Archives par mot-clé : photo

Aquitania monastica : premier bilan d’un nouveau programme de recherche

Les anciennes provinces correspondant à l’Aquitaine (ancienne ou « nouvelle ») du Nord, à savoir Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois (ex-région Poitou-Charentes) et Limousin, ont connu une histoire monastique ancienne, riche et originale, avec des abbayes importantes qui, en parallèle à leur vocation spirituelle, ont su gérer de manière efficace leur patrimoine temporel et leurs réseaux de prieurés. Insérée dans une dynamique européenne grâce aux divers ordres monastiques, cette implantation religieuse, documentée par de nombreuses sources écrites, a laissé une forte empreinte dans la région et caractérise une grande partie de son patrimoine. Plus d’une centaine d’édifices sont classés ou inscrits au titre des Monuments historiques et plusieurs figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les moines du Moyen Âge ont par ailleurs, en lien avec les seigneurs laïcs, défriché, asséché les marais et participé à la création de certains paysages caractéristique, à forte valeur touristique.

Moine tenant un livre, XIe siècle ; plaque émaillée provenant de Gençay. Poitiers, Musée Sainte-Croix, n° inv. 2002.3.1.

Or, les études scientifiques consacrées à cette histoire, qui devraient être le fondement de toute activité de médiation, sont rares, et surtout très anciennes, loin de répondre aux attentes actuelles, ce qui nuit à la valorisation de ce patrimoine. Ce manque est lié, en premier lieu, à la dispersion des sources écrites disponibles : à celles conservées dans la région, en partie publiées au XIXe siècle, on doit ajouter toutes celles qui se trouvent dans des dépôts situés ailleurs en France, voire à l’étranger, et qu’il reste encore en grande partie à inventorier, voire à repérer. La difficulté est accrue par le fait que ces sources manuscrites, très rarement numérisées, utilisent écritures et langues anciennes qui oblige à passer par diverses disciplines d’érudition (paléographie, latin médiéval…) pour les lire, les comprendre et les mettre à disposition du public, qu’il soit universitaire ou non. Enfin, parmi les vestiges laissés par le Moyen Âge, les édifices conservés qui retiennent, légitimement, l’attention ont focalisé la plus grande partie de travaux de recherche jusqu’à présent, occultant le fait qu’il ne s’agit que de la partie émergée du gigantesque iceberg documentaire à notre disposition.

Il y avait donc là un vaste champ de recherche à investir, tant pour sa propre richesse scientifique que comme socle d’une connaissance à partager largement, auprès d’un public curieux et passionné. L’obtention par Cécile Treffort, en septembre 2016, d’une « chaire régionale » triennale, soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine et consacrée à l’histoire monastique de l’Aquitaine médiévale a permis de lancer un certain nombre de projets à moyen ou long terme, travaux individuels ou collectifs réunis dans une dynamique commune qui a donné naissance au programme Aquitania monastica.

Retour sur l’année 2017

Sorte d’étape préparatoire, l’année 2017 a été marquée par une intense activité documentaire, sorte de « retour aux sources » considéré comme le fondement de toute connaissance historique nouvelle : repérage de manuscrits issus de la région et actuellement conservés dans les collections nationales (à Paris et en Région) ou à l’étranger, transcription de certains textes inédits, traductions de sources latines dont le résultat sera progressivement mis à disposition du public.

Le programme de recherche étant étroitement associé, dans le cadre de cette « chaire », à la formation de jeunes chercheurs, deux nouveaux enseignements thématiques ont été proposés en licence (Moines et monastères dans l’Aquitaine médiévale) et master (Le monastère, un monde de la mémoire), complétés par diverses interventions pour un public élargi, notamment à l’université inter-âges de Poitiers.

Signature de Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine, et de divers témoins, au bas de la donation par le comte comtale de la forêt de Doeuil aux religieux de Saint-Cyprien, vers 1003. Poitiers, Archives départementales de la Vienne, Pièce restaurée n° 31

En plus des nombreuses interventions dans des rencontres scientifiques, l’année 2017 a également été marquée par deux colloques internationaux co-organisés avec la chaire régionale, où le cas de l’Aquitaine a été à l’honneur : Categorising the Church : Debating Religious Communities : canonical and Monastic Ways of Life in the Carolingian World (organisé les 4 et 5 mai à Vienne en Autriche) et Urban Monasticism, 300-1300 (organisé à Poitiers les 30 juin et 1er juillet 2017, en collaboration avec les universités de Turku (Finlande) et de Monash (Australie) et l’université d’Europe centrale de Budapest (Hongrie). Outre la formalisation de leurs résultats par la publication des actes, prévue en 2018, ces manifestations scientifiques apparaissent comme le point de départ d’une collaboration internationale renforcée, avec, dès les 11-12 octobre 2018, une rencontre à Poitiers, faisant suite à celle de Vienne, avec les collègues autrichiens, autour des communautés monastiques et du clergé canonique dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècle), coordonnée par Émilie Kurdziel.

À l’horizon 2018…

À l’automne 2017, l’activité du programme Aquitania monastica s’est intensifiée grâce au recrutement sur contrat de deux ingénieures de recherche en production, traitement et analyse de données, Pascale Brudy et Manon Durier, chargées, entre autres, de travailler à l’inventaire des établissements réguliers de la région, en collaboration étroite avec le programme ANR Col&Mon [Collégiales et Monastères] dirigé par Anne Massoni (université de Limoges) et Noëlle Deflou-Leca (université de Grenoble), et à l’enregistrement des données sur la base Monastères, outil à vocation national qui sera prochainement complété par un logiciel d’analyse spatiale et statistique. Un premier bilan, concernant respectivement Baignes (en Charente) et Charroux (dans la Vienne), a été présenté à Limoges le 16 décembre dernier, et l’inventaire se poursuivra grâce à l’étude d’autres réseaux monastiques régionaux.

Charroux, ancien cloître de l’abbaye médiévale (cliché C. Treffort)

Par ailleurs, grâce à une articulation étroite avec le nouveau programme régional de recherche Monasticon Aquitaniae. Le paysage monastique de l’Aquitaine médiévale, coordonné par Christian Gensbeitel (université Bordeaux Montaigne), élaboré en totale complémentarité avec Aquitania monastica, et à des relations suivies avec le réseau Abbatia, autour de la valorisation de grands sites régionaux, toutes les conditions sont désormais réunies pour une étude globale du phénomène monastique médiéval à l’échelle de l’Aquitaine.

Pour Aquitania monastica, on notera, à l’horizon 2018, la poursuite des travaux de recherche fondamentale, marqués par un constant « retour aux sources », la présentation de résultats dans divers colloques ou journées d’étude, l’organisation ou la co-organisation de plusieurs manifestations dont le programme est en cours de finalisation, mais également une diffusion des résultats de la recherche à un public élargi, par le biais de conférences, articles ou numéros thématiques dans des revues régionales et, surtout, l’ouverture d’un carnet de recherche Hypothèses.org permettant l’accès en ligne à un certain nombre d’informations et de ressources sur le monde monastique.  Affaire à suivre, donc…

 

[18-29 juin] : Semaines d’études médiévales 2018

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une cinquantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Date : 18 au 29 juin 2018

Lieu : CESCM – Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaine – Poitiers


Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2018

 

Les candidatures peuvent être envoyées dès à présent au moyen du Formulaire de candidature

Auditeurs libres : Bulletin d’inscription

Pour consulter les  Modalités pratiques

 

Renseignement : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

Tél.  33(0)5 49 45 45 57

Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Voici la liste des conférenciers, programme et modalités d’inscriptions ultérieurement.

Paul Bertrand (Université catholique de Louvain) : Les dynamiques de l’écrit au Moyen Âge central : entre paysages documentaires et communautés graphiques

Fabrizio Cigni (Université de Pise) : La littérature arthurienne en Italie : milieux, manuscrits, adaptations, contacts linguistiques

Joëlle Ducos (Université de Paris-Sorbonne) : Les comètes et le prince : savoir laïc et sources savantes

Paul Freedman (Université de Yale) : Le poisson dans son contexte social au Moyen Âge 

Claudio Galderisi (Université de Poitiers) : L’erreur comme forme d’exécution du texte médiéval

Isabelle Marchesin (Institut National d’Histoire de l’Art – Paris) : Lieu et passages dans l’image entre Moyen Âge et Renaissance

Pierre Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Leçons d’objet : le cas de la Grande châsse de saint Maurice

Marwan Rashed (Université de Paris-Sorbonne) : Quelques remarques sur la tradition textuelle d’Aristote

Laurent Schneider (CIHAM, EHESS/CNRS) : Fouiller une abbaye et un monument complexe : redécouverte archéologique de Saint-Sauveur d’Aniane en Septimanie

Arnaud Timbert (Université d’Amiens) : Qu’est-ce que l’architecture gothique ? Le cas du XIIe siècle

Cécile Treffort (Université de Poitiers) : La circulation de la mémoire des morts dans les abbayes de l’Aquitaine médiévale

Catherine Vincent (Université de Paris Nanterre) : Enjeux historiques de la vernacularisation hagiographique à travers quelques exemples français (XIIIe-XVe siècle)

Cécile Voyer (Université de Poitiers) : La mise en ordre du monde : l’abbé et son sacramentaire au IXe siècle (le sacramentaire de Marmoutier, Autun, BM, ms. 19bis)

Daniel Wakelin (Université d’ Oxford) : Apprendre et imaginer l’alphabet en Angleterre au XVe siècle

 

             

[28 févr.] : Utiliser une base de données de textes latins, que l’on soit un grand latiniste… ou non !

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 28 février de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Library of latin texts.
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Estelle Ingrand-Varenne, responsable de l’inscripthèque du CESCM

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Le prochain atelier aura lieu le 20 mars, Christelle Chaillou-Amadieu (chargée de recherche CNRS au CESCM) présentera des outils numériques autour de la poésie lyrique, texte et musique (XIIe-XVe)

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Échanges avec les médiévistes américains

Dans le cadre d’un financement obtenu via le Centre France-Stanford (Californie), trois enseignants-chercheurs du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) vont se rendre en avril prochain dans la prestigieuse Université de Stanford pour travailler, avec leurs collègues médiévistes américains, sur la thématique suivante : les échanges culturels entre l’Occident et l’Orient au XIIIe siècle. Entretien avec Martin Aurell, historien-médiéviste, directeur du CESCM, à l’initiative de ce projet.

Les trois participants du laboratoire CESCM au programme avec Stanford: de gauche à droite, E. Ingrand-Varenne, M. Aurell et N. Prouteau (© JP Brouard)

Qu’est-ce qui a motivé cet échange avec l’Université de Stanford ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à l’Université de Stanford pour présenter, lors d’un colloque international, mes travaux sur la féodalité dans le sud de La France. J’avais alors établi des liens avec certains de mes homologues américains. Lorsque j’ai eu connaissance d’un appel d’offres d’échange international lancé par le Centre France-Stanford, partenaire du Ministère français des Affaires étrangères dans cette prestigieuse université (elle est classée 3e meilleure université mondiale dans le classement de Shangaï et compte pas moins de 20 prix Nobel), j’ai réactivé mes relations, notamment avec Marisa Galvez, spécialiste de la littérature médiévale pour envisager un travail commun.
Ensemble nous avons monté un programme autour d’une thématique, qui nous anime tous les deux : les échanges durant les croisades au XIIIe siècle entre le sud de la France et l’Orient.

C’est un sujet peu exploré car on a longtemps considéré les guerres de religion comme une période de chaos qui n’avait rien apporté. C’est une idée qui est de plus en plus remise en cause car ceux qui les menaient, par exemple Richard Cœur-de-Lion et Saladin, se respectaient. Des échanges, autres que guerriers, ont donc eu lieu, de dimension culturelle ou de pratiques sociales, entre musulmans et chrétiens via les croisés et les pèlerins.
Ce qui fait écho avec l’actualité. C’est un point qui, je pense, nous a aidé à obtenir les financements.

Quelle forme va prendre cette collaboration ?

Elle va se traduire par l’organisation de deux colloques : l’un qui aura lieu à l’Université de Stanford en avril prochain et un second qui se déroulera à l’Université de Poitiers en 2019. Pour ce qui est du premier colloque, je serai du voyage ainsi que deux collègues du CESCM : Estelle Ingrand-Varenne du CNRS qui est épigraphiste médiévale (spécialiste des inscriptions) et Nicolas Prouteau, maître de conférences, archéologue, spécialiste des châteaux.
Ces colloques, qui réuniront aussi 10 experts et chercheurs américains, vont offrir l’opportunité de mieux comprendre les échanges mercantiles, artistiques et idéologiques durant cette période de croisade et évaluer leur influence sur la culture chrétienne et musulmane. Chaque intervenant, dans sa discipline, aura une demi-heure pour exposer ses travaux, temps qui sera suivi d’échanges. Les deux colloques déboucheront ensuite sur l’édition d’un ouvrage.

Qu’attendez-vous de ce déplacement aux États-Unis ?

Ce sera pour nous l’occasion de confronter nos idées. Il est important d’aller voir en dehors de l’Europe la façon d’appréhender la recherche sur le Moyen Âge. Les  États-Unis sont un véritable laboratoire d’idées, les chercheurs ont une approche imaginative qui nous manque un peu.
L’objectif est aussi de jeter les bases d’une collaboration future entre les médiévistes francophones et américains.