Archives par mot-clé : photo

[5 avril] Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Le CESCM a le plaisir de recevoir, les 4 et 5 avril 2017, Emilia Jamroziak, Directrice de l’Institut of Medieval Studies de la prestigieuse université de Leeds, avec laquelle le CESCM collabore pour la BCM.


Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Mercredi 5 avril de 14h à 16h

Salle Gaston Berger (CESCM, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Spécialiste d’histoire monastique, Emilia Jamroziak, professeur d’histoire médiévale et directrice de l’Institute for Medieval Studies à l’Université de Leeds, étudie les interactions entre les institutions religieuses, et plus particulièrement les monastères cisterciens dans leurs relations avec les laïcs, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en Europe centrale ou en Scandinavie.

Principaux ouvrages : Rievaulx Abbey and its Social context (2004)1, Survival and Success on Medieval Borders (2011)2 , The Cistercian Order in Medieval Europe 1090–1500 (2013) 3

Emilia Jamroziak dirige l’Institute for Medieval Studies de l’Université de Leeds, avec lequel le CESCM collabore étroitement dans le cadre de la Bibliographie de Civilisation Médiévale. Nos centres respectifs préparent une convention pour faciliter les échanges d’étudiants de Master, de doctorants, d’enseignants et de chercheurs. Le mardi 4 avril, Emilia Jamroziak participera à la journée organisée par la chaire régionale d’histoire monastique de Cécile Treffort.

  1. E. JAMROZIAK, Rievaulx Abbey and its Social Context, 1132-1300
    Memory, Locality, and Networks, Brepols, 2004, xii-252 p. []
  2. E. JAMROZIAK, Survival and Success on Medieval Borders
    Cistercian Houses in Medieval Scotland and Pomerania from the Twelfth to the Late Fourteenth Century, Brepols, 2011, xvi-215 p. []
  3. E. JAMROZIAK. The Cistercian Order in Medieval Europe, 1090–1500, Routledge, Abingdon & New York, 2013, vii-315 p. []

[12 avril] La base Titulus

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 12 avril 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Ressources en ligne pour la musicologie médiévale
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

–  Estelle Ingrand-Varenne

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Martin AURELL

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Budapest : Ceu LL, 2017

468 pages, ISBN 978-963-386-105-9

$70.00 / €53.00 / £44.00

An encounter between a warring knight and the world of learning could seem a paradox. It is nonetheless related with the Twelfth-Century Renaissance, an essential intellectual movement for western history. Knights not only fought in battles, but also moved in sophisticated courts. Knights were interested in Latin classics, and reading and writing poetry. Supportive of “jongleurs” and minstrels, they enjoyed literary conversations with clerics who would attempt to reform their behaviour, which was often brutal. These lettered warriors, while improving their culture, learned to repress their own violence and were initiated to courtesy: selective language, measured gestures, elegance in dress, and manners at the table. Their association with women, who were often learned, became more gallant. A revolution of thought occurred among lay elites who, in contact with clergy, began to use their weapons for common welfare. This new conduct was a tangible sign of Medievalist society’s leap forward towards modernity.

This monograph contains a great deal of detailed information about the attitudes towards learning and written culture among members of the nobility in different parts of Europe in the Middle Ages.

“A study of very great and broad significance for the understanding of the nature of knighthood, chivalry and courtesy. It counters the casually held notion that makes clean separation between knights and clerics. The literacy of knights was widespread, and more important, a strongly held and asserted social value. It had a powerful influence on the behavior of knights, and on held and practiced social values of the aristocracy. The book stands as an important contribution to studies of chivalry and the intellectual and social life of the high Middle Ages.” — C. Stephen Jaeger, Gutgsell Professor Emeritus, German and Comparative Literature, University of Illinois, Urbana/Champaign.

 

L’œil et le clic – IV

L’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte des photographes du CESCM.

La photographie, éclairante sur l’aspect scientifique et marquée d’un esthétisme puissant, présente un détail d’une inscription peinte au baptistère Saint-Jean-Baptiste de Poitiers.

Poitiers, baptistère / Ad-Patrem

(Re)découvrez-la au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée et tentez votre chance ! Complétez le formulaire de participation, disponible à côté du cliché, en répondant à la devinette. Le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

Le tirage au sort aura lieu le 4 mai à midi, le gagnant sera averti par mail. Il remportera l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de son choix.

Bonne découverte, et bonne chance !

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

http://baseromane.fr/accueil2.aspx

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []