Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.

 

Attila e gli unni : verità e leggende

Bozoky (Attila italien)

 Edina Bozoky

 Attila e gli unni : verità e leggende

 Bologna : Il Mulino, 2014. – 232 p. (Collana « Le vie della civiltà »)

 ISBN : 978-88-15-24806-0

 

A partire dalle campagne di guerra che ebbero luogo nel 451 in Gallia e nel 452 in Italia, la fama di Attila come «flagello di Dio» attraverso i secoli si è fatta icona proverbiale. Ma chi era Attila e chi erano gli unni a cui si associa una così pertinace fama di devastazione e crudeltà? Questo libro racconta con esemplare chiarezza che cosa se ne sa in concreto, come si è formata ed evoluta nel tempo la loro leggenda, sorta quasi subito nell’agiografia cristiana, e come si è differenziata nelle diverse aree europee. Attila il terribile è infatti quello di area italiana, nei paesi germanici figura come re benevolo e generoso, e in Ungheria è addirittura un eroe nazionale. *

Edina Bozoky è maître de conférences di Storia medievale all’Università di Poitiers (CESCM). Tra i suoi libri: «La politique des reliques de Constantin à Saint Louis» (2007)1 e «Le Moyen Âge miraculeux» (2010)2

Traduction par Adelina Talamonti de l’ouvrage « Attila et les Huns : vérités et légendes » (2012)3

* A partir des campagnes militaires qui se déroulèrent en 451 en Gaule et en 452 en Italie, la renommée d’Attila comme « fléau de Dieu » est devenue, au fil des siècles, une icône proverbiale. Mais qui était Attila ? Et qui étaient les Huns auxquels on associe une réputation si tenace de dévastation et de cruauté ?  Ce livre raconte, avec une clarté exemplaire, ce qu’il en fut concrètement, comment s’est formée et a évoluée leur légende, apparue très rapidement dans l’hagiographie chrétienne et comment elle s’est différenciée dans les diverses zones de l’Europe. Attila Le Terrible est en effet celui de l’aire culturelle italienne, tandis que dans les Pays germaniques il apparaît comme bienveillant et généreux et en Hongrie il devient même un héros national. (trad. E. Mineo, doctorante CESCM)

  1. La politique des reliques de Constantin à Saint Louis, Paris, Beauchesne, 2007 (Bibliothèque historique et littéraire), 315 p. []
  2. Le Moyen Âge miraculeux, Paris, Riveneuve, 2010, 370 p,. []
  3. Attila et les Huns : vérités et légendes, Paris, Perrin, 2012, 312 p. []

[3 avril 2014] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

En 2014, la journée porte sur le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?Jaquette programme

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition. Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010). Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en oeuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps. Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet. Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

 La communication a été ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, et travaillant sur les civilisations antiques ou médiévales.

Programme :

9h30 – Introduction par Cécile Treffort, directrice du CESCM

10h00-11h15 – Barbara Couturaud (ArScAn UMR 7041, équipe VEPMO) L’image a-t-elle une fonction ? L’exemple des documents imagés du Proche-Orient au IIIe millénaire av. J.-C.

Nicolas DELFERRIERE (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Les revêtements architecturaux et leur(s) fonction(s) : pour une compréhension du décor des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons

11h30-12h45 – Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL) Un axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré en Gaule romaine : une nouvelle analyse fonctionnelle des espaces ?

Annick Gagné (Universités Laval et de Poitiers, CESCM) Un concept efficace ? Les limites de la notion de fonction pour l’interprétation des inscriptions de consécration (France VIIe-XIIIe siècles)

14h00-14h30 – Clément Bellamy (Université Rennes 2, LAHM UMR CreAAH 6566) Réflexions méthodologiques sur la fonction et la destination de la céramique d’un site de production gréco-indigène : l’Incoronata (Italie) entre VIIIe et VIIe siècles av. J.-C.

14h45-16h00 – Rudi Beaulant (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Fonction et usage de la lettre de rémission chez les ducs de Bourgogne à la fin du Moyen âge

Clément De Vasselot (Université de Lyon, ENS) Le Conventum : un document historique remanié

Cette journée du 3 avril 2014 sera l’occasion du lancement du second numéro de la collection électronique Annales de Janua, dont la vocation est de publier, depuis 2012, les actes des rencontres de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veille à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagne les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

 Programme OK

 

Serrures médiévales, VIIIe-XIIIe siècle

1392644491
Presses Universitaires de Rennes

 Mathieu Linlaud

 Serrures médiévales : VIIIe-XIIIe siècles

 Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 344 p. (Archéologie & Culture)

 ISBN : 978-2-7535-2903-8

À partir de sources archéologiques et iconographiques, cet ouvrage retrace l’évolution technique des serrures au Moyen Âge. Il présente des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et un nouveau classement typologique basé sur ces aspects techniques. Ces objets sont aussi un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés.

[4e de couv.] La société médiévale a usé de divers systèmes d’ouverture et de fermeture dans son ameublement et son architecture : serrures, charnières, cadenas, pentures. L’historiographie nous montre un sujet longtemps délaissé aux collectionneurs et amateurs de serrurerie et ferronnerie. Cette étude s’est employée à définir de nouveaux outils de recherche, entre autres avec la rédaction d’un glossaire faisant le point sur un vocabulaire d’une richesse sous-estimée. Le développement relativement récent de l’archéologie préventive a permis d’exhumer une quantité importante de données inédites. Ces nouvelles sources archéologiques – mais également iconographiques – ont été privilégiées afin d’essayer de retracer l’évolution technique de ces objets. Cette réappropriation du sujet passe, notamment, par des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et par un nouveau classement typologique qui délaisse l’histoire des formes pour se focaliser sur les aspects techniques. Ces objets ne sont qu’un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés. Il est également apparu que certains de ces objets – comme la clé – ont eu un rôle symbolique particulièrement fort.

Various opening and closing systems existed in medieval architecture and furniture: locks, hinges, padlocks, strap hinges. Historiography has neglected this subject for a long time, leaving it to metalwork collectors and locksmithing enthusiasts. This study has defined some new research tools, including the writing of a glossary revealing a French vocabulary of under-estimated richness. The relatively recent development of “preventive” archaeological operations has allow to study a large amount of unpublished data. In order to trace the technical development of these objects, emphasis was placed on archaeological and iconographic sources. This redefining of the subject is done with the aid of graphic reconstruction showing how these mechanisms worked, as well a new typological classification which puts the history of forms aside in order to focus on the technical aspects. These objects are a pretext to the understanding and examination of the medieval society that designed, manufactured, used, improved, replaced, discarded and depicted them. It also appears that some of these utilitarian objects had a strong symbolic function.

Avec une préface de Luc Bourgeois.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM UMR 7302).

Mathieu Linlaud est docteur en archéologie médiévale et chercheur associé du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Poitiers). Archéologue spécialiste du mobilier métallique médiéval, il étudie des objets issus de fouilles pour diverses structures.

Un silence éloquent

Premier volet d’un triptyque qui se prolongera outre-Atlantique : à New-York en avril, à Kalamazoo en mai (49e International Congress on Medieval Studies, Michigan), la journée d’étude du 14 février 2014 réunissait à Poitiers historiens, historiens d’art, musicologues, sémioticiens etc. autour du « matériau silence ». Ce riche dossier sera encore étoffé par des communications sur le même thème écrites par des juristes et des artistes, non médiévistes, et publiées sur la plateforme Art-Hist.

Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS), organisateur de cette journée avec la collaboration de la plateforme Art-Hist, a introduit le thème et la forme de cette journée d’étude, privilégiant les échanges libres en vue d’une réelle construction intellectuelle et collective.

À l’origine du projet, un questionnement sur l’absence d’écriture dans certaines œuvres. Pourquoi deux images très proches présentent l’une un texte et l’autre non ? Comment interpréter ce jeu de présence/absence ? Très vite, néanmoins, la question de la définition du silence invite à dépasser cette première approche en creux (absence de parole dans une culture logocentrique), pour en faire une donnée positive, liée à la quiétude et à la capacité de compréhension. Le dossier biblique, la théologie d’un silence créateur, le silence plein de l’indicible et doué d’une force pragmatique seront quelques pistes à explorer, par exemple à travers l’étude des manuscrits des Beatus.

« Silence du noir », tel était le titre de la présentation d’Anne-Marie Christin (Université de Paris Diderot/CEEI), malheureusement absente et dont le texte fut lu par Laurent Hablot (Université de Poitiers/CESCM) président de séance, lors de la matinée. Évoquant la calligraphie chinoise, la création typographique du XVIe siècle ou la peinture de contact de Philippe Clerc, Anne-Marie Christin a centré son propos sur le silence de l’image, qui tient à la nature même de l’image et est de l’ordre du noir (tout d’abord celui de l’origine). Le silence peut se comprendre dans l’histoire de la création occidentale à travers la piste de l’estampage, de l’empreinte à la fois comme trace et comme silence, mais un silence étranger à la parole et créateur de nouvelles images.

Pour clore la matinée, Pascale Brudy (CESCM) a évoqué le silence monastique, dans le réfectoire, lors des repas des moines. Demandé dans les règles monastiques, le silence est d’abord une obligation individuelle ; il n’en reste pas moins bavard par les signes échangés entre les moines ou différentes sonorités (cloches, prières). Ce silence s’inscrit dans une éthique de la communication et permet une bonne écoute communautaire : celle du lecteur placé en chaire, qui apporte la nourriture de l’âme, en complément de celle du corps. Le silence est un des éléments de la ritualisation du repas monastique, qui permet des rapprochements avec le repas eucharistique.Beatus

La séance de l’après-midi, présidée par Éric Palazzo (Université de Poitiers/CESCM), fut ouverte par Patrick Henriet (EPHE), sur un dossier hagiographique : le miracle d’Hugues de Semur, à la mort de Durand de Bredon (Vita Hugonis de Gilon), qui met en scène un silence efficace, de nature pénitentielle, dans un contexte funéraire. Sept frères s’imposent sept jours de silence pour racheter le péché de langue de Durand lors de son vivant. Ce septénaire inversé, qui se déroule sur un arrière-plan liturgique et biblique, notamment à travers Job, manifeste la densité ontologique du silence.

Sur un terrain quasiment vierge de toute bibliographie, Christelle Cazaux-Kowalski (Université de Poitiers/CESCM) a proposé d’aborder la théorie et la notation du silence dans la musique médiévale. Avant le XIIIe siècle, la musique est la voix, le texte chanté ; le silence est une respiration, une « cadence », qui correspond un mouvement mélodique comme un autre et non un arrêt. Il n’est pas un matériau sonore inclus dans le discours musical et les théoriciens insistent sur la continuité. Avec l’émergence de la polyphonie et des notations mesurées au XIIIe siècle, une barre verticale (divisio modi) vient marquer la pause, omission de la voix. Le silence en musique n’apparaît donc que par une seule marque graphique, alors que le mot lui-même n’est jamais employé.

Les prophètes du Puits de Moïse (1396-1405), provenant de la Chartreuse de Champmol, furent le terrain d’enquête de Vivianne Huys (MICA/Université de Bordeaux III). Cette œuvre rappelle différents aspects du théâtre médiéval et met sous les yeux un drame silencieux avec sa propre temporalité, une rhétorique du sensible qui suscite cris, sons, chuchotements. Le silence est ici un acteur ; dans une co-construction du dispositif scénographique, il devient un vide nécessaire à l’émergence du dit, le corollaire de la parole. La nature du silence relève de l’espace et du temps, car c’est un matériau et non un simple signe ou une représentation. Il nécessité l’appui d’une iconicité. Le silence est affaire de perception, dans une expérience synesthésique de la matière, et le rôle de la perception est de préparer les actions.

Dans ses conclusions, Cécile Voyer (Université Bordeaux II et Université de Poitiers/CESCM) a rappelé les difficultés à tracer les contours du « matériau » silence, dont la valeur peut-être positive ou négative suivant les contextes, et dont une des clés de lecture évoquée à plusieurs reprises dans les discussions pourrait être la continuité/discontinuité. Aventure à suivre, après cette stimulante inauguration qui laisse présager des prolongements tout aussi riches.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)