Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

[24-26 avril 2014] Université en Angoumois – L’actualité de la recherche archéologique en Charente : nouveaux sites, nouveaux outils, nouvelles perspectives …

À partir des années 1980, la mise en place et le développement rapide de l’archéologie dite « de sauvetage », liée à la réalisation de projets d’aménagement très destructeurs de patrimoine archéologique, a permis une quantité exceptionnelle de découvertes inattendues, qui ont enrichi notre connaissance de l’occupation ancienne du territoire charentais. Dans les années 2000, le dispositif légal encadrant cette archéologie « préventive » s’est étoffé et stabilisé, aboutissant au paysage archéologique actuel de la Charente, riche et diversifié, où coexistent des chercheurs de tous horizons. Dans le même temps, le champ d’intervention de ces derniers s’est élargi, du fait notamment de la mécanisation des opérations, de l’appropriation par les archéologues de méthodes et d’outils empruntés à d’autres disciplines ou du développement du travail en équipes interdisciplinaires. Des sites jusqu’alors invisibles ont pu ainsi être étudiés, des monuments que l’on croyait bien connus ont dû être réinterprétés ; les forêts charentaises ont commencé à livrer leurs secrets…

Ce dynamisme fondamental de la recherche archéologique en Charente a peut-être, paradoxalement, rendu difficile la restitution à destination du grand public, de l’énorme masse d’informations ainsi engrangée largement abondée depuis quatre ans, par les opérations archéologiques réalisées sur le tracé de la LGV Sud Europe Atlantique.

« L’Université en Angoumois » vous propose cette année d’étancher votre soif d’informations sur ce patrimoine archéologique qui est le bien de tous. Le programme qui vous est proposé a été établi dans le cadre d’une collaboration étroite avec le Service Régional de l’Archéologie de la DRAC Poitou-Charentes et des missions de diffusion et de valorisation de la recherche archéologique assignées à ce service de l’État.

Châteaubernard-Bellevue, vue aérienne des enclos protohistoriques (Cliché Guillaume Seguin)
Châteaubernard-Bellevue, vue aérienne des enclos protohistoriques (Cliché Guillaume Seguin)

Sous la responsabilité scientifique de Didier Delhoume, conservateur du patrimoine, conservateur régional-adjoint de l’archéologie au Service Régional de l’Archéologie, membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302, Université de Poitiers / CNRS).

 

Programme

Jeudi 24 avril

9h30 – 10h : « Conférence d’introduction » par Didier DELHOUME

La période gallo-romaine

10h – 11h : « Archéologie des sanctuaires gallo-romains en Charente : les exemples de Chassenon et de Saint-Cybardeaux »

Sandra SICARD (archéologue départementale de la Charente, responsable du dépôt de fouille départemental)

Cécile Doulan (UMR Ausonius (CNRS/Université Bordeaux Montaigne)

L’archéologie funéraire à l’âge du bronze et à l’âge du fer

11h30 – 12h30 : « Pratiques et structures funéraires à l’âge du bronze en Charente : l’exemple de la nécropole des Marais à Puyréaux »

Anne-Sophie COUPEY (docteur en archéologie, chercheur associée à l’UMR 6566 du CNRS «CReAAH», Rennes)

14h30 – 15h30 : « Le site de la ZAC de Bellevue à Chateaubernard : nécropole ou sanctuaire de l’âge du fer ? »

Guillaume SEGUIN (archéo-anthropologue, société Archéosphère)

L’archéologie en Forêt

16h – 17h : « Le Trou qui Fume » à La Rochette. Une cavité témoin de l’occupation de la forêt de la Braconne de l’âge du bronze au Moyen-Âge »

Bruno BOULESTIN (Université de Bordeaux, CNRS UMR 5199 – PACEA, équipe Anthropologie des populations passées et présentes)

17h – 18h : « L’activité métallurgique du fer dans la forêt domaniale de la Braconne-Bois-Blanc aux périodes historiques anciennes »

Graziella Rassat (Doctorante, Laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS – Université de Limoges)

Vendredi 25 avril

Les sites découverts le long de la LGV

10h – 11h : « L’archéologie préventive sur le tracé de la LGV Tours-Bordeaux : une archéologie à grande vitesse ? »

Jérôme PRIMAULT (coordonateur des opérations d’archéologie préventive du projet de LGV Sud Europe Atlantique Tours – Bordeaux) Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC de Poitou-Charentes. Membre statutaire de l’UMR7041-ARSCAN CNRS

11h30 – 12h30 : « La fouille du site des Sablons (Luxé, Charente) : occupations funéraires, culturelles ( ?) et domestiques. Présentation des différentes occupations de l’Âge du Bronze au Moyen Âge »

Marie Maury (Archéologue, spécialiste du petit mobilier médiéval)

14h30 – 15h30 : « Le haut cours de la Charente aux 5e et 4e millénaires avant notre ère : entre espaces habités et espaces symboliques au Néolithique. Apport des dernières recherches sur les enceintes fossoyées et les tombes mégalithiques »

Vincent Ard (Université de Toulouse II – Le Mirail, UMR 5608 TRACES)

16h – 17h : « Linars, une ferme isolée des XIIIe-XIVe siècles au lieu-dit La Fouillère »

Christophe CALMÉS (archéologue, TRACES/UMR 5608, responsable d’opération bureau d’investigations archéologiques Hadès)

17h – 18h : « Asnières-sur-Nouère «Le Champ du Frêne» : un hameau oublié des XIIIe-XIVe siècles »

Franck MARTIN (UMR 5648 (Ciham) / Éveha – Études et valorisations archéologiques, 24 avenue des Bénédictins, F – 87000 Limoges)

Samedi 26 avril

9h30 – 10h30 : « L’église souterraine d’Aubeterre-sur-Dronne : archéologie des pleins et des vides » Etude des phases de creusement de l’église rupestre la plus importante d’Europe, monument du XIIe siècle emblématique du retour d’un pèlerin de Terre Sainte »

Jean-Luc PIAT (Directeur général Hadès, chercheur membre associé au CESCM (Poitiers)

11h – 12h : « Le Vieil Angoulême de la Protohistoire à l’époque contemporaine. Nouvelles données issues de la fouille préventive de l’EHPAD Beaulieu »

Antoine NADEAU (Éveha – Études et valorisations archéologiques)

Les grottes et abris en Charente : un milieu privilégier pour la restitution des modes de vie paléolithique

14h – 14h30 : « Un aperçu de l’occupation paléolithique des grottes et abri de Charente »

Jérôme Primault (coordonateur des opérations d’archéologie préventive du projet de LGV Sud Europe Atlantique Tours – Bordeaux, Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC de Poitou-Charentes. Membre statutaire de l’UMR7041-ARSCAN CNRS)

14h30 – 15h30 : « Un site moustérien exceptionnel en Charente : Les Pradelles à Marillac-le-Franc. La difficile question du cannibalisme chez les Néandertaliens »

Bruno Maureille (Directeur de l’UMR 5199 PACEA, Directeur de recherche au CNRS)

16h – 17h : « La reconstitution en 3D de la frise de la grotte de la Chaire à Calvin (Mouthiers sur Boëme) »

Geneviève PINÇON (ministère de la culture et de la communication, UMR TRACES 560)

17h – 17h30 : « Présentation de l’espace d’initiation à la Préhistoire charentaise de Montbron : un lieu de médiation et de rencontre pour tous les publics »

André DEBÉNATH (professeur honoraire des universités, préhistorien, chercheur associé au Muséum national d’histoire naturelle, président de la Société archéologique et historique de la Charente)

17h30-18h : Conclusion par Didier Delhoume

 

Organisation :

Via patrimoine
Hôtel Saint-Simon
15 rue de la cloche verte
16000 ANGOULÊME

Lieu : Angoulême, Hôtel de ville, Grands Salons

Date : du 24 au 26 avril 2014

Voir le programme et les modalités

Corpus Scriptorum Ecclesiasticotum Latinorum (CSEL), a Monastic Manuscript Project

A list of all texts appearing on the first 55 volumes of the Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum (Vienna) with hyperlinks each text on the Internet Archive. This page is part of the the Monastic Manuscript Project (CSEL)

Links to all volumes of the Acta Sanctorum, Loeb, Mansi, MGH, Patrologia Latina, Patrologia Gaeca and Patrologia Orientalis.

990_banner

The Monastic Manuscript Project is a database of descriptions of manuscripts that contain texts relevant for the study of early medieval monasticism, especially monastic rules, ascetic treatises, vitae patrum-texts and texts related to monastic reforms. It provides lists of manuscripts for each of these texts, which are linked to manuscript descriptions. The purpose is to offer a tool for reconstructing not only the manuscript dissemination of early medieval monastic texts but also to give access to the specific contexts in which a text appears.

The database supports current edition projects and draws attention to understudied texts and the transmission of fragments, excerpts and florilegia. It is designed to facilitate the work of students and scholars who are interested in the history and reception of texts and who want to work with manuscripts rather than rely on modern editions.

Most pages provide links to a number of web resources, such as manuscript catalogues, online texts and translations, digitized manuscripts and repertoria. Manuscript descriptions are usually based on published manuscript catalogues and secondary literature. It hopes to  replace these often incomplete and inaccurate descriptions with new ones that are based on hands on studies of the manuscripts themselves.

The Monastic Manuscript Project is conceptualized as a ‘Wiki’ project. Every student or scholar who works on monastic manuscripts is invited to contribute new manuscript descriptions, to fill in gaps and to submit additions and corrections to existing pages. Eventually the project will become a forum for collaborative work and the presentation of new research.

The database currently can be searched for authors, texts, manuscripts, incipits, genres, and provenances. Other inquiries, about scripts or on CLA numbers, for example, can be carried out with the site search function (below).

Contact : For questions, additions, corrections and contributions to our database, please send an email to Albrecht Diem at adiem@maxwell.syr.edu

Dire le silence au Moyen Âge

Le 14 février prochain se tiendra à Poitiers une journée d’étude sur le silence au Moyen Âge. Le thème de cette rencontre peut paraître surprenant, surtout quand elle n’est pas organisée par des musicologues !

BeatusÀ la lecture du programme, on réalise en effet que c’est davantage l’idée médiévale du silence (sa réalité, sa définition, son statut) qui est au cœur des réflexions des conférenciers réunis par Vincent Debiais au CESCM. Pour parvenir à envisager cette notion, qui n’apparaît que de façon discrète dans les sources, les communications s’attacheront à repérer les traces des pratiques silencieuses dans la discipline monastique, dans la prédication, dans la musique, dans les représentations visuelles, etc. L’originalité de cette interrogation repose sur la dimension positive, active et matérielle du silence. Pas question donc de se limiter à chercher en creux le silence, dans sa relation exclusive à la privation de parole et à l’impossibilité du son. La recherche sur le silence possède également des liens avec la réflexion sur l’absence, sur le vide, sur le blanc… autant de notions qui, si elles ne peuvent être considérées seules comme des objets d’études, en disent beaucoup des conceptions médiévales quant au signe, à la trace, à l’empreinte.

La journée d’étude du 14 février est le premier volet d’une série de trois rencontres. La seconde aura lieu à New York à la fin du mois d’avril, la troisième quelques jours plus tard dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies à Kalamazoo (Etats-Unis). La rencontre de Poitiers a été conçue comme un espace de discussion ouvert, animé par Laurent Hablot et Éric Palazzo, afin de jeter les bases de ce qui pourra devenir un ouvrage collectif réunissant l’ensemble des communications prononcées au cours des trois journées d’études, augmenté de textes commandés à des médiévistes, mais aussi à des artistes.

Présentation et programme

[Exposition] : Regards sur le patrimoine

Objectifs explorant le passé, regards croisés : du 8 janvier au 21 février 2014

Isabelle Fortuné/Université de poitiers
Isabelle Fortuné/Université de poitiers

Trois étudiants historiens et historiens de l’art ont posé leurs regards sur notre patrimoine.
Photographies en noir et blanc et en couleurs par Vincent Billaudeau, Mathias Nicolas et Maé Sibéril.

Vincent Billaudeau est étudiant en master 2 Patrimoines, musées et multimédia.
Mathias Nicolas est diplômé de la promotion précédente du même master.
Maé Sibéril est étudiante du master 2 Civilisation antique et médiévale, en histoire de l’art médiéval.

 

Entrée libre
Vernissage le jeudi 23 janvier à 16h

Lieu :

Poitiers – Centre-ville
Faculté des Sciences Humaines et Arts // Espace d’exposition – Bâtiment E18 – niveau 3

8 rue René Descartes // 23 bis rue des Carmélites (le samedi)

Contact :

Isabelle FORTUNE : isabelle.fortune@univ-poitiers.fr

Pour plus de renseignements

Enquêtes croisées : les coulisses de l’ouvrage collectif sur la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

Claude Andrault-Schmitt, pourquoi avoir choisi ce titre Enquêtes croisées ?

J’ai voulu créer une démarche différente de celle de la publication d’actes de colloques, en ne juxtaposant pas les contributions, mais en modulant chacune en fonction des autres, et en fonction des échanges par groupes avec les auteurs d’autre part.

Ve-03d
Clocheton sud et « gros clocher » (cliché Éva Avril/CESCM)

On peut parler d’enquêtes croisées car certaines opinions ont été modifiées en cours de route ; par exemple, des groupes de 5 ou 6 personnes sont montés plusieurs fois dans les combles, afin de comprendre quelle avait été l’intention du premier architecte pour la conception de la toiture : ce débat a donné lieu au chapitre 22, qui a été rediscuté sans arrêt par la suite. Les opérations d’archéologie des combles – la lecture de ces espaces a été mise en place par Marie-Thérèse Camus, et la démarche est en quelques sorte spécifique à l’équipe du CESCM «Le monument religieux et son décor » – ont elles aussi modifié les avis. Le chapitre 21 est quant à lui le résultat d’une analyse archéologique complète de la charpente avec relevés, je vous en reparlerai.

Il y a eu aussi des échanges entre auteurs : la note 3, p. 154 donne une idée des réflexions de bon sens qui ne nous apparaissent pas au premier abord.

Cb2-01
Voûtes orientales du vaisseau central dans les combles (cliché Éva Avril/CESCM)

J’avais écrit que les procédés de restauration des voûtes actuelles ne pouvaient révéler les techniques médiévales, en raison de la différence des outils et des matériaux, mais c’est aussi parce qu’une restauration ne concerne jamais qu’un compartiment de la voûte, qu’il faut donc étayer très fortement, alors qu’au moment de la construction on monte tout en même temps, assise après assise.

Enquêtes croisées parce que de nouveaux chapitres, non prévus à l’origine sont apparus, comme le chapitre 20 sur les gargouilles et le système d’évacuation des eaux de pluie.

Géographiquement aussi, car nous avons fait appel à des collègues angevins et lyonnais pour qu’ils présentent leurs propres monuments et que l’on échange sur ce qui se faisait à la même époque en matière d’édifices religieux à Angers ou Lyon (chap. 24 et 25).

BTsN-mN-Mo-02
Visage grimaçant du bras nord, mur nord
(cliché Éva Avril/CESCM)

Plusieurs chapitres sont collectifs, certains avec un auteur principal entouré de ceux qui l’ont aidé, c’est donc bien une enquête croisée. La collaboration s’exprime aussi dans les notes, avec des remerciements pour les idées avancées mais aussi quelques remarques qui montrent que le débat n’est pas clos …

À qui s’adresse cet ouvrage ?

C’est un projet attaché à une équipe scientifique, enregistré dans la programmation du CESCM depuis plus de 10 ans, mais pour lequel l’aspect grand public se devait d’être essentiel et se fait de deux façons :

J’ai d’une part préféré organiser régulièrement des journées d’études ouvertes au public – parmi lesquelles une journée à l’Espace Mendès France de Poitiers, sur les techniques de construction – plutôt qu’un colloque. Mon second souhait était de faire un bel objet, pas trop onéreux et c’est ce qui a été le plus difficile : faire “un beau livre” tout en essayant d’approfondir, objectif que je me suis d’ailleurs fixé pour l’écriture de mes précédents ouvrages sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers1 et Saint-Martial de Limoges2

Nous n’avons pu réaliser cet ouvrage que grâce à quelques financements complémentaires : la conservation régionale des monuments historiques (CRMH) de la Direction régionales des affaires culturelles (DRAC) du Poitou-Charentes et un mécénat de la Mutuelle de Poitiers. Je vous parlais en début d’entretien des relevés, CRMH est aussi intervenue pour financer les missions archéologiques et a profité du projet autant que des programmations de travaux de restauration pour commander des relevés lasergrammétiques (plans et coupes enfin justes) (chap. 1 et 14). Voir par exemple le relevé de façade page 123, qui est très parlant et passe bien à l’édition. C’est aussi par l’intervention des professionnels que l’on peut parler d’enquêtes croisées.

Vous disiez précédemment que le débat n’est pas clos, on a une réelle impression de travail évolutif, de “work in progress” lorsque vous nous parlez de cet ouvrage :

Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva  Avril/CESCM)
Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva Avril/CESCM)

C’est vrai et l’enquête n’est pas finie. Par exemple, nous pensions il y a deux ans pouvoir publier les peintures murales du bras sud du transept, mais le calendrier de restauration n’a pas permis qu’elles soient dégagées (chap. 29). Un autre exemple concerne les vitraux (chap. 28), puisque le travail de ce chapitre s’est fait en même temps que l’enquête du Corpus vitrearum (UMR rattachée à Paris IV qui publie des inventaires et des monographies), sur les vitraux en Poitou-Charentes.

Nous avons de plus souhaité travailler avec des chercheurs confirmés mais aussi avec de jeunes chercheurs qui venaient de soutenir leur thèse et qui se sont vus confier un chapitre (chap. 32, 37 et 38). Cet ouvrage a été également l’occasion de publier le contenu de thèses inédites (chap. 5, 31 et 34).

Quels sont les liens avec l’axe de recherche que vous dirigez au CESCM ?

Parmi les 26 auteurs, 15 sont membres du CESCM. Cette entreprise est liée au projet « Le monument religieux et son décor », à l’intérieur de l’axe «  Territoires, monuments et techniques », avec des caractéristiques existant depuis les années 90 :

– l’intégration complète de jeunes chercheurs,

– une interdisciplinarité notoire,

– un intérêt particulier pour la lecture des combles,

– la collaboration avec des professionnels comme la CRMH et également l’architecte en chef des monuments historiques,

– la volonté de fournir de belles photos pour faire connaître les œuvres, grâce au travail d’Éva Avril pour ce qui concerne la cathédrale.

Il faut savoir que de nombreuses photos ont révélé des détails qu’on ne connaissait pas, soit pour les procédés de construction (chap. 18), soit pour découvrir de la peinture sur les clefs de voûte (chap. 36 et 37), soit pour faire ressortir des détails toujours à contre-jour en temps normal (chap. 30).

L’architecte (satlle) (cliché Éva Avril/CESCM)
L’architecte (stalle) (cliché Éva Avril/CESCM) 

À tel point où nous avons fait un chapitre sans texte (chap. 33) avec les clichés des sculptures non étudiées.

On peut préciser que les droits d’auteurs reviendront à l’association “Faire connaître les monuments médiévaux de l’Ouest”, qui a avancé de petites sommes pour permettre les rencontres entre les auteurs, grâce aux droits d’auteurs touchés pour les précédentes publications sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers3 et la cathédrale de Tours4 : ainsi nous réinvestissons les (petits) bénéfices d’une opération dans la suivante.

En conclusion, je dirais que c’est une monographie, mais le sous-titre implique une originalité ; l’articulation des parties a été volontairement « provocatrice » dans l’ordre accordé aux chapitres. Et comme je le note dans l’introduction de l’ouvrage « … le sous-titre Enquêtes croisées est à prendre à la lettre. De nombreuses questions se sont entrechoquées au cours de discussions, dans le monument, autour d’une table ou par internet, avant même la relecture mutuelle des chapitres. Si bien que nous avons pris un grand plaisir à l’exercice. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il soit partagé… »

  1. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris : Picard, Poitiers, CESCM, 2002,344 p. []
  2. Claude ANDRAULT-SCHMITT, Saint-Martial de Limoges : ambition politique et production culturelle, Xe-XIIIe siècles, actes du colloque tenu à Poitiers et Limoges du 26 au 28 mai 2005 au CESCM, Limoges : PULIM, 545 p. []
  3. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, ibid. []
  4. Claude ANDRAULT-SCHMITT, La cathédrale de Tours, La Crèche : Geste éditions, 2010, 291 p. []