Archives par mot-clé : croisades

[3-4 mai 2018] : Simon de Montfort († 1218) : le croisé, son lignage et son temps

Colloque international : « Simon de Montfort († 1218) : le croisé, son lignage et son temps »

Date : Jeudi 3 et vendredi 4 mai 2018

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaîne, Poitiers

The career of Simon of Montfort encompassed the entirety of Western Europe—as well as the Levantine crusade—at the turn of the thirteenth century.  Born and raised in the orbit of the French royal court at Paris, he inherited and was dispossessed of an English earldom and the royal stewardship.  Moreover, he twice took the cross: first to the Holy Land on the ill-fated Fourth Crusade, where he publicly dissented from the diversion to Constantinople, and later against the heretics in the Midi, where he established a semi-independent crusader principality.  All this came to an end with his death before the walls of Toulouse eight hundred years ago, yet his life did not fail to leave a mark on his contemporaries nor on posterity.  Most of Christendom hailed him as a pious hero, an ideal miles Christi, both during his lifetime and after his supposed martyrdom, struggling against heretical depravity.  However, in the Midi and Spain his reputation was frequently that of a brigand, a barbarian, a greedy and unscrupulous foreign interloper.  The latter judgement, with some exceptions, has largely been his legacy since the nineteenth century.  But the Simon of Montfort that this conference will seek to discuss is a man of contradictions: the principled crusader to the East who mutilated a defeated garrison in the Languedoc, the victor over the king of Aragon who voluntarily submitted his conquests to the king of France, the man who despoiled legitimate lords in the south while providing legal protections for widows and clergy.  This conference will centre on studying Simon both as a product of his time and an agent who helped to form it, an actor in his lifetime and a cipher for posterity, the successor to a dynasty and the origin of inheritances across Europe, a conqueror and a failure.

 

Jeudi 3 mai / 9h-12h

Martin Aurell, Gregory Lippiatt, Laurent Macé : Introduction

Simon et la croisade albigeoise

Jean-Louis Biget (École Normale Supérieure) : Tenir le pays : Montfort entre villes et châteaux d’Occitanie

Gregory Lippiatt (University of East Anglia (Norwich)-CESCM) : The Statutes of Pamiers: Simon and Baronial Reform in Early Thirteenth-Century Europe

Martín Alvira (Universidad complutense de Madrid) : Simon et Pierre II d’Aragon : faits et mémoire

Damian Smith (Saint Louis University, Missouri) : James I of Aragon, Simon and the Papacy (1211-1218)

Jeudi 3 mai / 14h-18h

Simon : le baron, ses hommes et ses représentations

Christine Chana Keck (Université de Frankfort) : L’entourage de Simon

Nicholas Vincent (University of East Anglia,  Norwich) : Simon as Earl of Leicester

Laurent Macé (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : Princeps et monarcha : le sceau de majesté de Simon (1216-1218)

Daniel Power (University of Swansea) : La croisade albigeoise après Simon (1218-1224)

Vendredi 4 mai / 9h-12h

Les fils de Simon, la Gascogne et l’Angleterre

Lindy Grant (University of Reading) : Amaury V (d. 1241), his Siblings, and the Capetians

Sophie Ambler (University of Lancaster) : Simon VI (†1265) and Montfortian Identity

Amicie Pélissié du Rausas, Université de Poitiers-CESCM, « Le gouvernement de Simon VI en Gascogne (1248-1252) »

Rodolphe Billaud (University of Canterbury) : Simon VI et l’occupation du comté de Chester (1264-1265)

Vendredi 4 mai / 14h-17h

La culture des Montfort

Catalina Girbea (Université de Bucarest-CESCM,) : Les Montfort d’Italie, commanditaires de manuscrits arthuriens

Björn Weiler (University of Abersystwyth) : Mathew Paris and the Montfort Family

Alexis Charansonnet (Université de Lyon II) : Saints ou démons ? L’image posthume des Montfort au XIIIe siècle

Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM) : Conclusions


        

[23 février – 11h30] L’heure nécessaire de SHA : Martin Aurell

L’heure nécessaire de la faculté de SHA de l’Université de Poitiers revient ! Une heure ouverte à tous à la rencontre des Sciences Humaines.

Martin Aurell, Professeur d’histoire à l’université de Poitiers, Directeur du CESCM « De Richard Cœur de Lion à la croisade albigeoise : la chanson engagée des troubadours »

La chanson engagée est, aujourd’hui comme hier, un des moyens les plus efficace pour faire de la propagande. Elle est particulièrement répandue au Moyen Âge, où troubadours et trouvères chantent autant la guerre que l’amour. En voyage perpétuel, les jongleurs diffusent largement, par la voix et la musique, leurs combats politiques. Aux XIIe et XIIIe siècles, deux événements ont provoqué un éclosion de chansons : d’une part, la captivité en Rhénanie de Richard Cœur de Lion au retour de la croisade, et de l’autre les violences de la croisade albigeoise. Préservées dans de superbes manuscrits, souvent enluminées, ces chansons continuent de nous toucher.


Amphithéâtre Descartes, Hôtel Fumé – 8, rue René Descartes POITIERS

Jeudi 23 février 2017 à 11h30 – Entrée libre et gratuite

Soutenance de thèse de Marie-Cécile Diamidia, CESCM (12 juillet 2016)

Le mardi 12 juillet 2016, Marie-Cécile Diamidia a soutenu sa thèse de doctorat d’Histoire médiévale dans la salle Crozet du CESCM. Le titre de la thèse est : « Les Croisés et Constantinople. Étude comparée des récits de Geoffroy de Villehardouin et de Robert de Clari ». Le jury de la soutenance est ainsi composé : Stéphane Boissellier (Université de Poitiers, directeur de thèse), René Allou Kouamé (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, co-directeur), Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil, rapporteur), Nathalie Bouloux (Université François-Rabelais de Tours, rapporteur), Simon-Pierre M’Bra Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody).

 

Les croisés assiègent Constantinople (1204) Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle (65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)
Les croisés assiègent Constantinople (1204)
Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle
(65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)

Dans sa thèse de 447 pages, Marie-Cécile Diamidia présente un travail qui relève d’une histoire culturelle, littéraire et politique de la quatrième Croisade. Cette dernière a eu pour résultat significatif la prise de Constantinople par les Croisés en avril 1204. Prenant la parole après l’exposé liminaire de l’impétrante, Stéphane Boissellier a relevé « l’exigence du sujet qui pose des problèmes complexes et dont la résolution méthodique participe de l’originalité de l’étude ». Ainsi, deux œuvres majeures ont été exploitées pour mener à bien la compréhension de la quatrième croisade : La conquête de Constantinople, de Geoffroy de Villehardouin, et du même titre l’œuvre de Robert de Clari. Ces sources ont été analysées et comparées du point de vue de la perception et des formes de représentations littéraires et culturelles, à partir de thèmes dûment sélectionnés, et qui contribuent à ouvrir de nouvelles perspectives sur l’événement en question.

Trois parties structurent la thèse de Marie-Cécile. Ainsi, dans la première partie, elle analyse la nature et la portée des sources sous l’angle de l’apport ethnographique. À ce niveau, elle souligne des points intéressants sur l’origine sociale des auteurs et la caractérisation de leur œuvre, l’examen de l’armée des croisés et des peuples rencontrés. La deuxième partie traite de la perception de la ville de Constantinople et de ses habitants. Elle s’ouvre sur l’étude architecturale et urbanistique de la ville pour ensuite décrire la vie politique des Byzantins. Aussi, sont développées les circonstances et les conséquences de la mainmise des Latins sur Constantinople. La troisième partie insiste sur l’idéologie providentialiste qui permet aux auteurs de montrer la prise de Constantinople et la constitution d’un empire latin d’Orient comme le résultat de la volonté de Dieu. En effet, Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari offrent des justifications d’ordre religieux et laïque qui ont été analysées avec beaucoup de minutie.

En termes de critique, le jury a par exemple reproché à Marie-Cécile Diamidia la structuration du plan général de la thèse, un style parfois épique et une tendance à la surinterprétation. Dans l’ensemble, elle offre « un travail sérieux, alliant approche littéraire et historique, qui donne un éclairage intéressant sur les récits de Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari » (Jacques Paviot).

Le jury, après délibération, a décerné à Marie-Cécile Diamidia le titre de docteur en histoire médiévale avec la mention très honorable.

 

Marjolaine Raguin, chercheur invité au CESCM

Marjolaine Raguin est accueillie comme chercheur invité au CESCM en décembre et janvier sous la responsabilité scientifique de Monsieur le Professeur Martin Aurell.

marjolaine.raguinParlez-nous de votre parcours universitaires lors de vos études :

J’ai fait des études de romanistique, avec une spécialisation en philologie occitane lors du doctorat. Étant donné que je savais depuis bien longtemps vouloir travailler sur des textes littéraires du Moyen Âge français et occitan écrit en contexte de conflit religieux militarisé (du type croisade), j’ai complété ma formation par de la théologie et du Droit. J’ai donc une licence (2006), un master (2008) et un doctorat (2011) de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, ainsi qu’une licence de l’Institut protestant de Théologie (Faculté de Montpellier, 2008) et un master de Droit (2015) de l’Université Montpellier I.

Mais surtout, et c’est ce que je retiens essentiellement de mon parcours universitaire, j’ai toujours voyagé dans le cadre de mes études (Italie, USA) et plus tard de ma vie professionnelle (Italie, Canada) et cela afin d’aller à la rencontre d’autres manières de penser, de travailler et d’enseigner. En 2005-2006, je suis partie en séjour Erasmus à l’université de l’Aquila en Italie, apprendre l’art de la philologie romane dans sa tradition italienne, sous la responsabilité d’Anna Ferrari. Ensuite, j’ai eu l’immense chance  d’être invitée par Beverly Mayne Kienzle à la Divinity School de l’Université Harvard (Etats-Unis) alors que j’étais doctorante, afin de travailler avec elle sur la partie de ma thèse consacrée à la prédication médiévale (on devrait dire cistercienne essentiellement) dans le contexte de la croisade albigeoise.

J’écrivais alors une thèse de langue et littérature médiévale d’oc intitulée aujourd’hui Propagande politique et religieuse dans la Chanson de la Croisade albigeoise, texte de l’Anonyme placée sous la codirection de Gérard Gouiran (Université Paul-Valéry Montpellier III) et de Jean-Pierre Chambon (Université Paris-Sorbonne). Auparavant, en master 1, j’avais travaillé, toujours en littérature et philologie, sur l’utilisation du texte biblique dans la rhétorique anti-hérésie dans un autre texte narratif occitan du XIIIe siècle, Las Novas del heretje, puis en master 2, propédeutique à la thèse, sur l’hérésie et l’hérétique dans la première partie Chanson de la Croisade albigeoise. On le voit, les ressorts stylistiques et intellectuels d’une argumentation visant à convaincre et persuader dans la littérature du Moyen Âge, et en contexte de conflit religieux et militaire, m’ont toujours vivement intéressée. Enfin, en master de Droit l’année dernière, des études reprises pour élargir mes connaissances – c’est la même démarche qui m’avait amenée en fac de théologie –, j’ai travaillé, toujours en philologue, sur le traitement de la femme et la colonisation lors du règlement juridique, à Pamiers en 1212, de la pacification des terres conquises par Simon de Montfort.

Enfin, je signale – car à mes yeux c’est important, et c’est une des forces de notre pays pour les étudiants (pour le stade postdoctoral c’est une toute autre affaire) -, que j’ai fait toutes mes études grâce à des bourses universitaires, et ai pu commencer ma vie professionnelle dès ma première année de thèse dans le cadre d’une allocation de recherche qui m’a aussi permis d’être monitrice de l’enseignement supérieur.

Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Montpellier ?

Après mon doctorat, bonne question. J’ai soutenu en novembre 2011 ; inscrite sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences dans les sections 9 et 73 du CNU (hiver 2012), au vu de l’absence de poste à dominante ancien occitan (quel euphémisme !) je me suis organisée afin de pouvoir continuer à faire avant tout de la recherche et à enseigner dans des conditions plutôt bonnes. Et en la matière, les maîtres mots sont mobilité et endurance.

D’abord je devais repartir directement aux USA en janvier 2012, accueillie à nouveau à Harvard par Beverly M. Kienzle. Nous avons eu en même temps un problème de santé (travailler derrière un ordinateur ou penchée sur des livres, est résolument mauvais pour le squelette) et j’ai donc dû différer mon voyage. Ensuite, j’ai dû m’occuper de la publication de ma thèse, écrire des articles, participer à des événements scientifiques, élargir mes champs de recherche, continuer à apprendre…et chercher du travail, tout cela en sachant que ce qui comptait pour moi par-dessus tout c’était de pouvoir exercer une activité de recherche, si possible complétée d’enseignement.

Sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

Mes études doctorales, soutenues par une allocation ministérielle de recherche et un monitorat de l’enseignement supérieur m’ont permis de commencer à enseigner à l’Université de Montpellier. Je dispensais alors des cours et animais des TD de Langue et littérature médiévales occitanes, et de civilisation médiévale essentiellement. Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j’ai aussi eu la chance de me voir confier pendant 3 mois la partie d’étude de textes de langue d’oc du séminaire de Beverly M. Kienzle, Christian Latin and medieval Christianity, et d’enseigner à un public de doctorants anglophones. C’était très agréable et convivial, nous étions tous bien jeunes aussi.

Pendant l’été 2012, j’ai été recrutée comme ATER de Langue et littérature françaises médiévales à l’Université de Haute-Alsace (2012-2013). J’ai aussi été enseignante invitée de philologie gallo-romane à l’Université de Messine (session intensive de 20h à l’automne 2012, Italie), puis à nouveau ATER à l’Université de Clermont-Ferrand en 2013-2014. Ensuite, j’ai fait un post doctorat au Département de français de l’Université de Toronto (2014). Je suis maintenant chargée de cours en langue et littérature françaises du Moyen Âge et histoire de la langue française auprès des Universités de Toulon et de Montpellier, et collaborateur postdoctoral à un projet anglo-italien sur les chansons de croisade françaises et occitanes dirigé à l’Université de Warwick par Linda M. Paterson. Voilà pour l’aspect administratif.

Mon activité d’enseignement est aujourd’hui focalisée sur les langues et littératures d’oc et d’oïl (et surtout d’oïl), la philologie gallo-romane et l’histoire de la langue française. Au cours de ces années, j’ai eu l’occasion de me constituer une expérience vraiment diversifiée : CM, TD, enseignements de spécialité ou trandisciplinaires, préparation au concours, séminaires de recherche, et d’être face à un public francophone, anglophone ou italianophone. Cela m’a obligée à une certaine flexibilité mais c’est intellectuellement et humainement vraiment enrichissant.

En ce qui concerne la recherche je me suis résolument tournée vers une approche conjointe en français et en occitan, des corpus lyriques et épiques.

Lors de mon post doctorat à Toronto, sous la direction de Dorothea Kullmann, j’ai travaillé sur les formules dans l’épique occitane. J’y cherchais à l’origine, car j’avais été recrutée pour cela, des influences du français ou des formules de pseudo-français dans le corpus épique occitan en comparant ses tournures formulaires avant les plus anciens textes épiques français, mais j’ai pu aussi mettre au jour des formulations typiquement d’oc. Tout cela constitue un énorme dossier, qui est toujours en cours de rédaction pour publication. De ce fait, j’ai décidé que, vu le peu d’intérêt de nos études pour l’épique d’oc, il fallait tenter une initiative pour conjuguer les forces de chercheurs épars ; et c’est ainsi que je suis devenue responsable d’un numéro thématique de la Revue des langues romanes (1, 2017 en cours d’écriture) consacré à l’épique occitane. J’ai aussi écrit sur des sujets plus variés : les réécritures de l’épique en prose aux XIVe-XVIe siècles, l’essor de la philologie au XIXe siècle et ses effets sur les idéologies renaissantistes d’oc ; je collabore avec Jean-Pierre Chambon pour une série de travaux philologiques.

Par la croisade en quelque sorte je passe de l’épique à la lyrique, bien que présenté ainsi cela reste schématique. J’ai entamé un projet au long cours – qui constituera à terme le principal document de mon dossier d’habilitation – sur les chansons de croisade françaises et occitanes à visée exhortative ou critique. Il s’agit d’en étudier, toujours du point de vue du philologue, les structures, les arguments etc. et surtout de percevoir l’originalité de leur discours et leur capacité à se faire prédication et écho de celle-ci. C’est un sujet vraiment très intéressant dont les disciplines connexes sont l’histoire et la théologie. J’ai la chance de pouvoir travailler sur un corpus initial entièrement revu et réédité pour la partie éditoriale du projet, presque terminé, et dirigé à Warwick par Linda M. Paterson Troubadours, trouvères and the Crusades auquel je collabore pour la partie d’étude des textes. Et c’est cette première étape qui m’amène parmi vous à Poitiers.

Pourquoi le choix du CESCM ?

Je suis ici dans le cadre de ma collaboration à ce projet de recherche Troubadours, trouvères and the Crusades mené principalement à l’Université de Warwick, afin d’écrire dans un ouvrage de Linda M. Paterson consacré au corpus des chansons de croisade françaises et occitanes, un chapitre sur la rhétorique (style et arguments) de ces textes. J’en profite d’ailleurs pour la remercier d’avoir su trouver les fonds dans le budget du projet pour me permettre d’être ici à Poitiers dans de bonnes conditions.

Le CESCM fut pour moi une évidence pour deux raisons. La première est la présence de Martin Aurell qui est l’auteur d’un ouvrage récent et essentiel sur la critique chrétienne de la croisade aux XIIe et XIIIe siècles, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle1 et a eu la gentillesse d’accepter de m’accueillir ici au CESCM comme chercheur invité, sous sa responsabilité scientifique, lorsque je l’ai sollicité. La seconde est bien sûr la richesse du fonds Moyen Âge de la bibliothèque universitaire, et les collections propres du CESCM.

L’intense vie scientifique de la médiévistique me permet ici d’espérer des échanges féconds enrichissants avec les médiévistes présents. Enfin j’ajouterai que Poitiers et le CESCM pour une occitanisante, furent aussi le lieu, en son temps, de Pierre Bec.

Vous avez récemment publié un ouvrage.

Oui c’est exact. Après ma soutenance, j’ai eu la chance d’obtenir un Prix de thèse, et de trouver un éditeur. Ma thèse est parue cet automne aux éditions Honoré Champion sous le titre Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise »2 . Préfacé par Beverly Mayne Kienzle, l’ouvrage est donc l’étude, dans le champ de la littérature médiévale épique, d’un discours de propagande en faveur du parti des Raimondins de Toulouse dans le cadre de la Croisade albigeoise. Parmi les révisions qui ont visé à rendre l’ouvrage plus accessible à un lecteur non spécialiste (ce qui me tenait à cœur), j’ai ajouté un avant-propos qui tente d’expliquer avec des mots simples un sujet assez complexe. Je suis très heureuse de cette parution, qui après avoir pris du retard, me permet enfin de finir de tourner la page.

Un dernier mot ?

Oui, je voulais remercier les personnels du Centre, ainsi que ma collègue de bureau Bonnie Effros, de la bienveillance de leur accueil, qui me permet de passer un séjour agréable en plus d’être fécond.

Ouvrir ce lien pour consulter la bibliographie complète de Marjolaine

Avec l’aimable participation d’Estelle Ingrand-Varenne

 

 

 

  1. Martin AURELL, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle, Paris, Fayard, 2013 []
  2. Marjolaine RAGUIN, Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise », Paris, H. Champion, 2015, 680 p. []