Archives par mot-clé : Renaissance

[30 mai 2017] Trames arborescentes III

Troisième journée d’étude du projet Trames arborescentes
Organisée par Naïs Virenque et Antoine Paris
Référent institutionnel : Marcello Angheben
CESCM (Poitiers), en partenariat avec le CESR de Tours et avec le soutien de la Fesmar
Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet
Date : 30 mai 2017
Programme en ligne ICI

Les trames arborescentes, outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance

9h00-9h10
Accueil des participants en salle Crozet

9h10-9h30 : Ouverture de la journée
Martin Aurell, Professeur d’Histoire médiévale, Directeur du CESCM, Université de Poitiers

Présentation de la journée
– Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal
– Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne, Université Lyon III

 9h30-12h15 : première séance – L’usage des trames arborescentes dans la démarche méthodologique d’écriture et de fabrique de l’histoire
Présidence : Michaël Gasperoni, Chargé de recherches au CNRS, Centre Roland Mousnier, Paris

• 9h30-10h15 – Penser en arborescence : le plan, la méthode et la fiction du cheminement
Romain Lossec, Professeur de Philosophie, Lycée Marguerite de Navarre, Bourges

10h15-10h30 : pause

•10h30-11h15
Les arbres du royaume de Dieu. L’image de l’arbre dans les paraboles de l’Évangile selon Marc
Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal

•11h15-12h00
Palmes et palmiers autour du Misteri d’Elx : un arbre et ses feuilles pour relier les textes, les cultes et les rites de la cité
Sophie Albert, Maître de conférence en Littérature française, EA
« Études et édition de textes médiévaux », Université de Paris-Sorbonne

12h00-12h15 : discussions et conclusions
12h15-13h30 : déjeuner en salle Berger

13h30-15h15 : deuxième séance – L’usage de trames arborescentes dans la démarche de mise en récit et/ou en image de l’histoire familiale
Présidence : Christiane Klapisch-Zuber, Directrice d’études en Histoire médiévale, EHESS

• 13h30-14h15
La trame arborescente de la voussure externe du portail central de Saint-Denis, image d’une histoire symbolique du sacerdoce
Élise Vernerey, Doctorante en Histoire de l’Art médiéval, CESCM, Université de Poitiers

• 14h15-15h00
The cognatic principle on trial: Arbores and kin relations in marriage dispensations from late medieval Florence
Jasmin Hauck, Doctorante en Histoire médiévale, Université d’
Eichstätt-Ingolstadt et Università degli Studi Roma III

15h00-15h15 : discussions et conclusions
15h15-15h30 : pause

15h30-16h15 : troisième séance – Les trames arborescentes dans les processus historiques de mise en place d’une généalogie des savoirs
Présidence : Sergi Sancho Fibla, Postdoctorant du Labexmed, TELEMME, Université Aix-Marseille Université / CNRS

• 15h30-16h15
La trame arborescente et l’origine du savoir : orientation et méthode d’un outil d’investigation mnémonique au Moyen Âge et à la Renaissance
Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne, Université Lyon III

16h15-17h00
Trames arborescentes et généalogie des savoirs médicaux
: les enjeux de la description a capite ad calcem
Laetitia Marcucci, Docteur en Philosophie, ATER à l’Université d’Aix-
Marseille

17h00-17h15 : discussions et conclusions

17h15-17h30
Conclusions et ouverture sur la quatrième journée (Lyon, automne
2017)
– Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal
– Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’art médiévale te moderne, Université Lyon III


         

[21-24 mai] 1er Congrès international franco-italien « Qui dit tradition dit faute ? »

1er Congrès international franco-italien
« Qui dit tradition dit faute ? »
La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance
Philologie et musicologie

La notion de « faute » soulève de sérieuses difficultés en philologie et en musicologie, mais aussi chez les interprètes. La connaissance des corpus chantés du Moyen-Âge repose généralement sur des copies, que l’on imagine plus ou moins éloignées des mélodies et des textes tels qu’ils ont été composés ou chantés en leur temps. Même si la plupart des pièces profanes écrites jusqu’au XIVe siècle sont attribuées, rien n’assure que les transcriptions ont été contrôlées par les auteurs. Au cours du XIVe siècle, le droit de regard des poètes
sur l’écriture de leurs pièces se répand, mais la notation musicale en usage ne garantit pas encore une pleine conformité avec l’exécution musicale, voire avec l’intention des compositeurs. En philologie et en musicologie, la notion de « faute » n’est pourtant pas abordée de la même manière et ne revêt pas non plus la même importance. Pour la critique textuelle, c’est sur les fautes évidentes et significatives que se fonde la possibilité de reconstruire la généalogie d’un texte.
Les musiciens et musicologues en revanche considèrent peu la véracité de la faute ; ils préfèrent évoquer la notion de « variante » provenant de diverses performances musicales et donc de la créativité de l’interprète.
L’appréciation de la faute en poésie et en musique constitue donc un sujet pour lequel une réelle collaboration entre spécialistes des textes, musicologues et musiciens s’impose comme une nécessité. Les communications résultent de cette collaboration et seront suivies chacune de réponses et d’un débat.

Lieu : Saint-Guilhem-le-Désert, Musée de l’abbaye de Gellone

Congrès organisé avec le concours du Centre d’Études Médiévales de Montpellier, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale de Poitiers, de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Université de Pavie.

En contrepoint du congrès se déroulera le Festival Musici Vagantes
Saint-Guilhem-le-Désert (21-24 mai 2017 / Abbaye de Gellone)


Dimanche 21 mai

10h00 : Ouverture de l’exposition sur les instruments médiévaux

14h00 : Accueil & Inscriptions

14h30 : Enjeux de l’ «archéo-lutherie», présentation grand public par les luthiers Olivier Féraud et Yves d’Arcizas

16h30 : Ouverture du congrès par Fabio Zinelli

17h00 : Conférence inaugurale de Claudio Galderisi : De la philologie comme forme d’exécution des œuvres médiévales. Le bruit des innovations et les variantes des interprètes

18h15 : Concert déambulatoire : Brice Duisit, A l’Escola N’Eblon

19h30 : Cocktail dînatoire

21h00 : Concert abbatiale,
La Flama (dir. Xavier Terrasa),
La Flama del trobador desconegut

Lundi 22 mai

9h00 : Session 1
Davide Checchi et Michele Epifani : « C’est pas ma faute ». La responsabilité des philologues et musiciens envers la tradition.

10h00 : Session 2
Francesco Carapezza et Robert Lug : Notation musicale et fautes métriques dans le corpus des lais lyriques gallo-romans

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 3
Gianluca Bocchino et Luca Gatti : Errori attributivi e mouvance melodica : il caso di Compains Jehan, un gieu vous voel partir (Linker 1, 9)

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 4
John Haines et Christopher Callahan : La partie ancienne du chansonnier de Thibaut de Champagne.

15h30 : Session 5
Stefano Milonia : La chanson un peu particulière de Richard Coeur de Lion
Nicholas Bleisch : Transposed Texts : Mis-Reading Note and Word in the Trouvère Ms. F-Pn fr. 24406

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Frédéric Duval : Les concepts d’erreur ou de faute en critique textuelle

21h00 : Concert abbatiale
Les Chantres du Thoronet (dir. Damien Poisblaud),
Requiem grégorien à 4 parties

Mardi 23 mai

9h00 : Session 5
Elsa De Luca et Océane Boudeau : Correction, erreur et variante : l’exemple du plainchant médiéval

10h00 : Shin Nishimagi : Fautes révélant une théorie méconnue dans une tradition des tonaires aquitains (XIe-XIIe s.)
Fedon Nicolaou : Les Lusignans et saint Hilarion,
la construction forcée d’une tradition ?

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 8
Gisèle Clément et Damien Poisblaud : Grégorien sans faute ? Problématique (autour ?) d’une restauration

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 9
Christelle Cazaux-Kowalski et Anne-Zoé Rillon-Marne : Carmina burana versus Notre-Dame : une approche philologique et musicale des conduits

15h30 : Session 10
Christelle Chaillou et Federico Saviotti : Évoquer la faute dans le cas des ajouts tardifs en occitan du ms BnF fr. 844

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Marie-Noël Colette : Divergences d’écriture et corrections de copistes dans les manuscrits du Haut Moyen-Âge

19h00 : Dîner

21h00 : Concert abbatiale
Alla francesca (dir. Brigitte Lesne),
Variations amoureuses

Mercredi 24 mai

9h00 : Session 11
Francesco Zimei et Paola Elia : Fenomenologia del residuum nei canzonieri polifonici, con un focus su alcune fonti quattrocentesche
di area iberica

10h : Session 12
Massimo Privitera et Maria Antonella Balsano : Musica sbagliata

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 13
Séverine Delahaye Grélois : La première fois c’est une erreur. La deuxième fois c’est un procédé. De l’usage de la dissonance dans la
poésie de la Renaissance
Jérémie Couleau : Contrapunto bestiale : la faute dans les sources théoriques et musicales du chant sur le livre

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 14
Fanch Thoraval et Mathieu Ferrand : À qui la faute ? Musique, métrique et pédagogie latine dans les traditions éditoriales de la
Brevis Grammatica de Francesco Negri et des Scenica Progymnasmata de Johannes Reuchlin – 1480-1550

15h30 : Brigitte Lesne, Anne Ibos-Augé et Marie-Geneviève Grossel : Le mot, la note et le copiste : aperçus sur les versions parallèles
des chansons, conduits et motets aux XIIe et XIIIe siècles

17h00 : Pause

17h30 : visite

20h00 : Concert abbatiale
Magister Petrus (dir. Mauricio Molina),
Cupid Behind the Walls. Love’s seduction
and the medieval cleric

21h30 : Banquet


Voir le programme et l’affiche ICI

Contacts et organisateurs :

Gisèle Clément : gisele.clement@univ-montp3.fr
Christelle Chaillou-Amadieu : chaillouchristelle@hotmail.com
Federico Saviotti : federico.saviotti@unipv.it
Fabio Zinelli : zinelli2001@yahoo.it

                     

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance

         Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance : Médiations, auto-traductions et traductions secondes

Turnhout : Brepols, 2017

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 4) 268 p.

ISBN : 978-2-503-56971-0

Les différentes contributions du présent volume révèlent toutes un rapport problématique à la fidélité des traducteurs et aux traductions préexistantes.
 

Après deux premiers volumes consacrés à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne et aux questions concernant la traduction empêchée et la traduction manipulée, ce troisième volume entend sillonner deux domaines mal connus de la traduction au Moyen Âge et à la Renaissance, domaines que seules les apparences distinguent : la réception des traductions médiévales au XVIe siècle et la pratique de l’auto-traduction.

La Journée d’étude dont ce livre recueille les contributions a permis de dénouer les nombreux liens qui lient ces deux thématiques autour des notions centrales de rupture et de continuité, de fidélité idéalisée et d’infidélité impossible. D’un côté, on voit que le traducteur de la Renaissance qui a accès aux traductions médiévales est poussé à en prendre le contre-pied pour marquer une nouvelle subalternité alors que, en même temps, il peut en subir profondément l’influence. De l’autre côté, l’auto-traducteur est pensé comme incapable de se trahir lui-même La relation au texte initial et, en conséquence, la contrainte de fidélité ne sont-elles pas différentes selon que le traducteur translate sa propre création ou qu’il auto-traduit une œuvre originale ? Les quatre théorèmes exposés ici dans l’article d’ouverture de la section consacrée à l’auto-traduction au Moyen Âge et à la Renaissance montrent comment les caractères spécifiques de l’écriture médiévale et l’usage social et culturel des langues ont façonné la pratique de l’auto-traduction.

Les liens sont serrés entre les deux thèmes de cette Journée : dans les deux cas, le traducteur est confronté à la question de la médiation de ce qui existe déjà, médiation qui ne peut se comprendre qu’au regard des aires culturelles privilégiées dans lesquelles elle s’effectue. Les deux volets de ce troisième volume jettent une lumière originale sur une des raisons internes de la traduction : elle ne peut vivre que dans un perpétuel renouvellement.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011). Il a codirigé avec Jean-Jacques Vincensini les volumes sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction (Brepols 2015 et 2016).

Jean-Jacques Vincensini est professeur émérite de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart. Il a codirigé avec Claudio Galderisi le volume sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction.


Table of Contents

Fortune et infortune des traductions médiévales à la Renaissance
– Claudio Galderisi, L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
– Frédéric Duval, D’une renaissance à l’autre : les traductions françaises du Corpus juris civilis
Silvère Menegaldo, La longue vie de la traduction française de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375). À propos des éditions imprimées d’Abbeville (1486-1487) et de Paris (1531)
– Pierre Nobel, L’editio princeps de la Bible historiée par Antoine Vérard
– Cinzia Pignatelli, Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
– Vladimir Agrigoroaei, Les traductions en vers du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
– Viola Mariotti, Les traductions françaises d’Albertano de Brescia entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la RenaissanceL’auto-traduction : typologies et pratiques
– Jean-Jacques Vincensini, Des conditions de possibilité des auto-traductions au Moyen Âge flamboyant
– Anna Maria Babbi, L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
– Marie-Luce Demonet, Étienne Dolet, auto-traducteur bifrons
Marie-Christine Gomez-Géraud, La Bible et la Theologia deutsch : Sébastien Castellion et ses doublets de traduction

[9 novembre] Atelier ressources numériques / IBHR : International Bibliography of Humanism and the Renaissance

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 9 novembre 2016 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : IBHR – International Bibliography of Humanism and the Renaissance
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Blanca Angeles, Docteur en Langues et littératures anciennes

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

La troisième séance aura lieu le jeudi 1er décembre à 12h en présence de Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS au CESCM) pour une présentation de Medioevo latino.

Les 4 séances suivantes restent à définir ……

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire