Dire le silence au Moyen Âge

Le 14 février prochain se tiendra à Poitiers une journée d’étude sur le silence au Moyen Âge. Le thème de cette rencontre peut paraître surprenant, surtout quand elle n’est pas organisée par des musicologues !

BeatusÀ la lecture du programme, on réalise en effet que c’est davantage l’idée médiévale du silence (sa réalité, sa définition, son statut) qui est au cœur des réflexions des conférenciers réunis par Vincent Debiais au CESCM. Pour parvenir à envisager cette notion, qui n’apparaît que de façon discrète dans les sources, les communications s’attacheront à repérer les traces des pratiques silencieuses dans la discipline monastique, dans la prédication, dans la musique, dans les représentations visuelles, etc. L’originalité de cette interrogation repose sur la dimension positive, active et matérielle du silence. Pas question donc de se limiter à chercher en creux le silence, dans sa relation exclusive à la privation de parole et à l’impossibilité du son. La recherche sur le silence possède également des liens avec la réflexion sur l’absence, sur le vide, sur le blanc… autant de notions qui, si elles ne peuvent être considérées seules comme des objets d’études, en disent beaucoup des conceptions médiévales quant au signe, à la trace, à l’empreinte.

La journée d’étude du 14 février est le premier volet d’une série de trois rencontres. La seconde aura lieu à New York à la fin du mois d’avril, la troisième quelques jours plus tard dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies à Kalamazoo (Etats-Unis). La rencontre de Poitiers a été conçue comme un espace de discussion ouvert, animé par Laurent Hablot et Éric Palazzo, afin de jeter les bases de ce qui pourra devenir un ouvrage collectif réunissant l’ensemble des communications prononcées au cours des trois journées d’études, augmenté de textes commandés à des médiévistes, mais aussi à des artistes.

Présentation et programme

Monastères entre Loire et Charente

Presses Universitaires de Rennes Cécile Treffort et Pascale Brudy (dir.)
avec la collaboration d’Anne Autissier
 
Monastères entre Loire et Charente
 
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. – 320 p. (Archéologie et Culture)
ISBN : 978-2-7535-2767-6


Ce livre propose des synthèses et des études de cas, travaux pour la plupart inédits qui éclairent d’un jour nouveau les communautés monastiques et canoniales du Centre-Ouest. Articulant la recherche historique et archéologique avec une approche patrimoniale, il permet de comprendre et de regarder différemment les vestiges ténus ou monumentaux dont les pierres gardent le souvenir de ce que fut la vie de ces hommes de Dieu.

[4e de couv.] Dans un paysage marqué par la présence conjointe du littoral atlantique qui les borde et du fleuve Charente qui les traverse, les pays charentais sont, au Moyen Âge, une terre monastique. Isolés sur des îles au cœur de l’océan ou des marais ou installés à proximité de lieux de vie et de voies de communication, voire prenant la tête des opérations de conquête de nouvelles terres par défrichement des zones d’espaces boisés ou assèchement de zones marécageuses, les religieux ont construit des monuments de pierre qui ont marqué durablement le paysage de la région.

Le présent ouvrage, qui explore ces lieux singuliers, est issu d’un programme collectif de recherche (PCR) du ministère de la Culture, Conditions d’implantation des monastères dans les pays charentais au Moyen Âge. Étude sur la géographie monastique en Charente et Charente Maritime jusqu’au XVe siècle. Archéologie, architecture et histoire, mené sur plusieurs années (2001-2008), ponctué par un colloque, Archéologie monastique en pays charentais. Bilan, exemples et perspectives (Saintes et Saint-Amant-de-Boixe, 2005) et accompagné par une exposition itinérante, À la table des moines charentais. Archéologie de l’alimentation monastique en pays charentais au Moyen Âge.

Élargissant l’horizon géographique des pays de la Charente à ceux de la Loire, ce livre propose alternativement des synthèses et des études de cas, travaux pour la plupart inédits qui éclairent les communautés monastiques et canoniales du Centre-Ouest d’un jour nouveau. articulant la recherche historique et archéologique avec une approche patrimoniale, il permet de comprendre et de regarder différemment les vestiges ténus ou monumentaux dont les pierres gardent le souvenir de ce que fut la vie de ces hommes de Dieu.
 

Pascale Brudy est docteur en histoire de l’art médiéval, post-doctorante en 2013 à l’université Laval-Québec (Grepsomm) et membre associé à l’équipe Le Monument religieux et son décor du CESCM (UMR 7302, CNRS/université de Poitiers). Ses recherches et ses publications concernent le monde monastique au Moyen Âge, plus particulièrement l’étude des réfectoires et des pratiques alimentaires.

Cécile Treffort est professeur en histoire médiévale à l’université de Poitiers et directrice du centre d’études supérieures de Civilisation médiévale, CESCM (UMR 7302, CNRS/université de Poitiers). Spécialiste d’histoire religieuse et culturelle, elle a piloté le PCR Conditions d’implantation monastique dans les pays charentais au Moyen Âge entre 2001 et 2008. Elle a publié ou dirigé de nombreux travaux sur les prieurés et monastères, en particulier L’abbaye de Maillezais : des moines du marais aux soldats huguenots1 et Abbayes d’entre terre et mer en Vendée2.

  1. Cécile Treffort et Mathias Tranchant, L’abbaye de Maillezais : des moines du marais aux soldats huguenots, Rennes : PUR, 2005, 481 p. []
  2. Cécile Treffort, Abbayes d’entre terre et mer en Vendée, La Roche-sur-Yon : Conseil Général de Vendée, 2010, 89 p. + 1 DVD []

[Exposition] : Regards sur le patrimoine

Objectifs explorant le passé, regards croisés : du 8 janvier au 21 février 2014

Isabelle Fortuné/Université de poitiers
Isabelle Fortuné/Université de poitiers

Trois étudiants historiens et historiens de l’art ont posé leurs regards sur notre patrimoine.
Photographies en noir et blanc et en couleurs par Vincent Billaudeau, Mathias Nicolas et Maé Sibéril.

Vincent Billaudeau est étudiant en master 2 Patrimoines, musées et multimédia.
Mathias Nicolas est diplômé de la promotion précédente du même master.
Maé Sibéril est étudiante du master 2 Civilisation antique et médiévale, en histoire de l’art médiéval.

 

Entrée libre
Vernissage le jeudi 23 janvier à 16h

Lieu :

Poitiers – Centre-ville
Faculté des Sciences Humaines et Arts // Espace d’exposition – Bâtiment E18 – niveau 3

8 rue René Descartes // 23 bis rue des Carmélites (le samedi)

Contact :

Isabelle FORTUNE : isabelle.fortune@univ-poitiers.fr

Pour plus de renseignements

The Late Middle English ‘Lucydarye’

dIS-9782503540825-1Stephen Morrison

 The Late Middle English ‘Lucydarye’

Turnhout : Brepols, 2013. – 141 p. (Textes vernaculaires du moyen âge – TVMA 12)

ISBN: 978-2-503-54764-0

This book offers the reader a textual comparison of the 14th-century French Second Lucidaire and the late Middle English translation Lucydarye.
The Lucydarye is a late Middle English manual of popular instruction, largely religious in its orientation, though including lengthy discussions of witchcraft, demonology, and meteorological phenomena. There is a strong interest in pastoral instruction. Set in the form of a dialogue between a magister and his discipulus, it is an over-literal translation of a fourteenth-century French text known as the Second Lucidaire, itself a free adaptation of the Latin Elucidarium, traditionally attributed to Honorius Augustodunensis (Honorius of Autun). The translation is the work of one Andrew Chertsey. The Middle English text, edited here for the first time (from a Wynkyn de Worde print), bears striking similarities to other, popular works of an encyclopaedic nature, notably Sydrak and Bokkus and the Pricke of Conscience. Equally, there are many points in common with the sermon literature of the time. The Lucydarye is printed alongside the French source so as to allow the reader both to appreciate points of obscurity in the text and to observe Chertsey’s translation technique. A discussion of the relationship between the Lucydarye and the various versions of the Second Lucidaire throws some light on the complicated textual tradition of the French prints

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)