en 2015 prolongeant ces journées marquées par une atmosphère de travail à la fois scientifique et bienveillante, mettant le partage intellectuel et la rencontre amicale au cœur des échanges.


[1] Les cinq sens au Moyen Age, Cahiers de civilisation médiévale (Xe-XIIe siècles), Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 2012, vol. 55e année, octobre-décembre et supplément annuel.

Aspects sociaux d’un ouvrage de piété

Indicateur du statut social

Le livre d’heures est initialement utilisé par les personnalités les plus fortunées de la société de la fin du Moyen Âge. C’est un objet de prestige, parfois offert en cadeau diplomatique : sa qualité renseigne sur son propriétaire. Protégé d’une reliure ou conservé dans un coffre, le livre est soigné, comme le chante Eustache Deschamps à la fin du XIVe siècle :

Heures me fault de Nostre Dame
Si comme il appartient a fame
Venue de noble paraige
Qui soient de soutil ouvraige
D’or et d’azur, riches et cointes,
Bien ordonnées et bien pointes,
De fin drap d’or tres bien couvertes (Œuvres IX)

La poésie met en parallèle le statut noble du client (paraige noble) et l’excellence du travail (soutil ouvraige). La richesse et l’élégance du livre sont célébrées (d’or et d’azur, riches et cointes). Progressivement pourtant, la production stimulée par la demande des bourgeois s’oriente aussi vers des livres de moindre qualité1.

canvas.1
Armes René et Jeanne, tourterelles, Ms 41, f° 22 / Cliché BM Poitiers

Marques de possessions

Support de dévotion personnelle, cet objet de luxe participe au prestige de son propriétaire, roi, seigneur ou bourgeois, homme ou femme, lequel fait apposer parfois armoiries [C1] , devises, emblèmes ou ex-libris. L’étude de ceux-ci, dans le ms. 53, révèle un ouvrage passé de mains de femmes en mains de femmes ; le livre d’heures est un marqueur de l’identité familiale et fait partie des héritages. Toutes les marques de possession apportent un état civil au manuscrit, permettant d’identifier le commanditaire ou le destinataire, de déterminer date et lieu de production, de retracer l’histoire du livre, ainsi que les aspects sociaux de la possession et de la bibliophilie2.

Iconographie de l’histoire sociale

L’image a une grande richesse documentaire et esthétique. Le livre peint dans l’enluminure insiste sur la valeur du manuscrit comme instrument dévotionnel privé [C2]. De petit format, maniable et utilisé dans l’intimité, il reflète les traits sensibles de la prière liée à une pratique religieuse individuelle (devotio moderna) et empathique. L’image propose aussi des informations concrètes. La chambre de la Vierge meublée de tissus lourds contextualise la vie bourgeoise du XVe siècle [C3]. L’actualisation de portraits, tels les Mages nomades du Proche-Orient parés de manteaux nobles de la fin du Moyen Âge, bordés d’hermine ou de galons d’or [C4], démontre que les scènes enluminées sont loin d’être anecdotiques. Elles sont outils de compréhension de l’histoire sociale3.

 

 [C1][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 41, f 22, armes René et Jeanne, + tourterelles]

 [C2][fig. Ms 1097, f 74v].

 [C3][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 50, f 17]

 [C4][fig. ms. 1106, f. 32]

  1. Léon Marie Joseph DELAISSE, « The importance of books of hours for the history of medieval books », dans Gatherings in honour of Dorothy E. Miner, Baltimore, The Walters Art Gallery, 1974, p. 203-224, Isabelle DELAUNAY, « Livres d’heures de commande et d’étal : quelques exemples choisis dans la librairie parisienne, 1480-1500 », dans L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge : XIIIe-XVIe siècles, éd. F. Joubert, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 249-270. []
  2. Michel Pastoureau, « L’héraldique au service de la codicologie », dans Codicologica. Towards a science of handwritten books. Vers une science du manuscrit. Bausteine zur Handschriftenkunde., éd. A. Gruys et P. Gumbert, Leyde, E. J. Brill, 1978, vol. 4 Essais méthodologiques, p. 75-88. []
  3. Virginia REINBURG, French books of hours : making an archive of prayer, c. 1400-1600, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2012. []