Une américaine à Poitiers : interview

Sarah-Grace Heller, associate professeur de lettres françaises et d’études médiévales à l’université Ohio State à Columbus (Ohio), est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2013-2014.

Nous lui avons posé quelques questions.

Sarah-Grace, vous êtes enseignante-chercheuse à Colombus, quelles sont vos activités scientifiques parallèles ?

A l’Université Ohio State, je donne des cours d’ancien français et d’occitan, ainsi que des cours de littérature française médiévale et moderne dans le département de français et d’italien.

SGHJ’ai été directrice associée au CMRS (Center for Medieval and Renaissance Studies), et pour le centre je donne des cours interdisciplinaires en anglais tel « Gothic Paris » qui proposent une initiation aux études médiévales à travers l’optique de la ville universitaire aux XIIe-XIIIe siècles.

Je m’intéresse aux études occitanes, et suis actuellement Présidente de la Société Guilhem IX qui publie la revue Tenso.

J’ai publié des articles sur les lois somptuaires, la littérature des croisades, et le Roman de la Rose, parmi d’autres sujets.

Parlez-nous de vos projets de recherches :

Mon but est de mener à terme deux projets sur l’histoire de la mode et la consommation au Moyen Age. Dans ma monographie An Illustrated History of Medieval Fashion 500-1350, pour Boydell & Brewer, je tente de faire une synthèse des évidences littéraires, documentaires, visuelles, et archéologiques de la présence (ou absence) de la mode en tant que système culturel de la production et consommation des nouveautés.

Partant de mon premier livre, Fashion in Medieval France1, où j’ai examiné diverses théories de la mode venant des domaines de la sociologie, l’économie, la psychologie, l’histoire du costume, et le journalisme de la mode, je cherche à analyser la question de l »existence’ de la mode pour les époques antérieures au Moyen Age tardif. Quelles conditions permettaient la possibilité de choix de consommation personnels ? Avec quelle régularité changeait-t-on de styles, soit vestimentaires, soit d’autres formes de manifestations du goût personnel ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Je travaille cette année également comme éditrice de A Cultural History of Fashion, vol. 2: The Medieval Age (800–1450), publié par Berg Publishers, dont les contributeurs sont Gale Owen-Crocker et Elisabeth Coatsworth pour les textiles, Eva Andersson Strand pour le côté production, Guillemette Bolens pour les notions du corps, Andrea Denny-Brown pour les croyances, E. Jane Burns sur les questions de sexualité, Laurel Ann Wilson sur l’hiérarchie sociale, Michèle Hayeur Smith à propos de l’ethnicité, Desirée Koslin pour les représentations visuelles, et Monica Wright pour les représentations littéraires.

D’où vous vient cet engouement pour la mode ?

Avant d’entreprendre des études supérieures, j’ai fait plusieurs années d’apprentissage comme costumière à l’Opéra du Minnesota (d’où je suis originaire), puis j’ai travaillé dans plusieurs compagnies théâtrales régionales. Ma façon de lire les œuvres littéraires a été donc marquée par le souci de réaliser les thèmes à travers les créations visuelles, et elle amène une certaine expérience textile aux textes.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Cette année, j’espère pouvoir parcourir les publications historiques et archéologiques, difficiles à obtenir dans les bibliothèques d’Amérique du Nord, trouver des illustrations pour ces deux livres, et profiter des conversations avec les collègues européens.

Lien vers le CV et la bibliographie : Sarah-Grace HELLER

 

  1. Fashion in Medieval France, Boydell & Brewer, 2007 (Gallica, 3), 216 pp. []

Master ReMediA « Renaissances médiévales : des lettres antiques aux littératures du Moyen Âge »

424px-Codex_Manesse_Schulmeister_von_Esslingen-212x300Le Master ReMediA est un master recherche en études médiévales rattaché à l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers et adossé au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale/CNRS). Fondé sur les littératures françaises d’oc et d’oïl – un des domaines d’excellence de l’Université de Poitiers – ReMediA rassemble les spécialistes de toutes les autres littératures du Moyen Âge de la Faculté des Lettres (anglais, italien, espagnol, latin médiéval notamment) et implique l’intervention des antiquisants (hellénistes et latinistes). Outre un tronc commun d’enseignements fondamentaux (partagés avec les masters de la faculté des Lettres), l’essentiel des cours et des séminaires est assuré par les enseignants-chercheurs de la composante littéraire du CESCM. 

La part de mutualisation du master ReMedia avec la spécialité Civilisation antique et médiévale du master Civilisation Histoire Patrimoine et Sources (UFR Sciences Humaines et Arts) offre également aux étudiants l’accès à l’ensemble du champ des études relatives au Moyen Âge (Philologie, Histoire, Histoire de l’art, Philosophie, Archéologie, Musicologie, Paléographie, Epigraphie notamment). Les séminaires se déroulent dans les locaux historiques de l’Hôtel Berthelot, les étudiants peuvent ainsi bénéficier de la richesse du pôle documentaire du CESCM (bibliothèque, photothèque, etc.)

Dans la même perspective d’ouverture, le master ReMediA comporte aussi deux sessions intensives :

Les nombreux colloques, tables rondes, cycles de conférence et autres séances de travail qui rythment le calendrier annuel du CESCM sont également ouverts au étudiants du master ReMediA comme leur est accessible (avec validation de crédits ECTS) le programme Erasmus IP European Summer School of Epigraphy (ESSEP) réunissant un consortium de 8 pays européens et coordonné par les laboratoires CESCM et HERMA.

Grâce aux activités éditoriales du CESCM (Cahiers de Civilisation médiévale, Corpus des inscriptions de la France médiévale, PRIS-MA…) le master permet en outre une sensibilisation à la diffusion du savoir scientifique et une formation par contact direct avec les différents champs de la recherche en médiéval.

 Voir la plaquette Master REMEDIA

Contact :

Pierre-Marie Joris, Maître de conférences – Littératures d’oc et d’oïl : Pierre-Marie.Joris@univ-poitiers.fr
Téléphone : 05 49 46 86 21

Responsables :

Pierre-Marie Joris, Maître de conférences – Littératures d’oc et d’oïl
Stephen Morrison, Professeur de philologie médiévale

Inscriptions :

Faculté des Lettres et des Langues
Université de Poitiers
Master Littératures et arts – Mention ReMedia
1, Rue Raymond Cantel Bât A3
86022 POITIERS CEDEX

Dossier d’inscription administrative à télécharger

Secrétariat :

Véronique Raynot : veronique.raynot@univ-poitiers.fr
Téléphone : +33 5 49 45 32 18
Télécopie : +33 5 49 45 32 90

[4 et 5 octobre 2013] A toutes heures !

Journée d’études et conférence publiques : « A toutes heures ! La collection numérisée des livres d’heures de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers »

Heures à l’usage de Poitiers, fin XVe siècle, Ms 1097 / BM Poitiers
Heures à l’usage de Poitiers, fin XVe siècle, Ms 1097 / BM Poitiers

A l’occasion de l’ouverture d’un site dédié aux livres d’heures numérisés de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et en marge de l’exposition Les livres d’heures en lumière (3 septembre-2 novembre), le CESCM et ses partenaires organisent une rencontre entre les spécialistes du sujet et le public, les 4 et 5 octobre prochain.

Le vendredi 4 octobre, une journée d’études internationale ouverte au public reviendra sur les apports récents de la recherche concernant plusieurs manuscrits de cette collection. Le samedi 5 octobre, une série de conférences publiques, introduite par une intervention de Michel Pastoureau sur la symbolique médiévale du livre, soulignera les liens entre Poitiers et les manuscrits enluminés.

Détails du programme

Organisé par Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers)

Pierre, feuille, ciseau …

Ateliers taille de pierre, dessin et estampage.

Un des multiples intérêts du programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy) est d’ajouter aux conférences, exercices et visites sur le terrain (Aulnay, Saintes, Bordeaux) ou dans les musées (Musée Sainte-Croix à Poitiers, Musée d’Aquitaine à Bordeaux) une formation technique.

La première et la plus commune est la photographie. Isabelle Fortuné a ainsi initié les étudiants à l’art de la prise de vue les années précédentes.

Le deuxième atelier était plus spécifique à l’épigraphie : deux enseignants (Delphine Ackermann et Antonio Pistellato) ont montré les différentes techniques de relevé.

Cliché Marina Paniagua

Complémentaire du cliché et du dessin, l’estampage papier permet d’obtenir une empreinte exacte de l’inscription gravée en creux, facile à transporter et à archiver.

Une fois la feuille appliquée sur une pierre nettoyée, il faut humecter le papier et frapper des petits coups sur la pierre à l’aide d’une brosse, en commençant par le haut du texte. Cette opération répétée permet au papier de bien adhérer et de rentrer dans chaque ciselure.

Une fois sèche, on enlève délicatement la feuille de papier.

1186710_10151576042510009_1571238167_n
Cliché Marina Paniagua

Dans la trousse du parfait épigraphiste, il y a donc : outre la petite lampe torche pour examiner les pierres à la lumière rasante et accentuer l’ombre des reliefs, un appareil photo, une brosse, une éponge, du papier non collé pour l’estampage, et le matériel à dessin pour le relevé in situ (feutre fin indélébile, scotch adhérent à tout matériau, papier transparent type papier-fleuriste, ciseaux).

Le troisième atelier – le plus original – fut l’initiation à la taille de pierre, sous la direction de Thierry Grégor, enseignant en maçonnerie à l’EREA de Saintes, diplômé d’un brevet de maîtrise de taille de pierre et maçon.

_SCU1839
Cliché J-P Brouard/CESCM

Une présentation rapide est faite des divers outils de la taille de pierre (pointe, ciseau, ciseau à grain d’orge, ciseau à bout rond, chasse, gradine, massette, taillant, têtu, pique, chemin de fer, râpe, scie etc.).

Ceux-ci n’ayant connu que peu d’évolution en vingt siècles, il est aisé de resituer les techniques dans leur contexte historique, mais bien difficile de dater grâce à ces mêmes outils. Bien armé, chaque stagiaire s’essaie à la taille sur des blocs de calcaire ou de marbre, les types de pierre les plus généralement utilisés avec le grès.

Avant de travailler son support, le tailleur prépare son bloc, détermine le champ épigraphique par un cadre et des réglures (traits horizontaux et verticaux formant un quadrillage serré pour dessiner parfaitement les lettres). Un autre choix à faire concerne la profondeur, qui va du simple graffiti à une taille dans la pierre parfois profonde, certaines inscriptions pouvant même être à l’inverse en relief.

Certaines techniques de taille permettent de renforcer la lisibilité de l’inscription, comme l’ancrage (en insérant du métal dans les creux) ou la mise en couleur, qui accentue la lisibilité (la coloration d’une ligne sur deux, par exemple, donne une impression de polychromie).

1185321_10151568841285009_721801889_n
Cliché Marina Paniagua

Le lapicide commet aussi des erreurs et l’on rencontre quelques cas rares de corrections ou d’effacements.

Dans la peau d’un tailleur de pierre dans l’Antiquité ou au Moyen Âge pendant une après-midi, étudiants et enseignants ont pris conscience de manière très concrète des difficultés et contraintes techniques, et des précieux indices que peut fournir une bonne observation du support, des traces d’outils, des marques d’usure etc.

Une expérience riche et souvent inédite pour ces stagiaires, montrant combien l’épigraphie est au carrefour de multiples disciplines (histoire, histoire de l’art, archéologie, paléographie, linguistique etc.), et demande une formation des plus complètes : c’est tout le but du programme ESSEP.

 

ESSEP 2013 : last but not least

La session 2013 de l’European Summer School in Epigraphy (ESSEP) s’est déroulée du 18 août au 1 septembre dernier. Pour la troisième année consécutive, Poitiers a donc vu se réunir des étudiants et des enseignants venus de neuf universités européennes : Athènes, Heidelberg, Helsinki, Louvain, Madrid, Newcastle, Poitiers, Varsovie et Venise. Pendant deux semaines, entre tables rondes, excursions et ateliers pratiques, chacun a pu en apprendre davantage et échanger autour du thème de l’épigraphie antique et médiévale.

82-00017548-300_1371110104084Pour les étudiants, le maître-mot de cette rencontre a probablement été « poster ». En effet, répartis en équipes, tous ont travaillé à la réalisation de panneaux explicatifs sur des thèmes aussi variés que « rôle et statut des femmes dans les inscriptions », « écrire sur les objets » ou « épigraphie et anthroponymie ». L’ensemble de ce travail donne lieu à une exposition intitulée « Epigraphies européennes », visible dans le hall de la BUSHAMA jusqu’au 10 septembre 2013.

Les étudiants ont partagé leur temps entre travaux de groupes, conférences et ateliers pratiques. Tables rondes et exercices ont permis de mieux comprendre les enjeux actuels en matière d’épigraphie. L’un des atouts majeurs d’ESSEP est la vision diachronique mais également transculturelle qu’elle propose puisque la session traîte à part égale des inscriptions grecques, romaines et médiévales. Les sessions intensives ont été complétées par de nombreuses visites à Poitiers, Saintes et Bordeaux, en musée ou directement sur site. La visite d’un atelier de tailleurs de pierre (Saintes) ou celle des réserves épigraphiques du musée d’Aquitaine (Bordeaux) sont autant de moments uniques rendus plus agréables encore grâce à l’accueil chaleureux de professionnels ravis de faire partager leur savoir et leurs compétences. Ces visites sont également le moyen de faire découvrir aux étudiants étrangers la richesse historique et patrimoniale de la France.

DSC_0031

En plus d’offrir une formation de qualité, ce qui rend ESSEP unique c’est la richesse de l’expérience humaine qu’elle propose. Tout essepien vous le dira, cette formation est une grande aventure  qui se déroule sous le signe de la diversité linguistique et culturelle. Le soir venu, la fermeture des salles de cours ne provoque pas la séparation du groupe, bien au contraire. Discuter, boire un verre ou prendre un pique-nique deviennent vite les rendez-vous quotidiens et permettent de faire naître de réelles amitiés européennes. Passées deux semaines, c’est toujours le cœur serré que le groupe se sépare sur les quais de la gare et il ne reste alors plus qu’à espérer que 2015 continue d’agrandir la famille essepienne, à Poitiers où ailleurs…

 

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)