Campagne photographique dans la vallée du Loir et à Château-Gontier

Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) – Eva Avril/CESCM

Du 18 au 28 juin, l’équipe de Peintures murales et la photothèque du CESCM, dirigée par Aurélia de Moussac, ont mené de concert une campagne photo visant deux objectifs convergents.

Le premier concerne l’inventaire des peintures romanes de France qui consiste à couvrir de manière exhaustive tous les ensembles de peintures murales des XIe-XIIe siècles.

Les photos sont intégrées dans la base Romane et font l’objet d’une indexation poussée, en partie dans le cadre d’un séminaire de Master 1.

Les peintures de la Région Poitou-Charentes ayant déjà été couvertes, nous avons orienté depuis l’année dernière les nouvelles campagnes autour de la vallée de la Loire. En 2012, Eva Avril, qui travaille actuellement comme vacataire à mi-temps pour la photothèque, a assuré la campagne des célèbres peintures de Vic, dans  l’Indre, et Jean-François Amelot, un photographe indépendant auquel on doit notamment les photos du dernier livre de Marie-Thérèse Camus, s’est chargé des sites de Saint-Jacques-des-Guérets et du Liget.

Cette année, nous avons opté pour une série d’ensembles de la vallée du Loir extrêmement riches du point de vue de l’iconographie et souvent d’une très grande qualité artistique : Montoire, Areines, Douy et Cloyes. Les peintures de Montoire sont les plus célèbres mais, comme celles de Douy, elles appartiennent à un particulier, de sorte qu’il a fallu préalablement obtenir son autorisation. Cette campagne a permis de faire progresser significativement le corpus des peintures romanes de France.

Château-Gontier (Mayenne) – Eva Avril/CESCM

Les peintures de Château-Gontier présentent en effet un cycle de l’Ancien Testament iconographiquement très proche de celui de Saint-Savin et il se déploie pareillement sur des voûtes en berceau. Elles constituent par conséquent le principal ensemble permettant d’éclairer les choix iconographiques et structurels opérés à Saint-Savin. Pour cette campagne, nous avons utilisé une partie de la subvention accordée par la Région Poitou-Charentes pour ce projet.

Du point de vue pratique, cette campagne a posé des difficultés particulières car les peintures sont très effacées, parfois illisibles, mal éclairées et disposées très haut sur les voûtes du transept. Elles ont donc imposé dans bien des cas des prises de vue sans pied, à quatre-vingt-dix degrés, dans des positions pour le moins inconfortables. Malgré ces difficultés, ces photos sont très réussies et nous attendons qu’Eva Avril les retravaille pour pouvoir les exploiter. Carolina Sarrade a également participé au repérage de cette campagne puisque, en tant qu’ingénieur d’étude au CESCM, elle participe très activement au programme de recherche sur Saint-Savin. Elle a réalisé un grand nombre de relevés stratigraphiques in situ durant les restaurations et travaille actuellement à la mise au net de ces relevés.

Les deux volets de cette campagne ont été une grande réussite, tant du point de vue de la couverture photographique que des discussions que nous avons eues sur place au sujet de ces différents ensembles picturaux. La prochaine campagne, qui sera organisée l’année prochaine, visera à compléter l’inventaire des églises de la vallée du Loir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *