Jana Gazdagová, stagiaire slovaque au CESCM

Jana est une étudiante slovaque, en histoire de l’art : elle vient d’effectuer deux stages successifs dans 2 services au CESCM et nous en parle.

Cliché Jean-Pierre Brouard (CESCM)

Jana, peux-tu nous expliquer ce choix du CESCM ?

Je cherchais un laboratoire d’accueil autour de l’histoire de l’art et c’est le CESCM qui m’est apparu comme étant le lieu de pluridisciplinarité qui serait susceptible de m’accueillir. Les cours proposés, les sujets de recherches, la notoriété du centre, tout cela m’a attiré.

J’ai donc contacté M. Éric Palazzo par l’intermédiaire d’Ivan Foletti, ainsi que M. Martin Aurell, à qui j’ai expliqué que la possibilité de travailler CESCM serait pour moi une expérience enrichissante du point de vu professionnel mais aussi scientifique, puisque j’envisage de faire un doctorat. Il fallait aussi que je trouve un lieu qui m’accueille et me laisse suivre en même temps des cours d’histoire de l’art en Erasmus : et puis, je devais améliorer mon français !

 

Quel est ton parcours universitaire ?

Je suis diplômée de l’université de Comenius à Bratislava (niveau Bachelor en 2010), et j’ai fait des études d’histoire de l’art à Bratislava (Slovaquie) ; pendant ce temps j’ai également suivi deux ans d’enseignement dans le domaine des antiquités à l’Académie Rudolphine de Prague de 2013 à 2015.

J’ai obtenu un Master en septembre 2016 à l’université Masaryk de Brno (République Tchèque). Mon mémoire était dirigé par Ivan Foletti et portait sur l’architecture et la décoration en fresques de l’église romaine San Giovanni à Porta latina. J’ai effectué un stage de 6 mois (oct. 2015 à avril 2016) à la Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunsgeschichte à Rome, dans l’équipe du professeure Tanja Michalsky. En outre, pendant mes années d’étudiants j’ai organisé deux petites expositions, à Bratislava (Slovaquie) en février 2016 et à Brno (République tchèque) en mars 2015.

J’envisage désormais de faire une thèse mais pour cela je dois présenter le projet en juin 2017 car il y a une sélection à l’université de Brno (République tchèque).

Je vais de plus effectuer un stage de 3 mois (avril à juin) à la Bibliotheca Hertziana de Rome où je vais travailler pour le projet international de M. Ivan Foletti ‘Migrating Art Historians’.

 

Quels sont les services du CESCM qui t’ont accueillie ?

Tout d’abord de mi-octobre à mi-décembre 2016 j’ai travaillé dans le service bibliographique des Cahiers de civilisation médiévale avec Karine Corre et Élisabeth Yanssens : j’ai dépouillé des revues reçues par échange à la rédaction des CCM ; j’ai effectué le traitement documentaire et l’indexation des e-books présents sur Cairn  pour la Bibliographie de civilisation médiévale (BCM) ; enfin, j’ai indexé des ouvrages collectifs (essentiellement des actes de colloques) reçus en service de presse à la rédaction pour l’International Medieval Bibliography (IMB).

Je me suis déplacée en bibliothèque (BUMF et BU Droit-Lettres) avec Mathieu Cosson, doctorant en histoire avec Martin Aurell, pour découvrir ces bibliothèques, leurs ressources documentaires et pouvoir travailler sur les revues en langue française (dépouillement des articles à l’aide d’un thésaurus spécialisé).

Puis je suis revenue à l’inscripthèque début janvier 2017, pour participer au projet TITULUS (épigraphie médiévale numérique), dont un des volets est la numérisation des volumes déjà parus du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) sur Persée, portail de diffusion libre et gratuit.

Avant la mise en ligne finale, il y a plusieurs étapes essentielles, dont la validation éditoriale à laquelle je participe. Ce travail fin et patient de relecture et de vérification du travail de numérisation, des tables des illustrations, des titres, est très important et gage de qualité.

Dans quelques mois, les volumes 1-24 du CIFM seront donc accessibles à tous soit directement sur Persée, soit en cliquant sur un des départements de la carte sur le site du projet.

Merci Jana, votre venue a été un réel enrichissement pour le CESCM, vous semblez une étudiante très sérieuse et motivée, toujours avec le sourire ! Nous avons également beaucoup appris sur votre pays. Bonne continuation.

 

 

 

La base ArmmA. Armorial monumental du Moyen Âge est en ligne

La base ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/), élaborée sous un logiciel WordPress par le service informatique I-Médias de l’Université de Poitiers, constitue l’interface web du programme de recherche Armorial Monumental du Moyen Âge lancé en janvier 2014 au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers. Dirigé par Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (Paris, EPHE), ce programme de recherche vise, sur le long terme, à offrir une couverture la complète possible et une étude approfondie des représentations héraldiques monumentales produites dans la France médiévale (conservées ou documentées par des sources textuelles ou iconographiques), toutes techniques et supports confondus : peinture murale, sculpture sur pierre et sur bois, vitraux, œuvres en bronze etc.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l'Hotel d'Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l’Hotel d’Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

Étudiant les pratiques héraldiques de mise en signe de l’espace à partir des attestations matérielles, le programme ArmmA se propose aussi d’intervenir en faveur de la conservation d’un patrimoine d’images souvent encore méconnu et de ce fait parfois plus exposé aux risques d’endommagement ou de destruction.

Le premier volet expérimental du programme, financé par l’Université de Poitiers et par la Direction des Affaires Culturelles Nouvelle Aquitaine, avait initialement l’objectif d’offrir une couverture totale du patrimoine héraldique des départements qui formaient, jusqu’à la réforme territoriale de 2015, la région Poitou-Charentes. Face à l’abondance des attestations relevées dans les premiers mois de travail, il a toutefois été nécessaire de restreindre l’aire d’enquête afin d’atteindre une couverture la plus homogène possible du phénomène sur un territoire donné. La recherche a donc porté essentiellement sur la ville de Poitiers et sur le département de la Vienne, avec quelques incursions dans les territoires limitrophes (département de la Charente et, surtout, des Deux-Sèvres) appartenant jadis au Poitou historique. Si l’inventaire dressé dans la phase préliminaire du projet recensait, dans toute la région Poitou-Charentes, une centaine de monuments caractérisés par des éléments héraldiques (pièces isolées ou décors plus complexes), à ce jour le catalogue des monuments « héraldisés » s’élève à 300 items uniquement pour la Vienne.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Datés entre la première moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XVe siècle, les décors recensés appartiennent autant aux monuments les plus célèbres de la région (tels que l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe ou les Palais des Comtes de Poitiers) qu’aux œuvres d’utilité publique (ponts, remparts, halles et fontaines) et aux bâtiments résidentiels les plus communs (comme les maisons « armoriées » de Poitiers). Les écus désormais dépourvus de figurations héraldiques et ceux illisibles en raison de martelage ou de grattage sont également pris en compte documentant, d’un côté, des pratiques héraldiques peu connues (les armoires d’attente comme au château de Chalandray, par exemple), de l’autre, les réactions que ces images ont pu susciter à certains moment de l’histoire (à la Révolution, le bûchage systématique des armoiries aux fleurs de lys). Les pièces conservées hors de leur contexte d’origine font aussi l’objet d’études monographiques (c’est le cas des œuvres héraldiques conservées dans les réserves du Musée Sainte-Croix de Poitiers).

Au fur et à mesure que l’étude de cette masse documentaire avance, les informations élaborées sont organisées et rendues disponibles sur le site ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/) sous la forme de notices qui fournissent une description analytique et une interprétation des « unités » héraldiques répertoriées (210 notices ont été publiées à ce jour). La carte interactive affichée sur la page d’accueil du site constitue l’accès principal aux articles monographiques ; le lien peut être assuré à la fois par le biais de la navigation interne et par le moteur de recherche placé en contrebas. Dans cet espace les monuments s’annoncent d’abord par le biais d’icônes qui différencient les bâtiments répertoriées par types fonctionnels (château, église, édifice résidentiel…), ensuite par des onglets contenant une image de présentation et un bouton qui renvoie à la notice complète. Une sélection des monuments inventoriés sur la base de leur destination d’usage est également possible.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Georges, chœur.

 Se conformant à une structure homogène, ces notices fournissent d’abord des informations de synthèse sur l’histoire monumentale et patrimoniale du bâtiment, pour passer ensuite à l’examen des éléments héraldiques conservés ou documentés à l’intérieur. Ces derniers sont décrits, identifiés, interprétés sur la base des documents textuels et des pratiques héraldiques connues, mais aussi en fonction de leur rapport avec l’espace architectural et, si c’est le cas, avec d’autres ornements présents dans le même bâtiment. Pour simplifier le repérage des éléments armoriés à l’intérieur de l’édifice, ces derniers sont numérotés. Les numéros d’identification sont donc transcrit sur le plan qui accompagne, quand il est nécessaire, la notice (voir, par exemple, les notices consacrées au château d’Angles-sur-l’Anglin et au clocher-porche de l’abbaye Saint-Maixent à Saint-Maixent-l’École). Les notices sont complétées par une bibliographie essentielle, formée par les sources et les études utilisées dans l’étude, et par une riche documentation photographique réalisée sur place au cours de nombreuses missions de terrain organisées afin d’examiner les décors héraldiques répertoriés dans leur contexte d’exposition. Des liens hypertexte permettent de renvoyer le lecteur à d’autres notices publiées dans la base ou à des sources textuelles, à des études et à des matériaux iconographiques disponibles sur le web, notamment dans d’autres bases consacrées à l’emblématique médiévale (Sigilla, Devise, Bibale etc.) (voir, par exemple, la notice sur l’église de Chatillon-sur-Thouet).

Les « notices monuments » sont accompagnées par des « notices armoiries » (à ce jour, la base en compte 720), qui s’affichent à la base des articles monographiques. Il s’agit de fiches synthétiques qui proposent l’« édition » de chaque élément héraldique inventorié : c’est-à-dire son blasonnement (les ornements extérieurs éventuels sont aussi mentionnés et décrits), son identification, sa chronologie (établie par tranches de quart de siècle), la description de son emplacement sur la base d’un thesaurus préétabli et l’indication de la techniques d’exécution (voir la notice sur les stalles des Jacobins de Poitiers). Ces fiches héraldiques sont complétées par l’image de l’armoirie dans son état actuel (ou documenté, quand il s’agit d’une pièce perdue mais relevée) et par sa reconstruction graphique avec la réintégration des couleurs (cette dernière est pour le moment réalisée par le biais de logiciels de dessin héraldique en accès libre sur internet, tel Héraldique 8.0).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l'église Saint-Paul, Poitiers).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l’église Saint-Paul, Poitiers).

Les indications qui complètent les « notices armoiries » génèrent des index qui sont interrogeables via le masque de recherche affiché sur la colonne de gauche de la page d’accueil. Il est ainsi possible de lancer une recherche par chronologie, par type de support armorié, par technique et par personnage/famille. Un deuxième masque de recherche est également disponible et permet d’effectuer une recherche avancée, combinant les indicateurs susmentionnés. Cet outil s’avère particulièrement efficace, entre autres, pour la recherche sur la commande artistique, permettant, par exemple, d’établir facilement la liste de représentations héraldiques relatives à une famille ou à un individu dans un laps de temps établi (ex. Pierre d’Amboise, 1475-1500). Enfin, un moteur de recherche est consacré à la recherche par termes de blasonnement, permettant de visualiser toutes les occurrences répertoriées de l’élément du blason recherché (partition, meuble, couleur) (ex. « lion de gueules »).


[23 février – 11h30] L’heure nécessaire de SHA : Martin Aurell

L’heure nécessaire de la faculté de SHA de l’Université de Poitiers revient ! Une heure ouverte à tous à la rencontre des Sciences Humaines.

Martin Aurell, Professeur d’histoire à l’université de Poitiers, Directeur du CESCM « De Richard Cœur de Lion à la croisade albigeoise : la chanson engagée des troubadours »

La chanson engagée est, aujourd’hui comme hier, un des moyens les plus efficace pour faire de la propagande. Elle est particulièrement répandue au Moyen Âge, où troubadours et trouvères chantent autant la guerre que l’amour. En voyage perpétuel, les jongleurs diffusent largement, par la voix et la musique, leurs combats politiques. Aux XIIe et XIIIe siècles, deux événements ont provoqué un éclosion de chansons : d’une part, la captivité en Rhénanie de Richard Cœur de Lion au retour de la croisade, et de l’autre les violences de la croisade albigeoise. Préservées dans de superbes manuscrits, souvent enluminées, ces chansons continuent de nous toucher.


Amphithéâtre Descartes, Hôtel Fumé – 8, rue René Descartes POITIERS

Jeudi 23 février 2017 à 11h30 – Entrée libre et gratuite

Soutenance de thèse de Paméla Nourrigeon (9 décembre 2016)

Vendredi 9 décembre 2016, Paméla Nourrigeon a soutenu sa thèse en histoire de l’art médiéval intitulée : De la translatio à la création. Étude iconographique du Rationale divinorum officiorum dans sa version française.

Le jury était composé de :

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers (directeur de thèse),

Bruno Boerner, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Haute-Bretagne Rennes-II,

Élisabeth Lalou, professeur d’histoire médiévale, Université de Rouen (rapporteur),

Daniel Russo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne Franche-Comté (rapporteur),

Cécile Voyer, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers.

Parmi les auteurs ayant contribué à l’élaboration des textes exégétiques sur le christianisme, la figure de Guillaume Durand est incontournable. Son Rationale divinorum officiorum constitue l’étape ultime et la plus complète, en terme de somme, sur la liturgie au Moyen Âge. Le succès est immédiat et conséquent. Ce traité, dans sa version latine originale, ne comporte pas – ou presque – d’image. Or, dans la traduction réalisée en langue d’oïl, en 1371, sous le titre de Racional des divins offices, par le carme Jean Golein, à la demande du roi de France Charles V, des représentations visuelles sont ajoutées et opèrent un déplacement des points forts du livre pour créer une nouvelle géographie.

Ce sont donc les mécanismes combinatoires entre texte et image dans les 9 manuscrits de cette translatio multiple qui sont au cœur du travail de Paméla Nourrigeon, un travail qui vient ainsi combler un vide, comme l’a souligné Éric Palazzo, et qui a le grand mérite de montrer non seulement l’usage laïc de la liturgie, mais aussi le rôle politique et social de celle-ci (Bruno Boerner). PN s’est donc centrée sur un processus – compris comme concept – de création dans ces 9 manuscrits, qui ne forment pas tant un corpus (du fait de leur trop petit nombre), mais un inventaire, un répertoire (Daniel Russo). Chaque manuscrit a été vu et fait l’objet d’une notice détaillée (cf. liste ci-dessous). Éric Palazzo se plaît à souligner combien cette thèse montre un bel équilibre entre érudition et proposition d’idées neuves.

5 entrées sont proposées : le Racional comme traité visuel sur la liturgie, comme œuvre au service du roi, comme écrin pour la valorisation de l’ordre carme, comme témoin des rapports entre juifs et chrétiens, comme ouvrage dévotionnel. En effet, les illustrations sont le plus souvent liées au contenu liturgique et théologique développé par Guillaume Durand. L’image refond cependant la matière du texte afin de l’investir d’un langage en adéquation avec ses propres modes d’expression. Ainsi, les modèles proposés sont la synthèse entre les apports du texte, la tradition iconographique, l’idéologie des commanditaires et/ou destinataires, le contexte politique et théologique de leur temps, etc. Tout cela conduit les images à illustrer certains rites liturgiques mais également à montrer l’importance de l’élection divine du souverain à travers l’onction du sacre, la spiritualité carme avec la création du nouveau thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne », les rapports entre juifs et chrétiens ou encore le rôle des images comme support dévotionnel pour le « regardeur » (terme emprunté à Pierre Soulages et Yves Bonnefoy).

Un traité visuel sur la liturgie. En insistant tout particulièrement sur l’importance du rituel eucharistique dans la liturgie chrétienne avec une série d’images extrêmement détaillées sur les différents moments de la messe, les exemplaires de Cambridge et de Beaune font du Racional l’un des rares témoins d’un cycle aussi dense sur le sujet. L’autre point de focalisation des images est la figure de l’évêque à travers la représentation des rites qui lui sont réservés : l’ordination épiscopale, dans laquelle le livre est posé ouvert au-dessus de l’évêque, l’examen des ordinands qu’il préside en trônant, contribuent à affirmer son rôle de guide pour l’ensemble de la communauté et sa sacralité particulière en tant que porteur de la parole des évangiles.  La récurrence des ces images pose la question de la destination et de l’usage des manuscrits.

Une œuvre au service du roi. Jean Golein ajoute à la fin du livre I un élément textuel totalement inattendu pour le lecteur car absent de l’œuvre de Durand :  le Traité du sacre. Cet ajout fait du Racional un outil de propagande, fonction totalement absente de l’œuvre originale. Le panégyrique mis en place par le traducteur passe à la fois par le texte et par l’image, faisant de l’exemplaire royal un témoin important sur la théorisation de la politique des Valois à la fin du XIVe siècle. L’image frontispice du Racional de Charles V montre d’ailleurs que c’est le roi lui-même qui initie la traduction. L’œuvre de l’évêque de Mende, dans sa version traduite, revêt alors un but tout à fait nouveau, celui d’affirmer la sacralité royale et l’élection divine du souverain à travers la figuration de l’onction. Élisabeth Lalou interroge d’ailleurs PN en se demandant si ce traité n’était pas le cœur de l’illustration, permettant de lancer ensuite les autres illustrations. Ce modèle semble cependant n’avoir eu aucune résonance dans les manuscrits n’étant pas destinés à Charles V.

Un écrin pour la valorisation de l’ordre Carme : Le thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne » (enluminure de Cambridge) est l’exemple le plus novateur du corpus. En tant que membre de la communauté carme, la montagne tient pour Jean Golein un rôle fondamental car elle est à la fois le lieu d’origine de l’ordre et le point de concentration de sa pratique contemplative. Ce thème combiné avec celui du miroir tenu par Dieu (allusion au Miroir en tant que genre littéraire afin de mettre en exergue le rôle du Racional) ouvre le livre V, sur les heures de l’office divin. La spiritualité carme trouve sa résonance dans le motif de la montagne mais plus encore dans l’évocation de la nécessité d’une pratique spirituelle destinée à s’élever vers Dieu.

Un témoin des rapports entre juifs et chrétiens : Guillaume Durand fait de l’interprétation typologique l’un des pivots de son traité. Les relations entre Ancien et Nouveau Testaments nourrissent la description des rites liturgiques mais également de l’origine des vêtements du célébrant, des objets du culte etc. La figure du grand prêtre Zacharie (qui doute) renvoie à l’ensemble du peuple juif, incrédule. L’image ne transpose pas directement la méthode typologique mais se nourrit d’autres facteurs, comme le contexte historique et théologique du XIVe siècle. L’illustration engage d’importantes modifications sur les liens entre juifs et chrétiens en donnant aux juifs un aspect contemporain. Elle offre également un discours antimusulman tout à fait novateur et absent de l’exégèse de l’évêque de Mende en représentant un sarrasin face au pape dans l’exemplaire royal.

Un ouvrage dévotionnel : Dans les livres VI et VII, PN repère un tournant dans l’histoire de l’illustration du Racional au XVe s. avec une densification de l’agencement iconographique. Les images se polarisent autour de thèmes hagiographiques, christologiques, mariaux et liturgiques, puisant dans un répertoire de modèles « établis » et créant des modèles nouveaux (le Christ devant Jérusalem). Guidée par les conséquences de l’explosion du marché du livre dans le domaine dévotionnel, la lecture du Racional, du moins pour le XVe siècle, se fait dans le cadre d’une profonde spiritualité qui se démarque de la pratique des exercices et de la lecture des heures. Un parcours visuel autonome, et complémentaire du texte (Cambridge et Beaune) guide le lecteur à travers ces modèles, faisant ainsi du Racional un support de dévotion, vocation qu’il n’avait pas dans sa version latine.

La thèse de PN a montré le fonctionnement séquentiel des représentations visuelles du Racional : la séquence du Traité du sacre (proposant un discours apologétique sur la royauté française et ses représentants), celle de l’habillement du célébrant et du déroulement de la messe (ouverture du livre III : le prêtre-soldat se prépare pour le combat qu’il va mener au cours de la messe, dans le livre IV, symbole du combat spirituel contre les ennemis de la foi), celle autour de la figure de l’évêque (livre I : bénédiction du cimetière, dédicace de l’église, consécration de l’autel ; livre II : bénédiction épiscopale, ordination de l’évêque ; livre VI : examen des ordinands).
La lecture d’une telle séquence implique un cheminement visuel complexe et réticulaire d’images éloignées les une des autres. Le « regardeur » doit recourir à un mode de lecture dans lequel la sollicitation de la mémoire eidétique joue un rôle central. Sa mémoire sensorielle, principalement visuelle, est mise en action pour relier l’image qu’il a sous les yeux avec les autres images présentes dans le même objet. L’activation de cette mémoire permet également la mise en relation de l’image regardée avec celles auxquelles elle fait référence en dehors de l’espace de lecture du regardeur et hors du manuscrit. Ainsi, la lecture d’un cycle d’images ne se fait pas de manière linéaire mais dépend au contraire d’un système séquentiel et méandrique.
Cette étude montre à quel point l’illustration est le résultat d’un processus qui dépasse la translatio et offre un medium autonome ayant son propre mode de fonctionnement. Si la translatio est ce qui engendre l’illustration, elle ne la conditionne pas. Les images offrent au contraire leur propre interprétation de l’œuvre initiale, indépendamment de la traduction réalisée par Jean Golein. Cécile Voyer revient au cours de la discussion sur la dialectique translatio-création qui permet au modèle d’être transformé, recontextualisé sans être dissout.

Au cours des 3h d’échanges scientifiques, les intérêts majeurs de ce travail sont relevés, ainsi que les nombreuses qualités pédagogiques et la clarté de la candidate, le bon équilibre trouvé entre étude savante et minutieuse des sources et analyses plus larges, sans compter le beau parcours (bourse doctorale, ATER) d’une doctorante très investie au CESCM. A l’issue d’une brève délibération, les membres du jury décernent à Paméla Nourrigeon le titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable, en ajoutant leurs félicitations.

[6 mars] Focus n° 4 : Bible de Saint-Yrieix

Vous êtes chaleureusement convié.e.s au Focus n° 4, autour Bible de Saint-Yrieix.

Le lundi 6 mars 2017, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire,  autour d’un déjeuner collectif.

Nous avons le plaisir de vous convier chaleureusement au Focus n° 4 consacré à la Bible de Saint-Yrieix. Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail des chercheurs de notre laboratoire et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Le lundi 6 mars, les ingénieures de la Photothèque invitent Pamela Nourrigeon, docteure en histoire de de l’art, lors d’une discussion libre consacrée à un manuscrit de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle, conservé actuellement à la médiathèque de Saint-Yrieix-la-Perche.

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre. N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)