Archives par mot-clé : campagne photographique

L’œil et le clic – IV

L’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte des photographes du CESCM.

La photographie, éclairante sur l’aspect scientifique et marquée d’un esthétisme puissant, présente un détail d’une inscription peinte au baptistère Saint-Jean-Baptiste de Poitiers.

Poitiers, baptistère / Ad-Patrem

(Re)découvrez-la au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée et tentez votre chance ! Complétez le formulaire de participation, disponible à côté du cliché, en répondant à la devinette. Le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

Le tirage au sort aura lieu le 4 mai à midi, le gagnant sera averti par mail. Il remportera l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de son choix.

Bonne découverte, et bonne chance !

L’œil et le clic – III

nd00002718webL’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de (re)découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique, les qualités esthétiques de son œil averti et l’assurance professionnelle du « clic » de l’objectif.

La photographie présente un détail de la représentation de l’apôtre saint Pierre, sculpté sur la façade occidentale de la collégiale Notre-Dame-la-Grande à Poitiers.

Découvrez-la au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée et tentez votre chance ! Indiquez la date de consécration de l’église Notre-Dame-la-Grande sur le formulaire de participation (disponible à côté du cliché). Le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses

Le tirage au sort aura lieu le 22 février à midi, le gagnant sera averti par mail. Il remportera l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de son choix.

Bonne découverte, et bonne chance !

L’œil et le Clic – II

Inaugurée il y a quelques mois par l’équipe de l’inscripthèque et de la photothèque du CESCM, l’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son deuxième cliché. L’objectif est de partager, régulièrement tout au long de l’année universitaire, les richesses des fonds documentaires tout autant que les compétences des spécialistes de la prise d’images rattachés au Laboratoire.

Le second opus renouvelle l’entrevue avec un cliché de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique et les qualités esthétiques de son œil professionnel.

Un cliché volontairement énigmatique

montage

Le cliché est volontairement présenté sans cartel informatif. Cela permet de percevoir le regard du photographe, de capter l’instant de l’action manuelle sur le bouton de prise de vue, de s’accorder un instant dans l’esthétisme de l’image. C’est également l’occasion de chercher le détail, de faire appel à sa mémoire visuelle ou scientifique et d’inciter à la curiosité. Où ce cliché a-t-il été pris ? Dans quelle église, de quelle commune ? Identifiez le lieu et tentez de gagner un exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale.

Pour participer, remplissez le billet disponible à côté du cliché *. Un indice : l’image est répertoriée dans la base Romane du CESCM. Le tirage au sort aura lieu le 8 décembre, le gagnant sera averti par mail.


  • Le cliché se trouve dans l’entrée du CESCM (rez-de-chaussée) sur la cheminée !

L’œil et le clic – I

C’est un nouveau rendez-vous au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. La photothèque et l’inscriptèque du CESCM inaugurent un projet d’exposition temporaire intitulé « L’œil et le clic » afin de partager, régulièrement et tout au long de l’année universitaire, les richesses de leurs fonds documentaires tout autant que les compétences des spécialistes de la prise d’images, rattachés au laboratoire.

Première entrevue avec un cliché de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique et les qualités esthétiques de son œil professionnel.

Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

Perfectionniste, exigeant et attentif aux détails, Jean-Pierre Brouard porte attention aux ensembles architecturaux, sculptés et peints. Les campagnes photographiques réalisées sur le terrain, à l’aide d’échafaudages ou de nacelles, font ensuite l’objet d’une sélection et de reprise par ordinateur, révélant à la fois les données scientifiques utiles au chercheur, constituant un état de l’œuvre en devenant un outil historio-photographique, et traduisant aussi la sensibilité du photographe.

La première photographie exposée est un chapiteau du clocheton nord de la façade occidentale de Notre-Dame-la-Grande. Sur la corbeille, de larges palmettes incisées et des volutes côtoient les palmettes et les feuilles alternées sous une rangée de denticules du tailloir. Comme un jeu, le photographe a saisi la perspective avec l’autre chapiteau.

Un fonds photographique révélé

L’aventure de “L’oeil et le clic” se fonde sur les clichés du fonds patrimonial du CESCM, constitué dès les origines du Centre d’études en 1955. Depuis, près de 200 000 clichés l’ont rejoint par l’acquisition, les dons et par les campagnes réalisées par le Centre avec la collaboration de ses photographes. L’accès aux archives physiques du fonds, consultable au Pôle documentaire du CESCM, est progressivement optimisé par l’indexation sur la base de données Romane.

Pourquoi l’oeil et le clic ?

Ce nouveau rendez-vous souhaite mettre en lumière les travaux photographiques des membres du CESCM, clichés qui sont partie intégrante du patrimoine du laboratoire. “L’oeil et le clic” les isole dans l’entrée de l’Hôtel Berthelot, dans une pièce qui n’était pas faite pour l’événement, mais le devient. Sur son présentoir et accompagné d’une courte notice, le cliché est mis à portée de tous. Rien ne manque : un fauteuil confortable est prévu pour prolonger le tête à tête avec la photographie. Le regard du photographe se perçoit, l’action manuelle sur le bouton de prise de vue s’exprime, c’est un rendez-vous en soi.

 

Campagne photographique dans la vallée du Loir et à Château-Gontier

Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) – Eva Avril/CESCM

Du 18 au 28 juin, l’équipe de Peintures murales et la photothèque du CESCM, dirigée par Aurélia de Moussac, ont mené de concert une campagne photo visant deux objectifs convergents.

Le premier concerne l’inventaire des peintures romanes de France qui consiste à couvrir de manière exhaustive tous les ensembles de peintures murales des XIe-XIIe siècles.

Les photos sont intégrées dans la base Romane et font l’objet d’une indexation poussée, en partie dans le cadre d’un séminaire de Master 1.

Les peintures de la Région Poitou-Charentes ayant déjà été couvertes, nous avons orienté depuis l’année dernière les nouvelles campagnes autour de la vallée de la Loire. En 2012, Eva Avril, qui travaille actuellement comme vacataire à mi-temps pour la photothèque, a assuré la campagne des célèbres peintures de Vic, dans  l’Indre, et Jean-François Amelot, un photographe indépendant auquel on doit notamment les photos du dernier livre de Marie-Thérèse Camus, s’est chargé des sites de Saint-Jacques-des-Guérets et du Liget.

Cette année, nous avons opté pour une série d’ensembles de la vallée du Loir extrêmement riches du point de vue de l’iconographie et souvent d’une très grande qualité artistique : Montoire, Areines, Douy et Cloyes. Les peintures de Montoire sont les plus célèbres mais, comme celles de Douy, elles appartiennent à un particulier, de sorte qu’il a fallu préalablement obtenir son autorisation. Cette campagne a permis de faire progresser significativement le corpus des peintures romanes de France.

Château-Gontier (Mayenne) – Eva Avril/CESCM

Les peintures de Château-Gontier présentent en effet un cycle de l’Ancien Testament iconographiquement très proche de celui de Saint-Savin et il se déploie pareillement sur des voûtes en berceau. Elles constituent par conséquent le principal ensemble permettant d’éclairer les choix iconographiques et structurels opérés à Saint-Savin. Pour cette campagne, nous avons utilisé une partie de la subvention accordée par la Région Poitou-Charentes pour ce projet.

Du point de vue pratique, cette campagne a posé des difficultés particulières car les peintures sont très effacées, parfois illisibles, mal éclairées et disposées très haut sur les voûtes du transept. Elles ont donc imposé dans bien des cas des prises de vue sans pied, à quatre-vingt-dix degrés, dans des positions pour le moins inconfortables. Malgré ces difficultés, ces photos sont très réussies et nous attendons qu’Eva Avril les retravaille pour pouvoir les exploiter. Carolina Sarrade a également participé au repérage de cette campagne puisque, en tant qu’ingénieur d’étude au CESCM, elle participe très activement au programme de recherche sur Saint-Savin. Elle a réalisé un grand nombre de relevés stratigraphiques in situ durant les restaurations et travaille actuellement à la mise au net de ces relevés.

Les deux volets de cette campagne ont été une grande réussite, tant du point de vue de la couverture photographique que des discussions que nous avons eues sur place au sujet de ces différents ensembles picturaux. La prochaine campagne, qui sera organisée l’année prochaine, visera à compléter l’inventaire des églises de la vallée du Loir.