Soutenance de thèse de Maria Godlevskaya, CESCM (21 juin 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 21 juin 2013, 13h30.

Soutenance de la thèse Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale du Mans. Aspects iconographiques et stylistiques, présentée par Maria Godlevskaya pour l’obtention du doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt (Poitiers) et d’Alexei Rastorguev (Moscou).

Composition du jury : Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Bruno Boerner (président du jury), Elena Efimova, Claudine Lautier, Alexei Rastorguev.

Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale Saint-Julien du Mans forment l’un des plus importants ensembles authentiques de l’époque gothique qui soient presque entièrement conservés de nos jours, mais aucune monographie ne leur avait été consacrée. C’est désormais chose faite avec les deux riches volumes (étude et annexes – bibliographie, pièces d’archives, illustrations) qui composent ce travail de recherche, débuté en 2006 et pour lequel Maria Godlevskaya avait bénéficié d’une bourse de thèse en cotutelle (Poitiers-Moscou) du Gouvernement français.s200_maria.godlevskaya

Au fil d’une démarche menée en trois grandes étapes, c’est l’identité propre des vitraux du XIIIe siècle situés dans les chapelles rayonnantes, le déambulatoire supérieur et les fenêtres hautes du chevet de la cathédrale, qui se dévoile, et leur « portrait » que brosse l’auteur.
La présentation du cadre architectural et du contexte socio-économique et politique de création met en évidence le rôle qu’ont pu jouer l’évêque et le chapitre, commanditaires directs des œuvres, dans le chantier de la cathédrale, ainsi que la translation des reliques de saint Julien en 1254 (date-clé des sources) dans la réalisation de l’ensemble vitrée.
L’histoire des restaurations, qui plonge au cœur des archives du XIXe au XXe siècle, et plus particulièrement la critique d’authenticité des vitraux constituent la pièce majeure de cette recherche, saluée à l’unanimité (l’auteur avait fournit sur clé USB la critique d’authenticité de toutes les verrières étudiées et le corpus complet des photos).
Les aspects iconographiques, puis stylistiques de la vitrerie sont ensuite exposés plus succinctement, précédés par une réflexion sur les datations (entre 1230 à 1270 environ). Au « désordre iconographique » souvent relevé, l’auteur pointe au contraire plusieurs principes selon lesquels l’unité du vitrage du chevet a pu être construite (thème marial et épiscopal, lien tissé autour de l’image du saint et de ses reliques). Précédent la conclusion, le chapitre intitulé les « choix d’exécution », dont celui des couleurs et des cartons, prolonge l’analyse stylistique.
De nombreuses comparaisons entre les ateliers des vitraux Manceaux avec ceux du diocèse, de Chartres, Bourges, Tours ou la Sainte-Chapelle de Paris, ainsi qu’avec d’autres arts (enluminures, sculptures, peintures murales de la même période) permettent de montrer leur place dans le corpus des vitraux français de l’époque, et plus largement les particularités et les points communs dans une chronologie plus vaste.
Comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les vitraux du chevet de la cathédrale du Mans sont une vraie mine qui recèle encore des trésors à découvrir. Le travail de Maria Godlevskaya pose à la fois des fondements solides et ouvre de nombreuses pistes prometteuses à explorer.

[1-4 July 2013] International medieval Congress of Leeds

Brotherton Collection MS1_26vL’International Medieval Congress 2013 se tiendra du 1er au 4 juillet, à Leeds.
 
 Le CESCM y sera bien représenté avec pas moins de 6 intervenants :

Delphine BOYER-GARDNER : « Oral, Written, and Material Memory: Some Aspects of the Commemoration of Bishops in Aquitaine, 11th-13th Century »

Session 725Remembering the Bishop: Commemorative Strategies, I (Tuesday 2 July 2013 : 14.15-15.45)
————–
Vincent DEBIAIS : « Carolingian Versed Inscriptions and Images: From Aesthetics to Efficiency »
Session 508, Byzantium in Context, I: The Meaning of (Verse) Inscriptions for Byzantine Greek and Medieval Latin Culture – Similarities and Differences (Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30)
————–
Laurent HABLOT : « Two New Brothers ‘de Bourbon’: Why Did the Duke of Bourbon in 1334 Grant Two Unknown Brothers Nobility, His Arms, and His Name? »
Session 107, Medieval Heraldry Revisited, I: Creating Ties of Visuality – Heraldry and the Display of Social Relationships (Monday 1 July 2013: 11.15-12.45)
————-
Estelle INGRAND-VARENNE : « Verses in Latin Inscriptions: From Rhythm and Rimes to Aesthetics »
Session 508Byzantium in Context, I: The Meaning of (Verse) Inscriptions for Byzantine Greek and Medieval Latin Culture – Similarities and Differences (Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30)
————-
Claire LAMY : « To Deal with the Margins: The Monks of Marmoutier and the Classification of Their Possessions, 11th Century »
Session 1207, Peripheral Territories in Early Medieval Europe, 9th-11th Centuries (Wednesday 3 July 2013: 14.15-15.45)
————-
Hélène SIRANTOINE : « What Kinds of Documents Were Useful in a Northern Spanish Episcopal Library at the Beginning of the 12th Century?: The Example of Oviedo »
Session 1125, Shaping Episcopal Ideology: Relics, Images, and Books (Wednesday 3 July 2013: 11.15-12.45)

Dixième congrès annuel de l’IMS sur la couleur – Paris, 27-29 juin 2013

IMS-Poster2013

Pour la dixième année, l’International Medieval Society organise à Paris son congrès annuel, consacré cette année à la thématique de la couleur au Moyen Âge. La conférence inaugurale sera assurée par Michel Pastoureau.

L’International Medieval Society est une association à but non lucratif visant à favoriser les échanges et l’accueil des chercheurs médiévistes en France. Fondée en 2003, l’association est désormais associée au LAMOP.

Programme

Après-midi histoire de l’art aux Semaines d’études médiévales

Deux approches, deux objets, deux styles très différents que ceux de Michele Bacci et d’Éric Palazzo. Les deux conférences prononcées en ce lundi après-midi, dans le cadre des Semaines d’études médiévales, ont pourtant suscité un même intérêt parmi les stagiaires et les auditeurs.

Nativity_Grotto_Star

 Michele Bacci, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Fribourg, a proposé une conférence consacrée à l’évocation des lieux saints de Jérusalem en dehors de Palestine. En explorant un vaste territoire, de l’Éthiopie à l’Inde, de la Géorgie à la Péninsule Ibérique, Michele Bacci a montré comment l’art médiéval a su créer des « lieux alternatifs » dans lesquels pouvaient s’exercer les pratiques dévotionnelles des fidèles, par rivalité, promotion, analogie, mimétisme ou synecdoque. S’intéressant aussi bien aux formes architecturales qu’aux décors de ces édifices, nouveaux saints sépulcres d’Occident, Michele Bacci a attiré l’attention sur la complexité de ces phénomènes de reprise qui ne furent pas toujours synonymes de translation en dehors de Palestine de la sacralité des traces néotestamentaires.

Sacr_Gellone_1v

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers (CESCM) et membre sénior de l’IUF, a quant à lui entraîné les stagiaires, en seconde partie d’après-midi, dans une exploration des cinq sens dans l’art médiéval. Si ce thème très large est au cœur de ses recherches actuelles et le sujet d’un livre à paraître prochainement, l’auteur a choisi de se concentrer, pour cette Session d’été, aux images du sacramentaire gélasien, en particulier les lettres ornées du rituel baptismal dans le sacramentaire de Gellone. Après une introduction très riche sur la question des sens au Moyen Âge et sur le contexte liturgique de production et d’utilisation du sacramentaire, Éric Palazzo a invité le public à regarder ces images dans la perspective d’une activation par les sens du contenu de la représentation et du texte placé en regard. Fondée sur la théologie de l’Incarnation et l’exégèse du rituel d’une part, et sur une lecture fine de l’élaboration savante de la figure des évangélistes d’autre part, la conférence d’Éric Palazzo soulève de nouvelles questions très prometteuses.

[Mai 2013] La nef de la chapelle de Plaincourault : relevé archéographique des blasons

Cliché Eva AVRIL / CESCM

En 2006, l’ensemble des peintures et les autels de l’abside de la chapelle de Plaincourault (Indre) ont fait l’objet d’une étude iconographique, stylistique et archéologique. Quatre panneaux peints représentant la Flagellation, la Crucifixion, la Vierge à l’Enfant et le Péché Originel, correspondant à l’époque romane ornent les pans de murs entre les baies.

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En mai 2013, une nouvelle mission sur le terrain a été effectuée : les trois étapes chronologiques des peintures de la nef seront étudiées et mises en relation avec l’histoire de l‘édifice. Le but de cette intervention est de faciliter l’analyse chronologique d’une série de 6 armoiries peintes sur la travée droite du chœur : leur chronologie relative, leur identification et la proposition d’un résumé graphique permettront de retrouver leur état d’origine. Identifier chaque blason est essentiel dans l’étude de cette construction hospitalière et cette réflexion se fera grâce à la collaboration de Laurent Hablot (CESCM) responsable du Programme « Culture écrite, culture visuelle ».

Cette étude du décor sera complétée par d’autres sources d’informations autorisant la compréhension des différentes couches picturales : les dossiers de restauration, les rapports des prélèvements ainsi que l’examen direct des murs par une étude archéologique minutieuse effectuée à travers la réalisation des relevés.

Dans un premier temps, les peintures ont été observées à l’aide de loupes et d’un éclairage froid afin d’éviter toute altération des pigments. Ensuite, les traces de peinture parfois imperceptibles à l’œil nu, ont été reproduites fidèlement sur un film plastique fixé dans les enduits de consolidation modernes. Les calques seront numérisés et rassemblés sur ordinateur pour une reprise postérieure grâce à un logiciel de dessin vectoriel. Ce programme permet de travailler dans la gamme des couleurs identifiées sur place, grâce à un code de nuancier et reproduites sur un tirage papier. Ce traitement facilite l’analyse archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures et la possibilité de reproduire ces documents, ce qui rend leur consul­tation plus aisée.

La technique du relevé stratigraphique, met aujourd’hui à la disposition du chercheur une nouvelle méthode d’analyse. Elle implique d’une part une observation minutieuse des peintures sous un éclairage adapté visant à déterminer les étapes d’élaboration, la technique utilisée, et d’autre part, la reproduction entière ou partielle de l’œuvre à taille réelle sur un document dans lequel sont indiquées la stratigraphie initiale de la mise en œuvre et les interventions postérieures.

Pour les peintures en plus mauvais état, nous proposerons une restitution de leur état originel et le comblement de certaines lacunes iconographiques sans intervenir directement sur le mur. À l’échelle de l’édifice, cette démarche permettra de préciser la réalité humaine du chantier : la rigueur du travail, le nombre d’artistes, l’organisation et le déroulement des différentes campagnes. Enfin, les données concernant l’ensemble d’un cycle peint et son évolution sont susceptibles de fournir de précieuses indications sur la fonction du bâtiment et son évolution.

Le résultat de cette méthode présente l’avantage considérable de pouvoir décomposer le relevé en autant de calques qu’il y a d’étapes de mise en couleur, et de séparer les différents types de données. On pourra facilement ne visualiser que les blasons dans leur état initial, sans les interventions postérieures qui perturbent la lecture. Le relevé rendra visible ce que l’usure et la distance des parois ne permettent plus de voir. Il facilitera la lecture archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures en donnant la possibilité de les reproduire à taille réelle.

La réalisation des relevés n’est pas systématique, le choix de scènes se fait dans le but d’une meilleure compréhension iconographique ou d’une meilleure lecture des scènes très effacées par le temps, c’est pourquoi nous avons également relevé une Vierge à l’Enfant XVème siècle presque disparue. Néanmoins, pour les scènes n’ayant pas été relevées, une fiche analytique a été élaborée afin de constituer une grille d’observations permettant de compléter l’étude dans son ensemble et de mieux comprendre les changements relatifs aux décors picturaux.

Une campagne de photos a également été réalisée par Eva Avril , celle-ci viendra s’ajouter aux clichés pris en 1998 (avant restauration), compléter la collection de la photothèque du CESCM et enrichir la Base Romane.


 

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)