Archives par mot-clé : Medioevo latino

Présentation de Medioevo latino : compte-rendu de l’atelier du 1er décembre 2016

Dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de Poitiers, l’outil bibliographique Medioevo latino a été présenté le 1er décembre 2016. Bien connus de la plupart des médiévistes dans sa version papier, publiée depuis 1980, les gros volumes bleus de la collection sont un passage obligé pour toute recherche portant sur la culture textuelle médiévale, les auteurs, leurs œuvres, la transmission manuscrite…

Medioevo latino. Bolletino bibliografico della cultura europea da Boezio a Erasmo (s. VI-XV) peut être considéré, dans son origine au moins, comme la bibliographie de la revue Studii medievali ; le contenu reflète celui des revues partenaires et des livres reçus pour échange et recension. Les volumes de la version papier présentent un nombre croissant de références au fur et à mesure du temps (environ 17 000 pour le dernier numéro paru), organisées comme la Bibliographie medioevo-latino-xxxvii-2016-5f7bbfc8-a8e2-4c37-a4c5-b9759b5862edannuelle de l’histoire de France par grands champs thématiques ou disciplinaires de la médiévistique.

Les titres recensés sont écrits dans la plupart des langues européennes, avec une part importante pour l’italien, le français et l’allemand. Chaque référence est identifiée par un numéro permettant une navigation aisée d’un titre à l’autre, d’un article au volume collectif qui le contient, d’un auteur à ses œuvres, etc. Des index, dont le nombre a crû au fil des années, facilitent enfin un dépouillement rapide des volumes.

Avant de se lancer dans la consultation de Medioevo latino, il convient cependant de savoir que, contrairement à d’autres répertoires bibliographiques « généralistes », dans lesquels c’est la matière ou le nom de l’auteur qui font ordre, c’est le texte médiéval et son auteur qui sont au cœur de l’organisation de la bibliographie, de ses renvois et de ses index.

Prenons un exemple « maison » : l’article de Rob5ert Favreau consacré au tympan de l’église romane de Saint-Michel d’Estella en Navarre est indexé au premier chef à « Baudri de Bourgueil » car l’inscription gravée autour de la figure du Christ au tympan de cette église emprunte à un poème attribué à cet auteur et largement repris dans la tradition manuscrite à sa suite (Robert Favreau, « L’inscription du tympan nord de San Miguel d’Estella », Bibliothèque de l’École des chartes 133-2 (1975), p. 237-246 ; article en ligne sur Persée).

Medioevo latino est donc particulièrement précieux pour faire le point sur un auteur ou une œuvre, et permet de consulter, à partir de là, une bibliographie riche et souvent originale, en tout cas des titres qu’une indexation traditionnelle par mot-clé ne ferait pas remonter. À la différence d’autres outils bibliographiques (IMB, BCM, Regesta imperii…), Medioevo latino est à consulter en début de recherche plutôt qu’en fin de travail, à l’heure de vérifier certaines références. Son utilisation permet en effet de constituer une bibliographie exhaustive ou presque sur un sujet dès lors qu’il touche à la culture textuelle européenne.

Depuis 2009, Medioevo latino est accessible sur le portail Mirabile (description détaillée du portail sur le site Ménestrel), en association avec d’autres bases de données bibliographiques. Comme la version papier, ce sont les œuvres et leurs auteurs qui font la structure de l’outil (appelé MEL dans sa version électronique) et l’interrogation est articulée principalement sur ces deux éléments. La recherche par mot-clé est donc assez peu efficace et l’interrogation par la littérature secondaire est souvent décevante. En revanche, une recherche centrée sur une œuvre permettra très aisément de faire apparaître les éditions et les traductions, les titres relatifs à la critique du texte ou à la biographie de son auteur, les données concernant la tradition manuscrite (avec un lien, quand il est disponible vers la reproduction en ligne du ou des manuscrit(s)…

sans-titre

Le principal intérêt de la version électronique de Medioevo latino réside sans aucun doute dans l’accès à des fiches détaillées sur les témoins manuscrits des œuvres interrogées, avec bibliographie, contenu, description codicologique, reproduction, etc. Une telle navigation au cœur de la tradition manuscrite médiévale fait de Medioevo latino un outil indispensable pour quiconque travaille sur les textes du Moyen Âge, en complément des autres ressources bibliographiques présentées dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de Poitiers.