La recherche dans les Archives Nationales de Londres (Kew National Archives)

Nicolas Prouteau a passé 2 semaines aux Archives nationales de Londres du 7 au 21 octobre 2013, dans le cadre d’une mission de recherche pour le Service Archéologique d’Indre-et-Loire (37), en collaboration avec le projet RIHVAGE menée par l’université de Tours.

Cette mission s’est concentrée sur « Le château et la ville de Chinon dans les sources de l’administration anglo-normande conservées aux Archives Nationales de Londres ».

Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l'aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cl. N. Prouteau 2013.
Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l’aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cliché N. Prouteau (2013).

 Dans ce cadre, il lui a été permis d’accéder aux documents originaux relatifs à la Touraine à l’époque Plantagenêt et pendant la Guerre de Cent Ans. Cette mission lui a permis d’approfondir les thèmes de recherche suivants :

– Fonction du site et enjeux de la fortification (résidentielle, défensive, conquête, économique, administrative … stratégie de l’implantation et de la mise en défense, etc.).

– Étude des différents propriétaires/commanditaires du château (rois, comtes, seigneurs, châtelains …)

– Histoire de la construction à travers la documentation comptable (Financement des chantiers, matériaux, recrutement de maîtres d’oeuvres et d’ouvriers, connexions avec d’autres chantiers royaux…)

– Prosopographie des officiers de Chinon (Relations entre le château et la prévôté de Chinon, la sénéchaussé héréditaire de Touraine… gouverneurs ; sénéchaux ou baillis du château en l’absence du propriétaire ; chevaliers ; cléricature et personnel dédié à la trésorerie de Touraine).

– Séjours des rois Plantagenêt à Chinon (royautés itinérantes, rôle et fréquence de la résidence, logement de la suite royale au château ? dans la ville ?)

– Étude du phénomène curial (influence de la cour Plantagenêt sur la région, Relations entre Chinon et les autres centres de pouvoirs (Caen, Londres … etc).

Il n’est nul besoin de revenir sur la qualité de conservation, la quantité des archives britanniques et l’accueil chaleureux qui est réservé aux chercheurs à Kew (contrairement à la British Library où l’accès aux manuscrits, chartes et actes est beaucoup plus complexe). Pour les doctorants et chercheurs français qui travaillent sur le bas Moyen Âge et le monde Plantagenêt (que ce soit en histoire ou en histoire de l’art et archéologie d’ailleurs), le passage par les Archives Nationales de Londres est un réel enrichissement.

Évêques, clercs et religieux à l’époque romane. 24e colloque d’Art roman d’Issoire

Du 19 au 21 octobre 2013 s’est tenu à Issoire (Puy-de-Dôme) le 24e colloque international d’Art roman, organisé par l’association Terres romanes d’Auvergne et la ville d’Issoire sous le patronage de la Société Française d’Archéologie et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand et avec le concours de l’association Archiclassique. Le thème de cette année : évêques, clercs et religieux à l’époque romane (textes, monuments, images et objets).

Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay
Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay

Ce sujet très vaste a permis de réfléchir à l’implication des grands ecclésiastiques dans les ensembles monumentaux comme donateurs, consécrateurs, réformateurs, inspirateurs…

L’Université de Poitiers a été représentée par Annick Gagné, doctorante en histoire au CESCM, qui a dressé un portrait de l’évêque dans les inscriptions liées à la construction liturgique et matérielle de l’église entre le Xe et le XIIIe siècle.

L’excursion fut fort conviviale, faisant découvrir ou redécouvrir aux participants du colloque des sites de la Haute-Loire : l’église de Saint-Paulien avec son imposant chevet à chapelles rayonnantes, l’église Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille et la cathédrale du Puy-en-Velay, dont subsiste une partie des bâtiments canoniaux et épiscopaux.

À l’occasion du colloque a été présenté le volume recueillant les actes des deux éditions antérieures (Fêtes et célébrations à l’époque romane et Le temps à l’époque romane), réunis par les soins de David Morel épaulé par les nouveaux membres du comité scientifique, marquant l’entrée du colloque dans une ère revitalisante et prometteuse.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Annick Gagné.

Steven Isaac, un nouveau regard sur le mercenariat au Moyen Âge

Steven IsaacLors de la séance du 3 octobre 2013 de la conférence annuelle de la SEMA (Southeastern Medieval Association), Steven Isaac (Longwood University, Virginie), Richard Barton (University of North Carolina at Greensboro), et Stephen D. White (Emory University, Georgie) ont animé un atelier consacré aux « Perspectives nouvelles de la guerre et de la violence dans la France médiévale ».

À cette occasion, Steven Isaac a présenté une communication intitulée « What if the Riff-Raff Weren’t so Rough? A look at Mercenary Origins in the 1100s », dans laquelle il a exposé ses travaux sur l’histoire sociale des mercenaires au xiie siècle.

En juin et juillet 2013, il a mené au CESCM des recherches sur leurs origines supposées en Gascogne et au Pays basque. Dressant à partir des chartes et fors (coutumes locales) régionaux un tableau de la situation militaire et politique dans les communautés urbaines, Steven Isaac a replacé les mercenaires au sein de ces communautés en prêtant un intérêt plus particulier à la stratification sociale. Insistant sur la perméabilité de ces strates, il a proposé l’hypothèse que ces villes étaient un environnement particulièrement propice pour donner naissance à un nouveau type de guerriers particulièrement bien intégrés dans tous les aspects de la vie urbaine (militaire, politique, sociale).

Steven Isaac établit ainsi que l’approche historiographique traditionnelle selon laquelle ces mercenaires constitueraient un important facteur de  désordre social, s’est surtout fondée sur les critiques de leurs détracteurs. En fait, ils importèrent dans le Nord de la France des pratiques sociales normalisées dans le Midi. L’origine de leur succès sur le champ de bataille serait donc à rechercher dans la vie des villes où il durent s’organiser, défendre leur indépendance vis-à-vis des seigneurs, assurer la cohésion sociale du groupe et les conditions d’intégration de nouveaux membres.

L’imprimerie au XVe siècle et les incunables

L’imprimerie au XVe siècle

À la fin du Moyen Âge, les échanges de l’Europe avec l’Asie ont permis l’introduction de l’art de l’estampe, une ancienne technique orientale permettant de multiplier les textes et les images sur papier à partir d’une planche gravée. Vers 1450 à Mayence, Johannes Gutenberg adapte ce principe pour inventer la presse typographique afin de satisfaire la demande croissante en livres. Cette invention révolutionnaire transforme les conditions techniques de la fabrication des livres et leur diffusion. Grâce à ses caractères mobiles (petites baguettes avec un signe typographique à l’une de ses extrémités), l’imprimerie permet de reproduire plusieurs exemplaires d’un même texte dans un temps court et à un prix très avantageux. Jusqu’alors en effet, les manuscrits, laborieusement copiés à la main durant de longs mois, coûtaient fort cher.

C’est donc grâce à la presse manuelle associée à la gravure sur bois et à des caractères typographiques très solides, mobiles et de taille identique que, pour la première fois en Europe, textes et images sont multipliés à une grande échelle. Véritable révolution en terme de technologie (reproduction en série) et de communication, mais aussi dans le rapport à l’écrit, l’invention du livre imprimé permet de développer le marché du livre et de satisfaire les attentes des nouvelles élites, bourgeois et commerçants, et leur goût pour l’information, la culture et la lecture.

Les incunables

Les incunables (du mot latin incunabula qui signifie « berceau ») sont les premiers livres imprimés de l’invention de l’imprimerie à l’année 1500. Le format des incunables est à l’origine calqué sur celui des manuscrits : aucune page de titre, mais un incipit (ou début du texte) et un colophon [Image D inc 53, folio 88v] où l’on trouve généralement des informations telles que la date, le lieu et le nom de l’imprimeur ; les premiers caractères imprimés imitent les écritures manuscrites. Puis la page de titre [Image D inc 53, folio 1r] fut introduite : elle contenait parfois une marque d’imprimeur-libraire ou une présentation du contenu du manuscrit. L’art de l’enluminure, hérité des manuscrits, est toutefois préservé dans les incunables [Image D inc 4, folio 33r, folio 19v]. Certains d’entre eux pouvaient aussi contenir des gravures avec des scènes colorées après l’impression. Les livres d’Heures ont fait partie de ces premiers livres imprimés et enluminés.

D Inc, f° 33r / Cliché BM Poitiers
St Jean-Baptiste et St Pierre entourés de scènes diverses, D Inc 4, f° 33r
Cliché BM Poitiers

L’apparition des livres d’Heures imprimés date de 1486. Ils sont vendus avec grand succès jusqu’à la moitié du XVIe siècle. En 1488 paraît le premier livre d’Heures imprimé à l’usage de Poitiers, quelques années après l’installation du premier atelier d’imprimerie poitevin, vers 1478, à proximité de l’abbaye de Saint-Hilaire-le-Grand.

Avec l’aimable collaboration de Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Responsable du Fonds Ancien et du Pôle Moyen Âge du SCD de Poitiers.

 

 

 

Aspects sociaux d’un ouvrage de piété

Indicateur du statut social

Le livre d’heures est initialement utilisé par les personnalités les plus fortunées de la société de la fin du Moyen Âge. C’est un objet de prestige, parfois offert en cadeau diplomatique : sa qualité renseigne sur son propriétaire. Protégé d’une reliure ou conservé dans un coffre, le livre est soigné, comme le chante Eustache Deschamps à la fin du XIVe siècle :

Heures me fault de Nostre Dame
Si comme il appartient a fame
Venue de noble paraige
Qui soient de soutil ouvraige
D’or et d’azur, riches et cointes,
Bien ordonnées et bien pointes,
De fin drap d’or tres bien couvertes (Œuvres IX)

La poésie met en parallèle le statut noble du client (paraige noble) et l’excellence du travail (soutil ouvraige). La richesse et l’élégance du livre sont célébrées (d’or et d’azur, riches et cointes). Progressivement pourtant, la production stimulée par la demande des bourgeois s’oriente aussi vers des livres de moindre qualité1.

canvas.1
Armes René et Jeanne, tourterelles, Ms 41, f° 22 / Cliché BM Poitiers

Marques de possessions

Support de dévotion personnelle, cet objet de luxe participe au prestige de son propriétaire, roi, seigneur ou bourgeois, homme ou femme, lequel fait apposer parfois armoiries [C1] , devises, emblèmes ou ex-libris. L’étude de ceux-ci, dans le ms. 53, révèle un ouvrage passé de mains de femmes en mains de femmes ; le livre d’heures est un marqueur de l’identité familiale et fait partie des héritages. Toutes les marques de possession apportent un état civil au manuscrit, permettant d’identifier le commanditaire ou le destinataire, de déterminer date et lieu de production, de retracer l’histoire du livre, ainsi que les aspects sociaux de la possession et de la bibliophilie2.

Iconographie de l’histoire sociale

L’image a une grande richesse documentaire et esthétique. Le livre peint dans l’enluminure insiste sur la valeur du manuscrit comme instrument dévotionnel privé [C2]. De petit format, maniable et utilisé dans l’intimité, il reflète les traits sensibles de la prière liée à une pratique religieuse individuelle (devotio moderna) et empathique. L’image propose aussi des informations concrètes. La chambre de la Vierge meublée de tissus lourds contextualise la vie bourgeoise du XVe siècle [C3]. L’actualisation de portraits, tels les Mages nomades du Proche-Orient parés de manteaux nobles de la fin du Moyen Âge, bordés d’hermine ou de galons d’or [C4], démontre que les scènes enluminées sont loin d’être anecdotiques. Elles sont outils de compréhension de l’histoire sociale3.

 

 [C1][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 41, f 22, armes René et Jeanne, + tourterelles]

 [C2][fig. Ms 1097, f 74v].

 [C3][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 50, f 17]

 [C4][fig. ms. 1106, f. 32]

  1. Léon Marie Joseph DELAISSE, « The importance of books of hours for the history of medieval books », dans Gatherings in honour of Dorothy E. Miner, Baltimore, The Walters Art Gallery, 1974, p. 203-224, Isabelle DELAUNAY, « Livres d’heures de commande et d’étal : quelques exemples choisis dans la librairie parisienne, 1480-1500 », dans L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge : XIIIe-XVIe siècles, éd. F. Joubert, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 249-270. []
  2. Michel Pastoureau, « L’héraldique au service de la codicologie », dans Codicologica. Towards a science of handwritten books. Vers une science du manuscrit. Bausteine zur Handschriftenkunde., éd. A. Gruys et P. Gumbert, Leyde, E. J. Brill, 1978, vol. 4 Essais méthodologiques, p. 75-88. []
  3. Virginia REINBURG, French books of hours : making an archive of prayer, c. 1400-1600, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2012. []

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)