Archives par mot-clé : photo

[1er déc.] Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers et l’architecture romane au premier XIe siècle

Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers et l’architecture romane au premier XIe siècle

Atelier organisé dans le cadre du projet la culture visuelle des chanoines (Axe 3 du CESCM), sous la coordination de Cécile Voyer (CESCM) et Éric Sparhubert (Criham).

Lieu : Poitiers, hôtel Berthelot | 24 rue de la chaîne | bât. E 13 | salle Berger

Date : vendredi 1er décembre | 10h-17h

Renseignements : Cécile Voyer cecile.voyer@univ-poitiers.fr

Pour voir l’affiche et le programme

Ill. : Veüe de l’églisse de sainct Hilaire le grand à Poictiers, 1699. Bnf. © Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel / c. Rome, 2012 | conception graphique : Isabelle Fortuné / Université de Poitiers

Assurément moins médiatisée et moins célèbre que sa voisine Notre-Dame-la-Grande, et bien qu’amputée des étages de son clocher et d’une partie de sa nef, la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers est un édifice de première importance pour la période romane. Sa mise en œuvre au XIe siècle témoigne à la fois des ambitions d’une communauté de chanoines prestigieuse et puissante, dont l’abbé laïc était le comte de Poitiers, duc d’Aquitaine, mais aussi des nécessités d’adaptation à un site à l’histoire longue qui s’ancre sur le tombeau d’Hilaire, premier saint évêque de Poitiers.
En 1982, Marie-Thérèse Camus a consacré à cet édifice une importante étude qui en a précisé la chronologie. Restée unique, cette étude a été développée par des compléments sur la tour-porche, les chapiteaux, les peintures du rond-point du chevet à l’occasion de leur découverte.
Depuis 30 ans, les travaux des historiens sur le chapitre de chanoines, sur les ducs d’Aquitaine, ou encore le culte de saint Hilaire, mais aussi les recherches sur les peintures du chevet et les investigations des archéologues sur le quartier canonial ont renouvelé notre vision du site et de son histoire. En outre, les recherches sur l’architecture du XIe siècle ont profondément modifié notre connaissance du paysage artistique de cette période.

Une nouvelle étude de la collégiale Saint-Hilaire peut être aujourd’hui envisagée à nouveaux frais, profitant notamment des données nouvelles fournies par le recours aux nouvelles technologies mais aussi aux relevés du bâti.
Il ne s’agit pas de faire table rase des travaux antérieurs, bien au contraire, mais de proposer un aggionamento des connaissances sur cet édifice et de l’inscrire dans une approche pluridisciplinaire afin de préciser les enjeux de la construction et du décor, leur place dans l’art des XIe‑XIIe siècles ou encore d’inscrire l’édifice et ses annexes
dans l’histoire de la ville de Poitiers.
On se concentrera tout particulièrement sur la période IVe‑XIIe siècle qui, non seulement correspond à la construction du gros-œuvre, à l’apogée du chapitre, mais se révèle surtout d’une cohérence impressionnante.

Dans un premier temps, on s’intéressera en particulier à l’architecture. Outre l’affinement de la chronologie et des étapes de chantier, plusieurs questions sous-tendront l’étude architecturale : Quelle relation entretiennent l’édifice et le chantier roman avec le(s) édifice(s) antérieur(s) ? Quelle place pour le culte de saint Hilaire ? Comment interpréter la cérémonie de dédicace de 1049 par rapport
à la construction romane ?
La place de la tour-porche et celle du chevet à déambulatoire seront également précisées à la lumière des études récentes sur les édifices de la vallée de la Loire de la première moitié du XIe siècle ou plus méridionaux.
Il s’agira aussi d’interroger une chronologie relative et de préciser les rapprochements avec des monuments voisins datés de la même période tels que Notre-Dame-la-Grande, Sainte-Radegonde, Saint-Savin, Saint-Nicolas, Montierneuf.
On s’interrogera aussi sur la mise en œuvre des maçonneries comme du recours à la pierre de taille (évolution, usages différenciés perceptibles sur le bâtiment). Enfin la question de la réception de la tradition basilicale et son évolution, concomitante à l’introduction de la travée-cellule et du voûtement constituera un axe important de la réflexion.

En préambule à ce vaste chantier une première étape est proposée sous la forme d’un atelier. Largement basé sur l’échange et la discussion, celui-ci s’organise en trois temps.
Un premier est consacré à la présentation par les différents intervenants d’un certain nombre de dossiers qu’ils maîtrisent et/ou des travaux en cours constituant des études de cas afin de nourrir la réflexion sur Saint‑Hilaire.
Dans un deuxième temps, une visite sur le site de Saint-Hilaire permet d’apprécier au plus près l’édifice et les problématiques qui s’en dégagent.
Enfin, un troisième temps est dédié à une discussion générale.

 

Programme

10h/12h

Présentation du projet : La collégiale Saint-Hilaire et ses chanoines

  • Éric Sparhubert (Criham, Université de Limoges) et Cécile Voyer (CESCM, Université de Poitiers)

Avec la participation de Marie-Thérèse Camus (CESCM) et Quitterie Cazes (Framespa, Université de Toulouse–Jean Jaurès)

Études de cas, comparatismes, réflexions

  • Anastasiya Chevalier-Shmauhanets (ArScAn-THEMAM, Université Paris Nanterre), Les nefs des églises rurales paroissiales du diocèse de Rouen (XIe-XIIe siècle)

 

  • Thomas Pouyet (Université François-Rabelais, Tours), La tour-porche de l’abbaye saint-Paul de Cormery

 

  • Daniel Prigent (ArTeHis),  Techniques de construction et de mise en œuvre de la pierre à l’époque romane, études comparées entre Anjou et Poitou

 

14h/17h

Visite de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand

Table ronde


     

Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle)

Lucie Malbos

Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle)

Turnhout : Brepols, 2017

Haut Moyen Âge (HAMA 27) – 453 p.

ISBN: 978-2-503-57580-3

 

Marchands, pirates et autres voyageurs n’ont pas attendu le VIIe siècle pour prendre la mer. Toutefois, alors que les échanges, tant commerciaux que culturels, se développent fortement et que la voile fait son apparition dans les mers nordiques, le contexte est propice à l’essor de grands ports marchands (emporia ou wics) sur leurs rives.

Les caractéristiques communes de ces établissements portuaires, lieux de rencontre et de brassage au centre des réseaux d’échanges, invitent à une approche comparative des espaces franc, anglo-saxon, scandinave et slave. Pour étudier les emporia à la lumière des recompositions politiques, économiques et sociales des VIIe-Xe siècles, un large éventail de sources, à la fois textuelles et archéologiques, est mobilisé, dans le cadre d’une approche interdisciplinaire, sollicitant également la géographie et l’anthropologie.

Ce livre cherche à comprendre les interactions entre ces ports et leurs arrière-pays et à mettre en lumière les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent, en prenant en compte les différents jeux d’échelle. Il s’agit de s’interroger sur les spécificités de ces communautés portuaires émergentes, tout en reconsidérant leur place dans les réseaux économiques du premier Moyen Âge à la lumière des récentes découvertes, qui bouleversent les approches traditionnelles, en Europe et même au-delà.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée et docteur en histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Lucie Malbos est maître de conférences à l’université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévales (Poitiers – CNRS, UMR 7302).

 

[28 nov.] International Medieval Bibliography (IMB) et Bibliographie de civilisation médiévale (BCM)

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mardi 28 novembre 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : International Medieval Bibliography (IMB) et la Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Mathieu Cosson, doctorant au CESCM

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Le troisième atelier aura lieu le 19 décembre à 12h, Estelle Ingrand-Varenne  présentera la Library of latin texts.

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

[24-25 nov.] Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Programme de recherche Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe (Fédération de recherches 3482-FESMAR).

Après une première réunion les 9 et 10 décembre 2016, destinée à organiser le programme de recherche et la mise en place des instruments pour constituer un lexique collaboratif, une journée d’étude, dont les actes ont vocation à être publiés, est organisée à Poitiers : elle portera spécifiquement sur le thème Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels.

Organisé par Stéphane Boissellier (CESCM) et Nathalie Bouloux (CESR)

Dates : 24 et 25 novembre 2017

Lieu : CESCM (salle Berger) – Poitiers

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits), qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en œuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc dans l’esprit des historiens…

 

Programme

 

Vendredi 24 novembre 14h-18h

Nommer les lieux étrangers et lointains, un mode d’appropriation ?

Lucie Malbos (université de Poitiers) : Des peuples aux royaumes en Scandinavie au haut Moyen Âge

Emmanuelle Vagnon (Cnrs Lamop Paris I) : Nommer les lieux sur les cartes marines : reflet de la pratique ou représentation politique ? (XIIIe-XVIe siècles)

Le lexique des circonscriptions administratives

Émilie Kurdziel (université de Poitiers) : La nomination des circonscriptions administratives dans les actes italiens des IXe-XIe siècles

Pause

Yassir Benhima (université Paris III–Sorbonne Nouvelle) : Organisation territoriale et nomenclature administrative au Maroc (XIIIe-XVIe siècles)

Sylvain Gouguenheim (ENS-LSH (Lyon) : Premiers aperçus sur le lexique territorial employé par l’Ordre teutonique en Prusse (XIIIe-XIVe siècles)

 

Samedi 25 novembre 8h30-12h30

 

Philippe Jansen (université de Nice – Sophia Antipolis) : Le districtus (contado ou terra) et ses subdivisions locales dans les statuts et les actes de la pratique en Italie centrale : de l’espace vécu à l’espace administré

Nommer les villes et les lieux dans les villes

Miguel Calleja (universidad de Oviedo) : Le lexique de l’espace urbain dans les chartes : León et Castille, XIIIe siècle

Pause

Régis Le Gall Tanguy : Nommer les rues : Quimper aux XIIIe-XIVe siècles

Harmony Dewez (université de Poitiers) : La topologie médiévale : entre droit, histoire et géographie

 

Contacts

Nathalie Bouloux : nathalie.bouloux@univ-tours.fr

Stéphane Boissellier : stephane.boissellier@univ-poitiers.fr