Archives par mot-clé : musicologie

Les noces de Philologie et Musicologie : textes et musique au Moyen-Âge

Les noces de Philologie et Musicologie : textes et musique au Moyen-Âge

Sous la dir. de Christelle Cazaux-Kowalski, Christelle Chaillou-Amadieu, Anne-Zoé Rillon-Marne et Fabio Zinelli

Paris : Classiques Garnier, 2018

(Civilisation médiévale, 22) – 569 p.

ISBN : 978-2-503-57343-4

Philologues, musicologues, historiens et littéraires explorent les relations entre texte et musique au Moyen Âge : création et réception des répertoires, sources manuscrites, aspects formels de la lyrique sacrée ou profane, tendances passées et actuelles de la recherche, nouvelles approches méthodologiques.

TABLE DES MATIÈRES
Christelle CAZAUX-KOWALSKI, Christelle CHAILLOU-AMADIEU, Anne-Zoé RILLON-MARNE et Fabio ZINELLI
Introduction
Première partie
MUSIQUE ET POÉSIE
ENTRE HISTOIRE ET HISTORIOGRAPHIE
Michel ZINK
– Que reste-t-il de nos amours ?
Christelle CHAILLOU-AMADIEU et Fabio ZINELLI
– Entretien avec Michel Zink
Martin AURELL
– Troubadours et trouvères. Musique, société et amour courtois
Deuxième partie
MUSICOLOGIE ET PHILOLOGIE
REGARDS CROISÉS
Christelle CHAILLOU-AMADIEU
– Philologie et musicologie. Les variantes musicales dans les chansons de troubadours
Océane BOUDEAU
– La question des variantes dans les nova cantica de l’office de la Circoncision de Sens
Fabio ZINELLI
– Musicologie et Philologie : deux disciplines « auxiliaires »
Jean-Baptiste CAMPS
– Musicologie et philologie numériques
Francesco CARAPEZZA
– Transmission et interprétation. À propos des mélodies des troubadours
Marie-Noël COLETTE
– Tropes et prosules : poésie et musique
Federico SAVIOTTI
– Philologie versus musicologie ? Pour une approche pragmatique de la lyrique médiévale
Troisième partie
USAGES ET PRATIQUE DES SOURCES
Susan RANKIN
– Writing and Reading. Word and Sound in the Ninth Century
Christelle CHAILLOU-AMADIEU et Oreste FLOQUET
– Musique mesurée ou non mesurée ? Étude sur le rythme dans les monodies des troubadours
Anne IBOS-AUGÉ
– « L’en i chante et lit ». Le discours musical dans les textes littéraires médiévaux
Agathe SULTAN
– Alphée et Aréthuse. Sur quelques sources notées des ballades médiévales
Quatrième partie
STRUCTURES FORMELLES ET TECHNIQUES DE
COMPOSITION
Paolo CANETTIERI
– La division strophique des chansons de troubadours. Entre métrique, musique et syntaxe
Marie-Geneviève GROSSEL
– Les figures de répétition dans la chanson de trouvères
Mark EVERIST
– Le conduit à nombre de voix variable (1150-1250)
Margaret DOBBY
– Texte et musique dans les motets sur Flos Filius ejus. L’exemple de Fidelis gratuletur / Domino
Anna ALBERNI et Maria Sofia LANNUTTI
– « Lay ves França ». Les structures formelles de la musique et de la poésie dans la lyrique catalane des origines
Cinquième partie
POUVOIR DES MOTS ET DU CHANT
Antoni ROSSELL
– Laetitia, tristitia, timor, ira, cupiditas… La emoción en la lírica trovadoresca
John HAINES
– Le praecantator et l’art du verbe
Gilbert DAHAN
– Voix de la liturgie, voix du théâtre dans le drame religieux (Xe-XIIIe siècle)
Marie FORMARIER
– La mise en scène rhétorique de la musique dans les premiers récits exemplaires cisterciens
Anne-Zoé RILLON-MARNE
– Images pour l’œil et pour l’oreille au service de la méditation monastique. Le Lignum vitae de Bonaventure dans le manuscrit Darmstadt 2777
Gisèle CLÉMENT
– Poésie courtoise et déclamation dans les motets pétroniens. Position du problème
Index des noms de personnes
Index des incipits littéraires et musicaux
Index des sources manuscrites
 Résumés

[21-24 mai] 1er Congrès international franco-italien « Qui dit tradition dit faute ? »

1er Congrès international franco-italien
« Qui dit tradition dit faute ? »
La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance
Philologie et musicologie

La notion de « faute » soulève de sérieuses difficultés en philologie et en musicologie, mais aussi chez les interprètes. La connaissance des corpus chantés du Moyen-Âge repose généralement sur des copies, que l’on imagine plus ou moins éloignées des mélodies et des textes tels qu’ils ont été composés ou chantés en leur temps. Même si la plupart des pièces profanes écrites jusqu’au XIVe siècle sont attribuées, rien n’assure que les transcriptions ont été contrôlées par les auteurs. Au cours du XIVe siècle, le droit de regard des poètes
sur l’écriture de leurs pièces se répand, mais la notation musicale en usage ne garantit pas encore une pleine conformité avec l’exécution musicale, voire avec l’intention des compositeurs. En philologie et en musicologie, la notion de « faute » n’est pourtant pas abordée de la même manière et ne revêt pas non plus la même importance. Pour la critique textuelle, c’est sur les fautes évidentes et significatives que se fonde la possibilité de reconstruire la généalogie d’un texte.
Les musiciens et musicologues en revanche considèrent peu la véracité de la faute ; ils préfèrent évoquer la notion de « variante » provenant de diverses performances musicales et donc de la créativité de l’interprète.
L’appréciation de la faute en poésie et en musique constitue donc un sujet pour lequel une réelle collaboration entre spécialistes des textes, musicologues et musiciens s’impose comme une nécessité. Les communications résultent de cette collaboration et seront suivies chacune de réponses et d’un débat.

Lieu : Saint-Guilhem-le-Désert, Musée de l’abbaye de Gellone

Congrès organisé avec le concours du Centre d’Études Médiévales de Montpellier, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale de Poitiers, de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Université de Pavie.

En contrepoint du congrès se déroulera le Festival Musici Vagantes
Saint-Guilhem-le-Désert (21-24 mai 2017 / Abbaye de Gellone)


Dimanche 21 mai

10h00 : Ouverture de l’exposition sur les instruments médiévaux

14h00 : Accueil & Inscriptions

14h30 : Enjeux de l’ «archéo-lutherie», présentation grand public par les luthiers Olivier Féraud et Yves d’Arcizas

16h30 : Ouverture du congrès par Fabio Zinelli

17h00 : Conférence inaugurale de Claudio Galderisi : De la philologie comme forme d’exécution des œuvres médiévales. Le bruit des innovations et les variantes des interprètes

18h15 : Concert déambulatoire : Brice Duisit, A l’Escola N’Eblon

19h30 : Cocktail dînatoire

21h00 : Concert abbatiale,
La Flama (dir. Xavier Terrasa),
La Flama del trobador desconegut

Lundi 22 mai

9h00 : Session 1
Davide Checchi et Michele Epifani : « C’est pas ma faute ». La responsabilité des philologues et musiciens envers la tradition.

10h00 : Session 2
Francesco Carapezza et Robert Lug : Notation musicale et fautes métriques dans le corpus des lais lyriques gallo-romans

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 3
Gianluca Bocchino et Luca Gatti : Errori attributivi e mouvance melodica : il caso di Compains Jehan, un gieu vous voel partir (Linker 1, 9)

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 4
John Haines et Christopher Callahan : La partie ancienne du chansonnier de Thibaut de Champagne.

15h30 : Session 5
Stefano Milonia : La chanson un peu particulière de Richard Coeur de Lion
Nicholas Bleisch : Transposed Texts : Mis-Reading Note and Word in the Trouvère Ms. F-Pn fr. 24406

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Frédéric Duval : Les concepts d’erreur ou de faute en critique textuelle

21h00 : Concert abbatiale
Les Chantres du Thoronet (dir. Damien Poisblaud),
Requiem grégorien à 4 parties

Mardi 23 mai

9h00 : Session 5
Elsa De Luca et Océane Boudeau : Correction, erreur et variante : l’exemple du plainchant médiéval

10h00 : Shin Nishimagi : Fautes révélant une théorie méconnue dans une tradition des tonaires aquitains (XIe-XIIe s.)
Fedon Nicolaou : Les Lusignans et saint Hilarion,
la construction forcée d’une tradition ?

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 8
Gisèle Clément et Damien Poisblaud : Grégorien sans faute ? Problématique (autour ?) d’une restauration

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 9
Christelle Cazaux-Kowalski et Anne-Zoé Rillon-Marne : Carmina burana versus Notre-Dame : une approche philologique et musicale des conduits

15h30 : Session 10
Christelle Chaillou et Federico Saviotti : Évoquer la faute dans le cas des ajouts tardifs en occitan du ms BnF fr. 844

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Marie-Noël Colette : Divergences d’écriture et corrections de copistes dans les manuscrits du Haut Moyen-Âge

19h00 : Dîner

21h00 : Concert abbatiale
Alla francesca (dir. Brigitte Lesne),
Variations amoureuses

Mercredi 24 mai

9h00 : Session 11
Francesco Zimei et Paola Elia : Fenomenologia del residuum nei canzonieri polifonici, con un focus su alcune fonti quattrocentesche
di area iberica

10h : Session 12
Massimo Privitera et Maria Antonella Balsano : Musica sbagliata

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 13
Séverine Delahaye Grélois : La première fois c’est une erreur. La deuxième fois c’est un procédé. De l’usage de la dissonance dans la
poésie de la Renaissance
Jérémie Couleau : Contrapunto bestiale : la faute dans les sources théoriques et musicales du chant sur le livre

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 14
Fanch Thoraval et Mathieu Ferrand : À qui la faute ? Musique, métrique et pédagogie latine dans les traditions éditoriales de la
Brevis Grammatica de Francesco Negri et des Scenica Progymnasmata de Johannes Reuchlin – 1480-1550

15h30 : Brigitte Lesne, Anne Ibos-Augé et Marie-Geneviève Grossel : Le mot, la note et le copiste : aperçus sur les versions parallèles
des chansons, conduits et motets aux XIIe et XIIIe siècles

17h00 : Pause

17h30 : visite

20h00 : Concert abbatiale
Magister Petrus (dir. Mauricio Molina),
Cupid Behind the Walls. Love’s seduction
and the medieval cleric

21h30 : Banquet


Voir le programme et l’affiche ICI

Contacts et organisateurs :

Gisèle Clément : gisele.clement@univ-montp3.fr
Christelle Chaillou-Amadieu : chaillouchristelle@hotmail.com
Federico Saviotti : federico.saviotti@unipv.it
Fabio Zinelli : zinelli2001@yahoo.it

                     

Ressources en ligne pour la musicologie médiévale

L’atelier numérique du CESCM et du SCD de Poitiers du 7 mars 2017 était consacré aux ressources en ligne sur la musique médiévale : répertoires bibliographiques et discographiques, bases de données et catalogues en ligne, méta-sites et portails d’information, ces ressources se sont multipliées et enrichies au cours des dernières années, offrant des possibilités de recherche et d’information accessibles à tout médiéviste, même non musicologue.

Bibliographie générale et accès à des ressources en texte intégral

Le RILM (Répertoire international de littérature musicale) est la base de données bibliographique de référence en musique, quels que soient les types de répertoires ou les périodes chronologiques. Plus de 875 000 références sont indexées, ouvrages, thèses, articles de périodiques, publications collectives, recueils de mélanges, comptes rendus du XIXe siècle à nos jours.

Le SCD de l’université de Poitiers est abonné au RILM. À noter que les éditeurs de la base proposent depuis peu une option « full text » permettant d’accéder, en plus de la base de données bibliographique, au texte intégral de 200 titres de périodiques.

En dehors du RILM, 110 périodiques musicaux sont également indexés et accessibles en texte intégral dans JSTOR. De nombreux articles de périodiques musicaux mais également non musicaux peuvent être consacrés à des sujets en rapport avec la musique médiévale.

Discographies

Les musicologues ont souvent recours aux enregistrements sonores dans le cadre de l’enseignement comme de la recherche. Il existe des ressources recensant la discographie existante et permettant d’identifier précisément des œuvres musicales ayant fait l’objet d’enregistrements commerciaux.

Le site Medieval.org recense toutes les publications discographiques sur la musique médiévale (et plus largement sur la musique ancienne) depuis l’époque du vinyle jusqu’à nos jours.

Concernant plus spécifiquement le répertoire liturgique, le frère Jérôme Weber, prêtre, enseignant et chercheur américain, est à l’origine d’une base de données, Chant discography, commencée en 1972 sous forme papier, et qui aujourd’hui fait l’objet d’un site accessible librement en ligne. Cette discographie a pour ambition de signaler tous les enregistrements de chant liturgique depuis l’ère du 78 tours jusqu’à nos jours, ce qui est extrêmement utile dans un type de répertoire où nombre d’enregistrements échappent aux labels discographiques et aux circuits de distribution habituels.

Sources et répertoire musical

Les efforts des musicologues dans la mise à disposition d’instruments de recherche se sont naturellement portés sur le recensement des sources manuscrites et sur le répertoire musical médiéval. Les plus importantes bases de données librement accessibles à la communauté scientifique concernent essentiellement la musique religieuse, le chant liturgique et la théorie musicale. La musique profane commence également à faire l’objet de bases de données en ligne, mais elle est tout de même moins bien servie.

Concernant le chant liturgique, il faut citer en premier lieu Cantus Index. Il s’agit d’un site-portail piloté par l’université de Waterloo (Canada) avec différents partenaires dans les universités et centres de recherche européens, permettant d’interroger simultanément plusieurs bases de données indexant le répertoire contenu dans les sources liturgiques médiévales (antiphonaires et  graduels, missels, bréviaires, etc.). La recherche s’effectue par incipit textuel ou musical, par genre de pièce mais aussi par fête liturgique, par cote de manuscrit. L’intérêt de ces bases est de permettre une comparaison entre les répertoires de différents manuscrits, dans différentes régions et à différentes époques. Par ailleurs, des liens permettent de passer des données recueillies dans la base à la source numérisée sur internet quand elle existe.

De nombreux sites réalisés par des centres de recherche offrent un choix plus ou moins large d’instruments de recherche et d’outils d’identification concernant les sources et le répertoire musical médiéval. Le site Musicalia Mediaevalia (MusMed), réalisé par le musicologue Christian Meyer, ancien chargé de recherche au CNRS, est l’un des plus riches dans ce domaine : il permet d’accéder à de nombreux instruments de recherche utiles pour l’identification des pièces de chant contenues dans les manuscrits médiévaux et l’étude de la théorie et de la musique médiévale. Il recense entre autres toutes les sources liturgiques notées conservées dans les bibliothèques publiques et les dépôts d’archives en France (en complément des volumes par région du Catalogue des manuscrits notés chez Brepols).

Concernant la musique polyphonique, il faut citer la base DIAMM (Digital archive of Medieval Music) qui recense et inventorie de manière extrêmement précise et détaillée le répertoire contenu dans les sources de la polyphonie médiévale du XIIIe siècle à 1550.

Dans le domaine de la musique monodique profane (lyrique des troubadours et trouvères), il existe encore peu de ressources à ce jour permettant d’interroger le répertoire musical des chansonniers musicaux, en dehors de la Troubadour Melodies Database. Citons enfin la base REFRAIN, mise en œuvre par l’université de Southampton en collaboration avec la FESMAR, qui intéresse autant les littéraires que les musicologues : elle recense en effet les insertions de refrains issus de pièces musicales dans les manuscrits littéraires français du XIIIe siècle.

Enfin, dans le domaine de la théorie musicale, il existe également plusieurs ressources en ligne particulièrement précieuses, notamment le Thesaurus musicarum latinarum qui donne accès aux textes de théorie musicale du IIIe au XVIIe siècle. Le Lexicon musicum Latinum medii aevi est un site qui est également dédié à la théorie musicale médiévale : sources, auteurs, traductions de traités, renvois aux textes en ligne, bibliographie, et un précieux lexique des mots latins employés pour décrire la musique, avec traduction française, anglaise et allemande.

Organologie, iconographie musicale, archéologie du son

L’étude des instruments de musique reste le parent pauvre de la musicologie médiévale. Des sites réalisés en marge des institutions académiques, notamment par des luthiers ou des spécialistes d’organologie existent mais ne sont pas toujours pérennes ni régulièrement mis à jour. Il faut saluer cependant la base de données issue du projet ANR Musiconis, qui recense et analyse les représentations de la performance musicale sur des supports matériels du VIIIe au XVIe siècle, apportant un niveau d’expertise scientifique qui dépasse largement la question de l’iconographie musicale et de l’organologie médiévale, grâce à la collaboration d’historiens d’art, de musicologues et de facteurs d’instruments.

D’autres projets de recherche interdisciplinaires touchant à l’archéologie du son et à la question de l’exploitation sonore de l’espace ecclésial permettent également de fédérer les compétences d’archéologues, d’acousticiens, de musicologues, d’historiens et d’historiens d’art.

Les ressources décrites au fil de ces quelques lignes, et bien d’autres encore, peuvent être retrouvées dans la rubrique consacrée à la musique du site Ménestrel.

[9 mars] Ressources en ligne pour la musicologie médiévale

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : jeudi 9 mars 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Ressources en ligne pour la musicologie médiévale
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

–  Christelle Cazaux-Kowalski

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Le dernier atelier de la saison aura lieu le mercredi 12 avril à 12h, Estelle Ingrand-Varenne présentera la base Titulus

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Séminaire 2015 : L’iconographie musicale et l’art occidental

L’INHA associé avec l’IReMus (Institut de Recherche en Musicologie, Université Paris-Sorbonne, UMR 8223) proposent d’organiser, avec le parrainage de l’ANR Musiconis, un séminaire de deux heures bimensuelles (février-mai 2015). Son objectif est de permettre, dans un format propice aux échanges et à la transmission d’expériences disciplinaires, la rencontre entre musicologues et historiens de l’art autour d’œuvres visuelles représentant ou s’appuyant sur la musique, de l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Ce séminaire, très ouvert, n’est pas limité dans ses thématiques. Chacune de ses séances comprendra l’intervention d’un spécialiste (une heure environ), puis une discussion avec un auditoire constitué d’historiens de l’art, de musicologues, mais aussi d’étudiants en master ou en doctorat de  musicologie à l’Université Paris-Sorbonne (séminaire optionnel), d’étudiants en histoire de l’art, d’étudiants du CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) et de l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales). Le séminaire sera également ouvert à un public plus large.Séminaire Musiconis-INHA 2015-1-1

Programme :

4 février

Christophe Vendries, professeur d’Histoire romaine, Université de Rennes II/LAHM

Du féminin dans la musique à Rome. La matrone et son instrument à cordes (lyre, cithare et luth) : un topos iconographique dans l’art funéraire romain

18 février

Fabien Guilloux, chercheur associé à l’IReMus

Saint François d’Assise et l’ange musicien : musique, iconographie et vie spirituelle dans la tradition franciscaine

4 mars

Laurent Guillochercheur associé à l’IReMus

Sainte-Cécile : permanence et juxtaposition des thèmes (à partir d’un dessin de Jacques Stella)

18 mars

Cristina Santarelli, professeure d’Histoire et Esthétique de la musique au conservatoire et présidente de l’Istituto per i Beni Musicali in Piemonte (Turin)

Du son à la vision et vice versa : le rôle de la couleur dans l’expressionnisme abstrait

15 avril

Frédéric Billiet, professeur de Musicologie, Université Paris-Sorbonne/IReMus

La musique dans les stalles du cardinal Georges d’Amboise au début du XVIe siècle

6 mai

Florence Gétreau, directrice de recherche au CNRS/IReMus

Musique dans l’atelier du peintre

 Lieu :

Le séminaire se tiendra à l’INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, en salle Mariette, de 14h à 16h.

 Partenaires scientifiques et organisateurs :

Florence Gétreau, Frédéric Billiet (ANR Musiconis), Isabelle Marchesin (INHA, ANR Musiconis) et Sébastien Biay (CESCM, ANR Musiconis).