Archives par mot-clé : ressources documentaires

[28 nov.] International Medieval Bibliography (IMB) et Bibliographie de civilisation médiévale (BCM)

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mardi 28 novembre 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : International Medieval Bibliography (IMB) et la Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Mathieu Cosson, doctorant au CESCM

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Le troisième atelier aura lieu le 19 décembre à 12h, Estelle Ingrand-Varenne  présentera la Library of latin texts.

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Les MGH en version numérique

Dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de l’Université de Poitiers, Émilie Kurzdiel et Anne-Sophie Traineau ont présenté le 3 octobre 2017 le corpus de textes des MGH (Monumenta Germaniae Historica)

 Que trouve-t-on dans les MGH ?

L’acronyme MGH désigne une collection de recueils de sources écrites d’époque médiévale pour la très grande majorité d’entre elles, en langue latine et couvrant l’espace dominé par les souverains mérovingiens, carolingiens puis germaniques (Italie incluse donc). Fleuron de l’érudition et de la philologie allemande du XIXe siècle, la collection compte aujourd’hui environ 300 volumes, répartis entre cinq séries principales :

  • les scriptores (écrivains au sens large, rassemblant des écrits de type historiographique : histoires, chroniques, annales, etc.),
  • les leges (textes normatifs : lois et constitutions des royaumes francs et carolingiens, législation conciliaire, capitulaires, etc.),
  • les diplomata (actes, chartes et diplômes des souverains mérovingiens, carolingiens et germaniques)
  • les epistolae (vaste collection de lettres, de souverains mais aussi d’autres personnages évêques ou pape par exemple),
  • les antiquitates (poèmes et écrits de type mémoriel).

Les séries complémentaires sont nombreuses et ne rassemblent pas toutes des éditions de textes (on y trouve également des études et des outils de recherche) :

  • Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelalters,
  • Deutsches Mittelalter. Kritische Studientexte,
  • Hebräische Texte aus dem mittelalterlichen Deutschland,
  • Indices,
  • Hilfsmittel,
  • Schriften der Monumenta Germaniae Historica,
  • Studien und Texte,
  • Die Monumenta Germaniae Historica auf CD-ROM (eMGH),
  • Zur Geschichte der Monumenta Germaniae Historica.

Une base de données payante

La version des MGH mise en ligne sur Brepolis est très probablement la meilleure. Accessible aux Poitevins (sur place pour tous et à distance pour la communauté universitaire) par le portail documentaire du Service commun de la documentation de l’Université de Poitiers, elle contient les éditions de textes des cinq séries principales (jusqu’aux volumes les plus récents) et d’autres publications des MGH (notamment quelques-unes des séries complémentaires et une partie de la revue Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters).

Le texte de l’apparat critique n’est pas interrogeable par le moteur de recherche, mais il est accessible, par l’intermédiaire d’une icône montrant un livre ouvert à côté de chaque résultat de la recherche, via le site dMGH. Les jokers (pour remplacer des caractères, en cas notamment d’incertitude sur la graphie, qui a pu évoluer, ou pour les verbes conjugués ou les mots déclinés) et opérateurs booléens (et, ou, sauf) permettent d’interroger avec précision la base pour faire une recherche lexicale ou retrouver une référence précise. Il n’est pas nécessaire, pour les caractères i/j et u/v, de rentrer à chaque fois les différentes graphies : la base vérifie les formes.

Outre l’écran de recherche, il existe deux autres manières d’interroger la base :

  • L’« index des textes », qui permet de retrouver un extrait, court ou long, dont on aurait les références (les textes sont classés par ordre alphabétique d’auteurs, ou de titres en cas d’anonymat)
  • La « répartition des formes », qui affiche les occurrences de mots par séries/périodes.

De nombreux « plus » facilitent également la recherche. Un bouton, à gauche de la page des résultats, permet d’interroger la base des dictionnaires latins de Brepolis (qui en contient beaucoup). Grâce à la « Recherche des textes similaires », on peut enquêter sur la postérité d’une citation… ou la source d’une référence. Il est possible également d’exporter les données ; les références bibliographiques, ainsi qu’une datation, sont données pour chaque extrait.

Mais, pour utiliser cette base, il faut que la bibliothèque dans laquelle on est inscrit y soit abonnée…

 

Accès gratuits

Le plus pratique des accès gratuits est celui offert par les MGH eux-mêmes, qui mettent en ligne sur dMGH les volumes des séries principales et de deux des séries complémentaires, jusqu’à ceux parus en 2010 (cette date n’a pas changé depuis plusieurs années ! Il ne s’agit pas d’une « barrière mobile »). Contrairement à la base sur Brepolis, l’écran de recherche interroge le contenu de l’apparat critique. On peut utiliser des jokers et des opérateurs booléens (mais, attention, l’aide est en allemand !). La recherche à facettes, pour restreindre le nombre de résultats obtenus, n’est guère utile car elle est plus axée sur les travail d’édition que sur le texte original (on peut affiner par séries, auteurs / éditeurs, dates (d’édition), auteurs (mélange des éditeurs et des auteurs médiévaux) et lieux).

Une autre ressource gratuite est également utile : le site Documenta omnia catholica, qui contient les versions numérisées de certains volumes des MGH et donne un accès, par le Conspectus, à tous les textes mis en ligne sur le site pour un auteur. Il ne semble pas mis à jour depuis 2011, mais, malgré sa charte graphique très datée, il est très pratique.

Une présentation détaillée des fonctionnalités de ces différents sites se trouve sur le site de Ménestrel.

L’auteure remercie Anne-Sophie Traineau pour son aimable collaboration.

Ressources en ligne pour la musicologie médiévale

L’atelier numérique du CESCM et du SCD de Poitiers du 7 mars 2017 était consacré aux ressources en ligne sur la musique médiévale : répertoires bibliographiques et discographiques, bases de données et catalogues en ligne, méta-sites et portails d’information, ces ressources se sont multipliées et enrichies au cours des dernières années, offrant des possibilités de recherche et d’information accessibles à tout médiéviste, même non musicologue.

Bibliographie générale et accès à des ressources en texte intégral

Le RILM (Répertoire international de littérature musicale) est la base de données bibliographique de référence en musique, quels que soient les types de répertoires ou les périodes chronologiques. Plus de 875 000 références sont indexées, ouvrages, thèses, articles de périodiques, publications collectives, recueils de mélanges, comptes rendus du XIXe siècle à nos jours.

Le SCD de l’université de Poitiers est abonné au RILM. À noter que les éditeurs de la base proposent depuis peu une option « full text » permettant d’accéder, en plus de la base de données bibliographique, au texte intégral de 200 titres de périodiques.

En dehors du RILM, 110 périodiques musicaux sont également indexés et accessibles en texte intégral dans JSTOR. De nombreux articles de périodiques musicaux mais également non musicaux peuvent être consacrés à des sujets en rapport avec la musique médiévale.

Discographies

Les musicologues ont souvent recours aux enregistrements sonores dans le cadre de l’enseignement comme de la recherche. Il existe des ressources recensant la discographie existante et permettant d’identifier précisément des œuvres musicales ayant fait l’objet d’enregistrements commerciaux.

Le site Medieval.org recense toutes les publications discographiques sur la musique médiévale (et plus largement sur la musique ancienne) depuis l’époque du vinyle jusqu’à nos jours.

Concernant plus spécifiquement le répertoire liturgique, le frère Jérôme Weber, prêtre, enseignant et chercheur américain, est à l’origine d’une base de données, Chant discography, commencée en 1972 sous forme papier, et qui aujourd’hui fait l’objet d’un site accessible librement en ligne. Cette discographie a pour ambition de signaler tous les enregistrements de chant liturgique depuis l’ère du 78 tours jusqu’à nos jours, ce qui est extrêmement utile dans un type de répertoire où nombre d’enregistrements échappent aux labels discographiques et aux circuits de distribution habituels.

Sources et répertoire musical

Les efforts des musicologues dans la mise à disposition d’instruments de recherche se sont naturellement portés sur le recensement des sources manuscrites et sur le répertoire musical médiéval. Les plus importantes bases de données librement accessibles à la communauté scientifique concernent essentiellement la musique religieuse, le chant liturgique et la théorie musicale. La musique profane commence également à faire l’objet de bases de données en ligne, mais elle est tout de même moins bien servie.

Concernant le chant liturgique, il faut citer en premier lieu Cantus Index. Il s’agit d’un site-portail piloté par l’université de Waterloo (Canada) avec différents partenaires dans les universités et centres de recherche européens, permettant d’interroger simultanément plusieurs bases de données indexant le répertoire contenu dans les sources liturgiques médiévales (antiphonaires et  graduels, missels, bréviaires, etc.). La recherche s’effectue par incipit textuel ou musical, par genre de pièce mais aussi par fête liturgique, par cote de manuscrit. L’intérêt de ces bases est de permettre une comparaison entre les répertoires de différents manuscrits, dans différentes régions et à différentes époques. Par ailleurs, des liens permettent de passer des données recueillies dans la base à la source numérisée sur internet quand elle existe.

De nombreux sites réalisés par des centres de recherche offrent un choix plus ou moins large d’instruments de recherche et d’outils d’identification concernant les sources et le répertoire musical médiéval. Le site Musicalia Mediaevalia (MusMed), réalisé par le musicologue Christian Meyer, ancien chargé de recherche au CNRS, est l’un des plus riches dans ce domaine : il permet d’accéder à de nombreux instruments de recherche utiles pour l’identification des pièces de chant contenues dans les manuscrits médiévaux et l’étude de la théorie et de la musique médiévale. Il recense entre autres toutes les sources liturgiques notées conservées dans les bibliothèques publiques et les dépôts d’archives en France (en complément des volumes par région du Catalogue des manuscrits notés chez Brepols).

Concernant la musique polyphonique, il faut citer la base DIAMM (Digital archive of Medieval Music) qui recense et inventorie de manière extrêmement précise et détaillée le répertoire contenu dans les sources de la polyphonie médiévale du XIIIe siècle à 1550.

Dans le domaine de la musique monodique profane (lyrique des troubadours et trouvères), il existe encore peu de ressources à ce jour permettant d’interroger le répertoire musical des chansonniers musicaux, en dehors de la Troubadour Melodies Database. Citons enfin la base REFRAIN, mise en œuvre par l’université de Southampton en collaboration avec la FESMAR, qui intéresse autant les littéraires que les musicologues : elle recense en effet les insertions de refrains issus de pièces musicales dans les manuscrits littéraires français du XIIIe siècle.

Enfin, dans le domaine de la théorie musicale, il existe également plusieurs ressources en ligne particulièrement précieuses, notamment le Thesaurus musicarum latinarum qui donne accès aux textes de théorie musicale du IIIe au XVIIe siècle. Le Lexicon musicum Latinum medii aevi est un site qui est également dédié à la théorie musicale médiévale : sources, auteurs, traductions de traités, renvois aux textes en ligne, bibliographie, et un précieux lexique des mots latins employés pour décrire la musique, avec traduction française, anglaise et allemande.

Organologie, iconographie musicale, archéologie du son

L’étude des instruments de musique reste le parent pauvre de la musicologie médiévale. Des sites réalisés en marge des institutions académiques, notamment par des luthiers ou des spécialistes d’organologie existent mais ne sont pas toujours pérennes ni régulièrement mis à jour. Il faut saluer cependant la base de données issue du projet ANR Musiconis, qui recense et analyse les représentations de la performance musicale sur des supports matériels du VIIIe au XVIe siècle, apportant un niveau d’expertise scientifique qui dépasse largement la question de l’iconographie musicale et de l’organologie médiévale, grâce à la collaboration d’historiens d’art, de musicologues et de facteurs d’instruments.

D’autres projets de recherche interdisciplinaires touchant à l’archéologie du son et à la question de l’exploitation sonore de l’espace ecclésial permettent également de fédérer les compétences d’archéologues, d’acousticiens, de musicologues, d’historiens et d’historiens d’art.

Les ressources décrites au fil de ces quelques lignes, et bien d’autres encore, peuvent être retrouvées dans la rubrique consacrée à la musique du site Ménestrel.

[12 avril] La base Titulus

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 12 avril 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Présentation de la base Titulus
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

–  Estelle Ingrand-Varenne

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

[13 octobre] : Atelier ressources numériques / Les thèses en ligne : déposer sa thèse et trouver des thèses

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : jeudi 13 octobre 2016 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Les thèses en ligne : déposer sa thèse et trouver des thèses
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Anne-Sophie Pascal (responsable cellule TIC du SCD de Poitiers)

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 


La seconde séance aura lieu le mercredi 9 novembre à 12h en présence de Blanca Angeles (Docteur en Langues et littératures anciennes) pour une présentation de IBHR (International Bibliography of Humanism and the Renaissance).

La troisième séance aura lieu le jeudi 1er décembre à 12h en présence de Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS au CESCM) pour une présentation de Medioevo latino.

Les 4 séances suivantes restent à définir ……

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.