Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Clôture des Semaines d’études médiévales avec la conférence de Luc Bourgeois

Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM
Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM

Luc Bourgeois, maître de conférences en archéologie médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, aborde le sujet des objets caractéristiques du mode de vie des élites autour de la question « Des objets de distinction. Peut-on identifier les élites médiévales grâce au mobilier archéologique ? ».

Luc Bourgeois a choisi de centrer son analyse sur les habitats des élites fouillés dans le nord-ouest de l’Europe pour la période comprise entre le IXe et le XIIIe siècle. Il emploie le terme d’élite dans une acception assez large, moins réductrice que les concepts d’aristocratie ou de noblesse.

Luc Bourgeois relève que les recherches archéologiques récentes ont révélé la grande diversité et parfois la discrétion de l’habitat des élites. Il n’est plus possible désormais de réduire cette catégorie à des formes architecturales simples (la motte, la structure palatiale, la maison forte, etc.), ni de la déduire uniquement des sources écrites. Puisque les structures et les textes ne suffisent plus toujours à qualifier le niveau social des résidents et qu’une certaine diversité peut apparaître à l’intérieur de chaque site au cours de son histoire, il va s’agir désormais de s’appuyer plus couramment sur le mobilier pour tenter de qualifier le statut des habitats et l’évolution de celui-ci à travers le temps.

Les méthodes permettant cette approches demeurent en grande partie à construire. Si la multiplication des grands décapages au cours des dernières décennies a fortement renouvelé notre connaissance du plan des habitats médiévaux, cette approche extensive se fait au détriment de la collecte d’un mobilier représentatif. D’autre part, l’étude du matériel archéologique privilégie surtout la céramique, les monnaies et les études paléoenvironnementales, au détriment d’autres catégories de témoins qui constituent parfois de meilleurs marqueurs chronologiques et sociaux (les accessoires de vêtement, par exemple). Fournir des catalogues exhaustifs de mobilier lui parait constituer le préalable indispensable à toute analyse socio-économique qui ne soit pas bâtie sur des a priori.

Il plaide pour l’établissement de typologies élargies au-delà des vestiges archéologiques et qui intègreraient également les objets attestés à travers l’iconographie et les textes. Luc Bourgeois explique ensuite en quoi une telle approche permettrait de mieux évaluer la nature des collections étudiées et les biais taphonomiques qu’elles présentent. Elle inviterait aussi à mieux utiliser les notions de rareté et de luxe et à tenter d’approcher la hiérarchie des objets telle qu’elle était appréhendée au Moyen Âge. Enfin, elle amènerait à raisonner sur des systèmes techniques et non sur des fragments archéologiques, en d’autres termes sur le fonctionnement du harnais plutôt que sur la typologie des fragments de mors.

Après le traitement des données, qui pourrait donc être largement amélioré, vient l’étape de tous les dangers, celle de l’interprétation sociale du mobilier. La littérature archéologique entretient souvent l’idée que tel objet constitue un marqueur élitaire parce qu’il est unique ou rare dans la collection étudiée, ce qui ne prouve pas qu’il était précieux ou particulièrement symbolique pour ses propriétaires médiévaux. Un autre travers courant consiste à instituer une hiérarchie sociale sur la base d’une lecture fonctionnelle très conventionnelle du mobilier archéologique. En effet, les conceptions de la société médiévale plaquées sur les vestiges demeurent souvent grossières, utilisant souvent la théorie trifonctionelle, représentation de la société qui stérilise toute analyse. Et Luc Bourgeois va même plus loin : en utilisant ce cadre, l’archéologue s’interdit dès l’abord d’apporter des données originales – celles que fournissent ses sources – aux débats collectifs sur la stratification sociale, ou plutôt sur ce que nous pouvons en percevoir à travers la culture matérielle, c’est-à-dire la manière dont cette stratification est transcrite dans les apparences et les comportements mais aussi dans les niveaux de richesse. Certains concepts sociologiques, comme les Stände de Max Weber ou la distinction de Pierre Bourdieu, paraissent plus opératoires.

Luc Bourgeois esquisse ensuite un inventaire des différentes formes de distinction que peut illustrer le mobilier archéologique médiéval : différences qualitatives ou quantitatives, lois somptuaires et contrôle de l’innovation et de la production des objets de luxe, distinction par amélioration du commun, formes originales d’usage des objets dans l’espace, distinction privée opposée à la discrétion publique des « prétendants », etc. Il montre comment la hiérarchie des matériaux et des techniques connait des fluctuations importantes au fil des siècles, obligeant les élites à renouveler constamment les objets de distinction qui se sont vulgarisés.

Après ces quelques pistes permettant de lire des différences, il pose une dernière question : quels sont les acteurs que documentent les assemblages de mobilier archéologique que nous qualifions d’élitaires ? Luc Bourgeois tente de synthétiser les limites d’une l’approche purement archéologique par cette définition : « Chaque ensemble de mobilier ne révèle qu’une fraction de la culture matérielle d’un groupe d’habitants souvent hétérogène, perçue globalement sur plusieurs générations et illustrant presque exclusivement les activités masculines. »

À condition de disposer d’informations systématiques, l’apport de l’archéologie se limite donc à élaborer des grilles de lecture de la culture matérielle permettant de caractériser globalement des niveaux de richesse et de distinction, de mesurer l’évolution interne de chaque site ou de comparer différents habitats. À défaut de pouvoir écrire la biographie d’individus médiévaux, l’archéologue peut donc restituer la trajectoire sociale d’habitats et d’objets.

 Une belle leçon de méthode de Luc Bourgeois avant son départ pour l’Université de Caen à la rentrée prochaine

 

[8-13 juillet 2013] Journées romanes, Saint-Michel de Cuxa

Association Culturelle de Cuxa
Association Culturelle de Cuxa

XLVes Journées romanes (8 au 13 juillet 2013).
Abbaye Saint-Michel de Cuxa (Sant Miquel de Cuixà).

 

 

 

Le portail roman – XIe-XIIe siècles. Nouvelles approches, nouvelles perspectives.

Programme

Cette année, 2 conférenciers du CESCM seront présents  aux Journées romanes de Saint-Michel de Cuxa :

Cécile Treffort (CESCM) – Le portail de l’église comme porte du Ciel : autour de quelques tympans inscrits d’époque romane (mardi 9 juillet à 9h)

Marcello Angheben (CESCM) – Visions actuelles et eschatologiques : les théophanies des portails romans (mardi 9 juillet à 15h30)
Suivi d’une conférence d’étudiants à 17h, Le portail occidental de la cathédrale de Pampelune : de l’anonymat au mythe Esteban. Histoire d’une attribution controversée et L’architecture de Sainte-Foy de Conques : éléments de réflexions à 17h30

Derniers tirés à part du CESCM

Voici la liste des derniers tirés à part reçus à la bibliothèque du CESCM :

BOURGEOIS Luc

La genèse du castrum de Mégon/Château-larcher (Vienne) : résidence fortifiée et lignage dans le Poitou des IXe-XIe siècles In  Revue historique du Centre-Ouest, Tome X, 2011, p. 195-229 (E BOU 19/6)

LASSALLE Victor

Les encoches creusées dans les pilastres de l’église de Caromb (Vaucluse), in Yves Gallet, Ex quadris lapidibus : la pierre et sa mise en oeuvre dans l’art médiéval. Mélanges d’Histoire de l’art offerts à Eliane Vergnolle, Turnhout : Brepols, 2011, p. 267-274  (E LAS 3/59)

Ce que l’art roman doit à la Tour Magne, aux portes romaines de Nîmes et au temple de Diane, Nîmes : Académie de Nîmes, 2011, p. [127]-149 (Mémoires de l’académie de Nîmes, IXe série, Tome LXXXIV) (E LAS 3/58)

SCHEMBRI Marcello

Una lettura in chiave musicale del ‘corpus’ bio-iconografico dei trovatori (con riflessioni sull’odierna ‘prassi esecutiva’), in Rivista Italiana di Musicologia, vol. XLIII/XLV, 2008-2010, p. [395]-437 (E SCH 23/4)

LECLERCQ-MARX Jacqueline

Les avatars d’un mythe antique au Moyen Âge : Thésée et le Minotaure aux époques préromane et romane, in Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa,  « Actualité de l’art antique dans l’art roman », XXXIX, 2008, p. 193-207 (E LEC 4/21)

Les monuments funéraires du nord de l’Europe aux XIe-XIIe siècles : l’exception scandinave, in Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, « Mémoires, tombeaux et sépultures à l’époque romane », XLII, 2011, p. 233-243 (E LEC 4/22)

L’illustration du Physiologus grec et latin, entre litteralité et réinterprétation de l’allégorie textuelle : Le cas des manuscrits Bruxellensis 10066-77 et Smyrneus B.8., in Christian Heck (éd.) ” L’allégorie dans l’art du Moyen Âge. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations “, Turnhout : Brepols, 2011, p. 141-155 E (LEC 4/23)

La couleur de la peau dans le Moyen Âge central, perception et représentation, in la Revue d’Auvergne, “Couleurs et lumière à l’époque romane” (2011)  p. 281-305
(E LEC 4/24)

Le décor aux griffons du bâtiment des Clergeons (Cathédrale du Puy) et l’imitation de ’tissus orientaux’ dans l’art monumental d’époque romane en France : Tour d’horizon, in la Revue d’Auvergne  “L’ornement à l’époque romane : signe ou symbole” (2011), p. 115-146
(E LEC 4/25)

Des dons pas comme les autres : Les ex-voto dans le Moyen Âge haut et central, in Le plaisir de l’art du Moyen Âge : commande, production et réception de l’oeuvre d’art. Mélanges en homage à Xavier Barral I Altet “, Paris : Picard, 2012, p. [742]-751 (E LEC 4/26)

Carnets du CESCM

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) est une unité de recherche (UMR 7302) relevant conjointement de l’Université de Poitiers et du CNRS, spécialisée dans l’étude interdisciplinaire du Moyen Âge (littérature, histoire, histoire de l’art, philosophie, musicologie, archéologie, etc.). Depuis sa fondation en 1953, le CESCM a constitué une très importante bibliothèque spécialisée sur tous les aspects du Moyen Âge et d’autres centres documentaires uniques en France, ainsi qu’une riche activité éditoriale (Corpus des inscriptions de la France médiévale, Photothèque et base Romane, revue Cahiers de civilisation médiévale). Pour assurer sa communication institutionnelle, le CESCM dispose d’un site web statique sous World Press : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/

Avec Hypothèses, les “Carnets du CESCM” ont pour objectif de diffuser au quotidien les activités et les productions scientifiques du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Le carnet donne un reflet précis et exhaustif de la vie du laboratoire en mettant en valeur le travail des chercheurs, la richesse des activités éditoriales et les ressources offertes par les différents centres documentaires. Basé sur l’interaction entre chercheurs, membres permanents, visiteurs, étudiants et professionnels, le carnet diffuse et valorise les expériences scientifiques et humaines qui ont lieu au sein du laboratoire.

Les billets concernent l’actualité du CESCM, ses programmes de recherche, les colloques et journées d’études organisés à Poitiers ou avec la participation des membres, leurs publications et les actualités en matière d’Information scientifique et technique.

L’équipe éditoriale offre ainsi aux membres du laboratoire l’outil idéal pour assurer la visibilité de leur activité et le moyen de créer l’échange et l’enrichissement autour de leurs productions.