Poitiers au coeur de la civilisation médiévale

Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Jean-Pierre Brouard/CESCM
Jean-Pierre Brouard/CESCM

Qu’est-ce qui a pu réunir à Poitiers, pendant deux semaines, cinquante étudiants français et internationaux de 18 nationalités et des professeurs venus également de nombreux pays (Japon, Liban, USA…) ? La civilisation médiévale.

En effet, le CESCM organisait du 17 au 28 juin dernier, comme chaque année depuis 1954, les Semaines d’études médiévales, un cycle de formations comprenant des conférences, des excursions et visités commentées proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Parmi eux, deux professeurs, Lévon NordiGuian (Liban) et, Taiichiro Sugizaki ainsi qu’un stagiaire, Fernando Velazquez (Mexique), nous parlent de leurs semaines médiévales…

Lévon Nordiguian

levon-nordiguian2_1372926095005Lévon Nordiguian est actuellement directeur du musée de préhistoire de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, où il a enseigné pendant 23 ans. Il a axé son domaine de recherche sur les chapelles médiévales du Liban et plus particulièrement sur l’architecture des chapelles rurales du comté de Tripoli.

Qu’est-ce qui vous poussé à vous intéresser aux chapelles  de Tripoli ?
A vrai dire, ce n’était ni mon orientation ni ma spécialité. Il se trouve qu’une étudiante de Poitiers est venue me voir, il y a une dizaine d’années, parce qu’elle souhaitait faire un mémoire sur les fresques médiévales. Je lui ai servi de guide car voyageant beaucoup, je connaissais des chapelles rurales ornées de fresques. Mais je me suis rendu compte qu’on ignorait presque tout de ces chapelles.
J’ai donc écrit un ouvrage de vulgarisation qui a fait connaître ces chapelles rurales au grand public. Depuis, beaucoup d’études et de thèses ont été réalisées sur le sujet. Finalement, il y a un lien avec Poitiers grâce à cette étudiante rencontrée il y a 10 ans !

Quel est le sujet de votre conférence pendant ces Semaines d’études médiévales ?
Au Liban, il y a une tradition d’église, de grande architecture orientale comme les églises de croisés. Parallèlement à cela, il y a aussi une tradition locale,  de petites chapelles rurales, souvent situées dans des coins reculés. Je souhaite faire connaitre l’architecture de ces chapelles aux étudiants réunis à Poitiers.

Pourquoi, avez -vous souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
Premièrement, parce que le CESCM est un centre prestigieux. Ensuite, il y a encore assez peu de personnes qui s’intéressent à ces chapelles, à travers leur architecture (contrairement aux fresques qu’elles comportent). Nous avons peu de références, les comparaisons sont difficiles à effectuer donc, le regard des autres et les échanges avec des collègues sont très importants pour moi.

Taiichiro Sugizaki

taiichiro-sugizaki2_1372926284016Taiichiro Sugizaki enseigne l’histoire médiévale occidentale à l’Université Chuo (Tokyo). Son intervention dans le cadre des Semaines d’études médiévales a porté sur le culte des saints et la collection des reliques à travers des sources de l’abbaye de Moissac.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à l’abbaye de Moissac ?
Le Japon a un autre moyen Âge. Il y a beaucoup de similitudes mais aussi de différences entre cette même époque dans deux pays différents. Je travaille sur la comparaison entre les deux cultures. Par ailleurs, j’ai vécu à Toulouse pendant un an, période pendant laquelle, j’ai pu fréquenter l’abbaye de Moissac et les archives départementales. Depuis je développe mes recherches sur cette abbaye.

L’époque médiévale française doit être un sujet d’étude « original » au Japon ?
L’intérêt pour l’histoire française notamment religieuse augmente au Japon. Beaucoup d’étudiants font leur mémoire sur l’histoire médiévale notamment sur le sujet religieux.

Pourquoi, vous avez souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
C’est ma 3e visite de Poitiers et la 2e au CESCM. J’avais déjà visité les monuments historiques de la ville et j’ai toujours aimé profiter de l’atmosphère médiévale de Poitiers. Les Semaines d’études médiévales sont particulièrement intéressantes, pour le contact avec les étudiants et les collègues. Je suis très satisfait des échanges que nous avons pu avoir et des questions qui m’ont été posées.

Fernando Velazquez

Fernando Velazquez est étudiant à l’Université nationale autonome du Mexique où il vient de finir sa licence d’histoire.

Comment avez-vous connu les Semaines d’études médiévales ?
C’est mon directeur de recherche, qui était déjà venu à Poitiers, qui m’a conseillé de venir participer à cet évènement.

Comment avez-vous vécu ces deux semaines ?
C’était pour moi, une opportunité de mieux connaître l’histoire médiévale directement sur place, en Europe et de partager autour de ce sujet. Au Mexique, il n’y pas d’institut dédié aux études médiévales.  Ce type de semaines de conférences est donc très intéressant. Cela m’a permis d’apprendre beaucoup sur cette époque et d’améliorer mon français.

Publié par Samuel Pivette sur le site de l’Université de Poitiers, le 5 juillet 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *