Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 2

Le printemps et ses nombreuses manifestations scientifiques !

E. NAU/CESCM
E. Nau / CESCM

Du 29 au 31 mai 2013 s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale le deuxième volet des rencontres sur les cinq sens au Moyen Âge organisées par Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France.Comme l’an passé, les conférences proposées par les intervenants venus de France, d’Europe et des États-Unis ont été passionnantes, abordant des aspects très différents de la perception sensorielle, de la conception des sens et de leurs implications sur la production des oeuvres d’art médiévales. Éric Palazzo a choisi, pour la seconde année consécutive, d’accorder à ses invités un temps de parole important (près d’une heure). Résultat : des présentations riches, argumentées, structurées ; des échanges nourris et des débats animés.

Par-delà l’excellence générale des conférences qui ont abordé les sens à travers les récits de pèlerinages (Jean-Marie Fritz), les textes politiques carolingiens (Geneviève Bürher-Thierry), les constructions architecturales de Saint-Bénigne de Dijon et de la cathédrale de Wells (Carolyn Malone), le texte et la musique des séquences (Christelle Cazaux), le son des cloches (Elisabetta Neri), etc., les trois temps forts de la manifestation resteront :

– la conférence inaugurale de Lynley Herbert, prononcée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, à propos des Évangiles de Sainte-Croix, manuscrit enluminé carolingien conservé à Poitiers ;
– la présentation des liens entre l’encens et les oeuvres d’art du haut Moyen Âge par Lawrence Ness (avec une démonstration très sensorielle !) ;
– l’étude des manuscrits enluminés présentant le rituel juif du Seder par Adam Cohen.

abbaye_sainte_croix

Certaines de ces présentations donneront lieu, comme l’an passé, à la publication d’un numéro spécial des Cahiers de civilisation médiévale.

Soutenance de thèse d’Estelle Ingrand-Varenne, CESCM (29 mars 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Photo_Ingrand-Varenne_reduite-42966

Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.

[5-8 juin 2013] Écriture et genre épistolaires, IVe-XIe s.

 Colloque international organisé par le CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Casa de Velázquez, Université d’ErlangenThomas DESWARTE (Université d’Angers) – Klaus HERBERS (Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) dans le cadre de l’ANR-DFG EPISTOLA

Programme ANR-DFG EPISTOLA : « La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (IVe-XIe siècles) »

Comité d’organisation : Bruno Dumézil, Jacques Elfassi, Nathanaël Nimmegeers, Cornelia Scherer, Hélène Sirantoine

E.NAU / CESCM
E.NAU / CESCM 

« Quelle douleur ! Les chrétiens ont oublié jusqu’à leur langue, et sur mille d’entre nous, vous trouverez à peine un seul qui sache écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s’il s’agit d’écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s’expriment dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu’elles composent des poèmes préférables, sous le point de vue de l’art, à ceux des Arabes eux-mêmes ». Ainsi s’exprime vers 840 Alvare de Cordoue, confronté à l’acculturation de ses corréligionnaires en al-Andalus. Selon lui, l’abandon du latin au profit de l’arabe s’accompagne de la pratique de la poésie, tandis que l’impossibilité d’écrire des lettres équivaut à l’oubli du latin ; bref, sous sa plume, le genre épistolaire est considéré comme caractéristique de la culture latine, comme la poésie l’est de la culture arabe…

Institutions partenaires : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Friedrich-Alexander Universität Erlangen-Nürnberg

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Sources : Brepols

Stéphane Boissellier, Bernard Darbord, Denis Menjot (avec la collaboration de Georges Martin, Jean-Pierre Molénat et Paul Teyssier)

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 540 p. (L’atelier du médiéviste – 12).

[4e de couv.] La Péninsule ibérique, qui est une unité géographique évidente (aux yeux des étrangers…), devient au Moyen Âge, une fois passée la phase d’unité wisigothique, une zone de particularismes politiques et de grande diversité culturelle. Cette complexité s’exprime particulièrement dans la variété des langues vulgaires.

Au sud, l’arabe joue un rôle notable dans la culture écrite – et c’est là une des principales originalités hispaniques par rapport au reste de l’Occident médiéval –, mais il voisine avec des dialectes romans dits « mozarabes », employés massivement dans la communication verbale. Au nord, la différenciation politique, entre le VIIIe et le XIIe siècle, renforce la diversification linguistique, avant que des processus d’expansion et de centralisation, entre le XIe et le XVe siècle, ne conduisent à la domination – au moins à l’écrit – des normes linguistiques castillane (dans le centre de la Péninsule) et galégo-portugaise (à l’ouest), aux dépens de dialectes qui leur sont de toute façon assez proches (léonais, navarrais, aragonais) et aussi aux dépens l’arabe. Enfin, à l’est, le catalan, qui franchit les Pyrénées, appartient aux langues d’oc, et les régions ibériques catalanophones, qui sont d’ailleurs d’une richesse documentaire sans pareille, ont une histoire très liée au monde Franc, depuis l’intervention carolingienne ; pour ces raisons, ce domaine linguistique est exclu de ce volume – comme le basque et l’arabe en tant que tel.
C’est de cette richesse que ce livre veut rendre compte. Sans être aussi précoce que les pour langues germaniques, l’emploi des langues vulgaires ibériques à l’écrit s’observe assez tôt, à partir du début et plus encore du milieu du XIIIe siècle, et surtout il devient rapidement massif, en complément du latin : il est donc essentiel, à qui veut étudier et comprendre l’histoire des populations médiévales de la Péninsule ibérique, d’accéder aux textes rédigés dans ces idiomes – d’autant plus que les écrits du bas Moyen Âge constituent, au moins autant qu’ailleurs, la plus grande masse de la documentation conservée. Dans ce but, le parcours proposé ici est triple :

  •   Les traductions en regard des textes originaux, avec leurs commentaires philologiques, permettent de s’initier rapidement aux règles linguistiques nécessaires à une lecture suivie.
  •   Le choix des documents, qui tente de refléter ce qui subsiste – et même ce qui a existé – des textes médiévaux, et leur classement en fonction des pratiques sociales et culturelles offrent un panorama complet et représentatif des registres de langues, depuis les plus modestes chartes de ventes jusqu’aux récits de fiction les plus élaborés.
  •   Les chapitres introductifs et les bibliographies de travail constituent un guide pour la recherche historique.

L’ouvrage peut donc être utilisé par l’étudiant et le chercheur comme un manuel et comme un instrument de travail (un « atelier », selon la philosophie de cette collection), mais il peut servir aussi de « cabinet de curiosités » où l’honnête homme découvrira des langues sonores et savoureuses, un art d’écrire, bref l’essence même d’une culture.

Stéphane Boissellier est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Bernard Darbord est professeur de langue et littérature espagnoles à l’Université Paris Ouest Nanterre. Denis Menjot est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon 2.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)