Scott Brown, un américain passionné d’art roman

Dans un français parfait, Scott Brown, professeur américain, nous explique les raisons de sa venue en mai 2017 au CESCM et sa passion notoire pour l’art roman.

Cliché V. Ernst-Maillet (CESCM)

Bonjour Scott, c’est la première fois que vous venez au CESCM ?

En fait je suis venu une première fois pour une journée en 2016, avec Vincent Debiais, pendant que je faisais un voyage de recherches vers Limoges, Toulouse et il m’a fait visiter plusieurs monuments de Poitiers, j’ai été conquis. Nous étions dans une équipe de travail montée par Robert Maxwell et nous nous étions rencontrés à Kalamazoo (session 2012). Comme je travaille aussi parfois sur l’épigraphie sur les sculptures, nous avions un sujet commun.

Nous avions discuté de mon projet de recherche qui s’articule autour d’Amat d’Oloron, légat du pape : cet homme du XIe siècle qui travaillait partout dans l’Aquitaine, était un homme spirituel important à Poitiers – il a influencé la fondation de l’abbaye de Montierneuf vers 1070, par exemple. Lorsque j’ai évoqué cela à Vincent Debiais, qui rassemble les chercheurs et aide beaucoup au contact, il m’a proposé de venir profiter du cadre du CESCM, d’où ma présence.

Comment est-ce qu’on en vient à s’intéresser à un tel sujet, surtout pour un américain ?

Il n’y a pas de Moyen Âge aux États-Unis mais une tradition d’études autour du Moyen Âge qui remonte jusqu’au XIXe siècle. Il y a de plus un intérêt profond aux États-Unis, dès la fondation du pays, pour l’histoire de l’Église et la relation entre la spiritualité et la politique . Au cours du XXe siècle les États-Unis ont trouvé une « niche » dans l’étude de l’art médiéval. En Europe, l’étude de l’art médiéval a souvent été liée à un intérêt patrimonial. Les américains n’ayant pas leur propre passé avec des monuments travaillent à ces thèmes partout où c’est possible géographiquement à travers le monde.

Beaucoup de chercheurs américains travaillent sur le Moyen Âge mais ce qui nous manque aussi, c’est une communauté, du fait des distances aux États-Unis et c’est pour cela qu’il est important pour moi de venir en France.

Dès le début de mes études universitaires j’ai été intéressé par cette période historique. En première année, j’ai suivi un cours autour de l’art roman.  J’étais vraiment impressionné par l’ambiance sombre des églises romanes, par le poids de leurs voutes, par la masse de l’architecture, par les vieilles pierres. Comment et pourquoi bâtir ainsi de tels monuments « bruts » ? La première église que j’ai vue à Vézelay m’a vraiment bouleversée. Dans le narthex, j’ai imaginé les moines au milieu de la nuit célébrant les matines. Le passé me semblait si vivant en ce moment.

Plus précisément, comment avez-vous connu Amat d’Oloron ?

Je suis professeur associé en histoire de l’art à l’Université de North Florida. La sculpture romane est mon principal domaine de recherche et de publications (voir Academia), même si j’ai récemment terminé un ouvrage qui sortira l’an prochain, sur l’image d’une héroïne biblique, Jaël, qui a eu une image importante aux XVe et XVIe siècles.

Maintenant, je retourne à l’étude de l’époque romane. J’ai soutenu une thèse sur la sculpture du portail de la cathédrale d’Oloron et Amat y était évêque, cet homme n’était cependant pas le sujet principal de ma thèse. Il reste peu connu par les historiens de l’art. Comme légat des papes Grégoire VII et Urbaine II, il est assez bien  connu par les historiens de l’Église, mais son influence sur les monuments romans a longtemps été ignorée. La carrière d’Amat d’Oloron nous donne un aperçu important et inattendu sur un grand réseau de monuments (notamment à Poitiers, Toulouse, Saintes, Bordeaux, et en Espagne) et sur un art roman en plein essor à la fin du XIe siècle. J’ai à cœur de rapprocher le côté physique et matériel des monuments du côté politique de l’Église qui sont liés par la personne d’Amat.

Quel souvenir garderez-vous de votre passage au CESCM ?

Je suis venu plusieurs fois en France, notamment pour effectuer des recherches à la BnF pendant mes études, et je viens depuis tous les 2 ans car nos budgets de recherches nous le permettent.

Je suis au CESCM pour le mois de mai 2017 et j’ai eu l’occasion de faire ma première  intervention en français  sur un travail en cours au sujet d’un esprit ludique dans la sculpture romane.  L’exemple au cœur de cette étude est une histoire de conflit à Poitiers entre l’évêque et les chanoines de Saint-Hilaire-Le-Grand qui a provoquée des reflets amusants dans la poésie et la sculpture à Saint-Hilaire au XIe siècle.

Être au CESCM m’a permis de discuter de projets potentiels et j’ai élargi mon champ de recherche. Je trouve incroyable ce centre où les gens sont ainsi entièrement occupés à la recherche pure et à la production du savoir, même au niveau des étudiants. Je me suis vraiment immergé dans la recherche d’une façon qui me serait impossible aux  États-Unis et je suis vraiment reconnaissant de cette opportunité et d’avoir croisé des chercheurs et des gens aussi accessibles. Je tiens à vous en remercier.

Voir le lien des travaux de Scott Brown

 

Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie – master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources – Université de Poitiers.

Le 19 octobre 2017

Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.
Propositions de communications :
Les propositions de communication sont à adresser avant le
15 septembre 2017 à :
Elles devront faire figurer un court résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie
         

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Edina Bozoky

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Rennes : PUR, 2017

(Histoire) 208 p., 20€

ISBN : 978-2-7535-5394-1

 

Les légendes des saints, pénétrées d’un christianisme militant, ont largement contribué à la mauvaise réputation des barbares (Huns, Goths, Vandales, Vikings, Hongrois…). Ce livre montre comment l’idéal de sainteté, avec la glorification des victimes des barbares, est tributaire du contexte idéologique et politique de l’époque de la rédaction des récits. Au-delà de l’analyse du rapport entre réalité et fiction dans les textes hagiographiques, il éclaire aussi l’attitude à l’égard de l’autre, de l’étranger.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Introduction (Fichier pdf, 598 Ko)

Table des matières (Fichier pdf, 577 Ko)

Les auteurs (Fichier pdf, 561 Ko)

4e de couverture (Fichier pdf, 28 Ko)

Edina Bozoky est maître de conférences émérite en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Son principal domaine de recherche concerne le culte des saints et des reliques au Moyen Âge. Elle a organisé plusieurs colloques sur ce thème : Les reliques : objets, cultes, symboles (avec Anne-Marie Helvétius), Turnhout, Brepols, 1999 ; Saints d’Aquitaine. Missionnaires et pèlerins du haut Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Hagiographie, idéologie et politique au Moyen Âge en Occident, Turnhout, Brepols, 2012.

[31 mai] La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet

Date : mercredi 31 mai de 16h à 17h30

Invitée par Martin Aurell au CESCM du 15 mai au 15 juin 2017, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, Anne-Hélène Miller étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge dans une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Ses recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Elle est actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et elle fait partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du MLA.

Sa conférence s’inscrit dans son projet actuel de livre sur le statut littéraire du français en France au XIVe siècle. Il s’agit de revisiter l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle e et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française. Il s’agira donc de les explorer en créant des liens entre une variété de texte et d’auteurs, en particulier de Jean Froissart et de Philippe de Mézières.

Voir la bibliographie ICI

Soutenance de thèse d’Astrid Noterman, CESCM (21 décembre 2016)

Le 21 décembre 2016, Astrid Noterman soutenait sa thèse de Doctorat en Sciences du temps et de l’espace, intitulée « Violation, pillage, profanation : la perturbation des sépultures mérovingiennes au haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles) dans la moitié nord de la France », en salle Crozet du CESCM. Le jury était composé de Cécile Treffort (CESCM-Université de Poitiers) et Cécile Chapelain de Sereville-Niel, (CRAHAM-Université de Caen) co-directrices de thèse, Brigitte Boissavit-Camus (Université Paris X, Nanterre), Dominique Castex (CNRS), Alain Dierkens (Président, Université libre de Bruxelles), Laurent Verslype (Université catholique de Louvain).

Le président ouvre la soutenance  puis l’impétrante prend la parole et expose son sujet, son parcours commencé en 2010 avec un Master recherche, sa double rencontre, avec Cyrille Le Forestier et avec une publication  « La nécropole mérovingienne de Hordain »1. Elle explique au jury qu’elle s’est rendue compte qu’il n’y avait pas d’études récentes sur le sujet, quelques études étrangères mais qui n’ont que peu évoluées depuis le XIXe siècle et que le développement récent de l’archéothanatologie et les résultats possibles de cette méthode lui donnèrent l’idée de son sujet de thèse. D’emblée s’imposa pour elle la confrontation entre les données du XIXe siècle avec celles contemporaines. Il fallut donc reprendre l’ensemble de ces sources : les données textuelles, les données archéologiques et les données anthropologiques. Ce travail fut d’une grande richesse pour l’impétrante malgré les difficultés rencontrées (la reprise multiple des plans par exemple) et déboucha sur cinq ans d’intense activité réalisée en même temps que son activité professionnelle. Mme Noterman réalisa dès lors de nouveaux modèles de fiches anthropologiques de terrain mais également des fiches spécifiques et des fiches utilisées en fouille programmée par le CRAHAM de Caen puis décida ensuite de construire une base de données.

Ces travaux donnèrent des résultats : des pillages au VIe siècle avec une apogée au VIIe siècle, un pourcentage de pillage de plus ou moins 50% (ce qui paraît élevé et questionne), un lien à faire entre architecture funéraire et aménagement de surface qui peut également entrainer des désordres, une partition entre l’est et l’ouest de la France pour le type de récupération. L’intérêt du sujet ouvre de nombreuses perspectives : sont là pour le prouver les journées d’études, séminaires et colloques dans lesquels l’impétrante est intervenue et l’idée de réaliser des journées de recherches dans le cadre d’un PCR qui permettrait d’affiner la base de données.

Lors de sa prise de parole, Mme Treffort reconnaît avoir eu initialement des doutes sur l’existence d’informations archéologiques et sur l’accès possible aux données archéologiques récentes : le défi est bien relevé, le phénomène de pillage existe et cette thèse de 2 volumes, l’un de 571 pages et l’autre de 260 pages est là pour le prouver. Elle relève deux phrases importantes de la thèse : « le bouleversement d’une tombe ne semble pas être un problème à son étude » (p. 12) et, en parlant des outils d’analyse, qu’il faut « replacer l’humain au centre de l’étude sur les réouvertures de tombes » (p. 11). Mme Treffort précise que Mlle Noterman a ouvert, avec sa thèse, un vaste champ de recherche, c’est donc un travail dynamique et prometteur.

Mme Chapelain de Seréville-Niel prend à son tour la parole pour évoquer avec émotion et fierté cette première co-direction avec une de ses premières étudiantes. Selon elle, l’élément à souligner dans la thèse est la création de la base de données avec sa fiche de travail évolutive testée par les archéologues. Elle insiste sur son investissement au sein du CRAHAM et de. Elle est d’autre part très impliquée dans la recherche tant pour des articles, son expertise sur le chantier, sa participation à des groupes de travail internationaux, dans des communications et des colloques et la co-organistion de la 9e Rencontre du GAAF.

Pour la co-directrice ainsi que les autres intervenants du jury, le plan peut paraître complexe et donner une impression de redondance ; mais il fut choisi suite à des discussions avec les deux co-directrices ; Mlle Noterman a de plus eu de nombreux contacts avec des collègues étrangers afin de confronter les différents points de vue. S’il lui est conseillé de faire des tableaux contextualisés et des statistiques sur les gros sites, Mlle Noterman souligne que par rapport aux statistiques, ses limites étaient atteintes mais que cela sera repris ultérieurement car le sujet va être continué. Finalement, après une après-midi de riches échanges scientifiques, le jury déclare A. Noterman admise au grade de docteur, en la félicitant non seulement pour le travail accompli mais également pour la qualité de sa prestation orale et de la soutenance.

[1] Demolon Pierre (Dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècles après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, direction de l’archéologie, 2006, 269 p.