Les jeunes Docteurs à l’honneur ! Promotion Robert Badinter, 2013

Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d'Yves Jean, Président de l'Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l'Ensma
Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d’Yves Jean, Président de l’Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l’Ensma 

Pour la cinquième année consécutive, l’Université de Poitiers honore les étudiants ayant soutenu leur thèse par une cérémonie de remise de diplôme de doctorat. Cette année, le parrain de promotion était Robert Badinter.

Estelle Ingrand-Varenne, Margaret Dobby et Pierre Courroux

En 2013, plus de 160 thèses ont été soutenues à l’Université de Poitiers et à l’Ensma. 92 jeunes docteurs étaient présents ce vendredi 13 décembre dans l’amphi 800 de la faculté de Droit, dont 4 du CESCM : Patrick Bouvart, Pierre Courroux, Margaret Dobby et Estelle Ingrand-Varenne.

Robert Badinter a ouvert la cérémonie par une conférence sur « la justice demain », évoquant les trois défis auxquels celle-ci serait confrontée : internationalisation, constitutionnalisation et numérisation. Un parrainage marqué par l’engagement dont Pierre s’avoue particulièrement fier, tandis que Margaret retient volontiers les nombreuses touches d’humour qui ont émaillé son discours ainsi que son remarquable esprit visionnaire.

Revêtus de la robe noire et d’une étole de la couleur de leur discipline (« jonquille » pour les Humanités), ainsi que du chapeau de circonstance, les docteurs sont solennellement rentrés dans l’amphi. Chacun s’est vu remettre personnellement de la part de Robert Badinter et du directeur de son école doctorale la médaille de la promotion et le diplôme de doctorat.

La médaille de la promotion 2013
La médaille de la promotion 2013 

Souvenir mémorable pour chacun, venant couronner 3, 4 ou 5 années d’un travail de recherche souvent solitaire et intensif, mais surtout passionnant et créatif.

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

couv_Cathedrale_Poitiers-b5ca6Ouvrage collectif, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

Niort : Geste éditons, 2013 – 408 pages

ISBN : 978-2-36746-156-4

 

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours1

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Laurent Hablot, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT Claude, La Cathédrale de Tours, Niort : Geste éditions, 2010, 291 p []

D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français : 1100-1250

couv003
Brepols

 Marcello Angheben

 D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat

 Turnhout : Brepols, 2013. – 686 p. (Culture et société médiévales – CSM, 25)

 ISBN: 978-2-503-54764-0

 
 
Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.
[4e de couv.] Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique.

La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes.

Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

__________________________________________________

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Collection dirigée par Édina Bozoky.
Membres du comité de lecture : Claude Andrault-Schmitt, Anne-Marie Legaré, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jean-Jacques Vincensini

Collection publiée par les Éditions Brepols

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014

Le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?

Cette journée d’étude est destinée aux jeunes chercheurs et est organisée par Janua, l’association des étudiants antiquisants et médiévistes rattachés aux laboratoires HeRMA et CESCM et à l’Université de Poitiers.

Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.
Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition.Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010).

Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en œuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps.

Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet.

Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

Les fonctions d’un document étant rarement explicitées par son créateur, il importe alors de déterminer comment le chercheur peut les établir. Pour cela, il doit disposer d’informations sur l’environnement matériel de son objet d’étude (lieu de production et de réception) mais aussi sur son environnement culturel (autres productions intellectuelles, connaissances techniques, pratiques sociales associées).

Mais comment corréler ensuite la connaissance du contexte avec les caractéristiques internes d’un document (matériau, forme, décor, contenu sémantique) sans glisser vers la sur-interprétation ?

À quel point peut-on connaître l’intention de l’auteur d’un objet ou d’un texte ?

Colonne Trajanne, Forum de Trajan, Rome.

Une fois ce minutieux examen achevé, il reste à établir la place que doit occuper ce type d’interprétation au sein d’une étude. Les fonctions reconnues pour un document ou pour un ensemble de documents sont-elles communes à d’autres types de sources ? Sont-elles nécessairement complémentaires ou peuvent-elles être indépendantes, voire contradictoires ? Sont-elles représentatives d’un discours normatif ou de pratiques isolées ? Ont-elles varié selon les époques ? Sont-elles plus importantes que les significations portées par un document ou que les pratiques qu’il a suscitées ? Suffisent-elles pour révéler la pluralité des usages qui ont pu se développer autour de l’objet étudié ?

L’objectif de cette journée d’étude est de favoriser l’échange de réflexions sur la méthodologie, afin de contribuer à l’élaboration du discours scientifique sur les périodes antiques et médiévales. Les participants devront donc s’appuyer sur les résultats de leurs recherches pour nourrir leur argumentation, mais les présentations n’auront pas pour but premier de divulguer une synthèse de leurs travaux.

Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).
Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).

La communication est ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, qui travaille sur les civilisations antiques ou médiévales. Les communications réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées dans les Annales de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veillera à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagnera les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

Les demandes de renseignements complémentaires et les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse suivante : assoc_janua@hotmail.fr. Il est demandé un résumé de 250 mots max. ainsi qu’un curriculum vitae.

Date limite des candidatures : 31 janvier 2014, 18 heures.

Date de la rencontre : jeudi 3 avril 2014

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :

Habilitation à diriger des recherches d’Yves Gallet, CESCM (2 décembre 2013)

Le lundi 2 décembre 2013, entre 14h et 18h30, Salle des Actes (Faculté des Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers), Yves Gallet, maître de conférences à Quimper et chercheur au CESCM, a présenté ses travaux en vue d’une HDR.

Le candidat a entamé sa présentation avec un plaisant récit de Georges Duby sur la forme et le déroulement d’une soutenance de thèse, sans prendre à son compte toutefois la pointe d’amertume qu’on peut y relever. Il l’a terminée en relevant l’avantage de l’exercice : lui permettre d’encadrer les travaux des étudiants et jeunes chercheurs.

strasbourg
Cathédrale de Strasbourg, facade côté sud
(Cliché Yves Gallet)

Claude Andrault-Schmitt, professeure d’Histoire de l’art médiévale à Poitiers et « garante », a souligné toute l’ambiguïté de ce titre et retracé les étapes de la carrière, brillante et étayée de publications (50 articles), d’engagements pédagogiques et administratifs, de directions d’ouvrages collectifs et journées d’études, d’activités au sein de réseaux internationaux. D’un point de vue scientifique, la colonne vertébrale de la recherche concerne L’architecture rayonnante, et particulièrement les productions postérieures à 1270, trop souvent négligées. Au sein d’une grand nombre de monographies de qualité, où la critique des sources et le processus comparatiste sont poussés à leur maximum rhétorique, il faut signaler un chapitre synthétique, étoffé, de l’ouvrage dirigé par Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge1

On notera au passage la sortie prochaine aux Presses universitaires de Franche-Comté de la monographie de la cathédrale d’Évreux. Deux autres chantiers normands font l’objet d’un engagement spécifique et à long terme, parfois en collaboration avec les chercheurs du CESCM : l’abbaye de Jumièges et celle du Mont-Saint-Michel.

Mais c’est le mémoire inédit, consacré à Matthieu d’Arras (vers 1290 ? – 1352). Un maître d’œuvre français dans l’Europe gothique, qui a surtout retenu l’attention des autres membres du jury et suscité d’intéressants questionnements. Il s’agit d’une étude de l’œuvre du premier architecte de la cathédrale de Prague et de ses sources dans l’architecture gothique rayonnante en France (Avignon ? Narbonne ?) et dans l’Empire (Strasbourg et d’autres sites alsaciens) dans la première moitié du XIVe siècle. L’objectif de l’analyse est de montrer que Matthieu d’Arras, dont l’œuvre a longtemps été éclipsée par celle de son célèbre successeur, Peter Parler (1356-1399), fut lui-même un architecte de talent, novateur, et déjà sensible – comme le fut après lui Peter Parler – à une approche maniériste de l’architecture. C’est ainsi un éclairage neuf qui est projeté, par contrecoup, sur le milieu architectural dans lequel Matthieu d’Arras s’est formé : un milieu qui a dû être animé d’une vitalité persistante et où les architectes avaient dû conserver une capacité d’invention intacte.

Jean-Marie Moeglin, professeur d’Histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) et directeur d’études à l’EPHE, Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École nationale des Chartes, Klára Benešovská, directrice du département d’art médiéval à l’Institut d’Art de Prague (et ancienne stagiaire du CESCM…), Christian Freigang, professeur d’Histoire de l’art médiéval (architecture) à l’université de Berlin, Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’art médiéval à Bordeaux 3 et président du jury, ont soulevé les questions essentielles qui se posent à tout spécialiste du domaine, en guise d’approfondissement aux pistes largement développées par le candidat.

Ainsi a-t-on parlé des relations entre le roi Charles IV de Bohême et le futur pape Clément VI, de la signification politique des choix formels, de la réalité des voyages de formation des architectes d’un chantier majeur à un autre chantier majeur, de la fameuse « signature personnelle » de l’artiste ou plutôt de son absence, de l’importance des dessins dans la « mémoire » de l’architecte qui peut certainement en partie s’en passer, du poids du commanditaire, des liens plus étroits qu’on ne le pense entre rayonnant du sud de la France et rayonnant de l’Empire ou d’Angleterre, de la notion de modernité autour de laquelle nous brodons avec beaucoup d’anachronisme, de l’existence d’un courant sévère ou « minimaliste », du rôle de monuments disparus ou en partie disparus comme le couvent des Bernardins à Paris…

Toutes ces interrogations irriguent évidemment ce qui apparaît comme une véritable « biographie » d’architecte, laquelle sera à parution la première au point de vue chronologique. Bien sûr, manqueront toujours les détails les plus personnels, et on ne peut s’appuyer que sur quelques inscriptions et le « style » même des réalisations, notamment les virtuosités comme l’escalier à double révolution, la clef de voûte pendante, les pinacles traversants des contreforts et autres détails séduisants pour qui sait regarder.

A la fin du débat, le jury a accordé l’Habilitation à diriger des recherches, en ajoutant à titre oral et privé de chaleureuses félicitations.

  1. Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge en France, Paris : Citadelles & Mazenod, 2010 (L’art et les grandes civilisations, 40), 599 p []

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)