La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.