Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

HAL, où de l’importance de déposer ses travaux en archives ouvertes

L’archive ouverte HAL-SHS est un outil de communication scientifique directe entre chercheurs. En un seul dépôt, cet auto-archivage optimise la visibilité, l’accessibilité, la rapidité de diffusion et l’impact des productions déposées.

en savoir plus Lire à ce sujet : Pourquoi déposer dans HAL ?

De plus en plus de chercheurs sont présents sur les réseaux sociaux, notamment ceux qui sont spécialement destinés à la science comme Research Gate, Academia.edu ou bien encore My Science Work. Tous ces réseaux sont basés sur le principe de la mise en ligne du texte intégral des articles. Ils prônent l’accès ouvert et encouragent les utilisateurs au partage des connaissances par le dépôt de leur travaux de recherche.

Participer à ce type de réseau social c’est transmettre ses données à des entreprises privées et les droits sur ses propres données et sur les travaux scientifiques déposés.

en savoir plus Lire à ce sujet : Réseaux sociaux et archives ouvertes

Le dépôt dans une archive ouverte, comme HAL, est donc plus sécurisé, contrôlé et garantit à contrario de rester dans le cadre de la recherche publique, de permettre une description plus complète et plus riche de ses travaux scientifiques et surtout d’assurer réellement un accès libre, gratuit et pérenne à ses données.

en savoir plus Lire à ce sujet : Les services, valeur ajoutée de HAL

Les professionnels de l’IST, documentalistes dans les laboratoires, peuvent et doivent être une force d’accompagnement et de soutien dans ce processus d’auto-archivage effectué par le chercheur et jouer un rôle fondamental pour la validité et de la correction des métadonnées (informations sur l’éditeur, la revue, la date de publication, etc.)

Les chercheurs sont invités à déposer tous les écrits qu’ils ont produits ou sur lesquels ils disposent du copyright :

– les documents non-publiés (communications, documents de travail),

– les publications (articles de revue, chapitres d’ouvrages, ouvrages, actes de colloques, thèses soutenues, etc.).
La décision de dépôt comme la qualité des documents déposés relève toujours de la responsabilité du chercheur ou enseignant-chercheur déposant. Les textes déposés doivent être d’une qualité comparable aux manuscrits qu’ils soumettent pour publication aux comités de lecture de revues scientifiques, d’actes de colloque, etc.

Les documents déposés sur HAL ne sont soumis à aucune évaluation scientifique par les pairs. Mais l’équipe de HAL s’assure par un examen rapide que le document proposé entre bien dans la catégorie définie ci-dessus. Le dépôt d’un document est définitif et, s’il est possible de déposer des versions révisées, la première version restera toujours consultable. Cette absence de retrait depuis l’interface permet de responsabiliser le chercheur déposant et d’assurer le niveau scientifique de l’archive ouverte.

Le dépôt du texte intégral est fortement recommandé. Un des principaux objectifs de cette plateforme est de permettre, au travers d’un acte de dépôt unique, le recueil des informations bibliographiques et l’accès au texte intégral. Cependant, si le chercheur ne dispose pas des droits sur le texte intégral, il peut signaler sa publication par une simple référence bibliographique.

en savoir plus Lire à ce sujet : Déposer, qui ? quoi ? comment ?

Si vous êtes utilisateurs d’Academia.edu ou de Research Gate, nous vous conseillons de déposer vos fichiers sur une archive ouverte comme HAL et de faire ensuite un lien vers ces fichiers depuis l’un ou l’autre de ces réseaux sociaux. Préférez le lien vers vos publications déposées sur Hal plutôt que le dépôt sur le site du réseau social.

en savoir plus Lire à ce sujet : Les questions de droit

Pour en savoir plus …. HAL-SHS, archives ouvertes en Science de l’homme et de la société

 

 

[5 et 6 nov. 2015] Des chiffres & des lettres

Des chiffres & des lettres. Monogrammes, lettres emblématiques et chiffres énigmatiques dans l’emblématique (de la fin du Moyen Âge au début de la Renaissance)

Lieu : Monastère Royal de Brou, Bourg-en-Bresse (Ain)

Date : 5-6 novembre 2015

Aux côtés des armoiries, des devises et des mots, l’emblématique de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance donne une place essentielle aux lettres de l’alphabet. Si quelques-unes des mentions ou associations de lettres se comprennent aisément, dans la mesure où elles correspondent aux initiales de leur utilisateur, à celles du couple qu’il forme avec son épouse, à la terre qu’il gouverne ou même au mot qu’il emploie, beaucoup de ces «monogrammes» restent totalement hermétiques et résistent à toute interprétation. Y compris parmi les plus connus tel que le EV de Jean de Berry, le EE de Philippe le Bon, la croix triple dans le 8 de François Ier.

12132509_716948408438405_8542392209655607670_o

Programme

Jeudi 5 novembre

9h – Accueil

9h30 – Début des travaux

Lettres et chiffres, études de cas et considérations générales, Laurent Hablot

A propos du double de Philippe le Bon. Nouvelles données, Christian de Mérindol

10h45 Pause

De certitudes en hypothèses : les lettres dans quelques tentures médiévales, Jean-Bernard de Vaivre

14h-  Reprise des travaux

Les lettres emblématiques dans le livre d’heures de Marguerite de Clèves, Paula Cort

Les chiffres et monogrammes chez les Visconti, Matteo Ferrari

16h Pause

Des chiffres et des lettres dans l’emblématique de Marguerite d’Autriche, Pierre-Gilles Girault

17h30 – Visite du monastère royal de Brou

 

Vendredi 6 novembre

9h – Accueil

9h30 – Début des travaux

Des lettres pour ornements. Charles VIII et Anne de Bretagne à Amboise, Lucie Gaugain

Le FERT des Savoie, une énigme séculaire, un écho historiographique, Nicolas Baptiste et Sylvain Macherat

10h30 Pause

Le chiffre de François Ier, une énigme résolue ?, François Parot et Thibaud Fourier

Quelques chiffres énigmatiques dans les manuscrits flamands, Hanno Wijsman

12h – Table ronde et réflexions conclusives et typologiques

 

Entrée libre – Inscription conseillée au 04 74 22 83 83 – brou@bourgenbresse.fr

Brou    CMN    bourg en bresse    CESR  logo CESCM Fesmar IUF

Estelle, ingénieur en analyse de sources anciennes

Demeurant l’une des rares spécialistes de l’analyse épigraphique en France, Estelle Ingrand-Varenne est sollicitée par des chercheurs en histoire, archéologues et historiens de l’art de tout le pays pour étudier les inscriptions du Moyen Âge. Sa mission : révéler le sens de ces abréviations réalisées il y a des siècles sur un vitrail, une peinture murale, un monument funéraire… « Je me situe entre l’objet épigraphique et le chercheur. L’analyse de l’inscription consiste bien sûr à traduire le texte, souvent rédigé en latin, mais elle nécessite aussi de situer son contexte, décrire son état de conservation et mettre en évidence les caractéristiques de l’écriture qui permettront de dater l’inscription ».

Univ. de Poitiers
Univ. de Poitiers

Des milliers d’inscriptions recensées

Professeur de latin et grec en collège pendant 5 ans, Estelle entreprend une thèse de doctorat en épigraphie médiévale en 2007, dirigée par Cécile Treffort et Cinzia Pignatelli. Coup de chance, à l’issue de ce travail de recherche, le poste d’analyse de sources anciennes du Centre d’études supérieures
 de
 civilisation 
médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers-CNRS se libère. Estelle devient ingénieur d’études du CNRS. Son autre mission : poursuivre la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, un gigantesque inventaire initié par le CESCM à Poitiers il y a plus de 40 ans. « Nous avons déjà constitué plus de 25 000 fiches répertoriant les inscriptions. Les deux tiers de la France sont déjà édités et je m’apprête à publier le prochain volume consacré au département du Cher. En sortant un corpus tous les 2 ans, nous aurons terminé dans 20 ans », évalue-t-elle.

Des pistes de recherche à foison

Poursuivant cet extraordinaire recensement, l’ingénieur d’études investit quotidiennement les bibliothèques et entreprend ponctuellement de grandes campagnes de terrain. « Ce type de déplacements nécessite une énorme préparation, des études bibliographiques jusqu’aux contacts à nouer avec les chercheurs et les responsables culturels locaux pour identifier les inscriptions qui nous intéressent ». Sur place, chaque détail est relevé et photographié. « Le contact avec les sources m’inspire de nombreuses idées de recherches. J’espère en mener certaines personnellement en devenant chercheur à mon tour dans quelque temps. »

Estelle INGRAND-VARENNE
Ingénieur d’études CNRS
Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) ; UMR Université de Poitiers-CNRS

Merci à Samuel Pivette, webmaster éditorial de l’Université de Poitiers

[15-17 oct. 2015] Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

Cartas y conflictos en Occidente tardoantiguo y medieval

Letters and conflict in late Antiquity and medieval times in the West

csm_Baudouin_Ier_et_un_messager__bataille_de_Nahr_al-Kalb__1100__898f0e7bd1
Baudouin Ier et un messager bataille de Nahr al-Kalb 1100

La lettre peut-elle être une arme de guerre ? Depuis plusieurs années, différents programmes européens explorent les ressources de l’art épistolaire, qui sert tout autant à maintenir le lien entre des amis éloignés, que la haine ou la controverse entre des protagonistes qui ne peuvent, ou ne veulent, se rencontrer.


 

Programme

Jeudi 15 octobre
Session 1 : Antiquité tardive et haut Moyen Âge
  • 10h : Lionel Mary (Université Paris-Ouest) : « Lettres de guerre : la correspondance de Constance II et Shahpur II en 357-358 chez Ammien Marcellin »
  • 10h 30 : Franz Dolveck (École Française de Rome) : « L’interprétation des dernières lettres entre Ausone et Paulin de Nole, ou comment un conflit peut en cacher un autre »

11h : Discussion

11h15 : Pause

  • 11h30 : Maxime Emion (Université de Rouen), « Les lettres dans la Guerre des Goths de Procope : motif littéraire et réalités militaires »
  • 12h : Nicolas Drocourt (Université de Nantes), « Une correspondance officielle pour faire la guerre ? De la lettre polémique à la lettre manipulée entre l’Occident latin et Byzance (VIIIe-XIe s.) »
  • 12h30 : Giulia Cò (Università di Trento), « Lettres pendant le schisme de Photius : Anastase le Bibliothécaire et les byzantins falsificateurs »
  • 13h : Nathanael Nimmegeers (CIHAM-UMR 5648), « La géographie ecclésiastique, une source de conflits épistolaires au haut Moyen Âge »

13h30 : Discussion

14H00 : Repas

  • 15h30 : Florence Close (Université de Liège) et Christiane Veyrard-Cosme (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), « Blesser par mots au nom du Verbe dans la controverse adoptianiste : étude historique et littéraire des échanges épistolaires entre Alcuin, Félix et Elipand »
  • 16h : Michael I. Allen (University of Chicago), « Combats fonciers et conflits juridiques chez Loup de Ferrières »
  • 16h30 : Klaus Herbers (Friedrich Alexander Universität, Erlangen-Nürnberg), « A propos d’un conflit religieux : la lettre d’Euloge de Cordoue à Wilisind de Pampelune »

17h : Discussion.

17h30 : Pause

Session 2 : Le Moyen Age central
  • 18h : Martin Aurell (Université de Poitiers), « La correspondance de guerre de Brian Fitz comte (c. 1090-c. 1149) »
  • 18h30 : Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Les lettres papales et les conflits électoraux dans l’Église au cours de la seconde moitié du XIIe siècle »

19h : Discussion

Vendredi 16 octobre
  • 9h30 : Amélie Rigollet (Université de Poitiers),  « Conciliation épistolaire suite à la pendaison de Guillaume de Briouze en 1230 »
  • 10h : Roland Zingg  (Universität Zürich),  « Ein Kampf um die Deutungshoheit: Briefe alsWaffenim Becket-Streit »

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

Session 3 : Conflits et défis du Moyen Âge tardif
  • 11h : Néstor Vigil Montes (Universidade de Évora),  « Correspondencia para la negociación de la paz luso-castellana tras la batalla de Aljubarrota (1385-1415) »
  • 11h 30 : Lydwine Scordia (Université de Rouen), « ‘Je veulx savoir incontinent que c’est’. L’information des conflits dans les lettres de Louis XI  »
  • 12h : Sebastian Kubon (Universität Hamburg), « Die Korrespondenz des Deutschordenslandes Preußen in den außenpolitischen Konfliktenum 1400 : ‚Schwert‘ oder ‚Schild‘? Briefe als Instrumente zur Eskalation, Abwehr oder Beilegung von Konflikten »

12h30 : Discussion.

13h : Repas.

Samedi 17 octobre
  • 9h30 : Rafael Peinado et Juan Manuel Martín García (Universidad de Granada), « El conde de Tendilla, primer alcaide de la Alhambra, en la correspondencia de su protegido Pedro Mártir de Anglería »
  • 10 h : Luciano Piffanelli (Università La Sapienza, Roma), « ‘Chonsiderati ‘e tempi in che ci truoviamo…’ La correspondance politique des commissaires florentins au XVe siècle entre gestion des conflits et enjeux diplomatiques »

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

  • 11h : Valérie Toureille (Université de Cergy-Pontoise), « Légitimité de la guerre et usage des lettres de défi en Lorraine au XVe siècle »
  • 11h 30 : Laurent Vissière  (Université Paris IV, IUF),  « Dialogue épistolaire, défi, insultes. Les lettres ouvertes du  duc d’Orléans et d’Henri IV d’Angleterre
  • 12h : Sára Vybíralová (EHESS), « Le rôle du motif de la trahison dans les lettres de défi en Bohême du XVe siècle »

12h30 : Discussion

Coord. : Thomas DESWARTE (Université d’Angers), Bruno DUMÉZIL (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Institut universitaire de France, Klaus HERBERS (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürenberg), Laurent VISSIÈRE (Université Paris 4 Sorbonne / Institut universitaire de France)

Org. : ANR-DFG EPISTOLA, Cycle Épistolaire politique, Universidad de Granada

Coll. : UMR 7302 (CESCM, Poitiers), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Agence nationale de la recherche, Deutsche Forschungsgemeinschaft, Institut universitaire de France, Centro de Estudios Históricos de Granada

Lieu de célébration :

CASAS DE LA MIMBRE
Sala de Conferencias
Paseo del Generalife
Granada

PALACIO DE CARLOS V
Salón de Actos
C/ Real de la Alhambra, s/n
Granada

Pour voir l’annonce sur le site de la Casa

ANR  dfg logo CESCM FAU casa de V. univ. Grenada IUF

[25 et 26 septembre 2015] Fontevraud et ses prieurés

Dans quelles conditions historiques naît l’ordre de Fontevraud ? Quelle importance ont ses prieurés ? Comment s’articule le réseau fontevriste ? Des travaux historiques et archéologiques récents permettent de porter un nouveau regard sur cet ordre qui, à partir de l’Anjou, essaima de la Grande-Bretagne à l’Espagne. L’Abbaye Royale de Fontevraud et le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (Université de Poitiers-CNRS ) vous proposent deux jours exceptionnels de réflexion et d’échanges scientifiques pour prendre connaissance des dernières découvertes et hypothèses afin de comprendre la singularité de Fontevraud.

 AVBNAAAAAB30yggAAAAARlRWRA==

Ouvert au public / Sur inscription uniquement / Gratuit (exempté de droit d’entrée)

Pour s’inscrire

En parallèle du colloque, L’Abbaye Royale de Fontevraud propose un concert unique dans l’abbatiale associant la création d’une œuvre commandée au compositeur contemporain Philippe HERSANT et l’interprétation du Graduel de Fontevraud par l’ensemble vocal De Caelis. En savoir +

FONTEVRAUD ET SES PRIEURÉS / L’ARBRE QUI MASQUE LA FORÊT

Dès le haut Moyen Âge, les maisons religieuses tissent entre elles toutes sortes de liens qui vont de l’amitié spirituelle à la dépendance juridique. Au 12e siècle, certains de ces réseaux se consolident en ordres. Au 13e siècle, les ordres mendiants renversent la logique : l’ordre prédomine tandis que les couvents ne constituent qu’une subdivision locale. Dans ce mouvement de resserrement des réseaux entamé au 12e siècle, Fontevraud apparaît comme une des créations les plus immédiatement centralisées. Robert D’Arbrissel confie en effet à Pétronille De Chemillé la direction de “l’Église de Fontevraud et tous les lieux dépendant de cette même Église”. Cette organisation se distingue par exemple de celle de Cîteaux, où le lien d’abbaye mère à abbaye fille laisse encore à chaque maison une part d’autonomie. Dès lors, Fontevraud masque ses prieurés, comme l’arbre cache la forêt. Il est temps de les mettre en lumière.

FONTEVRAUD / NAISSANCE – PRIEURÉS – RÉSEAU

Le colloque s’articule autour de trois sessions :

  – La première s’attarde sur le contexte dans lequel naît Fontevraud. Elle aborde notamment les expériences antérieures et les acteurs incontournables de la politique monastique des 11 et 12ème siècles.

  – La seconde présente une sélection de sites qui ont récemment fait l’objet de travaux historiques ou archéologiques.

  – Enfin, la troisième propose d’analyser des réseaux contemporains de Fontevraud afin de mettre en perspective le phénomène fontevriste.

PROGRAMME / INTERVENANTS

Vendredi 25 septembre 2015

9h30 : accueil des participants

Session 1 : Fontevraud et ses sources

10h00 : Robert FAVREAU, Le Grand cartulaire de Fontevraud
10h30 : Elisabeth VERRY, Les riches archives de Fontevraud et de ses prieurés
11h00 : pause
11h30 : Patrick BOUVART, Les prieurés de Fontevraud
12h : Daniel PRIGENT, L’archéologie à Fontevraud : l’exemple du prieuré de Saint-Lazare.

Session 2 : Fontevraud et ses prieurés

14h30 : Stéphane AUGRY, Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie
15h00 : Philippe BLANCHARD, Les fouilles du prieuré de la Madeleine à Orléans
15h30 : Patrick BOUVART, Le prieuré de Montazais
16h00 : pause
16h30 : Sébastien SIREAU, Cinquante ans de recherches autour du prieuré de Moreaucourt
17h00 : Christophe CLOQUIER, Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (Somme) du XIIe au XVIIIe siècle
17h30 : Didier DELHOUME, Le site de Tusson (fouilles, restauration, devenir du site)

Samedi 26 septembre 2015
Session 3 : Le monde de Fontevraud

10h00 : Cécile TREFFORT, Avant Fontevraud : les réseaux monastiques en Poitou
13h30 : Nicholas VINCENT, Why did Fontevraud Prosper in the Plantagenet World?
11h00 : pause
11h30 : Claude ANDRAULT-SCHMITT, Fontevraud et l’architecture des ordres « au désert »
12h00 : Bénédicte FILLION-BRAGUET, La sculpture dans les prieurés de Villesalem et Lencloître.

14h30 : Alexis GRÉLOIS, La formation du réseau fontevriste : séparations et affiliations
15h00 : Charles GARCIA, Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne du XIIe siècle : Gema del Vino

17h00 : visite de l’abbaye pour les conférenciers
18h00 : concert « Le livre d’Aliénor » dans l’église abbatiale par l’ensemble De Caelis – interprétation du « Graduel de Fontevraud » et d’une création de Philippe HERSANT En savoir +

Avec :

Claude ANDRAULT-SCHMITT, professeure en histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Stéphane AUGRY, archéologue à l’INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive)
Philippe BLANCHARD, archéologue à l’INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive)
Patrick BOUVART, archéologue à l’agence d’investigation archéologique HADES (membre associé au CESCM)
Christophe CLOQUIER, conservateur de la Bibliothèque centrale du Service de santé des armées (membre associé au LAMOP)
Didier DELHOUME, conservateur du patrimoine, DRAC Poitou-Charentes, Service régional de l’archéologie (CESCM)
Robert FAVREAU, professeur honoraire en histoire du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Bénédicte FILLION-BRAGUET, docteur en Histoire de l’art (membre associé au CESCM)
Charles GARCIA, maître de conférence habilité à diriger des recherche, Université de Poitiers (CESCM)
Alexis GRÉLOIS, maître de conférence en histoire du Moyen Âge à l’Université de Rouen
Daniel PRIGENT, directeur du Service archéologique départemental de Maine-et-Loire
Sébastien SIREAU, assistant de conservation du patrimoine de la Communauté de communes du Val de Nièvre
Cécile TREFFORT, professeure en histoire du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Elisabeth VERRY, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire à Angers
Nicholas VINCENT, professeur en histoire du Moyen Âge, University of East Anglia

Colloque organisé par le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Université de Poitiers – CNRS – Ministère de la culture et de la communication), en partenariat avec le Centre culturel de l’Ouest (Abbaye de Fontevraud)

logo CESCMlogo CNRS culture com'  index