Les Semaines d’Études Médiévales : un regard d’outre-Manche

Edward Mills, étudiant en littérature française médiévale au Royaume-Uni, nous raconte ses expériences en tant que participant à la 60e session des Semaines d’études médiévales.

Les semaines d’études médiévales, organisées par le CESCM à Poitiers, présentaient pour moi une opportunité sans pareil : celle d’étudier l’époque médiévale, dans toutes ses domaines, en français, tout en étant entouré par des doctorants et des chercheurs avec une connaissance inspirante de la langue et de leurs champs de recherche. Suite à notre arrivée en gare de Poitiers le soir du 15 juin sous une pluie battante, les représentants de l’association JANUA nous ont gracieusement conduits à notre hébergement, et à partir du lendemain nous étions plongés dans l’univers de la médiévistique.

Ce sont les cours magistraux qui ont constitué l’axe principal des semaines. Dans la superbe salle Crozet du CESCM, nouvellement rénovée, nous avons eu l’occasion d’accueillir pendant les deux semaines une douzaine de chercheurs, dont chacun est expert dans son domaine. En tant que littéraire, j’étais ravi – bien évidemment – d’avoir l’occasion d’écouter la conférence inaugurale de Michel Zink, au sujet de la pratique médiévale de nommer (ou de ne pas nommer) le poète, ainsi que l’intervention de mon camarade d’Outre-Manche, Stephen Morrison, dont la maîtrise de la langue française était époustouflante. Cela dit, j’ai également apprécié l’occasion que nous ont donnée les Semaines, de goûter d’autres approches pour l’étude de notre période : historique, artistique, voire sociologique. La conférence d’Éric Palazzo mérite une mention spéciale pour l’équilibre qu’elle a trouvé entre l’érudition et l’accessibilité : sa présentation, qui a porté sur les neuf modes de prière dans le manuscript BnF fr. 13342, était à la fois rigoureuse et engageante, et a fait ouvrir les yeux de plusieurs d’entre nous sur l’apport potentiel que peut offrir l’histoire de l’art pour l’étude des manuscrits.

Des médiévistes en l'herbe à Moncountour
Des médiévistes en herbe à Moncountour

L’apprentissage s’est également échappé de la salle des conférences pour s’installer dans la campagne poitevine. Au total deux jours ont été consacrés aux visites, qui nous conduisaient en divers lieux de la région. Parmi les églises de Poitiers et ses alentours, et la tour de Moncontour, la série d’excursions – chacune sous un temps agréable – nous montrait une région qui, outre sa réputation d’être un centre d’excellence pour l’étude théorique du Moyen Âge, témoigne de la présence physique de cette époque-là dans la vie de tous les jours. Le programme comprenait également des visites plus strictement encadrées, dont la présentation des manuscrits à la Médiathèque de Poitiers, animée encore une fois par l’incontournable M. Palazzo, figurait parmi les plus fascinantes.

L’enthousiasme de M. Palazzo semblait ainsi contaminer nos propres pensées : tout au long des deux semaines, nous avons tous pris avantage de l’occasion que nous présentaient les Semaines d’animer nos propres recherches, et de bien apprendre à connaitre la ville de Poitiers. De longs après-midis passés dans l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine de la Bibliothèque universitaire ; des cafés pris avec de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde ; des discussions avec les intervenants à la fin des conférences : le CESCM nous offrait non seulement une série d’engagements, mais aussi un programme qu’on pouvait tailler à nos propres intérêts en faisant nos propres travaux. C’était avec tristesse qu’on a remarqué la fin des deux semaines et le besoin de rentrer dans nos propres pays, mais je reste certain que ces 15 jours du mois de juin, ainsi que les nouveaux amis que je m’y suis fait, demeureront longtemps dans ma mémoire.

Devant la baptistère Saint-Jean à Poitiers.
Devant la baptistère Saint-Jean à Poitiers.

On constate dans l’étude de la littérature française médiévale un certain manque de correspondance entre l’érudition française et celle du Royaume-Uni et, plus généralement, entre l’érudition médiévistique francophone et anglophone. 1 Il me semble évident que les événements tels que les Semaines d’études médiévales, qui ont fêté cette année leur 60e édition, représentent un des meilleurs moyens d’effectuer un rapprochement entre les deux traditions : pour cette raison, ainsi que pour toutes les autres opportunités qu’elles incarnent, j’encourage tous ceux qui lisent ce petit compte-rendu à bien considérer l’idée de poser une candidature pour la 61e session.

Ces deux semaines resteront longtemps gravées dans mes pensées, ainsi que les découvertes que j’y ai faites. J’espère que vous me permettrez de terminer cette petite réflexion en m’appropriant, d’une façon légèrement hors du contexte, la parole de Guillaume IX, car ce troubadour que j’ai découvert grâce aux séjours dans les environs de Poitiers a bien mis en paroles, il y a neuf siècles, mes sentiments au départ. Suite à ces deux semaines, « Lo departirs m’es aitan greus / […] de Peitius. » 2


1. Voir Sharon Kinoshita, ‘What’s up in French Medieval Studies?’, Australian Journal of French Studies, 46 (2009), pp. 173-74.

2. Guillaume IX, Chanson 11, vv. 9-10. Disponible ici (accédé le 23 juillet 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *